Mercredi 1 Octobre 2014
7:56
   
 
EUROPE

Des «alchimistes» au chevet de l'euro


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 29 Septembre 2014 - 13:34 L’EUROPE AU BORD DE L’EXPLOSION

Vendredi 26 Septembre 2014 - 08:47 LE RÉFÉRENDUM ÉCOSSAIS SANS INTÉRÊT



Sergueï Gouk
Vendredi 21 Octobre 2011

Des «alchimistes» au chevet de l'euro
Les milieux des finances sont suspendus à la décision sur la monnaie européenne unique, qui devrait être prise par les dirigeants européens prochainement. Cependant les spécialistes restent sceptiques en ce qui concerne le sauvetage de l'économie dans la zone, à moins qu'un miracle se produise.

Une nouvelle rencontre des «puissants de ce monde» - Nicolas Sarkozy, Angela Merkel, Christine Lagarde et Jean-Claude Trichet - à la veille du sommet de l’UE n’a pas apporté d’apaisement aux marchés financiers. Les leaders se sont séparés sans faire de déclarations, ce qui fait penser qu’ils ne se sont pas mis d'accord.

Les experts sont perdus dans les prévisions. N’était-il pas question de la France, dont le déficit de la balance commerciale a augmenté cette année de moitié? Acceptera-t-on la faillite de la Grèce? Il est clair que les 8 milliards d’euros promis par les leaders européens ne sauveront pas la zone euro, en dépit des mesures d’austérité draconiennes. La dépression dans l’économie grecque et le rétrécissement de la base imposable vont plus vite que l'aide financière promise. Par ailleurs, une autre question inquiète les analystes: comment augmenter le Fonds de stabilité financière sans y ajouter un centime de plus ? Rien d'étonnant que les auteurs du nouveau plan de sauvetage de la zone euro ont déjà été surnommés «alchimistes» dans les médias.

Des solutions moins efficaces qu'on ne le pense

 L’expression "vaut mieux avoir une fin horrible, plutôt qu’une horreur sans fin" convient parfaitement pour décrire la situation actuelle sur les marchés européens. Une éventuelle faillite de la Grèce leur importe moins qu’une certitude qu’ils souhaitent obtenir des dirigeants de l’Union monétaire. Or le sommet approche, et la situation reste toujours très floue.

Le vice-président de l’Académie russe des sciences, l’académicien Alexandre Nékipélov considère que porter le Fonds de stabilité à un trillion d'euros, voire même plus, au moyen d'un mécanisme surnommé «levier», proposé par les quatre dirigeants du système financier européen, ne résoudra pas le problème de l’endettement.

"La situation est en effet très grave. Et pour en sortir il faut sans doute des mesures extraordinaires. Il est bien difficile de prévoir toutes les conséquences, parce que le problème réside moins dans le défaut de la Grèce et la restructuration de ses dettes directes que dans l’enchaînement compliqué des liens réciproques", affirme Nékipélov. "Résultat: des instruments, conçus pour réduire les risques, à certaines conditions concourent à leur multiplication. Pour cette raison, une question reste sans réponse: que faut-il faire avec le système financier, quelles décisions doivent être prises à ce sujet?".

 Cependant, si pour une partie des décisons, les leaders de l’UE éprouvent des difficultés à se mettre d'accord, en ce qui concerne leurs intentions, ils sont tous du même avis.

Angela Merkel va plus loin que les autres. Si c’était en son pouvoir, elle punirait les gouvernements les "pays à problèmes", en les prenant sous tutelle de la zone euro. Et en cas de situation économique grave, elle serait même capable de les obliger à renoncer à leur souveraineté. Toutefois, ce à quoi aspire Merkel, est difficile à réaliser. Il sera difficile de convaincre les 27 Etats européens à se mettre d'accord pour modivier le réglement en vigueur. Certains pays s'y opposeront Etats, de crainte que les sanctions ne retombent contre eux.

french.ruvr.ru



Vendredi 21 Octobre 2011


Commentaires

1.Posté par Chasseur de vérités le 21/10/2011 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le nouvel ordre mondial arrive... tout est bien orchestré et volontaire de la part de tout ce vilain monde...fin de la souveraineté des pays... ce n'est pas faute d'avoir essayer d'avertir l'opinion publique mais beaucoup préfèrent regarder la télé et son programme abrutissant ....

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves
30/09/2014

Notre agent au Marais

Hicham Hamza

VIDEO
| 12/09/2014 | 3752 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
Hicham Hamza | 12/09/2014 | 5071 vues
00000  (0 vote) | 1 Commentaire
1 sur 174


Commentaires