ALTER INFO

Droit de réponse concernant l'article " La France aurait opéré pour Israël les repérages avant l’assassinat de Mahmoud Mabhouh "


Dans la même rubrique:
< >


Ahmed Bennour
Vendredi 14 Mai 2010

Droit de réponse concernant l'article " La France aurait opéré pour Israël les repérages avant l’assassinat de Mahmoud Mabhouh "

Paris le 14 mai 2010

 Site www.alterinfo.net

 Objet: Droit de réponse

 

Monsieur,

 Vous avez publié le 12 mai  sur votre site un article ayant pour titre: « La France aurait opéré pour Israël les repérages avant l’assassinat de Mahmoud Mabhouh

Prétendant vous référer à "une enquête du journal tunisien « Dounia El Watan », vous utilisez me concernant des propos diffamatoires, portant atteinte à mon honneur et surtout dénués de tout fondement ou même d'une once de vérité.

 

La recherche effrénée du sensationnel n'autorise pas la publication de contre-vérités; elle n'est pas un gage de sérieux mais elle s'avère le plus souvent nuisible du fait de la gravité des faits allégués ou colportés.

 

Dans le cas précis de votre article, quelles sont vos preuves d'une quelconque implication de ma part dans l'assassinat de dirigeants palestiniens?

 

Où sont les comptes-rendus de l'enquête de police menée à Dubaï après l'assassinat de M. Mahmoud Mabhouh?


 Quelle est cette société d'installation d'ascenseurs que je dirigerais? Quelle est « cette affaire d'espionnage pendante devant la cour criminelle du Liban » ?, son numéro? Ses tenants et ses aboutissants ?

 

Au mieux désinformé et dilettante, au pire manifestant une volonté de nuire, vous avez en fait retranscrit les propos de mercenaires de la plume à la solde du régime de M. Ben Ali.

 

Cette cabale qui me vise et dure depuis près de 25 ans est véhiculée par une presse aux ordres, financée par les deniers publics dans laquelle un régime mis à l'index par toutes les toutes ONG crédibles et contesté par les démocraties occidentales, instrumentalise l'affaire palestinienne pour régler ses comptes avec ses adversaires politiques.

Car, si vous aviez pris le soin d'enquêter sérieusement, vous auriez remarqué que:

 

1/ Lors du raid contre le quartier général palestinien le 1er  octobre 1985 à Hammam Chatt, je n'étais pas responsable de la sécurité en Tunisie, mais ambassadeur à Rome depuis septembre 1984, soit 13 mois avant cette lâche agression, poste que j’ai quitté en juillet 1986.


 Lorsque j’exerçais les fonctions de secrétaire d'Etat à la Sûreté Tunisienne d’avril 1980 à mai 1984, aucun Palestinien n'avait été inquiété et encore moins assassiné. Et les plus hauts responsables palestiniens, morts ou encore vivants, savent mieux que quiconque mon attachement à leur cause et connaissent l’ampleur de ma contribution à la noble cause palestinienne.

Le responsable de la sécurité, à l'époque de l’attaque de Hammam Chatt le                        1er octobre 1985, était M. Ben Ali. Et cela est un fait incontestable ;

 

2/ Je n'ai jamais fui la Tunisie.  A la fin de ma mission d'ambassadeur à Rome en juillet 1986, je me suis installé en France, où je vis en exil volontaire et ce, depuis le coup d’état du 7 novembre 1987.

 

L'assassinat du dirigeant palestinien Abou Jihad le 16 avril 1988 à Sidi Bous Saïd, soit à moins de 1000 mètres du Palais présidentiel de Carthage a sûrement bénéficié de complicités tunisiennes (voir l’article du journal israélien Maariv daté du 4 juillet 1997). Mais les véritables questions qui doivent être posées concernent les personnes ou les parties qui ont livré au Mossad les plans de la villa d'Abou Jihad, qui ont coupé les lignes téléphoniques à proximité du Palais présidentiel, qui ont procédé à faire vider le quartier de Sidi Bou Saïd de toute âme vivante le soir de son assassinat, suite à de vastes rafles policières.

Tous ces éléments réunis ont permis au commando du Mossad de perpétrer leur lâche assassinat du dirigeant Abou Jihad en toute quiétude.

 

Là aussi, ce sont des faits incontestables qui contredisent les thèses les plus farfelues et les commentaires les plus lâches distillés par une dictature corrompue et à bout de souffle pour se laver les mains de ses propres crimes.

 

Selon l’enquête publiée par le journal Maariv précité, le commando du Mossad a bénéficié de la complicité de certains hauts fonctionnaires tunisiens de l’époque.

 

Mr Ben Ali a promis de diligenter une enquête sur cet assassinat.  A ce jour, le régime tunisien actuel a refusé de livrer et de communiquer aussi bien aux dirigeants palestiniens qu’à l’opinion publique tunisienne, palestinienne, arabe et internationale le moindre élément sur les résultats de cette « fameuse enquête ».

 

Comment ai-je pu aider le Mossad alors que je n’étais plus résident en Tunisie depuis septembre 1984  et en exil volontaire en France depuis septembre 1986 ?

 

Enfin, s'il y a coopération entre le régime tunisien et les services secrets israéliens, elle n’a été entamée que depuis ce qu'on appelle honteusement « l'ère nouvelle » soit depuis le coup d’état de novembre 1987.

 

A compter de cette période, un bureau d'intérêt israélien a été installé à Tunis. Depuis, les rapports politiques, sécuritaires, économiques, commerciaux et financiers n’ont font qu’évoluer et se renforcer dans le plus grand secret et à l’abri des regards de l’opinion publique aussi bien tunisienne qu’arabe.

 

Monsieur,

 

Le fait de m’impliquer dans l’assassinat du dirigeant palestinien Mahmoud MABHOUH à Dubaï est la preuve irréfutable du degré de haine que me voue Mr BEN ALI, lequel ne peut accepter que son ancien supérieur hiérarchique aussi bien au ministère de la Défense nationale qu’à la direction de la sûreté nationale tunisienne ne puisse à ce jour lui prêter un serment d’allégeance.

 

Mr BEN ALI ne peut se suffire à tyranniser 11 millions de ses concitoyens, il a maladivement besoin de la soumission de tous ses anciens supérieurs.

 

Tout observateur attentif et objectif constatera de par lui-même que la presse tunisienne, dont la réputation de soumission absolue aux directives du régime de BEN ALI n’est plus à démontrer, ne cesse quotidiennement de trainer dans la boue et d’accuser sans preuve toute personne qui ose contredire, contester ou critiquer le régime policier et corrompu de Mr BEN ALI, d’être soit à la solde du Mossad, soit un agent du néo-colonialisme français.

 

A toutes fins utiles, veuillez trouver ci-après une liste non exhaustive des personnalités tunisiennes accusées d’être agents du Mossad ou à la solde de puissances étrangères.

·        Mr Mohamed MZALI, ministre depuis 1960 et premier ministre entre 1980 et 1986.

·        Mr Mohamed SAYAH, ancien ministre d’Etat jusqu’en 1987.

·        Mr Mohamed Salah MAHJOUBI, ancien secrétaire d’Etat à l’intérieur jusqu’en 1990.

·        Mr Khemais CHAMMARI, ancien député et ancien vice président de la ligue tunisienne des droits de l’homme.

·        Me Ahmed Nejib CHEBBI, avocat et fondateur d’un parti d’opposition.

·        Mr Moncef MARZOUKI, professeur de médecine et ancien président de la ligue tunisienne des droits de l’homme.

·        Me Mokhtar TRIFI, avocat et actuel président de la ligue tunisienne des droits de l’homme.

·        Mme Sana BEN ACHOUR, professeur de droit et actuelle présidente de l’association des femmes démocrates.

·        Mme Sihem BEN SEDRINE, journaliste et présidente du conseil national des libertés publiques.

·        Mr Kamel LAABIDI, journaliste,

·        Mr Slim BAGGA, journaliste et fondateur du journal d’opposition « L’audace ».

·        Mr Kamel JENDOUBI, militant des droits de l’homme.

·        Me Radhia NASRAOUI, avocate et présidente de l’association tunisienne de lutte contre la torture.

·        Mr Hamma HAMMAMI, professeur et président du parti communiste ouvrier tunisien.

·        Me Michel TUBIANA, avocat et ancien président de la ligue française des droits de l’homme.

 

Je vous prie de bien vouloir publier ce droit de réponse qui permettra de situer les responsabilités et contribuera à contrecarre cette campagne de désinformation monstrueuse à laquelle nous a toujours habitués le général BEN ALI depuis novembre 1987.

 

Avec mes Meilleures salutations.

 

Ahmed BENNOUR

Ancien gouverneur de Sousse (1972-1974)

Ancien secrétaire d’Etat à défense nationale (1974-1977)

Ancien secrétaire d'Etat à l'intérieur (1980-1984)

Ancien Ambassadeur à Rome (1984-1986)


Vendredi 14 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par Rédaction Alter Info le 14/05/2010 17:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bonjour,
Cher Monsieur,
Nous n'avons pas la prétention d'avoir mené une enquête, ni d'être à l'origine du texte qui vous met en cause. Notre seule responsabilité est de l'avoir publié et en assumeront si besoin toutes les conséquences.
De plus, cette brève provient du Réseau Voltaire, en cliquant sur ce lien vous aurez accès à l'article original voltairenet.org.
Il aurait été plus judicieux d'écrire au site en question.

Cordialement
Rédaction Alter Info

2.Posté par Saint Just le 14/05/2010 22:51 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

message supprimé !
Flagornez tant que vous voulez et qui vous voulez, mais pas à notre dépend !


3.Posté par dik le 15/05/2010 00:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

1) Nul besoin d'être journaliste ou s'appuyer sur quelque enquête pour affirmer que celui qui a fait changer la constitution de son pays juste pour être réélu à 99,99% et des poussières, et autant de fois qu'il l'ai voulu à ce jour, n'a aucune crédibilité.

2) Parmi les personnalités citées par M. Bennour, j'en ai reconnu une dans des débats télévisés sur la chaîne Al Jazira. Un réactionnaire jusqu'au bout des ongles!


4.Posté par Agnès le 15/05/2010 18:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je viens apporter mon soutien total à Mr Bennour.

Je peux vous certifier qu'il est un véritable opposant au dictateur Ben Ali et à la famille régnante de Leïla Ben Ali.

Ce sont toujours les mêmes amis sionistes du dictateur, sur la place de Paris, qui s'acharnent en lui livrant, ainsi qu'aux autres opposants, une véritable gurerre basée sur le mensonge, la diffamation et les pires accusations.

Courage Mr Bennour, nous connaissons les méthodes mafieuses, des amis du dictateur de la Tunisie !


5.Posté par AS le 16/05/2010 01:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

mon com a ete efface, pourquoi ? ! Diffamatoire... tapez Bennour Areva sur google

6.Posté par chapichapo le 16/05/2010 08:34 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.areva.com/FR/groupe-759/ahmed-bennour-directeur-des-services-et-systemes-d-information.html

des postes aussi stratégiques du nucléaire français à un tunisien ?!!

7.Posté par Saint Just le 16/05/2010 15:11 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

2.Posté par Saint Just le 14/05/2010 22:51

message supprimé !
Flagornez tant que vous voulez et qui vous voulez, mais pas à notre dépend !


Visiblement la rédaction d'ALTERINFO n'accepte pas la critique et pour démontrer son respect de la liberté d'expression, elle supprime mon message.

Je suis un lecteur fidèle d'ALTERINFO et je vous ai toujours soutenu. Je regrette ce genre de procédé qui s'apparente à de la censure.

Dommage... Je ne m'attendais pas à ce genre de réaction infantile.

Ici comme ailleurs, la liberté d'expression n'est qu'un leurre.




8.Posté par dik le 16/05/2010 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Saint Just, post 7

Comme vous, j'apprécie et soutien Alterinfo. Comme vous, il m'est arrivé également d'être "censuré". Je reconnais cependant que la modération est inévitable pour freiner des ardeurs pouvant verser dans le dénigrement gratuit ou même susciter des poursuites judiciaires. En tout état de cause, mieux vaut être censuré, même souvent s'il le faut, que d'exposer notre meilleur site à quelque problème si mineur soit-il.

9.Posté par AS le 16/05/2010 18:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ 6 google voir areva emirats bennour !

10.Posté par AS le 16/05/2010 19:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

c'est de la que viennent les problemes de M'siou Bennour ! Il faut voir qui chez Areva tente de vous nuir... il est evident que Ben Ali est un pantin de la France au maghreb, et que Areva gene les operations israeliennes, voir americaines, on l'a vu avec le vol AF 447 Rio de Janeiro-Paris... Les bresiliens eux confirment ce que j'avais ecrit a l'epoque venant d'une source australienne, extremement bien renseignee !


11.Posté par Foued le 29/05/2010 23:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

aucune crédibilité de part et d'autre

le rédacteur de ce droit de réponse est un tortionnaire qui doit être en prison

mais il parait que le réseau voltaire a raté son coup sur ce point précis

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires