Tribune libre

Détournement des cotisations de formations des travailleurs, pas plus de 500 euros de droits de formation ?


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 15 Août 2019 - 00:28 Fables Bretonne


A quoi sert pôle emploi garder les chômeurs au chômage ou leur trouver des formations et emplois souhaités parles demandeurs ?


Abdelkarim Elhawass
Mardi 16 Juillet 2019

Seulement 13 pourcent de l'argent cotisé par les travailleurs en 2015 pour la formation sert aux français travailleurs et chômeurs à être formés le reste est détourné par des associations bidons. En 2019 ce n'est plus que 5 pourcent de l'argent cotisé qui sert à former les français et encore Pôle emploi et l'AFPA essaient d'obliger les chômeurs à suivre des formations bidons sans avenir ou des formations non souhaitées par les intéressées. Bref le but de Pôle emploi c'est de garder le plus longtemps possible les chômeurs au chômage et de les empêcher d'accéder aux emplois recherchés par les entreprises ou souhaitées par les chômeurs.

Chaque année, la France dépense 26 milliards d'euros pour former ses salariés et ses chômeurs. Mais une partie de ces sommes sont gaspillées voire détournées. En immersion durant neuf mois dans le milieu de la formation professionnelle, le journaliste Benoît Bringer met au jour une vaste escroquerie au sein d'un parti politique, d'une organisation patronale et d'une grande enseigne de jardinage : les millions destinés à former les salariés de cette entreprise se sont évanouis dans la nature. Organismes fictifs ou même dérives sectaires, derrière les 82 000 établissements de formation recensés en 2013 se cachent des réalités diverses. Quant au système de contrôle des fonds, il a été mis en cause en 2012 par la Cour des Comptes. A ce jour, seuls 13 % des fonds bénéficient aux chômeurs. Mais depuis les lois Macron c'est beaucoup moins !

En France un adulte qui désire suivre une formation qui lui permettrait d'exercer le métier de ses rêves est traité par pôle emploi comme un dangereux psychopathe, il faut d'urgence l'envoyer dans un camp de réeducation et voir des psychatres et psychologues, non il doit se comporter comme un handicapé mental sous tutelle de pôle emploi !

Vous êtes au chômage. Après des mois d’attente et de rendez-vous à Pôle emploi, on vous propose une formation de coaching pour parfaire votre CV et être béton en entretien d’embauche. Mais là, surprise: le formateur demande à tous les participants de se déshabiller. Se mettre nu pour se sentir à l’aise, et mieux déballer sa vie privée pour, soi-disant, améliorer sa confiance en soi. Des exemples aussi farfelus, Serge Blisko, le président de la mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (la Miviludes), en a à la pelle. Il les égrenait ce jeudi matin du perron de Matignon, juste après la remise de son rapport annuel au Premier ministre.

Cette année, la Miviludes a souhaité alerter sur un phénomène, jusqu’ici marginal mais qui prend de l’ampleur: ces pseudo organismes de formation professionnelle sous l’emprise de mouvements sectaires.

«Quand on gratte un peu, derrière des formations du type "développement personnel", on trouve parfois des programmes délirants, raconte Serge Blisko. J’ai en tête le cas d’une formation organisée dans un château isolé à la campagne. Les élèves étaient invités à transpirer nus, dans un sauna. Collectif, évidemment. On s’est rendu compte que l’un des formateurs appartenait à l’ordre du Temple solaire.» Autre exemple : un organisme de cours d’anglais à Paris... dirigé par trois raéliens. «Quelle est la part de prosélytisme? Est-ce une officine de camouflage ou pas? Comment savoir?», interpelle de son côté, Catherine Picard, la présidente de l’Union nationale des associations pour la défense des victimes de sectes (l’Unadfi).

«Un terreau facile pour recruter»
Il existe en France des dizaines de milliers d’organismes de formation. Certains ont le statut d’entreprise, d’autres d’associations loi 1901. Le secteur est peu réglementé. Pas assez, selon Catherine Picard qui explique: «Il existe un agrément mais c’est seulement sur le volet administratif. Il n’y a aucun contrôle du contenu de la formation. N’importe qui peut se présenter demain comme formateur.»

Le premier moteur de ces formations bidons est d'abord financier. C’est d’ailleurs l’un des critères utilisés par la Miviludes pour repérer les organismes suspects. Les coûts sont souvent exorbitants (entre 6 000 et 20 000 euros par personne). «Ensuite, ajoute Serge Blisko, il y a toujours cette notion d'emprise, commune à toutes les formes de sectes. Lorsque vous faites des choses qui vous sont préjudiciables et que vous n’auriez jamais faites dans votre état normal.»

«La secte intervient sur les peurs, les doutes, poursuit-il. Quand vous êtes sans emploi, vous êtes plus fragile. C’est un terreau facile pour recruter. Capter de nouvelles victimes.»

Avec les nouvelles lois Macron après deux an de travail à temps plein le chômeur a droit à seulment 500 euros de formation alorsq u'auparavant cela pouvait aller de 6000 à 12 000 euros !

Pôle emploi affirme ne pas avoir d'argent pour former les chômeurs mais a de l'argent pour les envoyer dans des formations bidons de type scientologie, comme des formation pour déterminer son projet ou des stages de motivation, ou encore des perfectionnement en anglais mais empêche les chômeurs d'accéder aux formations utiles pour accéder à un emploi !

Si la France cite souvent en exemple le système allemand alors pourquoi ne pas imiter le modèle allemand de formation bien plus performant ?

Néanmoins en France les grandes villes comme Paris financent des formations gratuites pour les chômeurs ce qui rend difficile l'accès aux formations pour les habitants des petites villes de province et remet en question le modèle démocratique du pays !



Lundi 15 Juillet 2019


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS


Publicité

Brèves



Commentaires