Palestine occupée

Des pourparlers directs ou indirects, où est la différence ?


L’administration Obama, qui semble avoir complètement capitulé devant l’insolence et le réjectionnisme israéliens, fait pression sur la direction faible et désorientée de l’Autorité Palestinienne (AP) pour qu’elle passe de pourparlers de proximité ou indirects avec le régime Netanyahu à des pourparlers directs.


Khaled Amayreh
Mercredi 7 Juillet 2010

Des pourparlers directs ou indirects, où est la différence ?
Pour les non-initiés, la pression américaine peut donner l’impression qu’une fois que des tractations directes entre le renard israélien et l’agneau palestinien auront commencé, les miracles commenceront à descendre sur la région les uns après les autres.

Quant au premier ministre d’Israël, le menteur notoirement pathologique Benjamin Netanyahu, lui aussi presse le « président » Abbas d’entrer immédiatement en contact avec lui « parce que les questions graves ne peuvent se résoudre par des discussions indirectes et impersonnelles. »

Pour sa part, la direction de l’AP semble évidemment prêtre à accepter des pourparlers directs, mais elle essaie de parvenir à des arrangements plus favorables qui la sauverait de l’embarras de se soumettre aux diktats israéliens sans n’avoir rien obtenu de ses exigences, dont le gel de l’activité coloniale juive.

Cette semaine, George Mitchell est venu en Palestine occupé pour la énième fois. Cependant, au lieu d’apporter des réponses au président de l’AP sur les questions de sécurité et de frontières, Mitchell est allé à Beit Hanoun, au nord de la Bande de Gaza, pour témoigner des merveilles des « efforts humanitaires israéliens » pour alléger le blocus cruel imposé depuis quatre années consécutives aux 1,6 millions de Palestiniens de l’enclave côtière.

Mitchell, diplomate couard qui ne veut pas affronter ses hôtes israéliens sur leurs méfaits et actions honteuses, a considéré qu’il devait arroser les autorités israéliennes meurtrières de louanges pour avoir autorisé l’entrée de quelques sacs supplémentaires de farine et de sucre aux Gazaouis consciencieusement affamés.

A plus de sa lâcheté, Mitchell s’est avéré aussi être un fiasco gigantesque. En dépit de ses nombreuses visites et de ses innombrables rencontres avec les dirigeants israéliens, il a lamentablement échoué à se faire une appréciation exacte de l’essence du conflit.

Son adhésion continue au « scénario irlandais » pour la question palestinienne plus complexe ne s’avère pas seulement infaisable et imprudente, mais stupide et absurde.

Globalement, Mitchell a totalement échoué à comprendre que le conflit en Palestine ne porte pas sur une sorte de malentendu mais plutôt sur la saisie de la terre ancestrale d’un peuple par un autre, avec l’aide active et le soutien d’un Occident immoral, en particulier des Etats-Unis, pour qui les idéaux de justice n’ont que peu de sens.

C’est un viol qui s’est poursuivi depuis que les puissances occidentales ont décidé d’imposer le droit des juifs ashkénazes sur celui des indigènes palestiniens pour racheter des siècles de persécution européenne contre les juifs.

Mitchell n’est pas vraiment un ignorant, mais il est complètement naïf sur l’idéologie sioniste assimilable à celle des nazis, en particulier le sionisme religieux qui est presque totalement incompatible avec les idéaux universels d’équité, de démocratie, de civilité, de paix, de justice et de droits de l’homme.

Le sionisme religieux semblable à l’idéologie nazie est la force dominante en Israël aujourd’hui. Il contrôle le gouvernement et l’armée, et dans une large mesure les médias. Il contrôle aussi le discours religieux dominant en Israël, où une majorité de rabbins sont prêts à entonner les hymnes d'un fascisme juif au grand jour tandis que les hommes politiques ne cessent de rechercher les faveurs de ces racistes fanatiques.

De plus, la prolifération du sionisme religieux dans toute la société israélienne juive ces temps-ci est très similaire à la propagation de l’idéologie nazie parmi les Allemands dans les années qui ont précédé le déclenchement de la Deuxième guerre mondiale.

Par conséquent, il est pratiquement sûr que dans ces circonstances, il n’y a absolument aucune possibilité d’accord de paix authentique entre Israël et les Palestiniens, en particulier un accord qui impliquerait le retrait israélien de la Cisjordanie et de Jérusalem Est.

Dans un pays où des tribunaux annulent leurs décisions sous l’intimidation de la pression rabbinique, mettre fin à la sinistre occupation israélienne et garantir aux Palestiniens un semblant de justice devient une possibilité plus qu’improbable.

C’est ce que des gens comme Mitchell et autres occidentaux aux yeux grands ouverts mais naïfs devraient comprendre, avant de se lancer dans des visites organisées à grand renfort de publicité dans la région et nous donner de faux espoirs que la paix est au détour du chemin quand en fait, elle est lointaine et plus illusoire que jamais.

Je ne pense pas un seul instant que l’appel d’Obama et de Netanyahu à des discussions directes procède de leur bonne volonté.

Obama, qui a à sa disposition tous les faits sur le conflit arabo-israélien, devrait être parfaitement au courant des véritables intentions israéliennes, à savoir qu’Israël ne veut pas la paix, ne veut pas payer le prix de la paix, et ne se lance dans une gestion de crise que pour gagner plus de temps pour créer plus de « faits accomplis » sur le terrain en Cisjordanie.

Obama doit aussi parfaitement savoir que Netanyahu est un menteur invétéré, un homme politique pathologiquement malhonnête dont les mots n’ont aucun poids, un homme qui pense que le conflit en Palestine occupée peut se terminer en faveur d’Israël par la « hasbara » et la propagande, en essayant par exemple de convaincre l’occident qu’Israël représente la première ligne de défense de la civilisation occidentale contre le monde musulman.

Il ne fait aucun doute que la logique principale derrière l’appel de Netanyahu pour des pourparlers directs avec Abu Mazen est simplement de gagner toujours plus de temps jusqu’à ce qu’Obama devienne un canard boiteux virtuel à la Maison Blanche, à savoir jusqu’à ce que le Président commence à préparer sa réélection et qu’il aura désespérément besoin du soutien juif.

Netanyahu calcule que s’il arrive, en coordination avec le puissant lobby juif aux Etats-Unis, à faire traîner les pourparlers directs avec une Autorité palestinienne démoralisée pendant 12 à 18 mois, Obama sera dans une position si critique qu’il ne pourra même pas tousser devant Israël.

L’« équilibre des pouvoirs » entre Netanyahu et Obama bascule en faveur de ce dernier. Cependant, Netanyahu ne se satisfera pas d’une victoire aux points et il planifie un knock-out sur un Obama naïf qui semble penser que son affection envers les Juifs et Israël sera récompensée par le soutien juif à son administration, en particulier lors des prochaines élections présidentielles.

Il est tout à fait possible qu’Obama réalise que peu importe combien de temps des pourparlers directs entre Israël et l’AP dureront, le résultat escompté sera égal à zéro étant donné l’orientation idéologique du gouvernement israélien. Mais dans ce cas, pourquoi l’administration Obama tente-t-elle de réinventer la roue ?

Eh bien, la réponse est claire. Elle n’a rien à perdre tant que la direction palestinienne, et d’ailleurs le reste des régimes arabes impuissants de Bahreïn au Maroc, acceptent tout ce que propose la Maison Blanche. Obama ne fait que traiter les esclaves comme des esclaves. Rien de plus et rien de moins.

Source : Palestine Info  
  Traduction : MR pour ISM



Mercredi 7 Juillet 2010


Commentaires

1.Posté par Marion le 07/07/2010 14:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Herbert PAGANI à couper le souffle (qu'est ce que le sionisme ?)

http://www.dailymotion.com/video/xc31is_herbert-pagani-qu-est-ce-que-le-sio_news#from=embed?start=351


2.Posté par Aigle le 07/07/2010 17:53 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

OBAMA dont on avait sur ce site meme affirmé sa designation par les sionistonazis , a la tete des USA , presque 9 mlois avant son intronisation , avait devant LA DERNIERE 'AG DE L'ONU CLAIREMENT ET EXPLICITEMENT ANNONCE , DANS SON SPEECH , sa determination a encourager la creation d'un " ETAT ......JUIF ( ??!!) " .....CLAIR NET ET PRECIS DEVANT DES DIZAINES DE dirigeants dirigés BOUGNOULES QUI L'AVAIENT APPLAUDI ........

consequence directe de cette couverture criminelle , plus de 50 °/° de la portion de terre sur laquelle REGNE IZNOGOUD ET SES RAMASSES MIETTES EST RECOLONISEE TOUT A FAIT OFFICIELLEMENT PAR DES COLONS ( des desesperados , criminels ) DEBARQUANT D'EUROPE DE L'EST ET CENTRALE

Iznogoud pense continuer a faire la danse du VENTRE devant un peuple qu'il croit avoir endormi et acheté.........surprise ...surprise .......

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires