ALTER INFO

Documents: Compte-rendu de la rencontre réunissant Dahlan, Abbas et Sharon (1, 2 et 3)


Dans la même rubrique:
< >


Vendredi 24 Juillet 2009

Documents: Compte-rendu de la rencontre réunissant Dahlan, Abbas et Sharon (1, 2 et 3)

La chaîne d’Al-Jazeera a publié un scoop concernant la révélation explosive faite par Farouq Al-Qaddoumi parlant d’une conspiration tramée entre Abbas, Dahan et les Israéliens pour tuer le défunt Yasser Arafat.



En effet, ce deuxième homme du mouvement du Fatah a levé le voile sur une rencontre tenue entre deux personnages de son mouvement et l’ancien premier ministre israélien Sharon. Il s’agit de l’homme qui occupe actuellement la présidence de l’autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Il s’agit aussi de Dahlan, l’homme fort du Fatah. Cette rencontre qui a fait couler beaucoup d’encre avait été révélée par la chaîne arabe Al-Jazeera, ce qui lui avait valu une interdiction de continuer à pratiquer son travail en Cisjordanie. En fait, la diffusion n’a pas été au goût de l’autorité qui a vite ordonné la fermeture du bureau de la chaîne en Cisjordanie, en attendant une décision judiciaire. En effet, cette autorité a annoncé son intention de traiter l’affaire devant la justice. Ainsi, elle a joué le rôle du juge et de la partie, en fermant le bureau de la chaîne sans attendre la décision de la justice !



Pour mettre au courant ses lecteurs, le département français de notre Centre Palestinien d’Information (CPI) a jugé opportun de traduire et de publier le compte-rendu de ladite rencontre ;



Sharon : J’ai beaucoup insisté pour tenir cette rencontre avant le sommet à venir, afin de terminer tous les aspects techniques, afin de mettre les points sur les i. Nous ne devrons pas être face à des points sombres et à des interprétations hasardeuses qui surgiraient dans les jours à venir.



Dahlan : Si vous ne n’aviez pas sollicité cette rencontre, c’est moi qui l’aurait fait.



Sharon : Tout d’abord, nous devons essayer de liquider tous les chefs militaires et politiques du Hamas, du Djihad Islamique, des brigades d’Al-Qassam et du Front Populaire.



Abou Mazen : Cette méthode ne connaîtra certainement que l’échec, nous ne pourrons par les éliminer et même leur faire face.



Sharon : Alors, quel est votre plan, à vous ?



Dahlan : Nous vous avions fait part de notre plan par écrit, ainsi qu’aux Américains. En réalité, nous avons besoin d’une période d’accalmie pour pouvoir mettre complètement la main sur les services de sécurité, et sur toutes les institutions existantes.



Sharon : Mais tant qu’Arafat occupe Al-Moqattaa à Ramallah, vous rencontrerez l’échec, très certainement. Ce renard vous surprendra comme il l’a déjà fait avec vous. Il connaît toutes vos intentions. Il fera tout pour vous mettre en échec. Il crie sur tous les toits qu’il vous utilisera pour la sale période. 



Dahlan : Nous allons voir qui exploite l’autre !


Sharon : Le premier pas devra être l’assassinat d’Arafat, en l’empoisonnant. En effet, je ne veux pas l’expulser vers un autre pays si je n’ai pas une garantie internationale afin qu’il soit assigné à résidence, sinon, il reviendra. 




Abou Mazen : Si Arafat meurt avant que nous ne puissions prendre la situation en main, mettre la main sur les institutions, sur le mouvement du Fatah et sur les brigades d’Al-Aqsa, nous rencontrerons beaucoup de difficultés. 




Sharon : Bien au contraire ; vous n’obtiendrez rien tant qu’Arafat est en vie. 




Abou Mazen : L’idée est que nous faisons tout passer par Arafat, et cela sera une aubaine aussi bien pour nous que pour vous. Ainsi, se heurter aux factions palestiniennes et liquider leurs chefs, tout cela sera mis sur le dos d’Arafat. Les gens ne diront pas que c’est Abou Mazen qui aura fait ceci et cela. C’est le président de l’autorité palestinienne qui l’aura fait. Moi, je connais bien Arafat. Il n’accepte jamais d’être mis à l’écart. Il veut toujours rester le raïs. S’il perdait tous les privilèges, s’il ne lui restait que le choix d’une guerre civile, il préférait rester raïs. 




Sharon : Avant Camp David, vous disiez qu’Arafat était toujours le dernier au courant. Mais Barak et Bill Clinton se sont trouvés étonnés qu’il connaissait tout et en détail. 




Dahlan : Nous avons mis en place un service mixant la police et le service de sécurité préventive. Le nombre de ses éléments a dépassé les 1800. Ce nombre sera augmenté par des éléments que vous approuverez. Et nous imposons aux officiers des conditions difficiles et nous faisons tout pour qu’ils nous obéissent. Nous travaillons pour mettre à l’écart tous les officiers qui se permettent de se mettre sur notre chemin. Et nous ne ferons de cadeau à personne.


Nous avons commencé de façon intense à mettre sous contrôle les membres dangereux du Hamas, du Djihad Islamique et des brigades d’Al-Aqsa. Si vous me demandiez de désigner les cinq personnes les plus dangereuses, je pourrais vous donner leurs places avec précision. Cette précision vous permettra de les frapper rapidement, dès qu’ils auront fait un acte contre vous. Et maintenant, nous tâchons à percer les factions palestiniennes, pour pouvoir plus tard les démanteler et les liquider. 




Sharon : Je vous épaulerai par le ciel pour frapper tout objectif difficile pour vous. Toutefois, j’ai peur qu’Arafat ait pu vous percer et ait transmis vos plans aux Hamas, au Djihad Islamique et aux autres. 




Dahlan : Ce service n’a rien à voir avec Arafat, ni de près ni de loin, hormis les salaires, via Salam Fayyad (le ministre des finances de l’époque). Nous avons pu consacrer un budget pour ce service. Arafat perd de plus en plus sa puissance. Nous ne le quittons pas en cette étape. 




Sharon : Nous devons vous rendre facile la liquidation des chefs du Hamas, en commençant par provoquer une crise pour pouvoir tuer tous les chefs militaires et politiques. Ainsi, contrôler le terrain sera plus facile. 




Abou Mazen : De cette façon nous échouerons totalement ; nous n’aurons pas la capacité de mettre à exécution quelle partie de ce plan que ce soit. En plus, la situation explosera sans qu’on ait de pouvoir pour la maîtriser. 



La délégation américaine : Nous croyons que le plan de Dahlan est parfait et qu’il faut leur laisser un temps d’accalmie pour une maîtrise totale. Vous devez vous retirer de certains territoires et laisser l’affaire de la sécurité à la police palestinienne. Mais dès qu’une opération se sera effectuée, vous reviendrez et frapperez durement afin que les gens sentent que les résistants sont un vrai fardeau et que ce sont eux qui obligent l’armée israélienne de retourner aux territoires évacués.


Sharon : Abou Mazen, lui-même, nous conseillait de ne pas effectuer de retrait avant la liquidation des infrastructures du terrorisme et de ne pas le recomposer le terrorisme.



Abou Mazen : Oui, c’est vrai, je vous  l’avais conseillé, sans dire que vous aviez réussi. En fait, moi, j’avais cru que vous alliez réussir et rapidement.



Dahlan : Les atouts de la réussite sont actuellement entre nos mains. Et Arafat perd de plus en plus le contrôle. Mais nous, nous avons de plus en plus le bras long sur les institutions. Et en ce qui concerne la force commune de sécurité, entre la police et la force préventive, elle est sous la direction du colonel Hamdi Ar-Rifi que vous connaissez parfaitement. Nous vous avons envoyé des documents sur ces sujets. Il est important que cette force ne soit pas sous la direction d’Arafat et qu’elle n’accepte de lui aucun ordre. Et pour commencer, nous allons travailler au nord de la bande de Gaza. Et pour ce qui est des brigades d’Al-Aqsa, elles seront pour nous bientôt un livre ouvert. Nous avons tout planifié pour qu’elles n’aient qu’un seul chef ; et nous liquiderons tout ce qui se mettra sur notre route.



Sharon : J’approuve ce plan. Et afin qu’il réussisse et ne prenne trop de temps, il faut tuer les leaders politiques et militaires importants, comme Ar-Rantissi, Abdallah Al-Chami, Az-Zahhar, Abou Chanab, Haniyeh, Al-Majdalani, Mohammed Al-Hindi et Nafed Azzam.



Abou Mazen : Mais cela explosera la situation ; et nous perdrons le contrôle de tout. Il faut commencer par une accalmie afin de contrôler le terrain. Cela vaut mieux aussi bien pour nous que pour vous.



Dahlan : Sans aucun doute, nous avons besoin de votre soutien sur le terrain. Nous approuvons l’assassinat d’Ar-Rantissi et d’Abdallah Al-Chami. Tuer de telles personnes provoquera une anarchie et un grand vide dans les rangs du Hamas et du Djihad Islamique. Car ce sont eux les vrais caïds.



Sharon : Maintenant, tu commences à comprendre, Dahlan !



Dahlan : Mais pas maintenant. Il faut se retirer d’une grande partie de Gaza afin que nous ayons une bonne crédibilité aux yeux du public. Et lorsque le Hamas et le Djihad Islamique auront violé l’accalmie, vous les tuerez.



Sharon : Et s’ils ne la violent pas, vous les laisserez préparer des opérations contre nous, ainsi nous aurons la surprise que l’accalmie aura travaillé contre nous.



Dahlan : Ils ne pourront pas être patients pendant l’accalmie en voyant leurs organisations en train de se démanteler. Alors très certainement ils violeront l’accalmie. Et ce sera le moment propice pour les attaquer. Et ce sera à vous de jouer, Sharon !



La délégation américaine : C’est une solution logique et pratique.



Sharon : Je n’oublie pas ce que vous disiez au parti travailliste, et même à nous, que vous contrôliez tout. La réalité était ailleurs. Laissez-moi préparer le terrain à ma façon.



Abou Mazen : Le premier article de « la feuille de route » stipule que vous nous soutenez dans notre lutte contre le terrorisme. Et nous pensons que le meilleur soutien sera que vous vous retiriez d’une partie de la Bande de sorte que nous puissions la contrôler. Et nous avons dit que nous ne permettrions à aucune autorité à part la nôtre d’exister sur le terrain.



Sharon : Nous avons dit plus d’une fois que nos bons soutiens seront les avions et les tanks.



Abou Mazen : Mais cela ne sera aucunement un soutien.





  http://www.palestine-info.cc



Vendredi 24 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par said le 24/07/2009 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi je pense que ce discoure est a prendre a ::::vec des pincettes sharon dans le comat abbas
ne sera jammais questionner dahlan est eb fuite depuis l invasion de gaza de toutes façon ca ne
reglera rien car les palestiniens en majoritee ne reconnaissent pas abbas comme un pouvoire
encore moins dahalan

2.Posté par ROGSIM le 25/07/2009 00:49 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

une fiction de théâtre

3.Posté par samy le 30/07/2009 22:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

moi , je pense que tous les hauts responsable du fatah sont corrompus et agissent contre les interets des palestiniens et le peuple arabes, comme le rois et les presidents arabes.
abou mazen et dahlen sont impliques mille pour cent et ce document est reel.
si on ecarte pas ces personnage! adieu la palestine .

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires