Palestine occupée

Discours télévisé de Nasrallah:le scrutin s'est déroulé sous les menaces arabes, israéliennes et US


Les idées essentielles du discours du secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah qui a pour thème l'analyse du scrutin législatif libanais du 8 juin 2009.


Leila Mazboudi- Nada Raad
Jeudi 18 Juin 2009

Discours télévisé de Nasrallah:le scrutin s'est déroulé sous les menaces arabes, israéliennes et US
L’objet de notre rencontre est de remercier toute la machine électorale du Hezbollah, mais surtout
de présenter notre analyse de ce scrutin. Sachant que depuis le 8 juin, personne du Hezbollah n’a encore
donné une lecture de ce qui s’est passé.  Tandis que la plupart des partis libanais ont donné leur avis et
leur lecture sur ce qui s’est passé. Certaines choses ont besoins d’être corrigées, et d’autres nécessitent
notre position
1-      L’objectif : notre objectif n’était certes pas d’augmenter  le nombre des députés du Hezbollah, mais
que  l’opposition obtienne la majorité pour mettre en application notre programme de réforme. Or cet
objectif n’a pas été réalisé
Dès lors, une question a été posée  après le scrutin, par certains médias
D’aucuns ont prétendu  que le Hezbollah  ne voulait pas la victoire de l’opposition, sinon il aurait déployé
plus d’efforts, ils ont dit que le Hezbollah craignait la période post électorale, en cas de victoire de
l’opposition.
Ces assertions ne sont pas du tout vraies, quelque soient les intentions qui les motivent, bonnes ou
mauvaises soient elles, car certains le disent pour semer la discorde entre nous et nos alliés..
 
Sachez que le Hezbollah a déployé tous les efforts possibles  pour réaliser cet objectif, mais plusieurs
raisons et facteurs l’en ont empêché
C’est vrai, Je ne cache pas que nous craignions la victoire car ceci nous incombe de faire face à de grands
défis, de respecter les  engagements que nous avons contractés pendant la campagne électorale, car il y va
de notre honnêteté et de notre crédibilité de respecter les promesses électorales. Pour nous le pouvoir n’est
pas un privilège, mais c’est une responsabilité dont  nous devrons en rendre compte devant Dieu le jour du Jugement dernier
Oui nous craignions ceci mais nous avons déployés le maximum de  nos efforts pour que nous remportions ce scrutin.
 
Mais quand  les résultats ont été publiés, nous n’avons pas été choqués , notre volonté n’a pas été ébranlée
pour autant;  car pour nous les élections ne sont qu’une étape, une station et non pas la fin du monde
Etions nous  fâchés ou attristés  ou pas. Permettez-moi de plaisanter un peu : je vais vous dire que quand deux équipes de football  jouent ensemble, si l’une d’entre elles perd, ceci rend  mécontents quelques uns.  
Mais la tristesse ou le mécontentement sont  une chose, et le fait d’être abattu est toute autre.
 
Sachez que nous nous sommes toujours  aussi tenaces que nous l’avons toujours été et rien ne nous ébranle.
Rien n’a changé pour nous ; nos sommes toujours là où nous étions..
2-      Dans le discours médiatique et politique
Durant la campagne électorale, l’autre équipe (la coalition du 14 mars)  a mené une campagne
d’accusations  contre les forces de l’opposition, des accusations mensongères  qui n’ont aucun fondement
ce qui montre que l’autre camp n’a aucun  scrupule, et ne connait aucune limite morale ou éthique pour
adopter des moyens basées sur le mensonge, les fausses accusations et le fourvoiement.
 
Nous de notre côté nous n’avons pas du tout agi de la sorte ; nous n’avons accusé personne à tort ;
nous ne pouvions le faire,  oui c’est vrai comme le disent certains dans les médias, car nous ne pouvons utiliser
les moyens sans scrupules qu’ils utilisent, il y va de notre engagement  religieux et morale qui nous empêche
d’utiliser ces moyens non légitimes que l’autre équipe utilise sans se soucier de rien.
 
 
Il y a une autre raison à notre discours : avant le scrutin, nous étions en faveur de la formation d’un
gouvernement d’union nationale ; raison pour laquelle notre discours a été très limité, nous ne pouvions
parvenir jusqu’à détruite tous les ponts qu’il y a entre eux et nous, nous ne voulions pas aller déterrer le passé de chacun et faire peur de l’avenir, nous aurions pu le faire, mais qu’aurions nous alors à dire à nos électeurs ,
après les élections ?
Alors qu’eux n’ont aucun problème de nous traiter  de tous les noms et puis après de vouloir former avec
nous un front uni, un gouvernement d’union nationale
 
 
C’est pour cela que le discours de l’opposition est devenu défensif à cause de mensonges
qui pleuvaient de partout
 
 
Avant le scrutin j’ai évoqué ces mensonges : dont entre autre  le partage du pouvoir au Liban à trois, le fait de soupçonner l’opposition de ne pas vouloir effectuer d’élections ou de vouloir le saboter si elle ne l’emporte pas,
ou de vouloir raccourcir le mandant du président de la république si elle sort victorieuse, ils ont aussi fait peur
de l’armement de la résistance, de la Wilayat el-Fakih et de l’état islamique, et aussi la troisième république
et autre …
 
Dans le discours médiatique, il y a certains détails que je voudrais commenter pour la période post électorale,
pour l’après 7 juin : il s’agit du communiqué publié par sa sainteté le Patriarche Mar Nasrallah Sfeir, et dans
lequel il a  évoqué deux dangers, si l’opposition l’emporte : un danger qui menace l’entité libanaise,
et une autre qui menace l’arabité de cette entité
Je n’ai pas compris et je ne comprends toujours pas le  rapport entre la victoire de  l’opposition et
cette double menace de l’entité libanaise
 
Sa sainteté se trouve dans son poste à Bkerké depuis des dizaines d’années, durant lesquelles le Liban a connu
les pires dangers de la part de l’entité sioniste, toutes les guerres et massacres déclenchées par les Israéliens,
en plus de la menace de l’implantation des Palestiniens; or  jamais sa sainteté n’a perçu  de menace pour l’entité libanaise, jamais il n’a mis en garde contre les dangers israéliens. Même quant Netanyahu a parlé dernièrement,
il n’a rien dit. Sauf quand il s’agissait de la victoire de l’opposition qu’il a évoquée cette double menace.
 
Concernant la menace de l’arabité, où réside le problème ? Pourquoi, nous les Libanais de l’opposition ne sommes nous pas des Arabes ou pas ??
Serait-ce la Syrie qui était visée par les propos de sa sainteté ? Mais la Syrie est un pays arabe ; ou alors sauf lorsqu’on entretient des relations avec certains pays arabes que l’on préserve l’arabité défendu par sa sainteté ??
 
Il se peut que l’Iran soit  visé par ces  mises en garde de sa sainteté
Sachez qu’en Iran,  il n’y a plus de civilisation perse, ou de culture perse ; en Iran c’est un régime islamique qui a comme origine  un prophète arabe de père en fils ; c’est un régime islamique dont le fondateur,  l’imam Khomeiny  
est un homme d’origine arabe qui est un proche du prophète, et dont le  guide suprême, Sayed Khamenei l'est aussi
 
Ns voudrions tellement écouter l’explication que sa sainteté devrait donner sur le rapport qu’il y a entre la victoire de l’opposition et les mises en garde qu’il a émises. Nous attendons toujours…
Je suggère que les appréhensions de sa sainteté soient prises  très au sérieux, et je propose de faire une étude
sur les méthodes à  suivre pour préserver  l’arabité du Liban et d’y faire participer sa sainteté pour qu’il donne
sa contribution
 
 
Le deuxième élément est lié à  la Wilayat el-Fakih, je voudrais signaler qu’au Liban la constitution veille
au respect de la liberté de la croyance religieuse, et le respect des dogmes religieux de chacun
Le sujet de la wilayat  et de l’imamat relève de notre de notre dogme religieux, et le fait de lui porter atteint
porte atteinte à notre religion, quoique nous soyons  prêts à en discuter à celui qui le voudrait
Il se peut que ce thème ne fasse pas le consensus chez les Chiites ; oui ceci est bien possible, mais il l’est
aussi pour les autres religions et confessions : beaucoup de croyances ne font pas le consensus de  leur religion. Raison pour laquelle, nous exigeons que nos croyances soient respectées
Je m’adresse aux médias au Liban, en toute amitié, je leur demande d’éviter de porter atteinte à nos dogmes
religieux, et de nous critiquer comme bon leur semble en politique.
 
Concernant les répercussions de la victoire de l’opposition, beaucoup d’entre elles ont été véhiculées durant la campagne électorale de l’autre camp : celle que le Liban va subir le sort de Gaza, celui qu’Israël  va mener une
guerre contre le Liban, que les USA vont  suspendre leur aide et les pays du golf vont suspendre leurs
investissements
Si ce qu’ils disent n’est pas vrai, cela voudra dire que ce ne sont que des mensonges
 
 
Mais si ce qu’ils disent est vrai,  cela veut dire que les USA et tous les pays étrangers ne respectent pas
le peuple libanais, et ne respectent pas le choix du peuple libanais ;  c’est pour cela qu’ils  veulent le terroriser
et lui faire peur pour influer sur son choix politique ; et une bonne partie  des libanais ont été influencés par cette campagne de terreur.



Ceux qui ne cessaient de se demander comment réaliser le  scrutin sous la menace de l’armement du
Hezbollah,  ont dit faux ; c’est le contraire qui était vrai… les élections  se sont déroulées sous les menaces
des Arabes, des Américains, des Européens et des Israéliens, pour influer sur le choix politique de l’électeur
libanais. Ceci veut dire que ce monde là ne parle de démocratie que lorsque cela sert ses intérêts ; sinon il
fera tout pour la combattre et le soupçonner.
 
Concernant les élections présidentielles iraniennes,  je conseille aux médias arabes de laisser ce sujet
qu’ils méconnaissent de côté.  Et je conseille aux forces du 14 mars et à leurs médias de laisser les élections iraniennes en Iran car c’est une question qu’ils ignorent.  A savoir qu’Obama a bien saisi cela  dès le début. (…)
ce qui s’est passé en Iran n’a jamais été vécu en Occident. Quel pays a-t-il connu un taux de participation
de 85% avec 40 millions d’électeurs ? Aucun..
Il est vrai que cette cérémonie a toutefois été quelque peu gâtée par nos frères, lors du dépouillement
des bulletins, mais je vous assure que l’Iran saura dépasser cette situation grâce à la wilayat el-Fakih et je
dis à ceux qui se font des illusions que leurs espoirs vont se dissiper…
 
Troisième titre: les émigrés libanais
Sans doute que les émigrés ont joué un rôle majeur et décisif dans les élections. Bien entendu, toute personne ayant la nationalité libanaise a le droit de participer aux élections, personne ne peut leur porter atteinte .
Lors de ce scrutin, des dizaines de milliers d’émigrés s sont rentrés au Liban ou dans plusieurs cas, ils ont été emmenés au Liban.
Par exemple, dans la circonscription de Zahlé, ce sont les émigrés  qui ont changé la scène et tranché les résultats du scrutin.
Les candidats sur la liste du 14 mars ont remercié ces derniers pour leur venue au Liban à la veille du scrutin. Ils leur ont assuré avant même le début du processus électoral que grâce à leur voix, les forces du 14 mars vont remporter les élections dans cette ville.
Sur cette question, il n'y avait pas d'équilibre au niveau des moyens entre l'opposition et les forces du 14 mars. L'hebdomadaire Newsweek a parlé de plus de 750 millions de dollars versés au profit des forces du 14 mars, ce qui les a aidés à payer les frais du voyage de ce grand nombre d’émigrés.
 
Des pays ont favorisé leur déplacement pour qu’ils viennent  voter pour la coalition du 14 mars, et entravé le voyage des partisans de l'opposition.  
 
 
 
Le taux des dépenses:
Malgré la loi qui fixe le plafond des dépenses électorales, nous avons constaté des dépenses fabuleuses sur le plan médiatique et social. Mais ce qui porte atteinte sérieusement aux résultats du scrutin est l'achat des voix des électeurs.
A Zahlé, des témoins ont rapporté  que certaines parties ont payé 3000 dollars pour acheter les voix des gens.
De même, certains partisans de l'opposition ont assuré  que les forces du 14 mars leur ont demandé leurs cartes d'identité en échange de 500 dollars pour ne pas élire les candidats de l'opposition.
Cette question porte atteinte aux résultats du scrutin et à leur légitimité.
 
Les provocations confessionnelles:
Sans doute, cette provocation avait une grande influence sur le déroulement du scrutin. Pour moi, la question de l'argent, le déséquilibre des moyens, les positions politiques sont moins dangereux que les campagnes d’exacerbations confessionnelles et racistes.
 
Elles  ouvrent les plaies du passé et entraînent le pays dans des voies dangereuses.
Nous, au Hezbollah, n'avons jamais recouru à ce type de discours parce que tout simplement nous ne sommes pas faibles.
Pendant les élections, les Chiites et les Arméniens ont le plus été victimes de cette campagne.
Les arméniens ne sont plus alors des Libanais! Ils sont devenus des étrangers. Ces propos racistes et dangereux ouvrent la voie à la contestation du patriotisme de toutes les communautés religieuses libanaises.
Malheureusement, les Arméniens sont jusqu'à ce jour-ci visés  par cette campagne. Tout le monde doit respecter leur choix politique.
 
Concernant les chiites, permettez-moi de parler d'eux en détails. La campagne qui les visait était tantôt claire, tantôt discrète.  
Les médias et certains hommes politiques mettaient en garde contre la victoire de l'opposition, sous prétexte que ce sont les Chiites qui vont gouverner le Liban.
Ce n’est que pure mensonge, de la falsification et de la manipulation de l'opinion publique.
Ce que nous cherchons est le partenariat. Nous sommes certains qu'aucune obédience au Liban ne peut gouverner seule. Le Liban ne peut être gouverné que par toutes ses composantes.
 
Le jour des élections, on disait que ce député a été élu par le bloc des Chiites. Certains parlaient de Chiites "sourds" pour dire que ces derniers n'ont pas de volonté libre. Ces propos sont honteux  et nous ne les acceptons pas.  
 
Je rappelle que les chiites ne constituent pas un seul parti, comme c'est le cas dans d'autres confessions. Chez l’une des communautés, il y a un parti qui voudrait s’accaparer la représentation politique de sa communauté.
Alors que chez les Chiites, il y a le Hezbollah et le mouvement Amal. Personne ne prétend représenter à lui seul les chiites. A l’origine, nous sommes une communauté qui croit à la diversité des références religieuses et de ses représentants culturels.
Il est vrai qu'il y a aujourd’hui une alliance entre le Hezbollah et Amal, et que tous les Chiites les soutiennent, mais en principe, ce qui unit les chiites sont leurs choix politique, stratégique et national. Ils sont unis sur le choix de la résistance, de la lutte contre l'ennemi israélien, des relations privilégiées  avec la Syrie, de leur soutien à la cause palestinienne et à la résistance palestinienne… Nous payons aujourd'hui le prix de ces choix. Si nous les abandonnons, la position des Etats-Unis  à notre égard va complètement changer.
 
C’est avec ces principes que les Chiites ont participé au scrutin législatif. Et c’est pour cette raison que personne n'a pu acheter leurs voix, et qu’ils n'ont pas été influencés par les intimidations d'Ehud Barak qui a menacé de mettre le Liban joug de la machine de guerre israélienne. L'électeur chiite ne constitue certes pas un bloc sourd, et il est venu exprimer ses convictions.
Malheureusement, le seul cas où nous étions obligés de faire appliquer le décret législatif était lors des élections de 2005, parce que nous avions peur de la discorde.
Les Chiites ont participé au scrutin parce qu'ils aspiraient au changement positif dans le pays en cas de victoire de l'opposition. Ce ne sont pas les exacerbations confessionnelles qui les ont poussé à aller aux urnes.  De même, ils voulaient remercier leurs alliés qui les avaient soutenus durant et après la guerre de juillet 2006.
Mais les électeurs chiites sont venus aussi pour autre chose, pour exprimer leur humeur. Juste après la guerre de juillet 2006, l’énorme machine médiatique que j’appelle les chambres noires ont parlé d’un changement de l’humeur populaire des chiites et des habitant de la Banlieue-sud en particulier, prétendant qu’il y avait une régression de leur soutien au choix de la résistance et qu'ils étaient fatigués des guerres et des destructions. C’était même l’une des questions que les agents travaillant pour le compte de l’entité sioniste se devaient de scruter dans le cadre de leur mission.
L'un des principaux objectifs des destructions massives israéliennes au Liban et des multiples massacres perpétrés contre les femmes et les enfants était  d'ébranler l’humeur de l'opinion publique chiite.
 
Le 7 juin, les chiites sont allés aux urnes et ont attendu longtemps dans de longues files, même dans les circonscriptions où il n’y avait pas de concurrence, pour dire aux Israéliens, aux Libanais et à tout le monde que leur raison, leur cœur, leur sang et leur religion sont avec  la résistance. Leur message était le plus clair dans ces élections: rien ne va nous dissuader, ni les destructions, ni les tueries, ni les déplacements. Notre projet et notre choix resteront la résistance, pour nos petits et nos grands, nos femmes et nos enfants, pour nos élèves et nos agriculteurs…Nous avons créé cette résistance, elle n’est pas importée, personne ne nous l’a imposée, c’est notre choix et celui de nos fils,  le 7 juin c’est le message que vous avez offert au monde entier.
 
 
C'est gentil d'entendre aujourd'hui certains politiciens qui disent que la résistance et son armement sont hors de discussion. Ce sont de bonnes paroles, j’espère que le climat restera comme cela ; mais à tous ceux qui cherchent une garantie pour cette armement je les assure: c’est qui  êtes la garantie de la résistance.
Juste après l'annonce des résultats des élections, je me suis adressé à vous pour vous dire: n'ayez pas peur pour la résistance, tant que vous êtes ici, personne ne doit avoir peur pour la résistance.  
 
Certains chiites se sont plaints du fait que le Hezbollah et le mouvement Amal monopolisent les voix des chiites. Ils ont apporté de grosses sommes d'argent de certains pays, et ont payé plus de 50 millions de dollars au sud Liban. Or ceux qui ont touché cet argent ne les ont pas élus.
Y a-t-il quelqu'un qui soit prêt à échanger le sang de son fils pour une somme d'argent?
L'ère du féodalisme politique chez les chiites est mort à jamais et avec celui des millions de dollars. A savoir que même de nombreux candidats chiites dans les autres listes de la majorité sont eux aussi en faveur de la résistance et nous avons beaucoup d’amis dans l’autre camp.
 
De retour à Zahlé, le nombre des électeurs chiites est 16857. Le candidat chiite gagnant sur la liste des forces du 14 mars n’a reçu que 422 voix seulement, alors que le candidat de l'opposition en a obtenu 15659.
 
Dans la Békaa de l'ouest, parmi les 12950 chiites: 844 ont voté en faveur du candidat des forces du 14 mars, et 10699 voix pour le compte du candidat de l'opposition.
 
De même à Beyrouth, 1064 chiites ont voté pour le candidat du 14 mars, alors que 14182 des 17820 ont voté en faveur du candidat de l'opposition.
L'opinion publique chiite soutient fortement la résistance. Ceci ne signifie pas pour nous que le candidat du 14 mars à Beyrouth n'a pas gagné. Mais comme je dois respecter la volonté de l'électeur à Beyrouth, j'appelle tout le monde à respecter la volonté des électeurs dans les autres régions.
 
6- Côté technique, nous avons évalué le déroulement du scrutin. Je vous assure que les machines électorales du Hezbollah ont déployé de grands efforts, et je vous remercie profondément. Les machines électorales du Hezbollah n'étaient pas uniquement formées de membres du Hezbollah, il y avait également des druzes, des sunnites, des chrétiens et d'autres confessions.
 
Concernant les sondages qui prévoyaient la victoire de l’opposition, la  lacunes résidaient dans la négligence des émigrés, qui sont venus en masses, alors que les sondages ne s'intéressaient qu'aux résidents fixes dans les régions.
 Tous les sondages confirmaient la victoire de l'opposition, même les sondages faits par les forces du 14 mars avaient ces estimations. Pour cette raison, il y a eu une forte mobilisation de leur part dans certaines circonscriptions, ils y ont payé des sommes d'argent fabuleuses.
Je rassure les partisans de l'opposition: nous ne nous sommes pas basés sur les sondages pour déterminer notre intensité du travail. Nous avons toujours supposé une victoire relative de nos députés.   
 
Quant à ceux qui accusent l'opposition d'avoir adopté un discours calme et confiant de la victoire, et considèrent que ce discours était derrière son échec, je suis certain que ces propos sont  erronés. Tout en adoptant ce type de discours, l'opposition déployait tous ses efforts pour remporter le scrutin.
Il a y eu quelques erreurs dans les discours des candidats, bien entendu, nul n'est infaillible, et sûrement ces erreurs n'avaient pas d'influence sur les résultats.
 
7- Quant aux résultats, il est vrai que l'opposition n'a pas gagné la majorité parlementaire, mais elle a gagné la majorité populaire. L'opposition est restée tenace face à cette véritable guerre internationale. Elle a fait preuve de responsabilité et a reconnu les résultats. Je ne sais pas quelle aurait été la réaction des forces du 14 mars si nous avions gagné le scrutin. En ce qui nous concerne, nous avons démontré que nous formons une opposition démocratique.
 
Au moins, l'opposition est restée tenace au niveau de toutes ses composantes confessionnelles.
Dorénavant, la majorité parlementaire ne pourra pas négliger la majorité populaire de l'opposition lorsqu'il s'agira des questions primordiales dans le pays.
 
8- Concernant la prochaine étape, nous allons préserver cette alliance avec toutes les forces de l'opposition sans exception. Nous allons rester aux côtés de nos partenaires.
Par ailleurs, le candidat du Hezbollah à la présidence du parlement est le président Nabih Berri. La majorité parlementaire a le droit de nommer le chef du gouvernement, et nous allons décider de notre participation à ce gouvernement suivant les idées qui nous seront proposées.
 
Nous allons exiger de la majorité de tenir ses promesses de la campagne électorale, en ce qui concerne les réformes et le développement.  
Quant au bloc parlementaire de la résistance, on va essayer de mettre en œuvre toutes nos promesses, tout dépendra de nos moyens.
Nous allons agir de concert avec nos alliés sur le plan légal des  élections dans certaines circonscriptions, comme à Zahlé.
 
Nous allons participer à la table du dialogue national, tout en espérant que l'armement de la résistance sera  désormais hors des débats médiatiques et politiques.
Nous demanderons une réponse nationale au discours de Netanyahu qui a annulé la cause palestinienne et le droit au retour.
Je le répète,  le discours de Netanyahu a dévoilé la mise en scène américaine: il n'y a pas de divergences entre Israéliens et Américains, mais c'est tout un projet qui est en train de  tromper les Arabes. Nous devons nous unir pour empêcher tout transfert des Palestiniens des territoires de 1948.
 
Et enfin, je remercie toutes les machines électorales du Hezbollah et de l'opposition, je remercie les partisans de l'opposition et de la résistance, je n'arrive pas à trouver les expressions convenables pour exprimer  ma reconnaissance, je remercie les émigrés libanais qui sont venus à leurs frais pour prendre part aux élections. Merci aux gens qui ont dû attendre des heures en faisant la queue pour exprimer leur soutien à la résistance, merci à mon cher frère cheikh Naïm Kassem qui dirigeant la machine électorale du Hezbollah et aux anciens et nouveaux députés du bloc de la résistance. Ils seront à votre service. Nous devons accepter les résultats, et je vous assure que le chemin est plein d'espoir. 
 
 
   
Le jour des élections, on disait que ce député a été élu par le bloc des Chiites. Certains parlaient de Chiites "sourds" pour dire que ces derniers n'ont pas de volonté libre. Ces propos sont honteux  et nous ne les acceptons pas.  
 
Je rappelle que les chiites ne constituent pas un seul parti, comme c'est le cas dans d'autres confessions. Chez l’une des communautés, il y a un parti qui voudrait s’accaparer la représentation politique de sa communauté.
Alors que chez les Chiites, il y a le Hezbollah et le mouvement Amal. Personne ne prétend représenter à lui seul les chiites. A l’origine, nous sommes une communauté qui croit à la diversité des références religieuses et de ses représentants culturels.
Il est vrai qu'il y a aujourd’hui une alliance entre le Hezbollah et Amal, et que tous les Chiites les soutiennent, mais en principe, ce qui unit les chiites sont leurs choix politique, stratégique et national. Ils sont unis sur le choix de la résistance, de la lutte contre l'ennemi israélien, des relations privilégiées  avec la Syrie, de leur soutien à la cause palestinienne et à la résistance palestinienne… Nous payons aujourd'hui le prix de ces choix. Si nous les abandonnons, la position des Etats-Unis  à notre égard va complètement changer.
 
C’est avec ces principes que les Chiites ont participé au scrutin législatif. Et c’est pour cette raison que personne n'a pu acheter leurs voix, et qu’ils n'ont pas été influencés par les intimidations d'Ehud Barak qui a menacé de mettre le Liban joug de la machine de guerre israélienne. L'électeur chiite ne constitue certes pas un bloc sourd, et il est venu exprimer ses convictions.
Malheureusement, le seul cas où nous étions obligés de faire appliquer le décret législatif était lors des élections de 2005, parce que nous avions peur de la discorde.
Les Chiites ont participé au scrutin parce qu'ils aspiraient au changement positif dans le pays en cas de victoire de l'opposition. Ce ne sont pas les exacerbations confessionnelles qui les ont poussé à aller aux urnes.  De même, ils voulaient remercier leurs alliés qui les avaient soutenus durant et après la guerre de juillet 2006.
Mais les électeurs chiites sont venus aussi pour autre chose, pour exprimer leur humeur. Juste après la guerre de juillet 2006, l’énorme machine médiatique que j’appelle les chambres noires ont parlé d’un changement de l’humeur populaire des chiites et des habitant de la Banlieue-sud en particulier, prétendant qu’il y avait une régression de leur soutien au choix de la résistance et qu'ils étaient fatigués des guerres et des destructions. C’était même l’une des questions que les agents travaillant pour le compte de l’entité sioniste se devaient de scruter dans le cadre de leur mission.
L'un des principaux objectifs des destructions massives israéliennes au Liban et des multiples massacres perpétrés contre les femmes et les enfants était  d'ébranler l’humeur de l'opinion publique chiite.
 
Le 7 juin, les chiites sont allés aux urnes et ont attendu longtemps dans de longues files, même dans les circonscriptions où il n’y avait pas de concurrence, pour dire aux Israéliens, aux Libanais et à tout le monde que leur raison, leur cœur, leur sang et leur religion sont avec  la résistance. Leur message était le plus clair dans ces élections: rien ne va nous dissuader, ni les destructions, ni les tueries, ni les déplacements. Notre projet et notre choix resteront la résistance, pour nos petits et nos grands, nos femmes et nos enfants, pour nos élèves et nos agriculteurs…Nous avons créé cette résistance, elle n’est pas importée, personne ne nous l’a imposée, c’est notre choix et celui de nos fils,  le 7 juin c’est le message que vous avez offert au monde entier.
 
 
C'est gentil d'entendre aujourd'hui certains politiciens qui disent que la résistance et son armement sont hors de discussion. Ce sont de bonnes paroles, j’espère que le climat restera comme cela ; mais à tous ceux qui cherchent une garantie pour cette armement je les assure: c’est qui  êtes la garantie de la résistance.
Juste après l'annonce des résultats des élections, je me suis adressé à vous pour vous dire: n'ayez pas peur pour la résistance, tant que vous êtes ici, personne ne doit avoir peur pour la résistance.  
 
Certains chiites se sont plaints du fait que le Hezbollah et le mouvement Amal monopolisent les voix des chiites. Ils ont apporté de grosses sommes d'argent de certains pays, et ont payé plus de 50 millions de dollars au sud Liban. Or ceux qui ont touché cet argent ne les ont pas élus.
Y a-t-il quelqu'un qui soit prêt à échanger le sang de son fils pour une somme d'argent?
L'ère du féodalisme politique chez les chiites est mort à jamais et avec celui des millions de dollars. A savoir que même de nombreux candidats chiites dans les autres listes de la majorité sont eux aussi en faveur de la résistance et nous avons beaucoup d’amis dans l’autre camp.
 
De retour à Zahlé, le nombre des électeurs chiites est 16857. Le candidat chiite gagnant sur la liste des forces du 14 mars n’a reçu que 422 voix seulement, alors que le candidat de l'opposition en a obtenu 15659.
 
Dans la Békaa de l'ouest, parmi les 12950 chiites: 844 ont voté en faveur du candidat des forces du 14 mars, et 10699 voix pour le compte du candidat de l'opposition.
 
De même à Beyrouth, 1064 chiites ont voté pour le candidat du 14 mars, alors que 14182 des 17820 ont voté en faveur du candidat de l'opposition.
L'opinion publique chiite soutient fortement la résistance. Ceci ne signifie pas pour nous que le candidat du 14 mars à Beyrouth n'a pas gagné. Mais comme je dois respecter la volonté de l'électeur à Beyrouth, j'appelle tout le monde à respecter la volonté des électeurs dans les autres régions.
 
6- Côté technique, nous avons évalué le déroulement du scrutin. Je vous assure que les machines électorales du Hezbollah ont déployé de grands efforts, et je vous remercie profondément. Les machines électorales du Hezbollah n'étaient pas uniquement formées de membres du Hezbollah, il y avait également des druzes, des sunnites, des chrétiens et d'autres confessions.
 
Concernant les sondages qui prévoyaient la victoire de l’opposition, la  lacunes résidaient dans la négligence des émigrés, qui sont venus en masses, alors que les sondages ne s'intéressaient qu'aux résidents fixes dans les régions.
 Tous les sondages confirmaient la victoire de l'opposition, même les sondages faits par les forces du 14 mars avaient ces estimations. Pour cette raison, il y a eu une forte mobilisation de leur part dans certaines circonscriptions, ils y ont payé des sommes d'argent fabuleuses.
Je rassure les partisans de l'opposition: nous ne nous sommes pas basés sur les sondages pour déterminer notre intensité du travail. Nous avons toujours supposé une victoire relative de nos députés.   
 
Quant à ceux qui accusent l'opposition d'avoir adopté un discours calme et confiant de la victoire, et considèrent que ce discours était derrière son échec, je suis certain que ces propos sont  erronés. Tout en adoptant ce type de discours, l'opposition déployait tous ses efforts pour remporter le scrutin.
Il a y eu quelques erreurs dans les discours des candidats, bien entendu, nul n'est infaillible, et sûrement ces erreurs n'avaient pas d'influence sur les résultats.
 
7- Quant aux résultats, il est vrai que l'opposition n'a pas gagné la majorité parlementaire, mais elle a gagné la majorité populaire. L'opposition est restée tenace face à cette véritable guerre internationale. Elle a fait preuve de responsabilité et a reconnu les résultats. Je ne sais pas quelle aurait été la réaction des forces du 14 mars si nous avions gagné le scrutin. En ce qui nous concerne, nous avons démontré que nous formons une opposition démocratique.
 
Au moins, l'opposition est restée tenace au niveau de toutes ses composantes confessionnelles.
Dorénavant, la majorité parlementaire ne pourra pas négliger la majorité populaire de l'opposition lorsqu'il s'agira des questions primordiales dans le pays.
 
8- Concernant la prochaine étape, nous allons préserver cette alliance avec toutes les forces de l'opposition sans exception. Nous allons rester aux côtés de nos partenaires.
Par ailleurs, le candidat du Hezbollah à la présidence du parlement est le président Nabih Berri. La majorité parlementaire a le droit de nommer le chef du gouvernement, et nous allons décider de notre participation à ce gouvernement suivant les idées qui nous seront proposées.
 
Nous allons exiger de la majorité de tenir ses promesses de la campagne électorale, en ce qui concerne les réformes et le développement.  
Quant au bloc parlementaire de la résistance, on va essayer de mettre en œuvre toutes nos promesses, tout dépendra de nos moyens.
Nous allons agir de concert avec nos alliés sur le plan légal des  élections dans certaines circonscriptions, comme à Zahlé.
 
Nous allons participer à la table du dialogue national, tout en espérant que l'armement de la résistance sera  désormais hors des débats médiatiques et politiques.
Nous demanderons une réponse nationale au discours de Netanyahu qui a annulé la cause palestinienne et le droit au retour.
Je le répète,  le discours de Netanyahu a dévoilé la mise en scène américaine: il n'y a pas de divergences entre Israéliens et Américains, mais c'est tout un projet qui est en train de  tromper les Arabes. Nous devons nous unir pour empêcher tout transfert des Palestiniens des territoires de 1948.
 
Et enfin, je remercie toutes les machines électorales du Hezbollah et de l'opposition, je remercie les partisans de l'opposition et de la résistance, je n'arrive pas à trouver les expressions convenables pour exprimer  ma reconnaissance, je remercie les émigrés libanais qui sont venus à leurs frais pour prendre part aux élections. Merci aux gens qui ont dû attendre des heures en faisant la queue pour exprimer leur soutien à la résistance, merci à mon cher frère cheikh Naïm Kassem qui dirigeant la machine électorale du Hezbollah et aux anciens et nouveaux députés du bloc de la résistance. Ils seront à votre service. Nous devons accepter les résultats, et je vous assure que le chemin est plein d'espoir. 
 

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Jeudi 18 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par Madame Marie Adélaïde DUGLAN le 18/06/2009 18:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler



ce jeudi 18 juin, jour de la Pelle !


L' IRAN MONOPOLISE LA UNE DE LA PRESSE EN EUROPE ! ! !
( adaptation et dernières minutes )

AUJOURD'HUI EST ENCORE UN JOUR D'UNE GRANDE ACTUALITE MONDIALE A SOULIGNER !

Nous attendons toujours les félicitations de tous les " Etats Démocratiques " au peuple Persan qui vient de nous donner une belle leçon de démocratie !
Les Persans sont un superbe exemple des valeurs démocratiques adaptées au Moyen Orient.

Les "Fientes" des Pays Arabes du Proche Orient et d' Afrique, Vassaux et Satellites " eux aussi " des U.S.A , des Sionistes et Pro-Sionistes du monde entier, seraient bien inspirés de s'incliner devant le Peuple de Perse.

La force des Persans est d'être devenus une jeune République Islamique qui a fait une excellente alternative.
Les preuves depuis déjà trente années sont là, sous nos yeux .

La société Iranienne a évolué à son rythme et c'est le choix des Iraniens et nous Français nous nous devons de le respecter car c'est avant tout leur légitimité qui est mise en cause aujourd'hui depuis l'extérieur.
L' Iran va très vite évoluer par la puissance de sa jeunesse, dans une ouverture de dialogue et d'évolution démocrate ce qui est bien-sur la légitimité souveraine du peuple iranien.

La mission du Président dans son deuxième mandat et après probablement ensuite dans son troisième est aussi de savoir avec finesse, fédérer les forces démocratiques de son pays, afin d'instaurer une démocratie Moyenne Orientale toujours plus ouverte au peuple et d'assurer la meilleure conciliation nationale dans cette rentrée de la Perse dans le troisième millénaire.
Mais pour ce faire, il faut une véritable osmose pour le peuple ; Afin d'affronter cet avenir, qui est aujourd'hui complètement manipulé a grand coup de renforts depuis l'extérieur, par de nombreux pays qui se reconnaîtrons tous eux même, c'est cette manipulation que nous appelons de l'ingérence !
L'Iran fait appel aux États du monde pour compenser les politiques passées
Téhéran.Irna. ce 18 Juin 2009.
Le représentant de l'Iran auprès de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Ali Asghar Soltanieh a invité mercredi les Etats du monde à mettre un terme aux politiques agressives pour tenter de compenser leurs erreurs commises par le passé.
Il a tenu ces propos dans un discours prononcé devant le conseil des Gouverneurs de l'AIEA.
Le responsable iranien a déclaré que tout changement de politique extérieure des Etats devrait se baser sur l'honnêteté et éviter de répéter les erreurs du passé.
Il a en outre proposé que ces Etats adoptent une approche rationnelle basée sur le dialogue et évitant toute menace s'apparentant aux vieilles attitudes provocatrices et intolérables.
Il a également conseillé à ces Etats de saisir l'occasion actuelle unique pour corriger leurs erreurs passées.
La République Islamique d'Iran a toujours soutenu l'idée d'entretiens constructifs et de foire basés sur le respect mutuel sans condition préalable quant aux défis régionaux et internationaux et aux armes nucléaires, a ajouté le diplomate iranien.
Il a souligné que les armes nucléaires constituent une menace grave pour la paix et la sécurité internationale.
"La majorité des pays membres attendent de voir ces changements annoncés dans les points de vue et les conduites vis-à-vis de l'AIEA afin que les préjudices portés au prestige et à l'indépendance de l'Agence soient réparés", a conclu Ali Asghar Soltanieh
.( Iran.AIEA.Etats.Ali Asghar Soltanieh.Attitudes.Erreurs.)

Depuis des mois l'Iran est attaqué de toutes parts sur la scène internationale et le comportement de certains pays est des plus lamentable, ce qui a finalement d'ailleurs fortement contribué à ré-élection de son Président dès le 1er tour au suffrage universel !
Dieu Merci !

Heureusement, l'ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la Révolution conduira les prières de demain vendredi sur le campus de l'université de Téhéran. Ce rassemblement massif de la nation iranienne de Téhéran traduira la solidarité et l'unité de la totalité des couches sociales du peuple iranien .

Pour ce qui est de la Politique Internationale de l'Iran, dans la situation actuelle que nous connaissons, c'est l'Occident qui doit s'ouvrir à l'Iran pas l'inverse !

Mohammad Reza Shah Pahlavi, sur lequel beaucoup de choses ont été écrites, notamment concernant la brutalité des méthodes de la SAVAK, le faste ostentatoire, la sclérose démocratique, et surtout la misère de son peuple etc....

Il est illusoire de penser à un autre retour de la lignée de cosaques d'un Reza Pahlavi qui appelle à la désobéissance civile en espérant une révolte populaire depuis l'étranger et aussi sur des chaînes de télévision française !
Permettez moi de douter que les Iraniens veuillent toujours d'une famille Shahanshah
( "Roi des Rois") , amie des Rockefeller, et dont ils n'ont sûrement pas oublié les fastueuses cérémonies à Persépolis en 1971, et en outre, la répression des opposants au Shah pendant les festivités ce qui contribua à ternir fortement son image aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur etc........



LA FRANCE PUNIE EST EN MARCHE !

" La Démocrat'ouille ou le Sang Froids des Sodomisés "

LE GUANO ARLESIEN DE L' ELYSEE

Monsieur Henri Guaino, conseiller spécial de l'Elysée s'est démarqué de la prudence de la communauté internationale en jugeant la réélection du président iranien Mahmoud Ahmadinejad en déclarant :
"Ce n'est une bonne nouvelle pour personne, ni pour les Iraniens, ni pour la stabilité et la paix du monde".

Monsieur " le guano arlésien de l'Elysée ", pour qui vous prenez vous ?
Vous parler ainsi, au Nom du Peuple de France, est-ce cela votre démocratie ?
Un appel à mots couverts à l'instabilité et à la guerre !

" Pas plus la France, que quelque autre pays ne se trouve dans une posture lui permettant d'émettre le moindre doute sur la régularité de la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad ".

Cette ingérence est scandaleuse et inacceptable pour la souveraineté du peuple iranien et ce n'est pas rien, car cela l'est aussi pour le respect de la souveraineté de notre peuple!

La France porte un lourde responsabilité sur l'évolution des évènements en Iran et devra répondre elle aussi, des morts en Iran qui vont sans suivre !

Nous vous n'en avez peut être que faire ce qui compte pour !

Nous avons eu l'occasion de voir dans les six derniers mois, comment vous respectiez
" Nos Droits de l'Homme " quand il s'agit de le Terre Sainte ! C'est toujours à géométrie variable et nous assistons à la même participation scandaleuse de notre pays !

Imaginez-vous la situation inverse, que penserait le peuple de France ?

La France est en très mauvaise position pour donner des leçons sur le sujet.
Elle qui qui est la Reine depuis 220 ans des Magouilles Electorales, dans tous les partis politiques !
En France, même les morts ont voté !!!
Nous n'arriverions même plus à compter le nombre d'hommes politiques impliqués depuis seulement l'avènement de la Vème République !

LA LISTE DES MALVERSATIONS, CORRUPTIONS, DETOURNEMENTS, EXACTIONS, ET SURTOUT PREVARICATIONS SERAIT BEAUCOUP TROP LONGUE !!!

Et, Elle manipule et donne toujours des leçons de démocratie quand cela l'arrange !

Nous observons très bien où les Persans en sont après 30ans de Révolution et nous, nous devrions au bout de 220ans de Révolution avoir beaucoup plus de décence, plus de pudeur et de bienséance...

A moins d'un mois de l'anniversaire des 220ans de la République, ( toujours dans un grand silence officiel et historique ) , le mariage a été consommé le 7 juin 2009 entre tous les partis politiques et donc il y a aujourd'hui deux France dans le paysage politique du corps électoral d'aujourd'hui.

en 1- CELLE DE LA DEPENDANCE RIPOUBLICAINE !

L' Anti-France de l'ensemble des 36,31% d'électeurs sionisants et va t'en guerre qui ont peut être, pour certains, péché par ignorance, compte tenu de la Dépendance Totalitaire Médiatique et Gouvernementale qui leur donne tous les jours leur petite dose de came à la télévision et dans les média bien inspirés.
Cette substance qui est plus nocive et plus dangereuse que toutes les accoutumances est l'avilissement de l'Etre !
De par ce fait elle est intrinsèquement perverse, car en déposant son bulletin dans l'urne une partie du peuple se trouve aujourd'hui à son insu, avec du sang sur les mains.
avec 17 165 358 voix sans compter bien sur les blancs et les nuls

C'est ce que j'appellerai la naissance du N.P.G
où le " Nouveau Parti Génital " !!!


en 2- CELLE DE LA MAJORITE SILENCIEUSE !

Cette Superbe France de la Légitimité Souveraine du Corps Electoral et des 63,69% de l'abstention, du blanc,du nul et du ras le bol des politicards !

Elle est le fruit de la plus Grande Hérésie Républicaine Démocratique de tous les temps qui véhicule depuis des décennies par l'intermédiaire des media et fait croire au peuple que les français qui pratiquent le Vote d' Abstention ont une Aversion et ne font pas de Politique ! C'est quand même un comble dans un Pays, dit de Droit !
Car c'est sans aucun doute les abstentionnistes qui font le plus de politique non politicienne et leur pourcentage ne cesse de monter malgré la très forte évolution du nombre des inscrits et continuera inexorablement d'augmenter.
C'est ce que j'appellerai la naissance du P.M.S
où le " Parti de la Majorité Silencieuse " !!!

Les Elections Européennes de juin 2009 ont vu monter l’abstention dans tous les pays de l’Union a 56,76 % "sans compter les blancs et les nuls ".

( Le Parlement de Strasbourg est donc élu sur une base démocratique des plus étroite, voir sans aucune " Légitimité Souveraine, " ce qui pose la question de sa capacité à représenter vraiment les peuples. )
Vous êtes tous les cocufiers de L'HISTOIRE !

Pour nous qui avons préféré l'abstention européenne, le résultat de l'Iran est encore plus important, que notre grand bonheur à l'heure concernant les résultats ce 7 juin 2009 pour cette victoire discrète et tant attendue que nous avons bien fêté !
" Notre Grande Victoire Incontestable aux Elections Européennes ".

Aujourd'hui nous sommes la première force de la pensée française et le premier parti de France.
avec 24 millons 240 237 voix soit 7millions 74 879 d'avance ! ( une très grosse paille! ) Plus de 2 fois et demi la population de la Ville de Paris soit 2,73%.
Compte tenu de notre aversion envers la politique politicienne de copains et de faquins, nous ne voulons en aucun cas être représentés dans vos chambres et nous nous satisferons de bien continuer à vous observer, cela restez-en certains !

Si vous voulez juger de la puissance et de la souveraineté des abstentionnistes c'est très simple et je vais vous donner une très grosse clef !

Faites un Référendum sur cette question des plus simples,
( Etes vous pour ou contre le fait que nous touchions à l'âge de la retraite ? )

C'est la seule chance que vous auriez pour battre le pourcentage de l'Iran dans la participation aux urnes !
Car au final c'est grâce à la Perse que cela va devenir une compétition Mondiale de la Participation Electorale Démocratique,

WORD DEMOCRACY AWARD !
Le Trophée Mondial de la Démocratique !

Pour ce qui est de vos sondages républicains, demandez à chaque commune, à chaque bureau de vote de vous donner l'éventail complet de la diversité dans l'électorat abstentionniste et vous allez être croyez-moi très surpris !

Sans parler de la masse des français qui ne veulent " à aucun prix " être inscrits sur vos listes électorales !

Chers compagnons vous remerciant de votre attention,
je vous renvoie à vos commentaires sur ce très bel article.

Polémique de Madame Marie-Adélaïde DUGLAN
marie.adelaide.duglan@hotmail.fr

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires