Conflits et guerres actuelles

EN IRAK ET EN AFGHANISTAN, UN SOLDAT SUR HUIT EST SOUS PROZAC



Lundi 9 Juin 2008

EN IRAK ET EN AFGHANISTAN, UN SOLDAT SUR HUIT EST SOUS PROZAC
Selon une enquête du magazine TIME, pour la première fois dans l’histoire des Etats-unis, un nombre croissant de soldats U.S. en zone de combats prend quotidiènnement des anti-dépresseurs afin de calmer les nerfs, soumis à rude épreuve par les missions répétées et de plus en plus longues sur le terrain, en Afghanistan et en Irak.

Ces médicaments n’ont pas seulement pour but de permettre aux soldats de ne pas craquer mais également à l’Armée U.S. de préserver sa ressource la plus précieuse : les soldats déployés dans des zones des combat. Depuis 2004 l’Armée a de plus en plus de mal à mobiliser des troupes pour ses multiples engagements militaires.

Le rapport récemment publié du Mental Health Advisory Team de l’Armée U.S. indique que, en automne dernier, environ 12% des troupes combattantes en Irak et 17% en Afghanistan se voient régulièrement prescrire des anti-dépresseurs. 60% des soldats affirme prendre par ailleurs très régulièrement des somnifères “sinon la tension nerveuse constante rend le sommeil impossible“. L’escalade de la violence en Afghanistan et les missions dans des zones plus isolées expliqueraient la forte consommation de médicaments calmants parmi les troupes dans ce pays, plus forte qu’en Irak, expliquent les chercheurs militaires (…)

En soi l’utilisation de médicaments pour entretenir le moral des troupes n’est pas nouvelle . Déjà, lors du long hiver à Valley Forge, George Washington faisait distribuer de fréquentes rations de rhum aux soldats de la guerre d’indépendance afin de lutter contre la démoralisation des troupes. En 1939-45, l’armée allemande carburait aux amphétamines de cheval, la Pervitine. Lors de la guerre de Corée puis au Vietnam, des chercheurs du Pentagone ont mené plusieurs programmes d’expérimentation d’amphétamines et autres drogues “motivantes” sur les soldats au front. Les “pill-poppers” (avaleurs de pillules) faisaient partie de la panoplie standard du soldat U.S. dans les rizières… sans parler de la drogue, couramment utilisée par la troupe.

Néanmoins, à cause des effets secondaires potentiellement dangereux, les anti-dépresseurs de la dernière génération sont normalement interdits dans les zones de combat par le règlement militaire U.S. (…)

L’utilisation croissante d’anti-dépresseurs dans l’armée ne fait que suivre l’évolution de la société U.S.. Selon l’institut de recherche IMS Health, en 2004 (derniers chiffres connus), les médecins U.S. ont prescrit 147 millions d’anti-dépresseurs. “A cela viennent s’ajouter les ventes clandestines des personnes non assurées. En tout et pour tout on estime à 200 millions annuels le nombre de personnes prenant ce genre de médicaments” explique le rapport. (…)


L’IRAK ? LA PRESSE ET LES LECTEURS ÉTATS-UNIENS S’EN FOUTENT

[Sherry Ricchiardi, American Journalism Review - 05/06/2008 - Trad. Grégoire Seither]

Le déclin de la couverture médiatique de la guerre en Irak dans les médias US est incroyable. Au cours des 10 premières semaines de 2007, l’Irak représentait 23% des informations télévisées sur l’ensemble des chaines nationales U.S.. Sur la même période, enn 2008, l’Irak ne représente plus que 3% des informations télévisées. Sur les chaînes cablées, ce chiffre est passé de 24% à moins de 1%, selon une étude du “Project for Excellence in Journalism”.

La presse écrite ne fait pas mieux. Selon l’organisation ACUNA, au cours des 3 premiers mois de 2008, la couverture médiatique de l’Irak a baissé de 70% comparée à la même période en 2007. Jusqu’à l’an passé, les articles sur l’Irak étaient en tête des pages commentées par le lectorat, tant sur le Web que dans le courrier à la rédaction.

Mais vers Mai 2007, l’intérêt du public a commencé à baisser. En Mars 2008. . . seulement 28% des citoyens états-uniens interrogés savaient que 4 000 soldats U.S. sont morts depuis le début de cette guerre. . .  Huit mois auparavant, ils étaient encore 54% à connaître le chiffre correct.

http://www.alternet.org/waroniraq/86930/

http://libertesinternets.wordpress.com/ http://libertesinternets.wordpress.com/



Lundi 9 Juin 2008


Commentaires

1.Posté par Sémite le 09/06/2008 18:37 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ils sont fichus, Ils envoient des gamins contre une armée de fantômes, ils n'arrivent plus à recruter, ils vont entraîner le plus de pays possibles dans cette histoire.

Attention au retour de bâton, les irakiens et les afghans, beaucoup se sont cassés les dents sur eux, d'ailleurs cela fait sourire les russes.

2.Posté par erpilu le 10/06/2008 15:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Concernant la couverture médiatique de la guerre en Irak, je ne pense pas qu'on fasse mieux en France...

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires