Palestine occupée

Demandez au sentiment de mépris d’être moins violent !


La majorité des pays occidentaux, du moins les plus influents, ont décidé de suspendre leurs aides à l’Autorité palestinienne sous prétexte que le gouvernement Hamas menace la paix, ne reconnaît pas Israël et remet en cause le plan de paix


Farid@evhr.net
Vendredi 14 Avril 2006

Si Hamas est un mouvement islamiste qui a été choisi par les Palestiniens pour les diriger, c’est parce qu’Israël a toujours isolé Arafat, en a fait un paria, criant à qui veut l’entendre que le gouvernement israélien ne trouve pas d’interlocuteur au sein de l’Autorité palestinienne. Arafat décède, Mahmoud Abbas le remplace, désigne son gouvernement lorsque le Fatah était majoritaire à l’Assemblée, mais ni Sharon ni son intérimaire n’ont fait un geste de nature à faire avancer les négociations et à trouver un terrain d’entente avec les Palestiniens, alors que la feuille de route a été rejetée par Israël tout comme il avait enterré le plan d’Oslo du vivant de Arafat.

Les Palestiniens ont décidé alors, dans une élection législative, de faire jouer le principe de l’alternance pour changer, c’est leur droit, leurs gouvernants. Si Hamas est élu c’est parce que la situation en Palestine, entretenue par Israël et ses soutiens internationaux, notamment les Etats-Unis, a radicalisé les mouvements politiques palestiniens et les populations.

Paradoxalement, les démocraties occidentales ne reconnaissent pas un gouvernement élu selon les normes démocratiques définies par le même Occident.
Hamas, à qui l’Occident n’a accordé aucun délai de grâce, s’est empressé d’exiger de son gouvernement une reconnaissance inconditionnelle d’Israël qui bafoue quotidiennement les droits élémentaires et nationaux des Palestiniens.
Israël, qui, depuis qu’il a été imposé par les puissances occidentales comme un Etat créé de toutes pièces, n’a cessé d’agresser le peuple palestinien, de grignoter ses territoires, de l’en chasser, d’assassiner ses leaders au vu et au su de l’opinion internationale, n’a jamais été inquiété par des sanctions onusiennes ou communautaires. Bien au contraire, Israël bénéficie de tous les soutiens militaires, politiques, économiques et même de régimes préférentiels.

L’alignement manifeste de l’Occident en faveur d’Israël le discrédite et n’en fait plus un arbitre neutre et juste dans le plus vieux conflit des temps modernes.
L’attitude de l’Occident ne modifie en rien la volonté des Palestiniens qui ont été affamés par le blocus israélien puisqu’ils sont enfermés dans des bantoustans depuis de longues années.
L’attitude de l’Occident ne fera pas plier les Palestiniens car l’oppression les a endurcis.

La coalition internationale n’est pas uniquement contre Hamas et son gouvernement, mais surtout contre le peuple palestinien puni pour sa liberté de choix, pour sa volonté d’en finir avec l’occupation et l’oppression. Allez maintenant demander au sentiment de mépris d’être moins violent !

Par Abdelkrim Ghezali
La Tribune.
www.latribune-online.com


Vendredi 14 Avril 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires