Palestine occupée

Démantelement d’un réseau du Mossad



proche-orient.tv
Dimanche 18 Juin 2006

Le Liban, proie favorite des espions sionistes(IRIB)

Toute la semaine dernière, la lacinante question de la sécurité a tenu la vedette au Liban non sans raison. En effet, le démentèlement d'un réseau d'espionnage à la solde du Mossad a connu de multiples rebondissements les uns plus alarmants que les autres. Une première étape de l'enquête a fait état du transfert, via le réseau en question, des quantités de matières explosives à Beyrouth et dans les autres villes du pays. La coqueluche des membres du réseau, le dénommé Mahmoud Rafeh aurait même reconnu, au cours des interrogatoires, avoir trempé dans plusieurs assassinats dont celui de Mahmoud Majzoub et son frère tous deux commandants du Jihad islamique et de Jihad Jebril, fils du secrétaire général du FPLP et de nombreux activistes du Hezbollah. Plus sidérant encore, le réseau ferait figure de proue en matière d'intelligence pro-sioniste au Liban puisque son implantation remonterait au début des années 90: 16 ans d'intenses activités d'espionnage et de piratages, donc, aux services de l'entité sioniste, dont les portées sont loin de mettre en cause la seule souvraineté libanaise. En quête d'asseoir une légitimité étatique contestable et contestée, en effet, Israel élimine ses opposants partout où il le désire. Aux pays arabes où les tentacules du Mossad dressent des listes noires d'opposants à abbattre avant de les exécuter, tout comme en Europe, en proie, depuis des décennies, à une stratégie impitoyable de dénigrement médiatique et politique contre toute mouvance d'obédience anti-israélienne. Pour revenir au Liban et à une affaire qui a suscité tant d'émois à travers le monde, posons d'emblée une question. A qui aurait pu profiter l'assassinat de l'ancien Premier ministre libanais Rafic Hariri, si ce n'est qu'à Israel, artisan d'une première tentative de balkanisation du Liban et dont les projets déstabilisateurs dans le pays du Cèdre n'est plus mystère pour personne? Cette question, tout le monde, y compris l'Organisation des Nations unies l'a posée dès fevrier 2004 sans pour autant oser y porter une réponse honnête. Le Liban vient de décider d’adresser une plainte contre Israël au Conseil de sécurité dans le cadre de cette affaire d'espionnage, mais l'ONU osera-t-elle cette fois d'être honnête?


Lundi 19 Juin 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires