Palestine occupée

Des chefs miliciens bien civilisés


Les déclarations de Sayyid Hassan Nasrullah, secrétaire général du Hizbullah, le samedi 19 janvier, relatives aux parties des corps des soldats israéliens morts et abandonnés par l'armée sioniste "dans nos villages et sur notre sol", au cours de leur guerre contre le Liban, en juillet-août 2006, ont suscité de curieuses réactions chez les âmes sensibles au sein de la classe politique libanaise.


Rim al-Khatib
Jeudi 24 Janvier 2008

Rim al-Khatib




C'est l'âme sensible de Gemayel, ancien président de la république, qui se dit dégoûté et scandalisé par les propos du secrétaire général, avant d'ajouter qu'Israël est "notre ennemi" et qu'il ne faut pas engager des négociations avec lui, accusant le Hizbullah de le faire !!? Mais cette âme si sensible, qui ne supporte pas qu'on parle de "restes de corps de soldats" ennemis, n'a jamais revendiqué, quand il était président de la république, la libération des prisonniers libanais. Il n'a même jamais envisagé qu'ils puissent être libérés.
Mais le voici d'un coup "patriote", scandalisé et dégoûté ! Rappelons que cet ancien milicien devenu président, si sensible aux restes des corps de ceux qui sont venus, il y a moins de deux ans, tuer et détruire, n'a jamais exprimé son dégoût lors des massacres de Sabra et Chatila, lorsque les miliciens qu'il a protégés et qu'il protège ont éventré des femmes enceintes pour égorger les foetus, parce qu'ils sont palestiniens ! Gemayel, président des Phalanges libanaises, a couvert les actes de ses milices lorsqu'elles tuaient aux barrages, lors de la guerre civile, ceux qui paraissaient palestiniens ou musulmans libanais !

Mais les déclarations du chef milicien Gemayel ne peuvent égaler, dans leur hypocrisie et leur mièvrerie, celles du milicien Geagea, chef d'une bande d'assassins, qui se sont rués, telles des bêtes sauvages, sous la protection des Israéliens et du sinistre Sharon, sur les Palestiniens dans les camps de Sabra et Chatila, en septembre 1982, commettant l'un des massacres les plus horribles dans l'histoire de l'humanité ! Geagea, le milicien haineux, est lui aussi scandalisé, évoquant même la culture qu'il défendrait : celle de l'écrivain Gibran Khalil Gibran contre ce qu'il considère la culture "des parties des corps" de l'ennemi.

Geagea se targue maintenant d'avoir accès à la culture et d'être civilisé, voyons donc ! S'il se réfère à Gibran, c'est parce que ce dernier est maronite, chrétien, et non pas musulman. Il se réfère également à Bkerki, le haut-lieu de la confession maronite au Liban, en tant que référence culturelle, contre l'islam. Mais si ce haut-lieu religieux est actuellement pris en otage par le courant pro-américain et occidental et refusera, probablement, de démentir le chef de milice qui a commis de nombreux assassinats politiques au Liban, c'est Gibran qui doit se retourner actuellement dans sa tombe, honteux d'être la référence d'un assassin, dont les mains sont trempés du sang des Palestiniens et des Libanais, contre le maître et dirigeant de la résistance à l'occupation sioniste.

Se référer à Gibran pour se targuer d'être civilisé ne pourra jamais effacer de ses mains le sang des victimes ni compenser les années de détention dans les prisons israéliennes de ceux qui ont été remis, par Geagea lui-même, aux Israéliens.


Mais si ces miliciens se sont empressés d'afficher le vernis de civilisation et de culture dont ils se barbouillent, c'est parce qu'ils ont reçu tout simplement l'ordre, venu d'Israël et transmis par les alliés américains, de mener une campagne libanaise de dénigrement contre le dirigeant du Hizbullah, qui a pu rassembler, le samedi 19 janvier, plus d'un million de personnes, hommes, femmes et enfants, dans la banlieue sud de Beirut, pour renouveler leur allégeance à la résistance et à la Palestine.

Oui, certainement, nous n'avons ni la même culture ni les mêmes références !





ASSAWRA, liste de diffusion dédiée à l'Intifada ...

Visitez Al-Oufok : http://www.aloufok.net


Jeudi 24 Janvier 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires