Conspiration

Dr Alan Sabrosky : Les preuves qu’Israël est responsable du 11/9



Lundi 10 Mai 2010

Dr Alan Sabrosky : Les preuves qu’Israël est responsable du 11/9

Le Dr Alan Sabrosky, ancien directeur des études du US Army War College, a identifié, en entrevue, le vrai responsable et bénéficiaire du 11 septembre : Israël.

Vous pouvez écouter l’entrevue complète (anglais) ici : partie 1 - pt2 - pt3 - pt4

Je vous offre la retranscription intégrale, en français, de cette entrevue, plus bas.

Cet extrait là qui contient l’essentiel (ang.) commence et finit aux endroits où j’insère deux astérisques en gras (**).

Mark Glenn : Dr Sabrosky, bienvenue à l’émission.

Dr Alan Sabrosky : Merci beaucoup, Mark. C’est un plaisir d’être ici.

MG : Eh bien, croyez-moi, tout le plaisir est pour nous. Comme je l’ai dit, cet article que vous avez écrit cette semaine - il y a très peu d’articles qui captent vraiment mon attention ces temps-ci, comme vous pouvez le comprendre, Dr Sabrosky, parce qu’il y a tellement d’informations et tant de gens qui s’expriment. Mais celui-ci a particulièrement capté mon intérêt et maintenu mon intérêt pendant toute la lecture de cet article - que je vais vous lire ici dans une minute. Mais avant d’entrer là-dedans, je vais juste aller de l’avant et vous donner la parole ici, et vous laisser dire des choses que je crois nécessaire de dire.

AS : Mark, nous nous sommes parlés plus tôt et, vous le savez, mes sentiments sont que je suis tout à fait disposé à débattre de problèmes avec n’importe qui sur n’importe quel sujet. La plupart d’entre nous ont des vues différentes sur les choses, et aucun d’entre nous, je pense, ne croit détenir toute la vérité pour lui-même. Ceux qui le croient sont des imbéciles.

Le sujet sur lequel j’ai écrit cette fois a attiré mon attention aussi parce que s’il y a quelque chose qui est plus important c’est la loyauté : la loyauté envers le pays, la loyauté envers le peuple, la loyauté à la Constitution. Et à mon grand mécontentement et j’ai honte - parce que j’ai une famille juive, dont aucun n’est sioniste - la grande majorité des juifs américains donnent leur allégeance à un pays étranger. Ils peuvent avoir la citoyenneté américaine, mais leur allégeance va à Israël. Et comme je l’ai dit dans l’article, c’est une forme de bigamie politique qui est tout aussi malhonnête que la bigamie matrimoniale. Je ne suis pas marié en ce moment, mais quand je l’étais, la loyauté envers ma conjointe était absolue. Elle doit être là. Je pouvais regarder et dire : « Ah ! Il y a Farrah Fawcett," et je pouvais admirer quelqu’un là-bas mais je n’ai pas offert à cette personne mon allégeance. Il y a une différence entre admirer de loin et donner allégeance à cette chose. Et c’est la même chose avec un pays.

Certains de mes parents [américains] sont allemands, certains sont irlandais, et ils ont tous une certaine mesure d’allégeance à ces cultures, mais ce n’est pas une allégeance politique. Il s’agit d’une appartenance sociale. C’est comme dire : "On va se tenir debout le jour de la St-Patrick », ou « On va se tenir debout à l’Oktoberfest », ou « Nous allons fêter ça,« et nous sommes fiers d’être allemands ou irlandais, ou quoi que ce soit d’autre. Mais aucun d’entre nous ne donne son allégeance à l’Irlande ou à l’Allemagne. Les Juifs le font. Et si nous ne le disons pas - peu m’importe d’être taxé d’antisémite - si nous ne nous levons pas pour dire, « La vérité est la vérité, leur allégeance à un pays étranger, ils sont des traîtres », alors nous sommes malhonnêtes avec nous-mêmes.

MG : Ce serait une chose s’ils avaient cette allégeance à ce pays étranger, et que les intérêts nationaux de ce pays étranger imitaient les nôtres - or ce n’est pas le cas. La troisième patte de ce fauteuil est aujourd’hui un homme ayant vécu de première main le fait que les intérêts nationaux de cet autre pays ne sont pas les mêmes que les intérêts nationaux de ce pays.

AS : Mais c’est encore plus que cela, Mark. J’ai eu une discussion amère avec un de mes cousins juifs qui a émigré en Israël et conservé la nationalité américaine. Si quelqu’un aime un autre pays assez pour y déménager : tant mieux pour lui. Ils y vont, et c’est tout - ils sont partis. Mais ils gardent la nationalité américaine afin de pouvoir continuer à participer à nos élections, à siéger dans nos bureaux - regardez Rahm Emanuel : il a servi dans les forces armées israéliennes, et non dans les forces armées américaines, et il est de loin la deuxième personne la plus puissante de ce pays - facilement.

C’est une trahison. Je vais vous dire maintenant : si les Palestiniens avaient la même influence en Amérique, je m’y opposerais de la même manière. Je me fous de quel pays il s’agit, quelle est l’allégeance, ce qui compte pour moi, c’est que si vous êtes américain, vous aimez ce pays en premier, et en dernier, et ça s’arrête là. Et je ne m’inquiète pas que vous soyez de la Navy, de la Marine, peu importe ce que vous êtes. Phil, vous et moi serons sans doute d’accord sur ce point — et sans doute l’une des rares choses sur lesquelles un gars de la Navy et un gars de la Marine soient d’accord — mais je pense que chacun de nous est d’accord que la loyauté envers l’Amérique est la seule part non-négociables de la citoyenneté américaine.

Phil Tourney (survivant du USS Liberty) : Absolument, Alan, et je vais vous dire, vous être un Marine des États-Unis, cela vous est consubstantiel, et d’être un Marine - Semper Fidelis, toujours fidèle - vous êtes fidèle à votre pays ; et je suis désolé que vous ayez eu cette prise de bec avec votre cousine, mais vous êtes toujours fidèle à votre pays et je comprends exactement d’où vous venez.

** Mark, je ne pense pas que tu aies lu au début de l’émission les références du docteur. Je souhaiterais que tu le fasses, parce que ça signifie beaucoup, et cela signifie beaucoup pour moi de les entendre.

MG : Absolument, et je vais le faire dès maintenant car je suis sur le point d’entamer la lecture de cet excellent article.

Alan Sabrosky (Ph.D, Université du Michigan) est un Américain qui a oeuvré pendant dix ans dans le corps des Marines et qui est un ancien diplômé de l’US Army War College.

Maintenant, non seulement cela - Dr. Sabrosky me corrigera si je me trompe ici - non seulement vous êtes diplômé de l’US Army War College, mais vous étiez le directeur des études pendant un certain temps - est-ce exact ?

AS : C’est exact. Pendant cinq ans et demi.

MG : Cinq ans et demi comme directeur d’études à l’US Army War College. Vous savez, de tous les titres que j’aimerais avoir à la suite de mon nom, Dr Sabrosky, celui de directeur des études au US Army War College serait certainement l’un d’entre eux.

AS : Merci beaucoup, j’apprécie.

MG : Très bien, Mesdames et Messieurs, même si j’ai l’air de la mère d’un écolier ici en lisant cet article pour vous, néanmoins, je vais le faire. Non pas comme un geste d’insulte à votre intelligence - parce que je sais que vous êtes tous bien lettrés - mais j’ai été tellement impressionné par cet article qu’il soit dûment conservé ici dans le contexte de cette conversation, et c’est la raison pour laquelle je vais le lire.

En date du 12 mars 2010, par le Dr Alan Sabrosky :

Le visage sombre du nationalisme juif

"Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a dit un jour à une réunion du Likoud qu’ "Israël n’est pas comme les autres pays." Curieusement pour lui, cette fois là il disait la vérité, et ça n’est nulle part plus évident que dans l’exemple du nationalisme juif, qu’on lui attribue ou pas l’étiquette de "sioniste".

Le nationalisme dans la plupart des pays et des cultures peut avoir des aspects positifs et négatifs, unifiant un peuple et, quelquefois, le poussant contre son voisin. L’extrémisme peut émerger, et l’a souvent fait, au moins en partie dans presque tous les mouvement nationalistes/d’indépendance dont je me souviens (par exemple, le mouvement nationaliste français avait La Terreur, le Kenya avait les Mau-Mau, etc.)

Mais alors que l’extrémisme des autres mouvements nationalistes est une aberration, l’extrémisme dans le nationalisme juif est la norme, montant les juifs sionistes (laïques ou observateurs) contre les Goyim (le reste du monde), qui sont potentiellement ou bien des prédateurs ou bien des proies certaines, sinon les deux successivement. Cela ne signifie pas, d’aucune façon, que tous les Juifs ou tous les Israéliens ressentent et agissent ainsi. Mais cela signifie qu’Israël est aujourd’hui ce qu’il ne peut éviter d’être, et ce qu’il serait sous n’importe quel gouvernement élu (un point que je vais développer dans un autre article).

Les différences entre le nationalisme juif (le sionisme) et celui d’autres pays et cultures, sont selon moi quadruples :

1. Le sionisme est un véritable balai de sorcière de xénophobie, de racisme, d’ultra-nationalisme, de militarisme, ce qui le place en dehors d’un simple "contexte nationaliste" - par exemple, quand j’étais en Irlande (dans les deux portions), je n’ai vu aucune indication selon quoi les PIRAs ou quelqu’un d’autre faisaient pression pour qu’une Irlande unie planifie d’envoyer les protestants dans des camps ou à l’extérieur du pays, bien qu’il puisse très bien y en avoir une poignée qui pense ainsi - et qui dépasserait de loin les misères infligées par les nazis ;

2. Le sionisme sape la loyauté civique de ses adhérents dans les autres pays, ce que les autres mouvements nationalistes (et même des mouvements ultra-nationalistes comme le nazisme) n’ont pas fait - par exemple, une grande majorité des Juifs américains, y compris ceux qui n’ont pas ouvertement la double citoyenneté, épousent une forme de la bigamie politique appelée "double loyauté" (à Israël et aux États-Unis) qui est tout aussi malhonnête que la bigamie matrimoniale, les tentatives de faire impasse sur la préséance qu’ils accordent à Israël par rapport aux États-Unis (beaucoup de Rahm Emanuel là-bas qui ont servi dans l’armée israélienne mais PAS dans les forces armées américaines), et n’a absolument aucun parallèle dans le sens d’une identité nationale ou culturelle adoptée par n’importe quel autre groupe ethnique ou racial définissable aux États-Unis - même le Bund nazi aux États-Unis a disparu une fois que l’Allemagne et les États-Unis sont entrés en guerre, avec la quasi-totalité de ses membres se portant volontaires dans les forces armées américaines ;

3. L’« ennemi » des mouvements nationalistes normaux est la puissance occupante et peut-être ses alliés, et une fois l’indépendance assurée, des relations normales avec la puissance occupante sont vraiment la norme, mais pour le sionisme presque tout le monde extérieur est un ennemi réel ou potentiel, ne différant qu’en terme de proximité et de position dans sa très longue liste d’ennemis (qui est maintenant la liste des cibles des États-Unis) ; et

4. Presque tous les mouvements nationalistes (y compris les irrédentistes et les variantes sécessionnistes) ont l’intention de créer un État indépendant à partir d’une population en place ou pour réunir un peuple séparé (comme les Allemands des Sudètes dans les années 1930) - il est très rare qu’il comprenne le déplacement massif d’une autre population indigène, qui est beaucoup plus commune dans les mouvements colonialistes réussis tels qu’aux États-Unis - et peut-être une raison expliquant que la plupart des Américains ne se sentent pas concernés par ce que les Israéliens font subir aux Palestiniens, même s’ils le savaient, puisque ce n’est pas tellement différent de ce que les Européens d’Amérique du Nord ont fait aux Amérindiens ici sur une plus longue période de temps et avec une technologie peu développée.

Les implications pour les perspectives de paix au Moyen-Orient, et pour d’autres pays sous l’emprise (ou pas) de leurs lobbies juifs domestiques, donnent le frisson. Le fait que le livre du Deutéronome prenne vie dans un État doté d’un arsenal nucléaire serait suffisant pour donner à réfléchir à quiconque n’est pas soumis par l’argent ou la corruption - qui de nos jours englobe le gouvernement des États-Unis, compte tenu de l’inclination d’Israël à lancer de la boue dans le visage de l’administration Obama et compte tenu de l’inclination visible Obama à accepter cela avec le sourire, l’ "Oncle Tom" de Bibi Netanyahou vient à Washington.

Feu le général Moshe Dayan, qui - sionistes ou pas - fait partie de mon propre Panthéon honorifique des héros militaires, aurait apparemment fait remarquer que la sécurité d’Israël dépend du fait qu’elle soit perçu par autrui comme un chien enragé. Il avait sans doute raison. Mais il a négligé de noter que la réponse préférée de tout le monde est de tuer ce chien enragé avant qu’il puisse décider de se déchaîner et de mordre. Il s’agit d’une option à considérer."

MG : C’est ce qu’écrit Alan Sabrosky PhD, ancien directeur des études à l’US Army War College.

Dr. Sabrosky, je ne peux penser à aucun autre article que j’aie lu, de mémoire récente, qui résume essentiellement le problème auquel nous avons affaire en ce moment de manière plus précise et aussi succincte que cet essai que vous avez écrit. Vous avez, pour toutes fins pratiques, enfoncé le clou de cette affaire. Je suppose que la raison pour laquelle je suis tellement enthousiasmé par cet article, Dr Sabrosky, est que l’une des choses que j’ai noté au sujet de ce problème auquel nous faisons face - en termes de sionisme, de la puissance du lobby juif, et tout le reste - c’est que tout est enveloppé dans un brouillard de confusion ou de mystère, et cela, je crois, de façon délibérée. Je pense que c’est l’un des principaux éléments expliquant le fait que ce puissant intérêt étranger soit en mesure d’obtenir ce qu’il veut. Je veux dire, regardons les choses en face : il s’en est tiré avec l’attaque d’un navire américain durant près de deux heures et tuant 34 hommes - c’était un acte de guerre, et ils s’en sont tirés. Non seulement ils s’en sont tirés, ils ont même été récompensés par trois milliards de dollars par année minimum. Quand on regarde les deux guerres dans lesquelles les États-Unis se retrouvent, et sur le seuil d’au moins deux autres, et tout cela au profit d’un certain pays étranger assis sur la rive orientale de la mer Méditerranée - ils ont eu un franc succès à mettre tout cela en place et je pense que l’une des principales composantes de cela est le fait que très peu de gens comprennent réellement la nature du problème - et je pense que votre article révèle essentiellement le problème, qui est que lorsque vous avez des gens qui essaient de dire qu’ils sont fidèles aux États-Unis et, en même temps, fidèles à un gouvernement étranger, c’est un mensonge.

AS : Ça l’est, et c’est plus que cela, Mark. Ce que nous devons proclamer bien haut, c’est que non seulement ils ont attaqué le USS Liberty, ils ont fait le 11 septembre. Ils l’ont fait.

J’ai eu de longues conversations au cours des deux dernières semaines avec des contacts à l’Army War College, au Siège du corps de la Marine, et j’ai dit très clairement dans les deux cas qu’il est à 100% certain que le 11 septembre était une opération du Mossad [services secrets israéliens]. Point final.

Vous savez, Phil, je ne dénigre pas ce qui est arrivé au USS Liberty, pas le moins du monde - vous comprenez cela - mais pour la plupart des Américains ce qui est arrivé au USS Liberty, ou au Vietnam, c’est de l’histoire ancienne. Maintenant, c’est de l’histoire ancienne. Vous savez, ils peuvent être préoccupés à ce sujet, mais ils ne vont pas se mettre en colère à ce sujet.

Le 11 septembre a directement causé plus de 60 000 Américains morts et blessés, Dieu sait combien de centaines de milliers de personnes dans d’autres pays nous avons tués ou blessés ou rendus sans-abri, et c’est une plaie actuelle. Ce n’est pas votre blessure du USS Liberty, ce n’est pas ma blessure du Vietnam. Nous en avons tous les deux, chacun de nous s’en préoccupe. Mais c’est une plaie ouverte. Et ce que les Américains ont besoin de comprendre, c’est que c’est eux qui l’ont fait. Ils l’ont fait. Et s’ils comprennent cela, Israël va disparaître. Israël va tout simplement disparaître de cette Terre.

J’ai envoyé un film à l’un de mes collègues et cela montrait essentiellement des Américains endeuillés alors que leurs morts sont rapatriés. Et je l’ai montré l’un d’eux - c’est une femme - le coeur complètement arraché par la douleur en train de pleurer son soldat mort. Et j’ai dit, vous le savez, si jamais les Américains savent qu’Israël a fait cela, ils vont les rayer de la surface de la Terre, et ils ne vont pas s’en faire pour eux comme lorsqu’on tue un rat - pardonnez mon langage - de ce que cela va coûter. Ils n’auront pas de pitié. Ils vont le faire. Et ils le devraient. Et ils le devraient.

PT : Alan, votre article et votre cœur et votre témoignage et ce que vous croyez en est déchirant pour moi. C’est comme nos pères fondateurs, et leurs ombres, qui parlent et qui disent : "Nous devons résoudre ce problème, nous devons le faire à notre manière, et nous devons le faire maintenant, ou nous seront terrassés."

AS : Exactement. Absolument, Phil. Je suis entièrement d’accord.

TP : Votre article doit être expédié à la Bibliothèque du Congrès immédiatement.

AS : Eh bien, je peux vous dire qu’il est lu par certaines personnes au siège du corps des Marines et à l’Army War College. Je leur ai envoyé la semaine dernière et j’ai eu de longues discussions avec les gens là-haut, et il y a certaines personnes très, très mécontentes.

MG : Que disent-ils, si vous pouvez parler de cela, Dr Sabrosky ?

AS : L’étonnement. La première chose, Mark, est l’étonnement. Ils ne savaient pas. Ils ne savaient vraiment pas. Et ce ne sont pas des gens stupides. Ils ne savaient vraiment pas.

Et la réaction suivante est la rage. Une véritable rage. Et les sionistes jouent ceci comme un pari "tout ou rien", parce que s’ils perdent celui-ci, si le peuple américain réalise ce qui s’est passé, ils sont finis.

Et je vais vous dire franchement - je ne pense pas que l’un de vous ait une ascendance juive. J’en ai. Vous savez, j’ai un grand-parent qui est juif. Comme nous en parlions moi et Phil Weiss de Mondoweiss - c’est un juif qui publie beaucoup d’articles critiques sur Israël - et j’ai dit que pour le Rabbinat orthodoxe je ne suis pas un Juif. Mais pour les nazis, je suis passé par là. Et si cela explose, je vais tomber avec le reste d’entre eux. Et je le sais. Je le sais tout simplement. Mais si tel est le prix pour refaire l’Amérique à neuf...

Quand j’ai prêté serment il y a 51 ans au sein du corps de la Marine des États-Unis, personne ne nous a promis la vie. Personne ne l’a fait. Ils nous ont promis le devoir, la fidélité et le service - et peut-être la mort. Et c’est comme ça qu’ils nous parlait en 1959. Je ne pense pas qu’ils leur parlent encore ainsi. Mais en 1959 ils le faisaient, et si ma mort était une condition nécessaire pour sauver l’Amérique - alors, qu’importe, j’aurais pu mourir au Vietnam. C’est mon service, mon pays, mon corps [de la Marine]. Et, Phil, c’est comme vous dans la Navy : nous avons signé pour cela et nous aimons notre service. Et aucun de nous ne veut mourir. Certes, je ne le veux pas. Je ne pense pas que l’un de vous ne le veuille. Mais si c’est le prix, alors c’est le prix que j’aurai à payer. Je le pense vraiment.

PT : Quand vous parlez des Marines, j’ai le plus grand respect et je connais votre devoir envers votre pays. Lorsque la torpille a frappé notre bateau et que je suis entré dans la partie inondée, devinez qui j’ai tiré de là : un soldat de la Marine des États-Unis, du nom de Bryce Lockwood. Et il était accroché à un autre marin et lui sauva la vie, et il a reçu une étoile d’argent. Dieu le bénisse pour cela.

Et je comprends de tout mon cœur ce qu’il y a dans le vôtre, car je l’ai dans mon cœur. Je n’ai pas appris en devenant un marin en tant que tel, mais je l’ai appris par la grâce de Dieu pour sauver notre navire, je l’ai appris par des savants comme vous, je l’ai appris par des bons amis comme Mark Glenn et mes compagnons de bord - et je l’ai appris à travers les actions d’Israël. Et quand vous m’avez frappé très, très fort il y a tout juste une seconde lorsque vous avez parlé du 11 septembre. Vous êtes très prêt à dire que, oui, ils l’ont fait, le 11 septembre. Oui, ils ont fait. Et, vous savez, mon cœur s’est brisé. Et j’ai vu cet avion - le dernier - entrer dans la tour. Et de voir cela ... Je veux dire, je sais que c’est dans votre cœur, et dans celui de Mark, et tout les autres, de voir vos compatriotes américains massacrés et assassinés comme ils l’ont fait au USS Liberty. Alan, c’est quelque chose qui, si nous ne parlons pas, si nous n’avertissons pas les gens à ce sujet - je crois que Dieu veut que nous le fassions - et si nous ne le faisons pas : honte à nous.

AS : Je suis amplement d’accord à ce sujet, et je vais vous le dire - j’ai un rêve, comme Martin Luther King Jr. a dit un jour, et mon rêve est que les 5e et 6e flottes des États-Unis attaquent Israël et le rasent. Et c’est la fin de ce rêve.

MG : Juste pour le rappel, Dr Sabrosky, c’était il y a trois ans - et je me souviens distinctement que j’étais à une émission de radio au cours des préparatifs pour la réunion des gars du Liberty qui allait avoir lieu à [Washington] DC - et j’ai fait une prédiction en ondes que je pensais de tout mon cœur à l’époque et je le crois toujours de tout mon coeur, qu’un jour, d’une manière ou d’une autre - je ne sais pas exactement comment cela va se passer - je m’en doute - qu’un jour et d’une façon ou d’une autre, peut-être beaucoup plus tôt qu’aucun de nous s’y attend, les États-Unis vont se trouver en guerre avec Israël. Et je veux dire une vraie guerre de tirs.

Maintenant, techniquement parlant, nous sommes en guerre avec elle parce qu’elle est en guerre avec nous. Elle cherche à nous détruire. Nous ne l’avons tout simplement pas réalisé pour le moment.

Ma prédiction personnelle est que, probablement, - encore une fois, plus tôt qu’aucun d’entre nous pourrait s’y attendre ou ne souhaite l’envisager - Israël va commettre un autre 11 septembre. Elle va faire un nouveau USS Liberty. De toute évidence, certaines personnes assez puissantes dans certains lieux très visibles, comme le président du Joint Chiefs of Staff, Mike Mullen, pense que c’est une possibilité, étant donné qu’il a coupé court à un voyage qu’il avait fait en l’Europe il y a quelques années pour s’empresser d’aller en Israël pour rencontrer son homologue et l’avertir en termes non équivoques combien il était important qu’il n’y ait pas un second USS Liberty.

Ainsi, concernant ce que vous deux venez de parler, que nous avons besoin d’en parler, je vais proposer une autre théorie ici pour en discuter. Nous aurions déjà eu ce second 11 septembre, ou ce second USS Liberty - cela aurait déjà été un fait accompli si ce n’était du fait qu’un nombre croissant de personnes ont parlé de ce problème depuis le 11 septembre.

Je pense qu’Israël a regardé tout cela et s’est dit : "Nous devons laisser les choses se refroidir un peu pour le moment - si nous essayons une nouvelle tentative dès maintenant, alors nous sommes cuits : nous allons faire éclater notre couverture."

AS : Ce n’est pas seulement une question de souffler notre couverture. Si jamais les Américains comprennent vraiment cela - ils sont de l’histoire ancienne. Ce sera une guerre sanglante et brutale - et ils disparaîtront. Je veux dire, ça ne sera même pas un match serré. Et ils le savent. Ce qu’ils comprennent, je crois, aussi, c’est que leur influence est sur les nominations politiques. Leur effet de levier n’est pas dans les services en uniforme [militaire].

Si vous consultez l’Army Times, le Navy Times, ou n’importe lequel des journaux de n’importe quel service, vous avez une vision très différente de celle que l’on voit lorsqu’on regarde le Congrès et la Maison Blanche. Et l’armée n’a pas été achetée. L’armée est fidèle mais elle n’a pas été achetée. Et si jamais elle comprend cela - qu’elle le comprend vraiment, vraiment profondément - et c’est ce que j’ai constaté lorsque j’ai remis certaines de ces informations à l’Army War College et au siège du Corps des Marines - et j’ai mentionné à l’un de mes contacts au siège du Corps des Marines, j’ai dit : "Tu sais, ils ont fait le 11 septembre ...," et il a répondu : "Vous n’y pensez pas. " J’ai dit : "Absolument".

Et si jamais ils comprennent cela, ces gens là sont de l’histoire ancienne.

MG : Eh bien, maintenant laissez-moi vous demander quelque chose, docteur, et évidemment je comprends que nous avons besoin de protéger les noms des innocents ici...

AS : Il n’y a pas innocents ! [Rires]

PT : Je suis d’accord.

MG : Je voudrais en savoir un peu plus à ce sujet. Je veux dire, ces conversations que vous avez avec vos collègues qui sont encore en service en uniforme. Quelle est leur réaction lorsque vous leur dites de telles choses ?

AS : La première est l’incrédulité, et ce que je leur montre immédiatement après, c’est une entrevue avec un expert en démolition danois nommé Danny Jowenko, et ça montre le troisième bâtiment du World Trade Center en train de tomber - le WTC 7. Et ils regardent ça, et je leur ai dit : « Maintenant, vous comprenez que si l’un des bâtiments a été câblé pour être démoli, ils ont tous été câblés pour être démolis." Et c’est tout. C’est le point de bascule.

Je veux dire, entrer dans les arguments au sujet de qui était aux commandes de quoi, et où ils étaient, et s’il y avait de la nano-thermite - ces choses sont vraies, mais elles sont accidentelles. La chose qui est nécessaire est de dire aux gens : trois bâtiments sont tombés ; le troisième n’a pas été touché par un avion, il a été câblé pour une démolition contrôlée, par conséquent, ils ont tous été câblés pour une démolition contrôlée. Et à partir de cet instant, la réaction est la rage. L’incrédulité d’abord et puis ensuite la rage.

MG : Eh bien, je dois vous dire, que je trouve cela très encourageant, car sur la base des conversations superficielles que j’ai eu avec certains militaires - et je fais très attention à ce que je dis parce qu’on ne sait jamais sur quoi on marche lorsqu’on démarre une discussion de ce type avec l’un d’entre eux - à partir de ces conversations rapides que j’ai eues avec certains d’entre eux, ils ont aucune idée et ne veulent pas en entendre parler. Ils sont fidèles au drapeau qui est sur l’écusson de leur manche gauche, et l’idée que le gouvernement puisse être impliqué d’une manière ou d’une autre dans toutes sortes de hauts crimes et de trahison contre le peuple américain est impensable pour eux, ainsi je suis heureux d’entendre qu’il reste encore quelque matière grise et quelque patriotisme - au moins dans les milieux auxquels vous avez accès, Dr Sabrosky.

AS : Eh bien, ce n’est pas qu’ils ne veulent pas l’entendre, c’est qu’ils ne le savent pas. Ce que j’ai fait quand je l’ai présenté à ces gens et que je leur ai dit, "Examinez seulement ce point-là - il suffit de regarder cette image. Je ne vais pas vous donner d’arguments - il suffit de regarder." Et ils regardent le film et, sans exception, ils reviennent en disant : "Ils l’ont fait, n’est-ce pas." Je leur ai dit, "Ouais - ils l’ont fait."

** PT : Puis-je vous interrompre ici une seconde - je voulais juste mentionner, parler des militaires, certains des militaires les plus distinguées que j’aie eu le plaisir de rencontrer ... L’amiral Thomas Moore, l’ancien chef d’état-major qui nous a soutenu du début à la fin dans l’enquête sur le USS Liberty, et ainsi de suite et ainsi de suite.

Et puis Ray Davis - il était un commandant du corps de Marine des États-Unis. Il a dit directement - cela ne concerne évidemment pas le 11 septembre - que le USS Liberty n’était pas une erreur d’identité, c’était un meurtre de sang-froid, prémédité. Donc, il y a des gens dans l’armée [qui savent].

Ces gars étaient retraités à l’époque - mais quand vous éduquez les gens, comme vous faites, Alan, les gens qui servent dans l’armée maintenant, vous avez parfaitement raison : ils ne savent pas, car personne ne sait. Cela a été caché. Tout a été caché. Cela a été si bien camouflé que ça prendrait presque un messie pour nous sortir de là.

MG : Dr Sabrosky, je voulais vous demander - puisque nous sommes dans une certaine mesure en train de pronostiquer aujourd’hui, et de faire des prédictions - que pensez-vous qui va se passer ?

Je veux dire, j’avais une conversation avec quelqu’un l’autre jour à propos de la situation avec l’Iran, et le fait est que, indépendamment de savoir si l’Iran poursuit activement ou pas la construction d’une arme nucléaire, le fait est qu’Israël ne peut se permettre que cette guerre n’ait pas lieu. Quelque chose doit se produire, même si c’est juste quelques bombardements en Iran et puis rendre ça vraiment spectaculaire grâce au contrôle des médias. Ils doivent faire quelque chose pour récupérer une partie de leur image publique, alors seriez-vous d’accord avec moi sur ce point, et en supposant que vous êtes d’accord avec moi à ce sujet, que pensez-vous qu’Israël fera dans un proche avenir ?

AS : Nous allons avoir la guerre contre l’Iran. Et je suppose que la "rue arabe" va exploser.

PT : Je suis d’accord.

AS : Et les forces américaines, les unités américaines, comme siège de la 5e Flotte à Bahreïn, tout le reste - il va y avoir une liste de victimes desquelles nous n’allons même pas nous préoccuper.

PT : Alan, je pense que cette chose était prédestiné dès le premier jour. Ça a commencé en Afghanistan. Ils vont ensuite en Irak et l’Iran était le gros morceau de résistance prévu depuis le début. Qu’en pensez-vous ?

AS : Oui. Pas de doute là-dessus. Et en fait, si la résistance irakienne n’avait été si forte cela aurait déjà eu lieu dans la seconde administration Bush.

PT : Absolument. Je suis d’accord à 100%.

MG : Donc, toutes ces réticences, la réticence - peu importe comment vous voulez l’appeler - ce qui semble être de la réticence de la part de l’administration Obama - qu’est-ce qui se passe selon vous ? Je veux dire, regardez, juste la semaine dernière nous avons eu quelques choses que je considère assez dramatiques qui ont été dites par l’administration Obama en ce qui concerne Israël et les colonies de peuplement et quoi d’autre. Qu’en est-il ? Est-ce là rien de plus que de la gesticulation de la part de l’administration Obama ou sont-ils vraiment en train de se replier ?

AS : L’administration Obama n’a pas retenu un seul dollar, un seul avion - rien. Les mots ne valent pas grand chose.

Les Israéliens ont commis une erreur tactique en insultant Biden - et Biden n’est pas un de mes favoris, mais il est un gars intelligent de la rue et il n’aime pas être humilié. Cela fait partie de la donne. Mais rien ne s’est produit de façon à affecter concrètement quoi que ce soit que nous donnons à Israël. Rien. Et tant que rien ne se passe qui puisse affecte concrètement ce que nous leur donnons, rien d’autre n’a d’importance.

MG : Pourquoi ne sommes-nous pas déjà en guerre avec l’Iran alors ?

AS : En partie parce que nous ne pouvons pas trouver une excuse suffisante pour justifier cela et pour nous permettre de nous soustraire à ce que nous faisons en Afghanistan et, dans une moindre mesure, en Irak. C’est qu’il y a juste un petit trop à gérer.

Je suis sûr que le schéma était le suivant : l’Afghanistan en 2001, l’Irak en 2003, l’Iran en 2005, la Syrie en 2007. Le problème est que la résistance irakienne n’a pas laissé cela se produire. Alors maintenant, l’échéancier est un peu différent, et je ne suis pas sûr de savoir comment cela va se jouer, mais je pense que de la manière dont nous sommes partis, c’est d’essayer de créer un prétexte pour une guerre.

Et une fois que la guerre a lieu, les gens peuvent poser des questions, mais cela ne change rien au fait de la guerre.

MG : Vous avez raison. S’il y a quelque chose que nous avons appris du Vietnam c’est qu’une fois que les troupes se sont engagés, pour une bonne ou une mauvaise raison, vous soutenez les troupes. C’est une des choses que j’ai remarqué avec la première guerre du Golfe, et c’était bien avant que je connaisse quoi que ce soit à tout ça.

J’ai pensé, étant jeune, qu’en regardant le genre de manifestations qui ont eu lieu - et j’étais à l’université au moment de la première guerre du Golfe - quand on regarde le genre de manifestations qui ont eu lieu durant le Vietnam - et bien sûr dans les collèges vous aviez quelques personnes grommelant et disant ceci ou cela, mais, en général, les néo-conservateurs ont vraiment joué magnifiquement la guerre du Vietnam - si un tel mot peut être utilisé pour quelque chose d’aussi tragique. Et ne vous méprenez pas, Dr Sabrosky : je sais que vous êtes un vétéran du Vietnam et je tiens ces gars-là en plus haute estime aussi, et quand je dis qu’ils ont joué cette chose magnifiquement, c’est qu’ils ont réussi à faire passer les manifestants pour des êtres grotesques, laids, des gens antipatriotiques, au point où, lorsque la grande guerre suivante a commencé, personne n’oserait élever la voix contre les troupes de la façon qu’ils l’ont fait pour le Vietnam.

AS : Oui, absolument. Mark, je vais devoir quitter dans une minute. Si je pouvais faire une sorte de déclaration finale ... Et je pense que vous me seconderez à ce sujet.

Rien pour moi n’est plus important que la loyauté ou l’allégeance à mon pays. Rien. Mais cela nécessite que mon pays et mon gouvernement se comportent d’une manière honorable. Notre gouvernement, aujourd’hui, ne se comporte pas de façon honorable. Et il y a quelque chose dans la Déclaration d’Indépendance qui dit que chaque fois qu’une forme de gouvernement devient oppressante, il est du droit et du devoir du peuple de la modifier ou de l’abolir, et je pense que nous sommes rendus au point où nous devons la modifier ou la supprimer. Et je dis cela en tant qu’homme qui est toute sa vie resté fidèle aux États-Unis.

PT : Je vous comprends. Que Dieu vous bénisse pour cela. Que Dieu vous bénisse.

MG : Mesdames et messieurs : "Le visage ténébreux du nationalisme juif". A consulter sur Internet - je ne pense pas que vous ayez du mal à le trouver. Rédigé par notre très bon ami et invité spécial de ce soir : Dr Alan Sabrosky.

Docteur, j’espère que nous aurons la chance de vous recevoir à l’émission dans un proche avenir, et d’ici là s’il vous plaît continuez votre excellent travail. Honnêtement, autant que cela va sonner prétentieux pour vous, il y a très peu de gens, comme je l’ai dit, qui disent quoi que ce soit qui fasse en sorte que je vais m’asseoir et porter une attention particulière, et vous êtes certainement l’un d’entre eux.

AS : Je comprends cela, Mark. Prenez soin de vous.

Phil, salutations les plus chaleureuses. Semper Fi à vous, mon ami.

PT : Semper Fi. Que Dieu vous bénisse, monsieur, et nous allons nous reparler.

Source : (ang.)
TheInfoUnderground

Pour aller plus loin, je vous recommande de visionner ce film (de takeourworldback.com) qui compile les extraits les plus importants des récentes entrevues de Sabrosky.

— Lien téléchargement (ang.)

— disponible en playlist (13 parties) sur YouTube (ang.).

— Si ce lien ne marche pas, essayez de visionner la première partie (ang.).
À la fin du film, vous entendrez le début de la fameuse conférence de l’Ex-juif Benjamin Freedman (1961) (traduction française) expliquant les manigances qui ont mené aux 1re et 2e Guerres mondiales.

Prenez bien note que dans le film de takeourworldback.com , autour de la 6e partie je crois, le Dr Sabrosky indique qu’il a connu Dov Zakheim (rabbin) dans les années 70-80 et que celui-ci était PDG d’une compagnie (Systems Planing Corporation) produisant des véhicules aériens pilotés à distance (drones) ou téléguidés (technologie "Flight Termination System"). Technologie identifique à celle qui a dû être utilisée pour détourner les avions du 11 septembre et les faire atteindre leurs cibles respectives.

Notons au passage qu’Israel est très avancé dans la production de drones et de technologie de guidage à distance, voire de drones intelligents, et ce au moins depuis les années 80.

Ce même Dov Zakheim était responsable des comptes du Pentagone au moment du 11 septembre et donc aussi la veille du 9/11, alors que le Pentagone annonçait qu’il ne pouvait retracer des transactions totalisant plus de 2,3 billions de dollars (2300 milliards !). Et ce même Dov Zakheim a mené une commémoration sur la pelouse du Pentagone exactement 6 mois après le 11 septembre, à la même heure que l’attaque du Pentagone. Une importante congrégation Chabad Loubavitch était présente et a chanté pour l’occasion.

Plus de détails ici : http://www.takeourworldback.com/fr/911realitydeniers_fr.htm version courte (ligne du temps) ici : http://www.takeourworldback.com/fr/911perpstimeline_fr.htm

Jsf



Lundi 10 Mai 2010


Commentaires

1.Posté par Intellecterroriste le 10/05/2010 10:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Eux pensent que c'est dieu qui veut qu'ils expriment la vérité, ils nous la jouent à la Bush ou quoi? Bref, passons, ça les regarde.

Pour l'instant, ils ne réussissent pas à trouver d'arguments contre l'Iran qui justifient une guerre... Et qu'est ce qu'ils ont trouvé? Les scuds syriens!!! LOOOOL!!!

La Syrie étant un partenaire stratégique de l'Iran, si elle tombe, l'Iran perd un appui stratégique, donc de l'importance, et en plus, il peut commettre une "erreur", donc justifier une guerre...

On verra où ils iront en premier. Concernant l'article, je trouve dommage que le docteur n'apporte pas plus de preuves. Par contre pour l'histoire de dov zakheim, va falloir fouiner un peu...

2.Posté par Fredd le 10/05/2010 11:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Plus de détails ici:
http://pascasher.blogspot.com/2010/04/proof-israel-did-911-video.html

Sur les Israéliens dansants, de nouvelles confirmations!
http://pascasher.blogspot.com/2010/01/les-attentats-du-11-septembre-et-les.html

Le lien le plus utile selon moi est la ligne du temps:
http://www.takeourworldback.com/fr/911perpstimeline_fr.htm

Sur Zakheim (Note: les sources sont insérées dans le texte original, cliquez sur le lien pour y accéder.)

"Ce n’est pas un musulman...
- qui, conscient qu'une fraction de billions de dollars représente tout même des centaines de milliards de dollars, a occupé le poste de contrôleur du Pentagone en mai 2001, alors qu'il était déjà de notoriété publique que les systèmes comptables du Pentagone étaient dans le plus complet désarroi avec 6,9 billions $ "ajustés" dans une tentative de faire correspondre les chiffres;
- qui n’a pas imprimé les reçus de ces opérations de 2,3 billions $, opérations difficiles à repérer avec un système informatique pas encore intégré et avec de la vieille paperasse qui pourrait ensuite être efficacement éliminée grâce à un missile ou un crash d'avion qui détruirait l'aile de la division des vérifications comptables du Pentagone;
- qui a ensuite prononcé un sermon commémoratif sur la pelouse du Pentagone devant des centaines de co-religionnaires de 40 pays, six mois après que l’attaque terroriste se soit effectivement produite et qu’elle ait tué au moins 34 analystes-conseillers budgétaires / comptables / experts financiers. C’est plutôt le rabbin Dov Zakheim.

Ce n’est pas un musulman qui était à un petit déjeuner-réunion avec Donald Rumsfeld lorsque le premier avion a frappé le WTC, et qui était au Club sportif de la marine « quand l'avion qui a frappé le Pentagone est passé par dessus le Club sportif de la marine, est allé rebondir en bas de la colline et a frappé le côté du Pentagone ». C’est plutôt Thomas E. White, qui est lié à la fraude d'Enron, qui a participé à des voyages de JINSA en Israël, avec son épouse Susan en 1997, et qui a été intronisé Secrétaire de l'Armée le 31 mai 2001, soit 27 jours après que George W. Bush ait nommé le rabbin Dov Zakheim comme sous-secrétaire de la Défense et contrôleur du Pentagone. White et Zakheim avaient été placés par Bush au Pentagone, où plus de 2 billions $ ont été transigés sans reçus, alors que les finances du Pentagone étaient vulnérables à une « attaque terroriste » visant la division de vérification comptable, comme c’est pratique!

Ce ne sont pas des musulmans qui, en 2000 ont co-écrit un document réclamant un « nouveau Pearl Harbor ». Ce sont plutôt Roger Barnett, Alvin Bernstein, Stephen Cambone, Eliot Cohen, Devon Gaffney Cross, Thomas Donnelly, David Epstein, David Fautua, Dan Goure, Donald Kagan, Fred Kagan, Robert Kagan, Robert Killebrew, William Kristol, Mark Lagon, James Lasswell, I. Lewis Libby, Robert Martinage, Phil Meilinger, Mackubin Owens, Steve Rosen, Gary Schmitt, Abram Shulsky, Michael Vickers, Barry Watts, Paul Wolfowitz, et le rabbin Dov Zakheim.

Ce ne sont pas des musulmans qui avaient un motif pour employer un "système de terminaison de vol" afin de prendre le contrôle du vol 990 d’Egypt Air (un Boeing 767) le 31 octobre 1999 (après une étrange coïncidence où le "conseiller de gestion de la douleur pour les victimes d'accidents d'avion" Ed McLaughlin du Family Enterprise Institute était la seule personne à monter à bord de l'avion fatidique à Los Angeles pour débarquer à New York) et le faire plonger dans l'Atlantique, à 60 miles au sud de Nantucket, tuant les 217 passagers à bord. Aucun d'eux n'était Israéliens, mais 33 étaient des officiers de l'armée égyptienne, incluant deux brigadiers généraux des forces aériennes et deux major-généraux de l'armée. On a ensuite vendu le concept de « pilotes kamikazes musulmans » à un public crédule. Ce sont plutôt des Juifs qui auraient eu besoin de procéder à un essai de détournement électronique d’un Boeing en plein vol, pour leur opération d'attaque terroriste imminente, qui devait ensuite être attribuée à des « pilotes kamikazes musulmans/pirates de l'air » lors de l'« enquête » du vol 990 d'Egypt Air supervisée par le juif sioniste Bernard Loeb, qui avait engagé des traducteurs juifs transcrivant les enregistrements du cockpit, pendant que le FBI menait une campagne de salissage à l’encontre du co-pilote « suicidaire »."
Source: http://www.takeourworldback.com/itwasntmuslims_fr.htm

"1999: [...] 31 octobre. Rabbi Dov Zakheim est PDG de SPC International - un chef de file mondial dans la technologie de contrôle d'aéronefs à distance intégrant un "Système de Terminaison de Vol" ("Flight Termination System") capable de prendre le contrôle simultané d'un certain nombre d'avions en vol et de leur envoyer des commandes via un "Command Transmitter System " ("Système de transmission de commandes"). [...]
2000: [...] Septembre. Rabbi Zakheim de la SPC est parmi les signataires de "Reconstruire les défenses de l'Amérique" (Rebuilding America's Defenses), un rapport publié par le Projet pour un nouveau siècle américain ("Project for the New American Century", PNAC), qui parle des avantages d'un «nouveau Pearl Harbor».
[...]
2000: 3 mars. Il est rapporté que les finances du Pentagone sont "en plein désarroi", et qu'en 1999 les comptables du département de la Défense ont dû faire près de 7 billions de dollars d' "ajustements" pour tenter de compenser les différences dans la comptabilité. Ils ne peuvent pas montrer de reçu pour plus de 2,3 billions de dollars de corrections. Il y a des centaines de systèmes d'ordinateur opérant divers comptes militaires, mais ils ne sont pas intégrés, et les dossiers financiers ne sont pas conformes aux normes comptables, ni même aptes à subir une vérification. Il s'ensuit que le Pentagone serait vulnérable à une attaque "terroriste" ayant détruit les ordinateurs et documents pertinents, tuant aussi des douzaines d'experts-comptables, registraires et analystes de budget. Un pourcentage de 2,3 billions de dollars est encore une quantité excessive d'argent, et si une partie a disparu, le contrôleur du Pentagone serait capable de dire: «Nous avons essayé de notre mieux, mais malheureusement, en raison des attaques terroristes, nous ne saurons jamais exactement comment beaucoup d'argent est manquant ni où celui-ci est allé ".

2001: Février. George W. Bush nomme le rabbin Zakheim au titre de contrôleur de la comptabilité du Pentagone et sous-secrétaire à la Défense. Mai 4. Dov Zakheim est assermenté à titre de contrôleur de la comptabilité du Pentagone et chef officiel des finances pour le ministère de la Défense. 31 mai. Thomas E. White - qui est allé en voyage avec la JINSA en Israël et qui en tant qu'ancien PDG d'Enron est lié à la fraude massive d'Enron - est assermenté à titre de Secrétaire de l'Armée, trente jours après avoir été nommé par George W. Bush.[...]

2002: [...]11 mars. Rabbi Dov Zakheim livre un sermon commémoratif sur la pelouse du Pentagone à des centaines de coreligionnaires venus de 40 pays. Les rabbins Chabad Lubavitch se sont réunis pour lancer officiellement la célébration du centenaire de leur chef spirituel, le rabbin Menachem Mendel Schneerson, mais les rabbins chantent "Oseh Shalom" à 9h38 sur le site de l'écrasement, exactement six mois après l'attaque extrêmement lucrative du Pentagone.[...]"
source: http://www.takeourworldback.com/fr/911perpstimeline_fr.htm


"le 3 mars 2000, il a été signalé que les finances du Pentagone étaient "en plein désarroi", et qu'en 1999 les comptables du département de la Défense ont dû faire près de 7 billions de dollars d' "ajustements" pour tenter de compenser les différences dans la comptabilité. Ils ne pouvaient pas montrer de reçu pour plus de 2,3 billions de dollars de corrections ou de transactions. Il y avait des centaines de systèmes d'ordinateur opérant divers comptes militaires, mais ils ne sont pas intégrés, et les dossiers financiers ne sont pas conformes aux normes comptables, ni même aptes à subir une vérification. Il s'ensuit que le Pentagone serait vulnérable à une combinaison de fraude comptable et d'une attaque "terroriste" -- impliquant par exemple des avions télécommandés et/ou des missiles -- qui détruiraient les ordinateurs et documents pertinents, tuant également des douzaines d'experts-comptables, registraires et analystes de budget. Un pourcentage de 2,3 billions de dollars est encore une quantité excessive de liquidités, et si une partie a disparu, le contrôleur du Pentagone serait capable de dire: «Nous avons essayé de notre mieux, mais malheureusement, en raison des attaques terroristes, nous ne saurons jamais exactement comment beaucoup d'argent est manquant ni où celui-ci est allé ".

Puis, le 4 mai 2001 précisément, le rabbin Dov Zakheim a été assermenté à titre de contrôleur de la comptabilité du Pentagone et chef des finances pour le ministère de la Défense. Zakheim a été le PDG de SPC International - un chef de file mondial dans la technologie de contrôle des aéronefs à distance intégrant un "Système de terminaison de vol" ("Flight Termination System") capable de prendre le contrôle simultané d'un certain nombre d'avions en vol et de leur envoyer des commandes via un système de transmission de commandes ("Command Transmission System"). Le 31 mai, Thomas E. White - qui est allé en voyage avec la JINSA en Israël et qui en tant qu'ancien PDG d'Enron est lié à la fraude comptable massive d'Enron - est assermenté à titre de secrétaire de l'armée, trente jours après avoir été nommé par George W. Bush. Il n'est pas surprenant qu'un agent de désinformation et son allié "anti-sioniste" tout aussi bidon cache les faits concernant Zakheim et White -- et l'équipe de démolition WTC -- en postant un paquet de balivernes à propos des avions qui se seraient dirigés vers les "salles informatiques" du WTC équipées d'un "dispositif à tête chercheuse" et de thermite déguisée en batteries."
source: http://www.takeourworldback.com/fr/bollynhender_fr.htm

"Les cinglés porteurs de chapeau en papier d'aluminium doivent prétendre que c'était juste une coïncidence si le Rabbin Dov Zakheim a eu accès aux Boeings et aux mêmes "Système de Terminaison de Vol" incorporant un "Transmetteur de Commande" capable de détourner électroniquement un avion pour le crasher dans un bâtiment, sans qu'aucun pilote suicide ou pilotes de Cessna recalés ne soit nécessaire. Les islamophobes paranoïaques doivent toujours être aveugles au fait que Zakheim, de double nationalité israélo-américaine et sioniste enragé, était le co-auteur de "Reconstruire la défense de l'Amérique" (Rebuilding America's Defense), un document de position écrit par le Projet pour le Nouveau Siècle Américain (PNAC) en 2000, qui a appelé à un type d'incident tel un nouveau "Pearl Harbor" qui servira de prétexte à l'armée américaine afin de renforcer son hégémonie mondiale, avec les signataires au bas du document incluant clairement Dov Zakheim (de) "System Planning Corporation", la compagnie dont l'entreprise "Radar Physics Group" fabrique le "Système de Terminaison de Vol" et un "Système de Transmission de Commande", et avec d'autres signataires du document, incluant les néo-cons Lewis "Scooter" Libby, Paul Wolfowitz, et William Kristol. Les fous à lier doivent maintenir qu'il s'agit seulement d'une coïncidence si le rabbin Dov Zakheim était le Comptroller du Pentagone lorsque Rumsfeld a annoncé le 10 Septembre 2001 que plus de 2 billions de dollars (en anglais: trillions) de transaction du Pentagone ne pouvait pas être retracées, et que Zakheim a livré une dvar Torah au rassemblement de 2002 des Chabad Lubavitch sur la pelouse du Pentagone pour commémorer le centenaire de l'anniversaire de naissance du Rebbe Menachem Schneerson, dont il est dit que "Le Rebbe n'a pas laissé un héritage. Il a laissé des ordres de marche." Des ordres tels que: ' ' 1. Quelle est la principale mission que notre génération doit accomplir? Le principal avodah de cette génération est de nous mener à la dernière guerre de golus, de conquérir et purifier tous les pays non-juifs (de sorte que "toute royauté sera celle de Hashem [le Nom, c-à-d Dieu]", Ovadiah 1:21). - Shabbos Parshas VaYelech, 5746.' ' "
source: http://www.takeourworldback.com/fr/zionistdenial_fr.htm


3.Posté par Fredd le 10/05/2010 11:57 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Tiré de:
http://takeourworldback.com/fr/911realitydeniers_fr.htm

Compagnies de déménagement et syndicats du crime

La nouvelle ci-dessus à propos du financement par NM Rothschild & Sons du Platinum Funding Group (lequel est lié à la CIA, au FBI et à l'officier de renseignement militaire israélien qui a été mariée à Christopher Bollyn pendant deux ans) a été relayée par une entreprise de déménagement qui a pris naissance en 1999 à New York et au New Jersey et a par la suite déménagé son siège social en Floride. Entre octobre et décembre 2007 Authorized Movers a bizarrement révisé son historique en y ajoutant dix ans et en omettant de mentionner ses origines à New York et au New Jersey, de sorte que plutôt que de commencer en 1999 avec un homme et une camionnette ils ont supposément débuté en 1989 et étaient déjà bien connus en 1993. En plus de la nouvelle Rothschild-Platinum Funding Group, le site Authorized Movers offre un choix intéressant de liens et d'articles. Par exemple, ils ont posté un article sur les scientologues en Israël, fait la promotion de l'immobilier israélien, diffusé un article à propos de célibataires juifs et de rencontres ("dating"), diffusé plusieurs articles sur les "écoles de pilotage d'avion", dont un sur un programme "d'aide aux étudiants internationaux pour trouver et appliquer à des écoles américaines de pilotage", et posté un lien vers un article sur l'assassinat d'un banquier russe qui avait mené une campagne de lutte contre le blanchiment d'argent et la corruption. En Novembre 2008, le financier russe Alexei Frenkel a été emprisonné pendant 19 ans pour avoir ordonné en 2006 l'assassinat d'Andrei Kozlov, qui avait révoqué les licences de la banque de Frenkel. La plupart des commentaires et les plaintes concernant Authorized Movers disaient qu'ils étaient trop chers, malhonnêtes, peu fiables, que les conducteurs ne parlait guère l'anglais, et des effets personnels qui étaient censés être transportés de New York à l'Arizona, par exemple, étaient stockés à Jersey City pendant des semaines.

Shmuel Ovadia est le président et agent enregistré de Authorized Movers Inc, et Meyers Abiziz est Vice President, secrétaire et trésorier. Abiziz est l'agent enregistré du AuthorizedMovers.Com Inc, présenté comme étant Meyr M. Abiziz, avec Ovadia comme directeur. Un amendement a été déposé en octobre 2004 pour changer le nom de la compagnie de Moving Express Inc à Authorized Movers Inc. Le profil facebook de Shmuel Ovadia indique qu'il est un fan du rabbin Chay Amar, un rabbin Loubavitch qui donne des conférences à travers le monde et donne des conférences mensuelles à New York, Miami et Los Angeles. L'un des amis Facebook d'Ovadia, Guy Nagar, est un fan du rabbin Loubavitch Menachem Mendel Schneerson alias "le Rebbe". Un autre fan du Rebbe est nul autre que le rabbin Dov Zakheim, qui tenait les comptes du Pentagone et avait accès à "Flight Termination Systems" (voir le 31 octobre 1999 et le 3 mars 2000).

En 2003, lorsque Ovadia faisait des transactions sous la dénomination Moving Express Inc, il utilisait une adresse à Hollywood en Floride. Dans la note (memorandum) de Gerald Shea, qui cite le rapport de la DEA, Shea écrit: «Un troisième directeur était Hanan Serfaty (ou Sarfati), un chef d'équipe résidant à Hollywood, en Floride. Interrogé par la DEA à Tampa, en Floride, le 1er mars 2001, il avait en sa possession des bordereaux de dépôt bancaire d'un montant de plus de 100 000 $ datant de décembre 2000 jusqu'au premier trimestre de 2001, et des bordereaux de retrait d'un montant légèrement inférieur pendant la même période. M. Serfaty servi dans l'armée israélienne entre l'âge 18 et 21 ans, mais a refusé de divulguer à la DEA ses activité entre les âges de 21 et 24 ans, y compris ses activités depuis son arrivée aux États-Unis en 2000 à l'âge de 23 ans. [14] Un autre était Peer Segalovitz de Tamarac, Floride (environ 20 miles à l'ouest de Hollywood -- voir la carte 1), un agent actif dans un bataillon de forces spéciales israéliennes qui commandait 80 hommes dans le plateau du Golan (Golan Heighs). Il a été détenu à Orlando le 3 Mai 2001."

Shea poursuit: «... en juin 2001, juste deux ou trois mois avant les détournements d'avion du 11 Septembre, 15 des 19 futurs terroristes vivent aussi à Hollywood, neuf dans la ville elle-même et six dans les villes environnantes (voir la Pièce B et les CARTES 1 et 2). Durant des mois, Hollywood a été et continuera d'être le terrain d'action pour le détournement des avions du World Trade Center et celui de Pennsylvanie. Parmi les groupes israéliens, plus de 30 vivaient dans la région d'Hollywood, dont 10 dans la ville d'Hollywood. "


Carte 1 du rapport de la DEA couvrant Hollywood, en Floride.
[IMAGE]

Le très connu Dominick Suter, chef de la façade du Mossad "Urban Moving Systems Inc" qui s'est enfui en Israël le 14 septembre 2001, après que ses subordonnés aient été arrêtés l'après-midi du 11 septembre, est mentionné plusieurs fois dans le rapport de la DEA. Il est reconnu comme le leader du groupe du New Jersey, et a aussi été impliqué à Los Angeles.

Le journaliste indépendant Christopher Ketcham écrit sur la proximité des adresses des Israéliens et des présumés pirates de l'air: « Un 'étudiant en art' était un ancien officier du renseignement militaire israélien nommé Hanan Serfaty, qui a loué deux appartements à Hollywood à proximité de la boîte aux lettres et de l'appartement de Mohammed Atta et des quatre autres pirates de l'air. Serfaty a transigé de grandes quantités de liquidités: il portait sur lui des bordereaux de dépôt bancaire de plus de 100 000 dollars déposés à partir de décembre 2000 au premier trimestre de 2001; d'autres bordereaux indiquaient des retraits d'environ 80 000 dollars au cours de la même période. Les appartements de Serfaty, qui servaient de lieux de refuge pour au moins deux autres «étudiants en art», étaient situés au 4220 rue Sheridan et au 701 South 21th Avenue. L'adresse postale du chef des pirates Mohammed Atta's était à 3389 rue Sheridan -- à environ 2700 pieds de l'appartement de Serfaty sur la rue Sheridan. Tant Atta que Marwan al-Shehhi, le pilote-kamikaze du vol 175 de United Airlines qui s'écrasa sur le WTC2, vivait dans un appartement loué au 1818 rue Jackson, à quelque 1800 pieds de l'appartement de Serfaty sur South 21th Avenue.

Dans un autre compte, quatre autres présumés "pirates" utilisaient l'adresse 3389 Sheridan Street. Les clowns qui a écrit le script n'ont même pas pu s'entendre à savoir si c'était le passeport de Atta ou de Suqami qui a été "trouvé". En tout les cas, les entreprises de déménagement israéliennes, comme Moving On Up Inc, utilisent exactement le même numéro d'adresse de rue, mais avec un différent numéro de suite: le numéro #159 au lieu du numéro #256. Les opérations de Moving On Up à cette adresse a débuté en octobre 2000, soit quelques mois après que Mohamed Atta et Marwan Al Shehhi soient arrivés en Floride. Les Israéliens derrière cette compagnie sont Haim Shalem et Tal Lavie, qui sont réputés être appuyés par "les intérêts du crime organisé israélien et russe". Lavie est le président de Moving On Up, Inc et Mark D. Cohen est l'agent enregistré. En février 1999, la compagnie de Tal Lavie Budge It Moving & Storage Inc a été révoquée après avoir omis de répondre à un préavis de 60 jours d'intention de dissolution pour manquement d'obtenir un agent autorisé qui se soumette au processus du siège social. Haim Shalem, qui se dit le "superviseur aux réclamations de la clientèle" de Moving On Up, est administrateur de plusieurs sociétés de déménagement en Floride, et est président de Continental Nationwide Moving Services Inc, qui utilise également l'adresse du 3389 Sheridan Street. Michael Ronen était originellement le directeur de Moving On Up, mais il a démissionné le 24 octobre 1999. En février 2005, un Israélien du même nom a été directeur du département du Pacifique au sein du ministère israélien des Affaires étrangères, négociant avec l'ambassadeur d'Ankara Nouvelle-Zélande en 2005 dans la foulée du scandale des passeports volés du Mossad.

Rudi Dekkers était l'opérateur de Huffman Aviation, qui tenait l'école de pilotage en Floride qui a formé deux des présumés «pilotes-kamikazes»: Mohamed Atta et Marwan al-Shehhi. En février 2001 Richard Boehlke, de Portland, Oregon, a prêté quelques avions à Dekkers. Le journaliste indépendant Daniel Hopsicker a signalé que Boehlke est relié à l'échec d'une entreprise de consultants en investissements de Portland Capital Consultants LLC, ayant connu son ancien PDG Jeffrey Grayson depuis de nombreuses années.

Le 21 septembre 2000, les autorités fédérales ont pris le contrôle de Capital Consultants. Les cadres supérieurs de l'entreprise, les père et fils Jeffrey L. Grayson et Grayson L. Barclay, ont été reconnus comme ayant mené une fraude "Ponzi" pour couvrir la perte de 160 millions de dollars de fonds de leurs clients. Le 1er octobre 2000, le New York Times a rapporté que des poursuites au civil avaient été déposées contre les fiduciaires de fonds de retraite de l'Oregon Laborers Union (Syndicat des Laboureurs de l'Oregon), en vue de récupérer 225 millions de dollars de pertes. La Securities and Exchange Commission avait brièvement suspendu Jeffrey Grayson en 1976 pour avoir investi 280 000 dollars de fonds de retraite dans un certificat de prêt hypothécaire qui s'est avéré être sans valeur. Le Times a aussi noté que Capital Consultants avait fait un investissement relativement petit de 6 millions de dollars avec Title Loans of America, qui est détenue par deux fiducies dont le seul bénéficiaire est Alvin I. Malnik, avocat, homme d'affaires et gangster réputé du sud de la Floride. Title Loans of America a facturé à ses clients des intérêts allant jusqu'à 264% par an. Norm Sepenuk, un avocat de la défense au criminel de Portland qui représentait Grayson, a déclaré à l'Oregonian que Title Loans était un investissement sûr pour les clients de Capital Consultants, et que l'opération était tout à fait légitime, il s'agissait d'un prêt «parfait», et Grayson avait "vérifié" les antécédents de Malnik et avait "déterminé qu'il était en règle". En décembre 2001, un amendement a été déposé dans lequel Title Loans of America Inc, une société sans but lucratif enregistrée en Floride, a changé de nom pour Community Loans of America Inc.

Selon The New York Times du 3 juillet 2000, Malnik était un avocat qui "a travaillé en étroite collaboration avec" Meyer Lansky, ce que Malnik nie. Toutefois, au sujet de ce lien Al Malnik, fils d'immigrants juifs russes, déclare qu'il était un "bon ami" de Lansky, qu'il a «passé beaucoup de temps avec lui», mais ne l'avait jamais représenté pour des affaires juridiques. Cela contraste fortement avec une autre déclaration de Malnik selon laquelle il aurait représenté Lansky dans quelques affaires civiles et l'aurait personnellement rencontré une seule fois -- lors d'une rencontre fortuite dans un ascenseur. Les policiers ont mis Malnik sous écoute dans les années 1960 et l'ont entendu discuter avec Lansky, et en 1963 le FBI a enregistré une conversation entre Malnik et le lieutenant de Lansky Ben Siegelbaum (Bugsy Siegel) au sujet de la réussite du syndicat Lansky à obtenir un rapport confidentiel du ministère de la Justice concernant la Banque mondiale de Commerce (Bank of World Commerce), la base de la mafia aux Bahamas pour le blanchiment des profits des casinos. L'argent serait ensuite transmis à la Banque de Crédit International de Tibor Rosenbaum en Suisse, et pourrait alors revenir aux États-Unis pour être réinvesti.

L'article du Times indique que, selon les autorités, il existe de nombreux exemples de gangsters de Brooklyn qui affluent vers le sud jusqu'à Miami. Tel qu'indiqué ci-dessus, Authorized Movers est un autre exemple de Juifs déménageant de New York ou du New Jersey vers la Floride, et c'était un marchand de Brooklyn qui avait servi d'intermédiaire lorsque Bernard Kerik a reçu 250 000 dollars de "prêt" de Eitan Wertheimer d'Israël, après avoir joué son rôle dans la promotion de l'histoire du passeport des pirate de l'air "retrouvé". Basé à New York, Meyer Lansky, d'origine juive et né en Russie, était connu comme le trésorier de la mafia américaine, qui blanchissait l'argent de la mafia via des sociétés écrans aux Bahamas pour ensuite l'envoyer à Israël pour acheter des obligations de la défense israélienne. Lorsque Lansky est mort en 1983, Malnik a été qualifié d'héritier présumé par le Reader's Digest, et le surnom est resté. Les officiers de police ont longtemps soupçonné Malnik d'être le seul "héritier" de Lansky. Des visiteurs célèbres du The Forge, le restaurant de Miami établi par Al Malnik et dirigé par son fils Shareef depuis 1991, incluent Michael Jackson, Frank Sinatra, Richard Burton, Richard Nixon - et Meyer Lansky et ses associés. La cave à vin contient un Château Lafite Rothschild 1822 d'une valeur estimée à 150 000$.

Les attentants du 11 septembre auraient soi-disant été perpétrés par quinze "pirates de l'air suicides", tous sauf un étant supposés être de l'Arabie saoudite, en plus de quatre «pilotes kamikazes», ayant tous reçu, sauf un, une formation dans deux écoles de pilotage louches en Floride, bien qu'aucun des trois n'ait été Saoudien. Ainsi, il est intéressant de noter que l'héritier «apparent» de Meyer Lansky vit en Floride et a des liens familiaux très serrés avec la famille royale saoudienne. Le fils de Malnik Shareef a changé son nom pour Mark en 1982 lorsqu'il a épousé Sheika Hoda Al-Fassi, une princesse de la famille royale saoudienne. C'était au cours de la période où Alvin travaillait en tant que conseiller financier en chef de Mohammed Al-Fassi et au membre de la famille royale saoudienne le Prince Turki Bin-Aziz, fils du roi d'Arabie saoudite. Plus récemment, le prince saoudien Al-Waleed bin Talal avait environ 6% des parts de News Corp et, étrangement, il est considéré par certains comme un "grand antisémite et anti-Israël".

Il y a un fil connecteur reliant Dekkers Rudy à Richard Boehlke à Capital Consultants et à Al Malnik, et les autorités ont longtemps été au courant des activités criminelles de Malnik. Toutefois, sa connaissance du droit et son expérience d'esquivage des enquêtes fédérales laissent supposer qu'il aurait été assez intelligent pour couvrir toute piste remontant jusqu'à Dekkers. Il est possible que Malnikait tiré quelques ficelles, mais, comme la plupart des conspirateurs du 11 septembre, il n'aurait eu qu'une participation et une connaissance limitée de l'opération sous faux pavillon ("false flag").

Il est également intéressant de noter que l'escroc juif et le lobbyiste sioniste Jack Abramof est actuellement en prison sous des chefs d'accusation criminelles de fraude et corruption. Konstantinos "Gus" Boulis a vendu sa société SunCruz Casinos -- une opération de bateau de jeu par laquelle ses clients sillonnaient les eaux internationales où les lois de la Floride sur le jeu ne s'appliquent pas -- à Jack Abramoff et Adam Kidan en septembre 2000. Après une enquête judiciaire avec jury concernant la transaction, la relation de Boulis avec Abramoff et Kidan est devenue un peu moins chaleureuse. Il y avait une bagarre à mains nues entre Boulis et Kidan le 5 décembre 2000, et Boulis a été retrouvé tué par balles dans sa voiture le 6 février 2001. L'une des personnes inculpées pour son assassinat est Anthony Moscatiello, décrit par les autorités comme un comptable officieux de la famille criminelle Gambino de New York. Moscatiello était un vieil ami de Kidan qui a admis l'avoir engagé au milieu de la dispute avec Boulis, ostensiblement comme un consultant en "aliment et boisson". Peu après la bagarre Boulis-Kidan, Kidan a envoyé un courriel à Abramoff: "Mon ami à New York agit par souci pour ma sécurité". Environ une semaine plus tard, SunCruz fait le premier paiement de 145 000 $ à Moscatiello par l'intermédiaire de sa fille et d'une compagnie qu'il possède. Bien que les paiements aient été soi-disant pour la restauration, la consultation et les "inspections sur place", il n'existe aucune preuve que de tels services ont été fournis. Un autre 105 000 $ a été évidemment payé par Kidan à Moon Over Miami Beach Inc, une compagnie dans laquelle personne ne semble travailler et qui a été dirigé par Anthony Ferrari, lequel a été également inculpé pour l'assassinat de Boulis. Pourtant, les autorités n'ont pas considéré Kidan ou Abramoff comme des suspects pour l'assassinat.

Certains des "présumés pirates de l'air du 11 septembre" auraient été vus sur un bateau-casino SunCruz peu de temps avant le 11 septembre. Les quelconques boucs émissaires Arabes du 11 septembre que les auteurs voudraient ensuite éliminer auraient pu être attirés dans une embuscade, avec la promesse de «quelque chose de spécial», comme une partie de poker où les boucs émissaires se seraient fait dire qu'ils pourraient "faire une razzia". Il existe des preuves que des "doubles" des pirates de l'air ont été utilisés. Par exemple, souvent un "pirate de l'air" était vu à plusieurs endroits simultanément, ou une version d'un "pirate de l'air" "parlait bien l'anglais alors que l'autre avait un fort accent. Cela soulève la possibilité que des homicides aient été exécutés avant le 11 septembre, avec des agents du Mossad jouant un rôle de boucs émissaires dans les étapes ultérieures. Des opérateurs israéliens alliant plaisir et affaires fourniraient une explication supplémentaire au fameux comportement de buveurs, sniffeurs de cocaïne, joueurs, coureur de jupons, etc., des pirates de l'air en plus du fait que les boucs émissaires réels -- ceux qui n'étaient pas juste une fabrication basée sur le vol d'identité -- n'étaient pas les extrémistes religieux présentés par la propagande sioniste.

Les victimes listées du vol 77 incluent des individus dont le travail aurait pu être instrumentalisé à leur insu, et que les auteurs du 11 septembre auraient eu besoin d'éliminer pour empêcher qu'ils parlent après les attentats. William E. Caswell a travaillé sur des projets noirs ("deep-black") top-secrets à l'Indian Head Naval Surface Warfare Center (NSWC-IH), un «chef de file renommé en énergie», qui exploite un centre de fabrication de technologie énergétique ("Energetic Manufacturing Technology Center") et poursuit des "recherches avancées en systèmes énergétiques". John Yamnicky, comme William Caswell, avait travaillé pour la Marine sur des projets top-secret "ténébreux". Curieusement, pour la première fois, il n'a pas avisé sa fille qu'il partait en voyage. Charles Burlingame était un ancien pilote de chasse de la Marine, qui travaillait auparavant dans la section du Pentagone qui a été touchée et qui avait formulé une réponse à l'éventualité d'un avion de ligne qui s'écraserait sur le Pentagone. Wilson "Bud" Flagg est un ancien pilote d'American Airlines et amiral de la Marine. Stanley Hall était un expert en technologie anti-radar et un directeur de la gestion de programme à Raytheon. Bryan Jack était un cadre supérieur et analyste de budget de haut niveau qui a travaillé au Pentagone. Chandler Keller était un ingénieur de propulsion de Boeing. Dong Lee était un ingénieur de Boeing qui travaillait pour leurs Systèmes de Défense Intégrée (Integrated Defense Systems) et avait travaillé pour la National Security Agency (NSA) pendant 14 ans. Barbara Olson était une commentatrice de CNN et l'épouse du Solliciteur général américain qui a affirmé avoir reçu des appels sur son portable provenant du "Vol 77". Ruben Ornedo était un ingénieur de propulsion/communication satellite de Boeing. Robert Penniger était un ingénieur électrique pour BAE Systems. Et il y a une autre douzaine d'autres soi-disants "passagers du vol 77" qui étaient liés à la défense et au gouvernement qui, dit-on, se trouvaient justement là comme par hasard sur ce vol exceptionnellement peu occupé.


Conclusion


Israël a une réputation bien méritée pour s'être livrée à du terrorisme sous faux pavillon ("false-flag") et avoir monté ses «alliés» contre ses propres ennemis à des fins politiques et financières. Les activités du Mossad aux quatre coins du monde vont bien au-delà des mesures purement défensives. Des juifs, allant de Eddie Shalev (voir 9 avril 2004) à Don Radlauer (voir le 13 et 19 septembre 2001), s'activent de gauche à droite afin de renforcer le canular voulant que "des musulmans sont responsables du 11 septembre". Comme la ligne du temps permet de le constater, le commissaire de police de New York corrompu Bernard Kerik s'est rendu en Israël le 26 août 2001, pour un voyage de quatre jours, où il s'est entretenu avec Eitan Wertheimer. Le 16 septembre 2001 il a promu le mensonge des "passeport des pirate de l'air" qui auraient été "trouvés". Le 8 novembre 2007, il a été inculpé sous 16 chefs d'accusation, notamment pour mensonge, complot et fraude, et pour avoir pris sans le déclarer un prêt de 250 000 $ de la part de l'industriel milliardaire israélien Eitan Wertheimer. On peut également constater que les 2,3 billions de dollars de transactions potentiellement introuvables du Pentagone étaient de notoriété publique dès mars 2000, près d'un an avant que Bush ne nomme le rabbin Zakheim au poste de contrôleur des comptes du Pentagone. Les démolitions trompeuses du WTC et les avions télécommandés, requis pour maintenir l'illusion d'un «complot de terroristes kamikazes musulmans », faisaient partie d'une vaste opération sous faux pavillon qui a été planifiée sur plusieurs années. L'opération du Pentagone était d'exploiter une opportunité qui est apparue assez récemment. Voir ici la liste de plus d'une centaine de suspects du 11 septembre. Il est sûr que certains d'entre ceux étaient largement associés, et d'autres ont joué un rôle dans la conspiration du 11 septembre.

Les auteurs du 11 septembre sont beaucoup plus puissants que n'importe quel gouvernement pris isolément. Il n'y a pas de gouvernement national qui puisse soutenir un mythe international de l'ampleur du 11 septembre pendant des années à la face des partis d'opposition, des médias grand public indépendants et des citoyens ayant un minimum de liberté, de curiosité et de connaissance. La théorie officielle du complot du 11 septembre de "pilotes/pirates de l'air kamikazes" armés de "cutters", est encore plus trouée qu'un filet de pêche, et l'idée que "Bush" aurait pu mener à bien le 11 septembre est risible. Les gouvernements n'auraient pas pu convaincre leurs employés de massacrer des milliers de leurs compatriotes dans des démolitions contrôlées de grattes-ciels tout en gardant le silence. Seul un syndicat du crime d'ampleur internationale, qui a lentement mais inexorablement étendu ses tentacules jusqu'à contrôler la presse, contrôler les "dirigeants" politiques et contrôler les banques, et qui a acquis une influence internationale en saisissant quelques 8000 miles carrés de propriétés immobilières sous de faux-semblants pour ensuite l'armer avec des centaines d'armes nucléaires, serait à la hauteur.

La complicité de l'administration Bush dans l'écrasement d'un projectile téléguidé dans l'aile ouest du Pentagone, avec des sous-marins israéliens de catégorie "Dauphin" équipés de missiles à tête nucléaire de croisière avec 900 miles de portée, ses divers réseaux d'espionnage permettant de faire chanter les politiciens et son contrôle de la machine médiatique, ont fourni à Israël le levier nécessaire pour forcer les autorités américaines à maintenir cachés les 100 milliards$ et plus du détournement de fonds du Pentagone par Netanyahou/Zakheim et les 4 milliards$ de fraude des assurances de Netanyahou/Zakheim/Silverstein et le casus belli pour des guerres perpétuelles - une «guerre contre le terrorisme». M. Netanyahu fut le principal architecte de la doctrine de la «guerre contre le terrorisme» qui était en fait le prétexte d'un terrorisme d'État pour le profit et le pouvoir. Toutefois, les planificateurs -- au milieu des années 1990 -- n'avaient pas pu prédire l'essor de l'Internet et la divulgation généralisée a posteriori des preuves scientifiques de démolition contrôlée du World Trade Center. Les dirigeants du Sionisme criminel sont de plus en plus vulnérables maintenant que leurs crimes et tromperies sont démasqués par les chercheurs de vérité et les patriotes.

4.Posté par Fredd le 10/05/2010 13:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Benoît Perron explique que le filon Madoff remonte directement au Mossad par l'intermédiaire de Silverstein... (si j'ai bien compris, corrigez-moi sinon)
http://www.youtube.com/watch?v=6l0D14Sjs5Q

Perron a non seulement donné des conférences sur le sujet, il y a aussi consacré une émission complète:
http://pascasher.blogspot.com/2010/03/madoff-silverstein-mossad.html

Madoff lié aux services secrets:
http://pascasher.blogspot.com/2009/06/madoff-lie-aux-services-secrets.html

5.Posté par AS le 10/05/2010 14:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ouia madoff est lie au mossad et au 11 septembre... peut etre une groisse epine du pied que rahma voulu se retirer... il semble que maintenat aux usa, les elites aient compris que c'est bien israel le gros probleme et personne d'autre !

en menacant de tuer biden, netanyahu n'a fait que se mettre de la pression sur lui, il risque lui maintenant de se faire abattre !

6.Posté par MISTER NO le 11/05/2010 04:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

merci FREDD franchement,ton exposé est " super classe ".je n'en ai pas loupé une virgule...a suivre

7.Posté par Fredd le 12/05/2010 09:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Voici une vidéo sous-titrée en français présentant les meilleurs extraits de l'entrevue de Sabrosky à l'émission (podcast) The Ugly Truth, agrémentés de quelques images :

http://www.youtube.com/watch?v=TYxtq2MAMS0

Très recommandé!

8.Posté par Fredd le 12/05/2010 09:22 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cliquer ici:
http://www.youtube.com/watch?v=TYxtq2MAMS0

9.Posté par Predication and Palestine le 20/05/2010 23:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les preuves, je n'en ai AUCUNEMENT besoin.

Quand je vois la face du Benjamin SheitanYahou,
sa face immonde de bête maléfique,
j'ai le crucifix pour éloigner les vampires et les cannibales qui grésille et qui crépite !!!

Pas besoin d'autre preuve ...

10.Posté par Plumette le 25/05/2010 13:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Une vidéo à peine croyable! les tours en feu sur les dollars! a voir et à faire passer absolument !

11.Posté par chaton le 19/06/2010 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

lisez ca les gars, vous me remercierez plus tard.

Tous sur le 11 sept, ben laden decede depuis 2001 etc... du croustillant, du suspens, vous ne lacherez plus le site. et faites passer... merci

http://www.just-the-truth.sitew.com/#Initiation_a_la_Verite.A

12.Posté par Hijack le 11/09/2011 23:05 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

911… Attentats à l’Intelligence !

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/911-attentats-a-l-intelligence-100316

13.Posté par gidzman HG le 31/01/2015 14:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Aucune preuve!que des faits étayés comme un roman de polar ou d'anticipation mal deviné!
Le N.O.M est réel mais P.A.S celui que vous croyez!(Programme AntiSionniste)
Le nom de l'imposteur a plusieurs habits d'ombre et casquettes de R.A.P peur pour faire en sorte que la vérité soi introuvable!(Réseau Anti Propagande)
Alors dans un acte lâche et de faiblesse on désigne le coupable idéal!Universel! I.S.R.A.E.L!
Ne mettez pas tout le monde dans le même sac,le Malin....... ne demande que ça!

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires