Politique Nationale/Internationale

Demain, Massada ?



Manuel de Diéguez
Lundi 2 Juillet 2007

Le 30 de la lune de Rebiab

Uzbek à Rhedi,

Sache qu'à la surprise générale des Français, non seulement le nouveau président de la République, mais également le parti socialiste français, dont tu sais qu'il n'a jamais compris goutte aux lois qui régissent l'expansion des empires, ont condamné, dans un premier temps, le coup de force ou de boutoir de la Rome moderne; sache qu'on a entendu un instant l'Elysée et la rue de Solférino souligner d'une seule voix que si la folie militaire de Washington avait présenté une ombre de légitimation, il aurait pour le moins été d'une correction diplomatique élémentaire d'en parler au préalable à l'Europe et de la consulter sur l'authenticité et l'ardeur de son désir soudain de se placer encore davantage et sans retour sous le commandement des aigles romaines. On n'impose pas sa loi avec tant de sans gêne à des vassaux, même ridiculement décorés du titre d'alliés et qui ne demandent rien de plus que de prendre pour une tiare massive la couronne de carton doré que leur maître entend déposer sur leur tête.

Mais voici la suite de ces événements pastoraux : quelques jours seulement plus tard, les ministres européens évangéliquement placés sous le sceptre d'acier d'une prétendue " alliance " atlantique se sont humblement soumis aux ordres de leur maître. Comment se fait-il que ces bons apôtres aient unanimement fait volte face ? Comment se fait-il qu'ils aient bruyamment salué le projet de " bouclier " qu'ils avaient pourtant solennellement condamné trois jours auparavant? Faut-il chercher le secret de cette débâcle diplomatique dans le décès du dieu des chrétiens ? Les Etats européens auraient-ils reçu entre temps le faire-part de ses funérailles ? Chacun se demande maintenant comment la guerre va se poursuivre entre les disciples de Jahvé et ceux d'Allah le miséricordieux. Tu vois, mon cher Rhedi, que l'Ecole a pris la relève des philosophes du XVIIIe siècle français et qu'elle s'est remise à l'écoute des trois monothéismes, parce que la mise hors jeu du dieu mort sous la torture rend à nouveau l'histoire du monde infernale.

Qui a contraint l'Europe du saint bouclier à céder à la volonté de l'empire américain de poursuivre dévotement son expansion militaire au flanc sud du Vieux Monde, en Grèce, en Turquie , en Bulgarie, au sud de l'Italie et à l'est de la Roumanie ? Mais tu n'es pas au terme du récit de l'agonie de l'Europe dans la piété politique; car, d'un côté , la Russie ne saurait ignorer que la nouvelle Rome greffera les antennes du radar qu'elle installera en République tchèque avec ses installations apostoliques de Filingdales en Angleterre, de Thulé au Groenland et de Vardo en Norvège, ce qui lui permettra de disposer d'un lynx dont les cent yeux surveilleront les armées russes à la loupe. Mais comment savoir quelle étrange théologie de l'histoire a pu conduire le Kremlin à feindre d'admettre à son tour et tout subitement l'existence objective d'une menace balistique iranienne, alors que tout le monde sait qu'elle est aussi fictive qu'un conte d'Andersen ? Et pourtant, le Ministre américain de la défense a pu s'exclamer, hilare : " Je suis très satisfait que le Président Poutine ait reconnu l'intérêt d'une défense antimissiles, ainsi que le fait que l'Iran représente un problème qui doit être abordé en termes de défense antimissiles "?

Pour la première fois, une civilisation s'efface sous les yeux d'une intelligentsia suffisamment lucide pour se demander comment l'historien , l'anthropologue, le philosophe , le psychologue, le psychanalyste doivent interpréter ce spectacle. Leur faut-il lutter les armes à la main , leur faut-il tenter d'ouvrir les yeux des aveugles, leur faut-il se faire entendre sur la place publique ou profiter du désastre pour prendre un recul de la raison entièrement nouveau, afin d'approfondir jusqu'au vertige la connaissance scientifique des origines animales du genre simiohumain , afin que si l'Europe devait ressusciter , ce serait dans l'éclat des armes encore inconnues de l'intelligence .

Dans ce cas, un pourcentage considérable de l'intelligentsia mondiale se demanderait quelle idole nouvelle il faudra installer dans l'encéphale de l'espèce, afin qu'elle dispose à nouveau d'un chef imaginaire armé d'un cerveau politique relativement cohérent tandis qu'un pourcentage plus restreint obéirait à la vocation décisive de fonder la première civilisation informée seulement de la généalogie des idoles dans l'encéphale simiohumain , mais capable d'exprimer pourquoi les évadés de la zoologie croient en l'existence réelle des personnages cosmique qu'ils ont enfanté dans leur esprit.

Songe que mon ancêtre de 1721 ne jouissait pas du privilège extraordinaire qui m'est accordé de te raconter l'histoire du cerveau chaotique de la France à l'école de l'encéphale en désordre de l'Europe, puis celle de la débâcle de la boîte osseuse de l'Europe. Car l'étude du naufrage des trois dieux uniques qui pilotaient le monde appelle les instruments de pensée d'une anthropologie capable de te narrer d'un seul et même mouvement les soubresauts politiques du globe terrestre et ceux du cerveau religieux de l'humanité . Car Jahvé et Allah semblent plus résolus que jamais de camper dans les têtes de leurs créatures ; mais ils se rient de plus en plus de la cervelle de leurs fidèles. Pour comprendre, la capitulation spirituelle de l'ex Europe de la croix sur le gibet des esclaves de leur propre servitude politique, rien de tel que le spectacle de la descente au tombeau de trois théologies désemparées .

Et pourtant, les Français commencent de se tâter, les Français commencent de se demander les uns aux autres s'ils voient ce qu'ils croient bel et bien voir de leurs yeux grands ouverts et s'ils entendent bel et bien ce qu'ils entendent à dresser l'oreille. Pourquoi se croient-ils revenus au temps de Voltaire, pourquoi se poussent-ils du coude, pourquoi s'adressent-ils des clins d'œil tour à tour malins, soupçonneux, perplexes et inquiets ? C'est qu'il leur semble impossible que l'ombre de Mazarin, de Richelieu , de Machiavel ait cessé de rôder sous les lambris du Quai d'Orsay, impossible que la candeur soudainement affichée de la France sur la scène internationale soit celle des fils de Descartes et de Diderot , impossible que leur nouveau Président de la République ait tourné le dos à la Russie deux jours seulement après avoir vanté publiquement le chef d'Etat à la tête froide qui a remis entre les mains du peuple russe les richesses naturelles du pays et redonné son rang dans le monde à une patrie des tsars longtemps terrassée par le naufrage terrestre du mythe de la délivrance du genre humain dont un prophète planétaire du prolétariat rédempteur avait rempli toutes les têtes .

Car enfin, le 23 juin, le Secrétaire d'Etat adjoint américain de l'empire disait à Paris que " l'un des dégâts politique du débat que nous avons eu en 2003 est que Chirac et Schröder ont pensé qu'ils pouvaient recruter Poutine comme allié dans un combat avec les Etats-Unis ". Comment se fait-il qu'un responsable de haut niveau des Etats-Unis puisse parler de "recruter Poutine" et dire "Chirac et Schröder" sans seulement les appeler Monsieur ? Les Français ne parviennent pas à croire vraiment que le souverain d'outre-Atlantique n'écoute que des palefreniers parlant à des palefreniers. La nouvelle science diplomatique du Vieux monde culminerait-elle maintenant dans l'art des laquais de gagner du temps face à leur maître en théologie politique?

Car l'Europe livrée à trois théologies asthmatiques a décidé primo de n'émettre aucune critique sonore contre le système antimissiles du souverain, secundo, de lancer silencieusement et en tapinois "une étude pour évaluer ses implications politiques et militaires" , tertio, de ne débattre de tout cela qu'au sommet de l'OTAN à Bucarest en avril 2008. Peut-être jugeait-on utile de ne pas croiser le fer avec Washington à l'heure où il s'agissait d'obtenir le renoncement de la Pologne à son droit exorbitant de veto face à une décision unanime de ses vingt-six partenaires et de replacer la question du bouclier autonome dans le cadre un peu moins vassalisé de l'OTAN : mais il semble qu'il n'en soit rien. La Pologne sera censée se trouver autorisée pendant dix ans encore à imposer solitairement son propre asservissement à ses compagnons de captivité et à sceller avec le souverain actuel de la planète un traité de subordination réservé à son seul usage. De plus la Pologne recevra de l'Europe asservie cent milliards d'euros par an afin de développer son agriculture et de porter le taux de la croissance de la nation à huit pour cent l'an.

Tu vois, mon cher Rhedi que les dieux uniques continuent, comme leurs prédécesseurs, de rendre fous ceux qu'ils veulent perdre Les Français assistent au spectacle de la chute de l'encéphale du monde dans la folie ; et ils entendent Jeff Hoop Scheffer, actuel secrétaire général hollandais du cheptel de l'OTAN - ce poste est toujours attribué, en réalité, par Washington - conclure en ces termes : " La 'feuille de route' de l'OTAN est maintenant claire. C'est concret et accepté de tous ". Je me demande quelquefois si le dieu que la poltronnerie de ses fidèles a mis en croix n'avait pas choisi Allah pour lui succéder . Car Jahvé, lui, fait tourner encore davantage le cerveau du monde à l'envers, Jahvé fait perdre la boussole à la planète, Jahvé livre les orphelins de la croix à la dérision et au délire .

Qui, de Jahvé ou d'Allah, enseignera aux Français que les nations ne portent la tête haute dans l'arène de l'histoire qu'à demeurer sous les armes, que jamais plus l'Europe ne portera l'épée si le continent devait demeurer occupé par les légions de la sesterce, que seule une volonté politique appuyée sur le glaive chassera les troupes étrangères de Naples, de Florence, de Bologne et des quatre-vingt seize gigantesques bases militaires américaines stationnées en Allemagne. Les Européens de demain se prendront-ils la tête à deux mains au souvenir de la cécité de leurs dirigeants acéphales d'aujourd'hui? "Peut-être, se disent les Français, notre dieu mort s'est-il perpétué en Allah ? Peut-être notre Dieu trépassé a-t-il remis en mains le fouet avec lequel il avait chassé les marchands de son temple ."

Comme elle suit un cours précipité, la sainte histoire des fouets ! Il a suffi de cinq décennies à Mahomet pour fonder une religion sans clergé , il a suffi de cinq décennies à quelques philologues du XVe siècle pour conduire au schisme luthérien une Eglise vieille d'un millénaire et demi, il a suffi de cinq décennies aux encyclopédistes français pour ruiner une monarchie vieille de six siècles, il a suffi de cinq décennies pour que s'écroule un empire mondial de l'utopie, il aura suffi de cinq ans, de 2003 à 2008 pour que le nouvel empire de la torture tombe en poussière sous les coups de quelques philosophes européens , tellement les minorités combattantes frappent l'ossature des empires du cancer foudroyant de la pensée.

Mon cher Rhedi, les Français se débattent encore dans les rets de leur initiation à la politique de la planisphère, mais ils se montrent déjà si heureusement surpris de ce que le globe terrestre se soit mis à tourner à toute allure sous leurs pas qu'ils se jettent avec un zèle réjouissant dans l'apprentissage des arcanes diplomatiques de la planète. Aux dernières nouvelles, ils ont si bien commencé de changer d'échiquier cérébral qu'il leur suffira de quelques mois pour radiographier l'encéphale simiohumain dont deux idoles, Jahvé et Allah, leur avaient longtemps enseigné les rudiments de la politique.

Mais peut-être le dieu mort en Palestine a-t-il enseigné aux deux autres à porter la croix du monde . Car tu remarqueras que ni Moscou, ni Berlin, ni Paris, ni Rome, ni Madrid ne s'étonnent encore de la présence des armées et des garnisons d'un empire étranger sur le sol de du Vieux Continent . C'est pourquoi la jeunesse française remarque que le dieu de Massada est, certes, demeuré vaillant et franc du collier, mais également riche en ruses, faux-fuyants, faux-semblants, faux en écritures publiques et chausse-trapes, tandis qu'Allah honore les guerriers. Si le fils de Marie, désormais piteusement déguisé tantôt en Tartuffe, tantôt en laquais enseignait une théologie de la servitude à l'Europe , qu'en dirait le Coran ? Le ciel de Mahomet est bon raisonneur . Sa logique est cartésienne . Il aligne les arguments du bon sens. Il fait de l'intelligence de sa créature l'épée de son savoir politique . Des deux dieux survivants, celui de l'Islam pourrait bien, en cinq décennies seulement, reconduire l'Europe aux retrouvailles avec sa souveraineté. Mais peut-être Allah a-t-il appris l'histoire du monde à l'école du mort sous la torture dont les chrétiens n'oublieront jamais l'odeur.

http://perso.orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/actualite/persan55.htm http://perso.orange.fr/aline.dedieguez/tstmagic/1024/tstmagic/actualite/persan55.htm



Lundi 2 Juillet 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires