Croyances et société

Des chercheurs ont implanté de faux souvenirs dans le cerveau d'une souris endormie


Dans la même rubrique:
< >

Dimanche 13 Janvier 2019 - 12:42 3eme temple et sympathiques rabbins !



Samedi 14 Mars 2015

Des chercheurs ont implanté de faux souvenirs dans le cerveau d'une souris endormie
Des chercheurs en neurosciences ont créé un algorithme informatique spécial permettant de lier les souvenirs d'endroits fréquentés par le rongeur, qu'il se rappelait dans son sommeil, avec des sensations concrètes – la douleur, le plaisir, la peur, etc., écrit Ria Novosti.
 
Une équipe internationale de chercheurs en neurosciences a réussi pour la première fois à "reprogrammer" le cerveau d'un rongeur endormi afin de former toute une chaîne de faux souvenirs et associations. L'application possible? Aider à combattre un ensemble de troubles mentaux et la toxicomanie, annonce l'article de la revue Nature Neuroscience.
Le phénomène de "retranscription" de la mémoire suscite aujourd'hui un grand intérêt parmi les toxicologues et les neurophysiologues. Les uns essaient d'adapter cette particularité de la mémoire humaine et animale à la guérison d'une dépendance psychologique aux drogues, les autres étudient les mécanismes de la formation et de la consolidation des souvenirs.
Aucune grand succès n'a encore été enregistré dans ces domaines, car une partie des techniques appliquées aux animaux n'ont aucun effet sur les toxicomanes. Pour cette raison, de nombreux neuroscientifiques croient que la retranscription "ponctuelle" ou l'implantation de mémoire n'est pas possible dans le cas du cerveau humain ou d'autres animaux.
Selon les auteurs de l'article, Karim Benchenane de la Sorbonne (France) et son collègue, ce n'est pas du tout le cas. D'après eux, le problème est que toutes les expériences similaires ont été réalisées sur des animaux éveillés, et pas endormis.
En fait, la mémoire des humains, des souris, des singes et d'autres mammifères se consolide et se renouvelle principalement pendant le sommeil. Quand nous nous endormons, le centre de la mémoire dans notre cerveau, appelé l'hippocampe, commence à traiter de manière cyclique les souvenirs et les impressions que nous avons vécus pendant la journée, en formant des souvenirs profonds.
Guidé par cette idée, le groupe de Benchenane a suivi l'activité de l'hippocampe des souris pendant le sommeil et a essayé de comprendre comment il était possible de retranscrire certains épisodes dans la mémoire, ou bien ajouter des souvenirs inexistants dans ce cycle.
Ces efforts ont abouti à un algorithme informatique spécial qui a permis aux chercheurs de lier les souvenirs des endroits fréquentés par le rongeur, qu'il se rappelait dans son sommeil, avec des sensations concrètes — la douleur, le plaisir, la peur, etc. Les chercheurs savaient, bien évidemment, de quel endroit il s'agissait, car ils avaient surveillé l'activité du "centre de navigation" dans le cerveau du rongeur pendant l'éveil.
Grâce à ce programme, Benchenane et ses collègues ont implanté dans le cerveau des souris les souvenirs d'un plaisir qu'ils avaient prétendument ressenti dans un coin particulier de la cage dans laquelle ils vivaient. L'expérience a démontré que cette opération n'était complètement réussie que dans les cas où les chercheurs retranscrivaient la mémoire des souris endormies, et pas éveillées.
Selon les neuroscientifiques, les rongeurs préféraient passer la plupart du temps dans la partie de la cage qui avait été "programmée" par les chercheurs pendant le sommeil. Après un certain temps, n'ayant pas reçu le plaisir "promis", les souris commençaient à éviter cet endroit et progressivement oubliaient la fausse association.
D'après les auteurs de l'article, le succès de cette expérience ouvre la voie à des expériences de manipulations ponctuelles de la mémoire également parmi les humains. En tenant compte de l'expérience négative de leurs collègues, Benchenane et ses collègues, pour l'instant, ne sont pas sûrs qu'une méthode semblable puisse être efficace avec l'être humain, compte tenu des difficultés supplémentaires, comme la transplantation des électrodes et l'éthique.


Dimanche 15 Mars 2015


Commentaires

1.Posté par Aldamir le 14/03/2015 11:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca y est, ils y arrivent. Le conditionnement de l’individu mis en marche depuis plusieurs décennies ne saurait tarder à être appliqué sur la Société. Tous les repères hérités à travers les générations qui nous ont précédés seront effacés et remplacés par une nouveau regard , de sorte que l’individu qu’on a travesti ne réalise plus sa véritable condition d’origine. Et tout cela au nom de la science, de l’évolution et du progrès. Il devient urgent de réagir pour stopper cette entreprise qui menace l’essence même de l’humanité et même jusqu’à pendre ses auteurs.

2.Posté par Depositaire le 15/03/2015 10:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'adage est bien connu : "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme". Effectivement, @ Aldamir a raison, nous arrivons à la manipulation des individus. Une telle possibilité offerte c'est la porte grande ouverte à tous les manipulateurs et en particulier aux grandes puissances avides de pouvoir. Pas besoin de les nommer, elles sont tristement connues.

Avec un tel système, il sera facile de programmer des soldats tueurs, ou de conditionner des ouvriers bien dociles, bref, toutes les manipulations possibles sont envisageables.

Le prétexte de s'occuper des toxicomanes est un prétexte fumeux. Je ne vois pas du tout comme un progrès de manipuler le mental d'individus perturbés. On risque plus d'accentuer la perturbation que de la guérir.

Si on veut vraiment traiter le problème de la toxicomanie, il faudrait déjà que les états cessent de protéger les trafiquants de drogue et les banques de recycler l'argent de la drogue. Quand on voit que l'Afghanistan depuis l'intervention états unis/Otan a multiplié de façon exponentielle la culture du pavot, pavot qui est utilisé essentiellement pour la fabrication de l'héroïne, au point que l'Afghanistan est devenu le premier producteur mondiale, triste record, et que l'on voit le soldats américains protéger les champs de pavot, et la drogue véhiculée par le avions de l'Otan, pas la peine de poser la question de savoir si ces pays de l'Otan veulent vraiment traiter ce fléau.

S'il n'y a pas d'offre, la demande cessera rapidement. Et du côté de la demande ce n'est assurément pas en manipulant le mental des gens que l'on règlera le problème. c'est un des innombrables symptômes de la dégradation de nos sociétés sous l'emprise de l'oligarchie mondiale.

Comme j'ai déjà eu maintes fois l'occasion de le dire, si on ne bouge pas, l'oligarchie subversive mondiale fait son travail. Et son travail, ses objectifs sont : Dominer le monde de façon hégémonique et soumettre toutes les populations sous son joug, et ce, d'une façon qu'elles ne puissent jamais se révolter. Au besoin, considérant qu'il y a trop de monde sur Terre elle mettra une politique d'eugénisme au point pour y "remédier". Ce processus est déjà bien entamé avec les programmes de vaccinations, de stérilisation de certaines populations , comme en Afrique, via le vaccins, par les famines organisées, les guerres en employant des armes comme l'uranium appauvri qui va empoisonner pour des milliers d'années les pays où il a été utilisé, etc. De plus cette oligarchie animée d'une cupidité insatiable entreprend de piller toutes les richesses du monde pour son seul profit et peu importe le coût social ou environnemental. En ce sens, une technique qui permettrait de "reprogrammer" la mémoire des gens serait une arme très utile pour elle. Elle peut pousser des gens normaux à se suicider, d'autres à accepter la domination hégémonique et devenir des esclaves volontaires, etc.

Nouveau commentaire :

Coup de gueule | Croyances et société | Reflexion | insolite, humour, conspiration...


Publicité

Brèves



Commentaires