Politique Nationale/Internationale

Du nucléaire iranien



Dans ce paysage atomisé par le test nucléaire nord-coréen et l’adoption de la résolution du Conseil de sécurité contre Pyongyang, les médias occidentaux ont lancé une campagne anti-iranienne qui a suscité la vive réaction des milieux politiques et des analystes internationaux.


irib
Lundi 16 Octobre 2006



Les sanctions onusiennes à l’encontre de la Corée du Nord « ne signifie pas que la même attitude punitive est applicable à l’Iran », selon des experts en matière d’armement, cités par l’AFP depuis Washington. Les experts se montrent sceptiques sur l’attitude de la Chine et de la Russie qui, tout en votant pour les sanctions contre la Corée du Nord, pourraient ne pas faire de même contre Téhéran, constate l’AFP.

Le journal russe, Kamersunt évoque dans un reportage, la prise de position de Moscou envers la crise nucléaire nord-coréenne. « Il est vrai que la Russie ait soutenu les sanctions frappant Pyongyang mais, pour de nombreuses raisons, l’idée de sanctionner l’Iran s’avère impossible pour Moscou. », souligne le journal.

Le site web d’Al-Jazira évoque à son tour les derniers développements au sujet du test nucléaire nord-coréen ainsi que les tapages qu’il a soulevés mais aussi le silence face aux tests nucléaires d’autres pays. « Il semble que les membres importants du TNP suivent un modèle qui vise à priver les petits pays de la technologie nucléaire à vocation pacifique et qu’ils ont une attitude totalement sélective vis-à-vis du nucléaire. », selon Al-Jazira.

Pourtant, en dépit les critiques envers une exploitation propagandiste de l’affaire nord-coréenne pour soulever une campagne de désinformation à l’encontre de l’Iran, les Etats-Unis s’entêtent à poursuivre une telle politique. L’ambassadeur américain à l’Onu, John Bolton a saisi cette occasion pour lancer une mise en garde à l’Iran. « Téhéran devra prendre en compte la résolution adoptée à l’encontre de Pyongyang. », a-t-il averti.

« Si l’Iran continue ses activités nucléaires et d’enrichissement d’uranium, il devra s’attendre aux sanctions et à l’isolement », a menacé John Bolton.

D’autre part, les déclarations du président iranien Mahmoud Ahmadinejad ont une vaste répercussion dans les médias. « Les pressions et les menaces de toute taille et de tout ordre n’ont aucune influence sur la volonté du peuple iranien et ne parviendront pas entraver même d’un iota son chemin. », a souligné le président iranien.

L’Ambassadeur d’Iran en France, Ali Ahani a, de son côté, affirmé, dans une conférence de presse au club des journalistes arabes, que l’Iran est tout à fait à confronter toute sorte de scénarii. « Ce sont surtout les compagnies européennes qui ont de bonnes relations avec l’Iran, qui seraient les grands perdants, si Téhéran était sanctionné. », a-t-il souligné.


Lundi 16 Octobre 2006

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires