Propagande médiatique, politique, idéologique

EXPOSÉ DU NEW YORK TIMES SUR LA FEDERALIST SOCIETY


Parallèlement à la mobilisation sans précédent du mouvement LaRouche contre la menace de dictature présidentielle en Amérique, le New York Times a publié deux éditoriaux étonnants, les 23 et 26 janvier, appelant le Sénat à rejeter la confirmation de Samuel Alito.


Mercredi 8 Février 2006






Le 30 janvier, le quotidien revenait à la charge avec un article de première page décrivant comment, lors de sa création en 1982, la Federalist Society (FS) avait monté une opération visant à truffer la Cour Suprême d’idéologues d’extrême droite - manoeuvre que l’EIR avait été le seul à dénoncer jusque-là. Contrairement à l’EIR, l’auteur ne va pas jusqu’à identifier les origines idéologiques de la FS dans la philosophie de Carl Schmitt, mais il montre comment la FS a infiltré les institutions. Sous le titre « Avec Alito, le Parti républicain récolte ce qu’il a semé en 1982 », on pouvait lire :

« En février dernier, tandis que des rumeurs circulaient sur l’état de santé précaire du juge de la Cour suprême William Rehnquist, un groupe d’organisateurs conservateurs, de spécialistes en relations publiques et de stratèges juridiques s’est réuni pour préparer un plan de bataille visant à garantir que tout poste venant à être vacant serait occupé par un juriste répondant à leur idéologie. Ce groupe recruta des juristes conservateurs pour étudier les dossiers de dix-neuf candidats potentiels, dont les juges John Roberts et Samuel Alito. (...)

« En 1982, l’année suivant l’entrée de M. Alito dans le gouvernement Reagan, ce mouvement [de juristes ultra-conservateurs] regroupait à peine plus d’une poignée d’experts juridiques qui se retrouvèrent à Yale pour la première réunion de la Federalist Society, un groupe de juristes conservateurs nouvellement formé. La promotion du juge Alito auprès du juge Roberts à la Cour [suprême] "a dépassé nos meilleures attentes", a déclaré Spencer Abraham, un des fondateurs de la société, ancien ministre de l’Energie sous le président Bush et actuellement président du Committee for Justice, l’une de ces nombreuses organisations conservatrices créées pour soutenir des candidats à des postes judiciaires. (...) La philosophie défendue par le ministre de la Justice du gouvernement Reagan, Edwin Meese, est devenue la bible de la Federalist Society et du mouvement juridique conservateur naissant. (...) MM. Robert et Alito faisaient partie des cadres de jeunes avocats conservateurs attirés par le ministère de la Justice de l’administration Reagan. Tous deux se sont immiscés dans les rangs des jeunes juristes prometteurs que des stratèges comme C. Boyden Gray, avocat de la Maison Blanche sous la première administration Bush et actuellement conseiller de la Maison Blanche, cherchaient à placer dans le système judiciaire fédéral pour les préparer à la plus haute des Cours. (...)

« Grâce à la générosité de grands donateurs conservateurs comme la Fondation John Olin, la Federalist Society fonctionnait comme une sorte de barreau fantôme, implantant dans les facultés de droit de tout le pays des sections qui servaient d’antichambres à une prestigieuse carrière juridique. (...) Lors de leur victoire serrée (et politiquement coûteuse), avec la confirmation du juge Clarence Thomas à la Cour suprême en 1991, les avocats de la Federalist Society forgèrent de nouveaux liens avec le réseau de plus en plus sophistiqué de groupes chrétiens ultra-conservateurs comme Focus on the Family à Colorado Springs et l’American Family Association. (...) »



Solidarité et progrès


Mercredi 8 Février 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires