ALTER INFO

Echec de la Force en Afghanistan? Des Voix S’Elèvent


Dans la même rubrique:
< >


Mercredi 8 Octobre 2008

Echec de la Force en Afghanistan? Des Voix S’Elèvent
« Les troupes occidentales ne pourront rester indéfiniment en Afghanistan ni éradiquer totalement l'insurrection talibane »… Cette déclaration assez pessimiste sur la question de l’invasion a été proférée par le canadien Stephen Harper, actuel Premier ministre.

"Je ne crois pas que nous, troupes étrangères, puissions pacifier l'Afghanistan dans sa totalité", a-t-il en outre déclaré dans une interview à la chaîne publique CBC à une semaine des élections législatives du 14 octobre.

"Connaissant l'histoire de l'Afghanistan, je ne pense pas que l'on puisse croire que des étrangers vont pouvoir gérer l'Afghanistan ou la sécurité afghane indéfiniment", a ajouté l’ami inconditionnel de la Maison Blanche.

"Ce que nous pouvons faire, c'est mettre en place une sécurité de base et entraîner les forces afghanes afin qu'elles puissent assumer progressivement la responsabilité de la sécurité au jour le jour de leur pays", a fait valoir le Premier ministre, en estimant que l'on ne parviendrait pas à ce résultat si l'on ne commençait pas à fixer des échéanciers.


En Grande Bretagne aussi, le plus haut gradé en Afghanistan, le général Mark Carleton-Smith, avait averti dans une interview au Sunday Times que l'opinion publique ne devrait pas espérer "une victoire militaire décisive" dans ce pays, mais seulement une réduction de l'insurrection à un niveau acceptable.

Propos qui ont fait rougir le ministre britannique des Affaires étrangères David Milliband qui tente coute que coute de garder haut le morale des ses troupes très affaibli par une insurrection croissante.

Il a donc tenté de minimiser mardi l'affirmation du plus haut gradé britannique en Afghanistan en écrivant sur son site internet officiel que la victoire en Afghanistan ne signifie pas "la mort de tous les Talibans" mais de s'assurer que le gouvernement afghan contrôle la situation.

Et puis, au Danemark, le ministre Affaires étrangères a opté pour un changement de stratégie, laissant de côté la puissance militaire pour privilégier la mise en place d’un dialogue avec les talibans.

Per Stig Moeller, s'est ainsi déclaré en faveur d'un dialogue sous conditions des talibans avec le gouvernement afghan afin de mettre un terme à la guerre sanglante dans ce pays, rapporte le quotidien Berlingske Tidende de ce mercredi.
"Un dialogue et une réconciliation doivent être réalisés en conformité avec la Constitution afghane et les engagements internationaux" de l'Afghanistan, a-t-il déclaré au journal conservateur.

Le chef de la diplomatie danoise a ajouté : "nous devons civiliser les talibans afin que l'Afghanistan ne soit pas +talibanisé+ de nouveau, sinon on quitterait ce pays".

Le Danemark, présent en Afghanistan depuis décembre 2001, compte actuellement 700 soldats dans le pays, stationnés pour la plupart dans le Helmand, sous commandement britannique.
Seize militaires danois sont morts dans ce pays depuis 2001 et un s'est suicidé.

Déjà, des représentants du gouvernement afghan ont négocié fin septembre avec des talibans dans la ville sainte de La Mecque, en Arabie saoudite, selon le quotidien saoudien Asharq Al-Awsat.
Le quotidien, généralement bien informé, a publié mardi un article détaillé sur ces négociations qui ont duré trois jours, selon lui, en dépit de démentis de Kaboul et des talibans en réaction à une information de médias américains.

http://www.almanar.com.lb/ http://www.almanar.com.lb/



Mercredi 8 Octobre 2008


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires