PRESSE ET MEDIAS

Des soldats israéliens ont témoigné dans la presse d'exactions lors de l'offensive à Gaza


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 29 Novembre 2016 - 08:00 LIVRE: Le Manifeste de la Raison Objective



Vendredi 20 Mars 2009

Des soldats israéliens ont témoigné dans la presse d'exactions lors de l'offensive à Gaza
La presse du régime israélien a fait état de révélations de soldats ayant fait état d'un usage excessif de la force lors de l'offensive de Tsahal dans la bande de Gaza qui a pris fin en janvier.

Des témoignages de soldats accablants pour l’armée israélienne ont affirmé que des civils palestiniens avaient été tués par des militaires profitant des règles d'engagement assouplies adoptées par le régime israélien lors de l'opération "Plomb durci".


Les récits de ces soldats, ayant participé à l’Opération Plomb durci en janvier dernier, font notamment état de tirs injustifiés ayant provoqué la mort de civils palestiniens, en raison du laxisme des règles d’engagement.


Selon les quotidiens israéliens Haaretz et Maariv, un sniper israélien aurait ainsi tué une Palestinienne et ses deux enfants après que ceux-ci avaient mal compris un ordre d'un autre soldat et s'étaient dirigés dans la mauvaise direction.


«Le tireur d’élite a vu une femme et des enfants s’approcher de lui et entrer dans la zone dans laquelle on lui avait dit que personne ne devait pénétrer. Il a tiré et les a tués», relate un chef de brigade.


«D’après les discussions que j’ai eues avec mes hommes, […] le sentiment général prévalait que la vie des Palestiniens était beaucoup moins importante que la vie de nos soldats», ajoute-t-il.


Des soldats ont également rapportés des destructions à grande échelle des biens des Palestiniens. "On jetait tout par la fenêtre pour faire de la place", déclare un soldat cité par Maariv. "Tout dans la maison était jeté par la fenêtre: les réfrigérateurs, les assiettes, les meubles. Les ordres étaient de tout jeter dehors".


Lors de l'opération "Plomb durci", le régime israélien avait décidé d'assouplir ses règles d'engagement et en conséquence, les troupes d'infanterie agissaient sous les tirs de couverture nourris de chars et d'artillerie, qui ont rasé des quartiers entiers de la Bande de Gaza.


Une coalition d'ONG et d'avocats a porté plainte cette semaine devant la Cour pénale internationale contre les dirigeants du régime israéliens.


«A ce jour, l'hypothèse que la Cour pénale internationale (CPI) ouvre une enquête et qu'Israël soit reconnu coupable de crimes contre l'humanité est crédible, si ce n'est probable.» c’est ce qu’a déclaré Gilles Devers, avocat au barreau de Lyon, qui participait en début de semaine à une table-ronde organisée par la Commission arabe des droits humains au Palais des Nations, à Genève.


J'ai rédigé une plainte pour crimes de guerre et contre l'humanité qui a été déposée devant la Cour, le 22 janvier, par une coalition de 450 associations et 40 avocats de par le monde. Cette démarche est faite en accord avec toutes les forces politiques palestiniennes.»

De leurs côtés les représentants arabe-israéliens à la Knesset, le parlement israélien, Ahmed Tibi et Mohammad Barrakeh ont déclaré que les témoignages des soldats étaient la «preuve qu’Israël avait commis des crimes de guerre à Gaza».


Les trois semaines d'offensive israélienne ont fait plus de 1.300 morts côté gazaoui, dont plus de la moitié étaient des civils ce qui avait déclenché une vague internationale de protestations.

http://www2.irna.ir/ http://www2.irna.ir/



Vendredi 20 Mars 2009


Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires