Sciences et croyances

Démence sénile et remèdes



Samedi 25 Juillet 2009

Démence sénile et remèdes

Natural News, David Gutierrez, 23 juillet 2009


      Signalé sur le site WorstPills.org de Public Citizen, une association de défense du consommateur à but non-lucratif, de nombreux cas de démence sénile sont en fait des effets secondaires de médicaments, et peuvent être annulés en changeant la prescription.


      Selon Sidney Wolfe, le président de l’organisation :

      Les médecins n’identifiant hélas pas toujours les troubles cognitifs à des effets secondaires, beaucoup de patients souffrent inutilement de cette condition débilitante, mais réversible. Après introduction de nouveaux remèdes, les médecins, les patients et leur famille doivent guetter les altérations subtiles dans la cognition, et supposer que toute altération peut être due au médicament. Les gens qui souffrent déjà de quelque trouble cognitif sont les plus prédisposés.


      Bien que la majorité des gens soient plus habitués aux formes de démence irréversibles, comme la maladie d'Alzheimer, Public Citizen a répertorié 136 spécialités capables d’induire des symptômes de démence ou de délire. Ses estimations s’appuient sur le bilan des données publiées dans des revues médicales et par la FDA.


      La démence est une altération chronique progressive dans le processus normal de la pensée. Le délire se manifeste par de brusques altérations dans la vision, l'audition et la pensée. Dans de nombreux cas, les médecins pensent à tort que la démence, qui est induite par le remède, est provoquée par une affection cachée.


      Parmi les médicaments les plus susceptibles de provoquer le délire ou la démence, on trouve des antidépresseurs et certains analgésiques. Les autres responsables communs sont : le diphenhydramine antihistaminique (commercialisé sous le nom de Benadryl, entre autres) ; les somnifères à base de zolpidem (Ambien) et d’eszopiclone (Lunesta) ; le Tolteridine (Detrol), contre l'incontinence urinaire ; et le métoclopramide (Reglan), contre la nausée.


      Public Citizen avertit que les seniors sont particulièrement vulnérables aux remèdes induisant délire et démence. Non seulement ces spécialités sont susceptibles de s'accumuler en plus grande quantité dans leur organisme, à cause de la fonction rénale et hépatique diminuée, mais ils sont aussi plus susceptibles de prendre de multiples médications capables interagir en produisant des effets secondaires exceptionnels. Par ailleurs, ceux qui souffrent déjà de troubles cognitifs sont plus susceptibles de les voir exacerbés par les produits pharmaceutiques. Malheureusement, les personnes âgées sont aussi plus susceptibles de ravaler leurs symptômes comme de simples effets normaux du vieillissement.



Original : www.naturalnews.com/026680_dementia_drugs_doctors.html
Traduction libre de Pétrus Lombard pour Alter Info





Dimanche 26 Juillet 2009


Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires