Sciences et croyances

Dix mythes autour de l'accident de Tchernobyl


Dans la même rubrique:
< >

Samedi 24 Mars 2018 - 00:32 Dieu est unique et transcendant


Par le professeur Rafael Aroutiounian, premier directeur adjoint de l'Institut des problèmes du développement sûr de l'électronucléaire


Mercredi 29 Avril 2009

Dix mythes autour de l'accident de Tchernobyl
Premier mythe : L'accident survenu à la centrale nucléaire de Tchernobyl a eu des effets catastrophiques sur la santé de dizaines, voire de centaines de milliers de personnes.

En réalité : Le Registre médico-dosimétrique russe a présenté au Forum international de Vienne (Autriche), consacré au 20e anniversaire de l'accident, des données sur plus de 500.000 personnes sous surveillance médicale. Ce registre est le plus gros registre au monde ; ses données sont précises, incontestables. Il fixe l'unique conséquence grave de l'accident : le cancer de la glande thyroïde chez les enfants. Il résulte du fait que les mesures adéquates n'ont pas été prises - absorption d'iode à des fins préventives et limitation de la consommation de produits locaux (provenant de la région de l'accident). Sur les 400 cas de cancer de la thyroïde observés par les médecins dans les régions les plus contaminées, 200 - dont un cas mortel - sont considérés étant comme la conséquence de l'accident de Tchernobyl.

Citons le rapport de l'Organisation mondiale de la Santé pour 2006 : "Un accroissement considérable des cas de cancer de la glande thyroïde a été observé parmi ceux qui étaient des enfants ou des adolescents au moment de l'accident et qui vivaient dans les régions les plus contaminées de la Biélorussie, de la Fédération de Russie et de l'Ukraine. Cela a été la conséquence des niveaux élevés d'iode radioactif rejetés du réacteur de la centrale nucléaire de Tchernobyl durant les premiers jours qui ont suivi l'accident. L'iode radioactif s'est déposé sur les pâturages où venaient paître des vaches, puis s'est concentré dans le lait que les enfants ont bu ensuite. La situation a été aggravée par le déficit d'iode dans l'alimentation locale, ce qui a conduit à une accumulation encore plus importante de l'iode radioactif dans la glande thyroïde. La durée de vie de l'iode radioactif étant courte, si les gens avaient cessé de donner du lait contaminé aux enfants durant les premiers mois ayant suivi l'accident, il n'y aurait pas eu d'augmentation des cas de cancer de la thyroïde induits par les radiations."

Aucune autre conséquence de l'accident pour la population n'a été enregistrée, ce qui dément totalement les mythes et stéréotypes relatifs aux effets de l'accident de Tchernobyl sur la santé de la population.

On peut juger des effets de l'accident d'après les doses de radiation reçues par la population. Lorsque l'on analyse aujourd'hui les doses reçues par les habitants des zones voisines de Tchernobyl durant ces 20 dernières années, on constate que sur les 2,8 millions de Russes qui se trouvaient dans la région marquée par l'accident, 2,5 millions ont reçu en 20 ans une dose supplémentaire de moins de 10 millisievert, soit cinq fois moins que le taux de radiation moyen dans le monde. Moins de 2.000 personnes ont reçu une dose de plus de 100 millisievert, soit 1,5 fois moins que la dose que reçoivent annuellement les Finlandais, les Belges ou nos concitoyens de la République russe de l'Altaï. C'est la raison pour laquelle, si l'on excepte les cancers de la thyroïde précédemment évoqués, aucun effet radiologique n'est et ne peut être observé au sein de la population. Il faut également prendre en considération le fait que, sur 2,8 millions de personnes, indépendamment de leur lieu de leur résidence, les cancers qui ne sont pas dus aux radiations causent 4.000 à 6.000 décès par an, soit 80.000 à 120.000 décès en 20 ans.

Une autre citation du rapport de l'OMS : "A titre de comparaison, la dose élevée de radiation ordinairement reçue par un patient lors d'un examen tomographique de tout le corps est à peu près équivalente à la dose totale accumulée en 20 ans par les habitants des régions faiblement polluées après l'accident de Tchernobyl".

Un exemple mondialement connu nous est fourni par la tragédie d'Hiroshima et de Nagasaki, sur lesquelles les Etats-Unis larguèrent des bombes atomiques en 1945. Dans ces deux villes, sur les 86.000 personnes ayant survécu à l'explosion nucléaire (210.000 furent tuées lors des bombardements) et suivies dans le registre médical japonais depuis 1950, seules 480 sont décédées d'un cancer provoqué par l'irradiation.

Deuxième mythe : Les conséquences génétiques de l'accident de Tchernobyl pour l'humanité sont terribles.

En réalité : En 60 ans d'études approfondies, les scientifiques du monde entier n'ont pas observé de conséquences génétiques des radiations pour l'homme. Bien plus : au bout de 20 ans, comprenant qu'il n'y a pas de raisons de parler de risques génétiques, la Commission internationale de protection radiologique a pratiquement réduit ces risques de 10 fois. Par conséquent, on peut affirmer que les déclarations sur les conséquences génétiques de la catastrophe de Tchernobyl sont une invention ou, plus précisément, un mensonge.

Troisième mythe : L'évacuation des habitants de Pripiat et des territoires avoisinants fut mal organisée, le retour de ces gens dans la zone était impossible.

En réalité : Cette évacuation de quelque 120.000 personnes ne s'est sans doute pas faite sans erreurs, mais elle a été réalisée rapidement et avec professionnalisme. L'information selon laquelle les gens auraient reçu de fortes doses de radiation lors de l'évacuation est fausse. Je suis certain que le retour des personnes évacuées aurait été possible, si des mesures appropriées avaient été prises en vue de décontaminer et de nettoyer le territoire, ce qui n'a pas été fait.

Quatrième mythe : Les effets de l'accident ont été plus graves sur la nature et l'environnement que sur l'homme.

En réalité : Le paradigme de l'écologie radiologique est que si l'homme est protégé, l'environnement sera a fortiori protégé. Si l'influence de l'accident radiatif sur la santé de l'homme est minime, son influence sur la nature sera encore bien moindre. En ce qui concerne Tchernobyl, ses effets sur la nature n'ont été observés que près du réacteur détruit, et là où l'irradiation n'a pas dépassé 2.000 roentgens, on n'a constaté que de la forêt dite "rousse". Aujourd'hui, la nature a repris le dessus même dans cet endroit, ce qui aurait été exclu, par exemple, dans le cas d'un accident chimique.

Cinquième mythe : Des sommes énormes ont été dépensées pour l'élimination des conséquences de l'accident, du fait de son ampleur et de sa gravité.

En réalité : Depuis 1992, la Russie a dépensé 3,5 milliards de dollars pour l'élimination des conséquences de l'accident, essentiellement pour le versement de prestations sociales. En fait, les quelque 1.000 dollars par personne versés en 20 ans représentent une somme insignifiante, mais parfaitement adéquate aux risques réels. D'autre part, l'accident a provoqué le ralentissement du développement de l'électronucléaire en Union Soviétique et dans d'autres pays.

Sixième mythe : Les taux de radiation admis en Russie dépassent ceux de tous les autres pays qui développent le nucléaire civil.

En réalité : Les taux de radiation admis en Russie sont les plus stricts du monde. Le taux de radioactivité est l'activité mesurée en becquerels (Bq). Par exemple, la teneur du lait en césium-137 ne doit pas dépasser en Russie 100 Bq par litre. En Norvège, la norme de l'alimentation pour enfants est de 370 Bq par litre. Autrement dit, alors que du lait contenant 110 Bq serait considéré comme un déchet radioactif en Russie, cette teneur serait en Norvège plus de 3 fois inférieure à la norme admise.

Septième mythe : Le premier accident grave survenu dans une centrale nucléaire s'est produit à Tchernobyl.

En réalité : Le premier grave accident survenu dans une centrale nucléaire fut celui de Three Mile Island (Pennsylvanie, Etats-Unis), en 1979. La fusion de la zone active du réacteur fut provoquée par des déficiences techniques et des erreurs du personnel de la centrale.

Huitième mythe : Les autorités étaient au courant de ce qui était arrivé à la centrale nucléaire de Tchernobyl, mais elles l'ont caché à la population et à l'opinion publique.

En réalité : Tout est bien plus compliqué que ce que voudraient faire croire certains "experts". Effectivement, les autorités n'ont pas donné les informations dans leur totalité, mais cela s'explique avant tout par le fait que le système lui-même n'était pas capable d'évaluer la situation rapidement et de manière adéquate. Qui plus est, il n'existait pas alors, dans le pays, de système sûr ni, à plus forte raison, indépendant, de contrôle du taux de radiation. Il était impossible d'obtenir, en temps réel, des informations sur le taux de radiation à proximité de la centrale nucléaire de Tchernobyl et plus loin. Si un tel système avait existé, on aurait pu éviter que la population consomme des produits alimentaires provenant de la zone de contamination dans les premiers jours qui ont suivi la catastrophe. Les autorités ne comprenaient pas elles-mêmes ce qui s'était produit ni quelle était la situation réelle.

Aujourd'hui, le réseau du Système automatisé de contrôle du taux de radiation (SACTR) déployé autour des centrales nucléaires permet aux autorités locales, et à tous ceux qui le désirent, de prendre connaissance, sur un site Internet dédié, du taux de radiation réel autour de n'importe quelle centrale nucléaire. Ce système n'existant pas à l'époque, il fallait analyser la situation pour prendre des décisions, ce qui faisait perdre un temps précieux.

Neuvième mythe : La responsabilité de l'accident incombe à l'"atome civil" : il est impossible de le maîtriser, il s'échappera immanquablement à l'extérieur et détruira tout autour de lui.

En réalité : L'accident survenu à la centrale nucléaire de Tchernobyl a trois leçons, ou trois causes.

Premièrement : Le personnel de la centrale nucléaire avait enfreint toutes les instructions et règles en effectuant des tests. Désormais, c'est catégoriquement interdit. De plus, les actions du personnel sont aujourd'hui strictement réglementées, selon des principes et des documents universellement reconnus. Des centaines de paramètres de sécurité sont transmis, en temps réel, de chaque bloc de toutes les centrales nucléaires au centre de crise du consortium Energoatom, ce qui permet de contrôler la situation indépendamment du personnel.

Deuxièmement : Le réacteur de la centrale nucléaire était conçu de telle manière qu'un accident pouvait résulter du comportement erroné du personnel. Après 1986, les systèmes de sûreté des centrales nucléaires ont été perfectionnés, dans notre pays comme à l'étranger, pour exclure au maximum le facteur humain.

Troisièmement : La décision de transmettre les centrales nucléaires au ministère de l'Energie de l'URSS fut une erreur. La quasi-totalité des principes de sécurité dans le domaine du nucléaire civil furent enfreints. Le personnel du ministère de l'Energie n'avait pas les connaissances requises pour exploiter les centrales nucléaires.

Dixième mythe : Le monde renonce au nucléaire civil, car Tchernobyl rappelle le danger que constitue une catastrophe radiologique.

En réalité : Les dix plus grands pays du monde fournissent plus de 80% de l'électricité produite dans les centrales nucléaires. Dans ce domaine, la Russie accuse un retard sur tous les pays industrialisés, qui ont adopté des programmes de développement du nucléaire civil. Des programmes encore plus spectaculaires de développement du nucléaire civil ont été adoptés dans des pays en voie de développement. Une "renaissance du nucléaire" a commencé dans le monde, car les grands pays, dans leur quasi-totalité, sont conscients que les problèmes posés par l'approvisionnement énergétique stable du développement, et notamment les problèmes écologiques et ceux du changement climatique, ne pourront être résolus que grâce au développement du nucléaire civil.

L'accident de Tchernobyl nous a tellement effrayés que nous avons encore besoin d'y voir clair : pourquoi avons-nous eu si peur sans raisons réelles ?

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Mercredi 29 Avril 2009


Commentaires

1.Posté par papou le 29/04/2009 10:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bien! finalement j'ai pris ma déçision, ... je vais acheter une datcha à Tchernobyl, y a auncun danger.....

2.Posté par Thanatos le 29/04/2009 11:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bel article, peut-être que celui qui l'a écrit travail pour une officine touristique qui a pour but de vous inciter à aller passer nos vacances là-bas. Enfin s'il pouvait donner des liens vers des sources qui parlent de ça, ce serait intéressant. Peut-être que l'auteur travaille aussi dans le nucléaire ? Enfin brave gens on vous dit qu'il n'y a rien à craindre avec le nucléaire....

3.Posté par Marie- Thérèse le 29/04/2009 12:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toutes les solutions pour décontaminnées ,dépolluées existes mais sont savament cachées aux peuples qu'on terrorise qu'on fait "flipper " avec le nucléair ,les épidémies qui sortent tout droit des labos . Toutes ses merveilleuses tchenologies seront mises en place lorsque la population mondiale
aura été diminuée de plus des 3/4 ( de 6milliards 500 Millions ON VA PASSER a 500 Millions

6 MILLIARDS A ZIGOUILLER ça c'est le projet du NOM

4.Posté par le vrai fascisme arrive le 29/04/2009 14:19 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

completement dingue cet article,pas étonnant vu d'ou ilvient
il faut juste savoir que l'oms et laiea ont des accord o l'oms doit contacter l'aiea avant de communiquer sur la radioactivité
la bonne blague
alter info déconne de publier cet article,c'est pas une queston de liberté de la prresse mais la c'est un mensonge complet

5.Posté par pierre le 29/04/2009 15:32 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Au fait, vous saviez que le père Noël existe et qu'il va décontaminer
Tous les territoires touchés par l' Uranium !

6.Posté par Bébert le 29/04/2009 19:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Et les enfants et les animaux qui naissent avec des malformations congénitales ??? Ça n'existe pas ?

7.Posté par little big mite le 29/04/2009 19:56 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ouais se faire irradier n'a aucune conséquence, ce faire irradier c'est bien, on ne risque rien c'est cool la radioactivité c'est anti-cancer même, c'est écrit dans les statistiques à neud neud.!
Bientôt on va même aller piquer une tête dans la piscine des centrales.
Buvez l'eau des centrales nucléaires c'est la vie.

8.Posté par tom le 30/04/2009 02:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce texte est de la pure propagande. Et il n'y a jamais de Bonne ou de Mauvaise propagande, il n'y a que de l'intox.

Au moins, les lecteurs et commentateurs d'Alter Info ne sont pas trop cons. Cela, c'est quelque peu réjouissant, (humanitairement parlant...).

Par contre ce texte oublie de dire que l'effondrement de l'URSS s'est commencé en Afghanistan et s'est achevé à Tchernobyl car Tchernobyl a été la ruine magistrale de cet Etat... via l'imbécilité ou la connivence du trop fameux Gorbatchev.

Seulement, quelques études un peu plus précises et détaillées sur tout ce qui s'est manigancé à Tchernobyl dans le mois qui a précédé l'accident, pourraient bien nous démontrer que ceux qui ont pu engager l'entreprise du 11/09/2001, via CIA et Mossad et Saoudiens interposés... comme hommes de main, faiseurs de toutes les merdes du monde d'hier et de demain, auraient bien pu favoriser cet "accident"... si opportun afin de clore définitivement la décapitation de l'URSS.

Mais, BON..., comme sur bien des accidents de toutes sortes et des suicides fort convenables..., quels fous oseraient enquêter là-dessus ? Sûr qu'il ne survivrait pas longtemps !

Il est certain que quand on lit de tels textes on regrette qu'internet ne puisse point se transformer en papier chiotte.

9.Posté par leguminator le 30/04/2009 08:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Bel article de propagande !

En posant des faux problèmes, il essaie de faire oublier qu'à l'heure actuelle il y a des tas de déchets radioactifs dont on ne sait pas quoi faire.... Certains dirons qu'il est possible d'en recycler une partie, mais les capacités de recyclage sont minimes par rapport aux quantités de déchets à traiter. D'ailleurs, où sont passés les déchets nucléaires de ces 40 dernières années ? : la plupart a été immergé au fond des océans au large des pays "civilisés". De nos jours, on profite de la déstabilisation de certains pays pauvres (Somalie) pour immerger les déchets dans leurs eaux.

Concernant le premier point "L'accident (...) de Tchernobyl a eu des effets catastrophiques sur la santé de dizaines, voire de centaines de milliers de personnes." : ce point fait référence aux populations, mais qu'en est-il des "liquidateurs", ces pauvres types qu'on a envoyé nettoyer des zones hautement radioactives à la main et sans aucune protection ? Rien ! Aucun suivi concernant ces personnes dont le nombre varie entre 500 000 et 1 000 000 selon les estimations. Du mineur au pilote d'hélicoptère en passant par le soldat de base : tous ont été irradiés comme aucun autre être humain. D'ailleurs je me souviens qu'à l'époque les médias parlaient d'un pilote pour lequel on cherchait une greffe de moelle osseuse afin de le sauver. Finalement il est mort et des pilotes comme lui, il y en avait des dizaines. Il n'y a donc pas de mythe mais de véritables lacunes sur le suivi des l'ensemble des personnes exposées, "liquidateurs" y compris.

Concernant le huitième point "Les autorités étaient au courant (...) mais elles l'ont caché" : des reportages diffusés sur les chaînes publiques informent qu'au moment de l'accident, personne n'était en mesure d'évaluer la situation. Il n'y a donc pas de mythe sur ce point.

Si d'autres on envie de démonter les autres points, qu'ils ne s'en privent pas !

10.Posté par Saber le 30/04/2009 22:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Quel bonheur de traverser un nuage atomique; l'épilation est gratuite pour les misses radio-actives.

J'oubliais, parait-il ce nuage s'était arrêté à la frontière belge d'après Alain carrignon qui a disparu depuis cette bonne nouvelle.

11.Posté par Arthur Gohin le 03/05/2009 16:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Three Miles Island a failli être un accident grave, mais ne l'a pas été.
Effectivement les quelques 600.000 liquidateurs sont tous gravement atteints ou même morts .
Cet article est une curieuse propagande. Dans quel but?

12.Posté par Luc Rainien le 01/03/2010 18:09 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cet article à au moins le mérite de faire réagir...
Si seulement il pouvait d'abord faire réfléchir.

Pour être allé passer un séjour "radiant' dans la Zone cet été, j'ai consacré mon petit esprit à ses problématiques.
Après des recherches acharnistes et un sérieux dialogue avec les banlieusards de Tchernobyl, je ne suis toujours convaincu de rien.
Plutôt, mes convictions se sont révélées n'être que fictions...
Sûr que le net offre la possibilité à toute propagande, mais par là même cette possibilité nous force à réfléchir; peut-être plus, peut-être mieux, mais surtout vraiment.

La plus part des "infos" ( les guillemets sont pour la forme) exposés dans l'article me semble aujourd'hui avérées.
Je ne m'étendrai pas ici sur le détail (il est de l'initiative, ou du devoir de chacun de faire ses recherches).
Seulement, pour le Nucléaire comme, pour tout, nous trimbalons un tas de préjugés.
En réalité, même l'élite en charge de ces questions n'en sait pas tant que ça.
J'entends par là que les effets de la radioactivité sur le vivant sont très mal connus.

Je n'ai pas l'oeil du botaniste, mais j' ai cheminé avec certains et la Nature, là-bas, pète la santé! Cette végétation post-humaine, bien qu'ayant subie une légère accélération de ses mutations ordinaires, ne présente aucune dégénération.
Si la nature s'en sort, l'humain évidement moins.
Non pas que je postule pour une "nature" différente chez lui, mais se sont les dimensions psychologique et comportementale qui trinquent!

Que l'explosion du réacteur Lénine ait finit de fissurer le bloc, s'est aujourd'hui une évidence.
La désertification économique subie dans cette région l'est aussi.
Que cela soit une stratégie de quelque bord reste une hypothèse.
Par contre que la Vodka et la pollution pétrochimique du moment aient brouillé les rapports médicaux, c'est une certitude.

Première zone de décroissance obligatoire, la tâche radioactive (450 000 environs d'espérance de vie) de cette région continue de brouiller les esprits.

Paradoxe insoluble, la zone est un endroit magnifique. Certains officiels ont cherché à me vendre un immeuble désaffecté à Pripiat.

Trêve de cynisme, la zone d'exclusion est de plus en plus pour moi un mystère, elle ne cesse de me poser de nouvelles questions et il me faudrait probablement autant d'espérance de vie qu'elle pour, peut-être, y répondre.

J'estime le site d'Alter Info; je suis plus souvent gêné par ses commentateurs.
Ne réagissons pas trop de façon sanguine à ce que l'on y trouve.
Rien n'est certain, si ce n'est qu'il faut resté ouverts et vigilants.

Beaucoup de chose restent à soulever...

Portez vous bien.

13.Posté par Gorbi le 14/03/2011 23:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

http://www.dailymotion.com/video/xeerd0_le-sacrifice-1-2_news

Je ne sais pas si j'ai quelque chose à y ajouter...
Concernant l'évacuation, je me souviens des images filmées où les radiations sont si fortes qu'elles font apparaître des éclairs sur les bandes vidéos...
D'ailleurs c'est tellement peu dangereux que depuis la parution de cet article on a décidé de supprimer toutes les règles de sécurité dans les centrales nucléaires et d'en construire des nouvelles dans les quartiers résidentiels.

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires