Palestine occupée

Dernier forcing de Washington


Palestine. En dépêchant une fois de plus sa secrétaire d’Etat en Israël et dans les Territoires, le président américain entame une course contre la montre en vue d’obtenir un quelconque progrès avant la fin de son mandat.


Jeudi 8 Mai 2008

Dernier forcing de Washington

hebdo.ahram.org


Réelle volonté de donner un dernier coup de pouce audit processus de paix ou simple visite pour sauver la face de l’Administration de George W. Bush à laquelle on a reproché le manque d’engagement à remettre le processus de paix sur les rails ? La visite de la secrétaire d’Etat américaine en Israël et dans les territoires occupés s’inscrit plutôt dans l’optique de la deuxième option. Les analystes même se demandent de quel accord de paix on peut parler alors qu’il ne reste que quelques mois dans le mandat du président américain. Ce qui s’est avéré irréalisable des années durant peut-il devenir possible dans l’espace de quelques mois ? L’Administration américaine y croit ou donne l’impression d’y croire. « Nous continuons à croire que cet objectif est à notre portée — un accord entre Palestiniens et Israéliens d’ici la fin de l’année et d’ici la fin du mandat du président Bush », a dit Condoleezza Rice à l’issue d’un entretien avec le président palestinien Mahmoud Abbass à Ramallah, en Cisjordanie.

Mais ce qui est assez singulier dans cette visite, c’est que pour la première fois le chef de la diplomatie américaine exerce une pression, ne serait-ce que verbale, sur l’Etat hébreu. Lors d’une conférence de presse, Rice a précisé qu’elle avait parlé avec le premier ministre israélien Ehud Olmert, samedi soir, et son ministre de la Défense Ehud Barak, dimanche matin, de la liberté de circulation dans les territoires palestiniens et de la réduction des barrages routiers. « Il ne faut pas regarder seulement la quantité, mais aussi la qualité des améliorations apportées à la liberté de mouvement de la population », a-t-elle dit.

Selon les autorités israéliennes, l’existence de cet ensemble de barrages routiers et de postes de contrôle est nécessaire pour empêcher les attentats suicides.

Les Palestiniens, eux, considèrent ces barrages comme une punition collective qui pèse lourdement sur la vie économique. Avant d’entamer samedi cette visite de deux jours au Proche-Orient, Rice avait annoncé son intention de vérifier si Israël avait pris sur le terrain les mesures promises pour faciliter la vie des Palestiniens, notamment en démantelant des barrages.

A la suite de son dernier passage dans la région fin mars, Israël avait annoncé son intention de démanteler 61 barrages en Cisjordanie occupée mais, selon une étude de l’Onu, 44 barrages seulement ont été levés et la plupart n’étaient pas très importants. Selon l’Office de coordination des affaires humanitaires des Nations-Unies dans les territoires palestiniens (Ocha), Israël a procédé à « 17 déplacements de remblais de terre qui n’ont eu aucune incidence et a supprimé » neuf barrages ayant un effet minimum.

Olmert est l’objet de pressions croissantes des Occidentaux pour assouplir les restrictions sur les déplacements des Palestiniens et prendre d’autres mesures pour renforcer la position du président Abbass, dont l’autorité est limitée à la Cisjordanie depuis la prise de contrôle de la bande de Gaza par le Hamas en juin 2007. Condoleezza Rice a jugé « particulièrement problématique » la question des colonies juives dans les territoires palestiniens.

Elle a ajouté que les Etats-Unis considéraient la poursuite des implantations juives dans les territoires comme particulièrement problématique pour le climat de confiance qui est pourtant nécessaire. Lors de la réunion du Quartette (Etats-Unis, Union européenne, Russie et Onu) vendredi dernier, les grandes puissances ont appelé Israël à geler la construction de colonies en Cisjordanie.



Négociations sérieuses

Mme Rice s’est aussi déclarée « impressionnée par le sérieux et la profondeur des discussions » entre Israéliens et Palestiniens, défendant par ailleurs la « confidentialité » des négociations. « Je crois qu’il est important qu’on comprenne qu’il s’agit des premières discussions sérieuses sur toutes les questions de fond entre les parties depuis sept ans », a-t-elle précisé.

Dans le quotidien qatari Charq de dimanche, le ministre égyptien des Affaires étrangères Ahmad Aboul-Gheit a indiqué savoir « qu’un progrès a été réalisé dans les négociations entre Palestiniens et Israéliens », mais que ceux-ci ne « veulent pas en révéler la nature » à ce stade.

Abbass et Olmert ont accepté de reprendre les pourparlers de paix avec pour objectif de parvenir à un accord avant le départ de Bush de la Maison Blanche. Peu de progrès visibles ont cependant été enregistrés jusqu’ici. Les Etats-Unis, tout comme Israël, cherchent à renforcer le pouvoir de M. Abbass, par opposition au Hamas islamiste, qui contrôle la bande de Gaza depuis juin 2007. Samedi, les forces de sécurité de Abbass se sont déployées à Djénine, dans le nord de la Cisjordanie, afin de renforcer le contrôle de l’Autorité palestinienne sur le secteur.

Leur mission consiste avant tout à arrêter et désarmer les militants du mouvement radical Hamas, au pouvoir à Gaza depuis son coup de force de juin 2007. Elle s’inscrit dans le cadre des engagements de sécurité pris par les Palestiniens en novembre à Annapolis, aux Etats-Unis. D’autres déploiements du même ordre ont d’ailleurs eu lieu ces derniers temps dans le nord de la Cisjordanie.

De Gaza, le Hamas a accusé Mahmoud Abbass de faire le jeu d’Israël en arrêtant ses membres et a vivement dénoncé le déploiement de Djénine.

Rania Adel

http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2008/5/7/marab1.htm http://hebdo.ahram.org.eg/arab/ahram/2008/5/7/marab1.htm



Jeudi 8 Mai 2008

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires