Propagande médiatique, politique, idéologique

Désinformation médiatique: au Liban, la majorité pro-occidentale aurait-elle concédé le poste de président du Parlement au “Hezbollah défait”?



fer@hotmail.com
Vendredi 26 Juin 2009

Désinformation médiatique: au Liban, la majorité pro-occidentale aurait-elle concédé le poste de président du Parlement au “Hezbollah défait”?
Après les élections législatives du 7 juin, les différents blocs libanais se sont attelés à la formation du gouvernement. Comme prévu et comme le prévaut la Constitution libanaise, l’accent a été mis sur une représentation  la plus  équitable possible des communautés, tout en respectant le vote. Le gouvernement d’union nationale devrait donc être conservé.
A l’issue de ces négociations, il ressort que le président du Parlement restera Nabih Berri (réélu par les députés), le leader du parti chiite Amal qui fait partie (aux côtés du Hezbollah) de la coalition du 8-Mars menée par le chrétien maronite Michel Aoun.
Dans un reportage diffusé en boucle sur la chaîne d’information Euronews (aujourd’hui même), on présente ce choix comme une concession faite par les “gagnants” (les pro-occidentaux) aux “défaits” qu’incarne la figure menaçante du Hezbollah chiite dont il faut toujours préciser qu’il est soutenu par l’Iran et la Syrie.
Il convient de souligner trois points essentiels. D’abord, il faut répéter que le 14-Mars n’a pas remporté ces élections mais que bien au contraire, il a perdu 1 siège au Parlement par rapport à 2005 et qu’il n’a obtenu que 45% de l’ensemble des suffrages exprimés contre 55 pour l’opposition.
Ensuite, si on a souvent cherché à confondre l’opposition libanaise avec le Hezbollah, la vérité est que le mouvement de Hassan Nasrallah n’en constitue qu’une fraction. Et donc le poste de Président du Parlement ne revient pas au Hezbollah mais au mouvement Amal de Berri.
Enfin, et c’est là l’élément le plus important, l’attribution du poste de Présisdent du Parlement n’est jamais le produit de négociations ou même de la “tradition“, comme le laissait entendre le reportage d’Euronews. Ce n’est donc pas une concession. C’est en réalité la Constitution libanaise qui assure une juste répartition des 3 fonctions politiques clés dans le pays. A savoir: une présidence maronite, un premier ministre sunnite et un président du Parlement chiite.


http://frontsetresistances.wordpress.com/


Vendredi 26 Juin 2009


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires