Palestine occupée

Des milliers de marchands d’armes israéliens clandestin partout dans le monde


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 21 Septembre 2017 - 20:05 Fatah et Hamas



Palestine – CPI
Vendredi 9 Août 2013

Des milliers de marchands d’armes israéliens clandestin partout dans le monde
En "Israël", il a été dévoilé qu’il y a au moins 6784 marchands d’armes ayant une licence d’exportation. Ce chiffre a été révélé lors de la réponse de l’Etat à une requête demandant les noms de personnes et d’entreprises ayant une telle autorisation.

Selon le journal hébreu Haaretz, le gouvernement israélien a répondu qu’une telle révélation n’était pas possible, qu’elle mettrait ces personnes et ces entreprises et leurs affaires dans un danger réel.

Malgré cette réponse négative, les donnés parlent de 6784 personnes travaillant dans l’exportation d’armes, jusqu’à la fin de 2012, travaillant dans quelque 1006 entreprises. En plus, on parle de 312 marchands d’arme indépendants.

Une bonne réputation !

La requête faite par l’avocat Ayti Malek dit que l’exportation d’armes a une bonne réputation basée sur le sang des citoyens de l’Etat, sur les guerres et la mainmise militaire sur des régions occupées. « Cette réputation impose une transparence spéciale devant le public israélien », dit la requête.

Le gouvernement refuse la requête, sous prétexte de vouloir préserver la sécurité de l’Etat, ses relations extérieures, la sécurité des exportateurs d’armes qui pourraient être le sujet d’actes terroristes ou d’enlèvements.

La violence est force économique !

"Israël" occupe le sixième rang dans le domaine de l’exportation d’armes au niveau mondial. "Israël" cache le volume de ses ventes. Mais il est connu que la vente d’armes fait partie des moyens utilisés par l’armée de l’occupation sioniste pour couvrir le déficit de son budget.

Le commerce d’armes fait partie de la stratégie israélienne basée sur le principe suivant : « la violence est une force économique à elle toute seule ». La guerre et le commerce d’armes sont liés à « l’identité israélienne », donnant aux anciens grands officiers une sorte d’exclusivité pour en profiter.

"Israël" est bien connu dans la vente d’armes à des régimes douteux en Asie, en Afrique et en Amérique Latine. Ces deux dernières décennies, il vise les grands marchés tels la Chine et l’Inde, surtout dans la technologie avancée, les dispositifs d’espionnage et les drones.

Cette vaste exportation d’armes fait vivre pas moins de 150 mille familles. Les membres de ces familles travaillent dans des fabriques d’armes qu’"Israël" n’utilise que très peu.

Des consommateurs arabes !

La liste des acheteurs des armes israéliennes se prolonge de plus en plus pour atteindre 125 pays dont certains pays arabes qui achètent directement ou via des personnes tierces.

Les intérêt et seulement les intérêts

Beaucoup d’observateurs s’étonnent de voir "Israël", bien qu’il soit un tout petit pays, jouer désormais un rôle central dans la course à l’armement dans le monde.

"Israël" veut faire des profits, beaucoup de profits et veut améliorer ses relations avec les pays du tiers monde. 10% du commerce d’armes dans le monde est contrôlé par l’Etat hébreu, selon l’analyste stratégique Yosi Milman. "Israël" veut gagner de l’argent, beaucoup d’argent, faisant fi au dommage qu’il fait à son image, en gardant des relations avec des régimes autoritaires qui ne sont pas en bon termes avec les droits de l’homme.

Tel Aviv préfère vendre à des pays africains et américains de façon indirecte, par quelque 220 entreprises, dans le but de se soustraire de la responsabilité de l’utilisation de ces armes dans des crimes contre l’humanité. Ainsi, "Israël" est devenu le quatrième pays dans le commerce mondial des armes, toujours dans l’intention de faire des profits, en dépit de son risque et son immoralité.

Le Mossad, service israélien des renseignements extérieurs, a pu tisser des réseaux clandestins ayant pour mission de commercialiser les armes israéliennes dans plus de 50 pays dont les Etats-Unis, dit l’officier israélien à la retraite Eli Chahal.

Article paru dans le journal hébreu Ahronot, le 6 août 2013, traduit et résumé par le département français du Centre Palestinien d’Information (CPI)

http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7BAn9osKm7ZpDLXxE%2bZ9VPq9XqXZPQr5nypytCDorWcGl6VxJvW0%2bIVc4h8PG4BF7Wocq%2fQhFL6yZqyB%2fbGmYmAeaxUs5s6QOiel5f%2bqjHVs%3d http://www.palestine-info.cc/fr/default.aspx?xyz=U6Qq7k%2bcOd87MDI46m9rUxJEpMO%2bi1s7BAn9osKm7ZpDLXxE%2bZ9VPq9XqXZPQr5nypytCDorWcGl6VxJvW0%2bIVc4h8PG4BF7Wocq%2fQhFL6yZqyB%2fbGmYmAeaxUs5s6QOiel5f%2bqjHVs%3d



Vendredi 9 Août 2013


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires