ALTER INFO

Dickérosion ?


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 13:05 Formidable reprise économique aux USA

Jeudi 8 Décembre 2016 - 12:40 Fidel et le Che : deux politiques différentes



Xymphora
Samedi 26 Mai 2007

Dickérosion ?

Xymphora, le mai 2007


​​​​Du Wayne Madsen Report [la traduction de cet article suit celle-ci, NDT] :


« Comment les mass médias de droite traitent maintenant l'histoire de DC Madam * est intéressant. Après avoir essayé de faire qu'ABC News mette un couvercle sur l'histoire, les barons des médias ont fait reléguer les révélations de Cheney dans la partie des potins. Cependant, cette tactique ne marche pas. Comme quiconque au courant de la sécurité nationale le sait, il y a deux signes [indiquant] que quelqu'un est un risque pour la sécurité : Le soudain et inexplicable enrichissement et le radical changement de comportement et de personnalité provenant d'un chantage. Colin Powell et Brent Scowcroft ont tous les deux dit que le Dick Cheney d'aujourd'hui n'est pas la même personne qu'ils ont connue comme Secrétaire de la Défense. Les badinages de Cheney rapportés durant son temps à Halliburton et son changement radical de personnalité exigent une enquête complète de la sécurité nationale. Si une puissance étrangère ou des intérêts étrangers avait accès aux enregistrements téléphoniques des années 90 de Cheney -- et beaucoup d'agences de renseignement étrangère auraient été intéressées par les communications dans le voisinage de la CIA où Cheney a vécu --, il y a une nette possibilité que le chantage soit derrière la pression pour la guerre en Irak de Cheney. La droite s'est focalisée sur les bavardages de Bill Clinton avec Monica Lewinsky durant l'une de leurs conversations qu'il savait pouvoir être écoutée par une "puissance étrangère". Ce qui était bon pour Clinton à l'époque devrait être bon pour Cheney maintenant. »

​​​​Les institutions US comptaient sur Cheney pour qu'il soit le surveillant adulte d'un Bush inexpérimenté et stupide, comme elles connaissaient le Cheney des années de service sûrs pour leurs intérêts, et elles avaient observé l'idiot Bush grandir et savaient qu'il n'était pas à la hauteur du job. Comment auraient-elles pu commettre une erreur de jugement aussi énorme dans le choix Cheney pour diriger le pays ?


​​​​Le fait que Cheney n'est pas Juif est l'un des principaux arguments faits par les Sionistes légers dans leurs viles tentatives de démontrer que les Juifs n'avait rien à voir dans l'attaque désastreuse contre l'Irak. J'ai toujours supposé que la motivation de Cheney était l'argent, de ses parts d'Halliburton et d'ailleurs, mais, et si c'était le chantage ? Il est impossible de concevoir qu'une opération de grande envergure de call-girl qui servait les élites du pouvoir à Washington ne puisse avoir été exploitée par une agence de renseignement. Ce peut-il que la raison de l'énorme détérioration de la personnalité de Cheney soit le chantage Israélien ?


​​​​Le premier boulot de Cheney pour Bush était de sélectionner son vice-président. Puis, à l'énorme surprise, il s'est choisi. Ses maîtres chanteurs lui ont-il ordonné de faire ainsi, comme élément du coup Sioniste qui était prévu pour mettre la droite Israélienne au contrôle de la politique militaire et étrangère étasunienne ?



Original : http://xymphora.blogspot.com/2007/05/dicksplanation.html



​​​​Wayne Madsen Report, 18-20 mai 2007 -- Mercredi soir, David Letterman l'animateur de Fin de Nuit de CBS s'est référé à notre rapport sur Dick Cheney qui était client de la Pamela Martin & Associates, une agence de call-girls, dans les années 90. Cela a valu à Letterman un commentaire cinglant de Radar Online, un site Internet de cancans sur Hollywood qui s'appuie franchement sur la droite néo-conservatrice. Radar a traité Letterman de « comique » aux dents écartées. Je me souviens d'autres animateurs TV de Fin de Nuit : Steve Allen, Jack Paar, Johnny Carson, Dick Cavett, et Tom Snyder. Aucun d'eux n'a été considéré « comique. » C'étaient des animateurs TV de shows de variétés, pas des « comiques. »


​​​​Dans son monologue Letterman raillait, « Voici l'histoire sur laquelle nous travaillons maintenant. Apparemment, il y a des rumeurs sortant de Washington sur le vice-président Dick Cheney qui, lorsqu'il était président d'Halliburton, avait l'habitude de visiter des prostituées. Ça pourrait expliquer pourquoi une fille a été payée deux milliards de dollars. Je veux dire, je pensais au sujet de ceci et de Cheney... je veux dire, aller avec une prostituée, c'est... je veux dire, je ne peut pas croire qu'un type beau comme ça pourrait jamais payer le sexe, vous comprenez ce que je veux dire ? »


Letterman sur Cheney : « je ne peut pas croire qu'un type beau comme ça pourrait jamais payer le sexe, vous comprenez ce que je veux dire ? »


​​​​Radar a eu par le passé l'appui du néo-conservateur Mort Zuckerman. Dans quelque chose qui devrait être de l'intérêt de l'avocat de Don Imus, Radar -- qui ne cache pas sa sympathie pour l'administration Bush, est aussi soutenu par un consortium qui inclut Yusef Jackson, le fils de Jesse Jackson. Jesse Jackson, avec Al Sharpton, étaient les instigateurs en chef derrière la mise à la porte de Don Imus par CBS et MS-NBC. L'attaque actuelle de Radar contre Letterman semble coller à un modèle. Jackson et Sharpton ont longtemps été considérés comme des agents provocateur pour certains intérêts particuliers. Le 27 juillet 2006, l'un des premiers co-financiers de Radar, Jeffrey Epstein, a été accusé de sollicitation de mineures à la prostitution.


​​​​J'ai enquêté sur quelques autres histoires de Radar. L'une critiquait les films publicitaires de TV dirigés par Oliver Stone pour Moveon.org qui étaient contre la guerre d'Irak de George Bush. Une autre ridiculisait la découverte de deux courriels de Karl Rove sur le congédiement des procureurs US comme étant en grande partie sans importance.


​​​​Le sans importance est la suffisance illusoire de nombreux cadres du spectacle qui soutiennent la cause néo-conservatrice de Bush. Ce que Disney, propriétaire d'ABC News, excavait dans l'histoire de DC Madam * était l'hérésie : l'attaque contre Hollywood et le mégamédia de New York et tout ce qu'ils représentent. Certaines vantardises des émissions de divertissements font que le pire politicien de Washington ressemble en comparaison à Rebecca de Sunnybrook Farms.


​​​​Hier, Radar s'est référé à moi comme à un bloggueur « inquiétant et solitaire ». De tous temps quiconque dans le fauteuil du bureau des cadres des mass médias néo-conservateurs (et ils savent qui ils sont) veut comparer les styles de vie à l'étalon de caractères bizarres, je me tient prêt. D'ailleurs, quand je suis seul je ne recours pas à l'appel de cavalières ou à m'engager au téléphone dans le sexe. Et en ce qui concerne l'injure, quand tout ce que les amis de Cheney peuvent faire est de rassembler les grouillots de Love Boat et une colonne de potins en ligne pour jeter des pierres, ce n'est qu'une question d'intérêt à des sujets -- Je ne m'en occupe pas et ils ne sont pas importants.


​​​​Comment les mass médias de droite traitent maintenant l'histoire de DC Madam * est intéressant. Après avoir essayé de faire qu'ABC News mette un couvercle sur l'histoire, les barons des médias ont fait reléguer les révélations de Cheney dans la partie des potins. Cependant, cette tactique ne marche pas. Comme quiconque au courant de la sécurité nationale le sait, il y a deux signes [indiquant] que quelqu'un est un risque pour la sécurité : Le soudain et inexplicable enrichissement et le radical changement de comportement et de personnalité provenant d'un chantage. Colin Powell et Brent Scowcroft ont tous les deux dit que le Dick Cheney d'aujourd'hui n'est pas la même personne qu'ils ont connue comme Secrétaire de la Défense. Les badinages de Cheney rapportés durant son temps à Halliburton et son changement radical de personnalité exigent une enquête complète de la sécurité nationale. Si une puissance étrangère ou des intérêts étrangers avait accès aux enregistrements téléphoniques des années 90 de Cheney -- et beaucoup d'agences de renseignement étrangère auraient été intéressées par les communications dans le voisinage de la CIA où Cheney a vécu --, il y a une nette possibilité que le chantage soit derrière la pression pour la guerre en Irak de Cheney. La droite s'est focalisée sur les bavardages de Bill Clinton avec Monica Lewinsky durant l'une de leurs conversations qu'il savait pouvoir être écoutée par une "puissance étrangère". Ce qui était bon pour Clinton à l'époque devrait être bon pour Cheney maintenant.


​​​​Remerciements à David Letterman pour avoir tenu cette importante histoire sous les yeux du public. Note à Cheney et à la compagnie : les tentatives de me « rendre malade » ou de me « tabasser », que ce soit de Washington ou de Londres, échoueront sûrement autant que l'administration Bush-Cheney a échoué. Rappelez vos chiens, M. Cheney.


​​​​


* NDT : DC Madam (ou Madame de Washington DC) est la directrice de l'agence de call-girls Pamela Martin & Associates, que fréquentait Cheney :

http://www.rue89.com/2007/05/17/l_autre_tartuffe_dechu_de_washington



Original : http://www.waynemadsenreport.com/


Traduction de Pétrus Lombard pour Alter Info




Dimanche 27 Mai 2007

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires