Politique Nationale/Internationale

Des ténors de la gauche latino-américaine en soutien au président déchu Zelaya



Dimanche 5 Juillet 2009

Des ténors de la gauche latino-américaine en soutien au président déchu Zelaya
Des ténors de la gauche latino-américaine, la présidente argentine Cristina Kirchner et son homologue paraguayen Fernando Lugo, se sont fait les avocats du retour de Manuel Zelaya à la présidence du Honduras, après que l'Organisation des Etats Américains (OEA) a exclu le pays de ses rangs samedi soir.
  
Mme Kirchner et M. Lugo ont pris la parole devant l'Assemblée générale de l'OEA après le vote.
  
La présidente argentine, péroniste, s'est référée à sa propre biographie, indiquant qu'elle s'était rendue à Washington "pas uniquement comme présidente de l'Argentine, mais aussi en tant que membre d'une génération qui a enduré des coups d'Etat en Amérique latine", dans une allusion à la dictature militaire qui a dirigé son pays de 1976 à 1983, et qui a accédé au pouvoir grâce à un coup d'état parrainé par la CIA.
   "Il est nécessaire de mettre en place une stratégie commune qui permette de reconstruire le gouvernement (de M.Zelaya) (...) pour éviter un retour à la barbarie", a ajouté Mme Kirchner, arrivée au siège de l'OEA dans l'après-midi de samedi et dont le pays a voté aux côtés de 32 autres pays membres l'exclusion immédiate du Honduras de ses rangs.
  
Dans sa prise de parole, Fernando Lugo, un ancien évêque, a à plusieurs reprises évoqué sa foi chrétienne en défense de M. Zelaya en soulignant qu'il désirait "le meilleur pour le Honduras. (...) Nous avons appris à aimer le peuple hondurien. Le style de gouvernement de M. Zelaya nous plaît."
  
Ces dernières années à la tête du Honduras, Manuel Zelaya avait opéré un virage nettement vers la gauche, rendant notamment visite au fondateur du régime communiste cubain Fidel Castro lors d'un voyage en mars dernier.
 
 Mme Kirchner et M. Lugo n'ont toutefois pas clairement soutenu Manuel Zelaya dans sa démarche de retourner dans son pays dimanche "à la mi-journée", tel qu'il l'a annoncé devant l'Assemblée générale de l'OEA.
 

Organisation des Etats américains: au Honduras, "c'est un coup d'Etat militaire"


"C'est un coup d'Etat militaire dans une région où nous pensions qu'il n'y aurait plus de coup d'Etat militaire", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation des Etats américains,  Jose Migue Insulza en conférence de presse, à propos de la destitution de Zelaya dimanche, après son arrestation et son expulsion du pays par des militaires.
 
Les militaires exécutaient un mandat délivré par la justice, ont affirmé ensuite les autorités en place à Tegucigalpa. "Ce ne serait pas un coup d'Etat militaire?", s'est interrogé Insulza auprès d'un journaliste.
 
"Je ne sais pas comment vous appelez ça, quand un groupe de militaires, envoyés par des militaires, dans une opération militaire, s'emparent d'un président, le jettent dans un avion militaire et l'expédient dans un autre pays: c'est un coup d'Etat militaire (...) même si des dirigeants civils s'appuient sur l'action des militaires", a-t-il lancé.
 
Les autorités en place à Tegucigalpa, qui "n'ont aucune intention de revenir en arrière", a souligné Insulza, ne cessent de répéter que la destitution de Zelaya est une "succession constitutionnelle" et non un "coup d'Etat".
 

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Dimanche 5 Juillet 2009


Commentaires

1.Posté par VIRGILE le 05/07/2009 18:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dans ces démocraties sud-américaines, il semble qu'il soit assez facile de tuer et de remplacer un président, tout comme en Afrique avec ses républiques bananières. Les plus pérennes sont ceux mis en place par l'occident (Bongo, etc.) comme pompe à finance. A qui le tour ?

2.Posté par naif le 05/07/2009 19:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

au moment ou le sournois barack obama donne des lecons de democratie au gouvernement iranien ses services secrets et son armée aident des putchistes a renverser un president democratiquement elu

3.Posté par roland le 05/07/2009 20:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce que es médias ne nous montrent pas, les manifestants populaires qui affluent à l'aéroport de tTegucigalpa :
http://www.aporrea.org/internacionales/n138060.html

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires