Propagande médiatique, politique, idéologique

Délit de lire


Jusqu'à nouvel ordre, et pour que l'amalgame soit clair avec les interpellés du 11 novembre, Echelle Inconnue change de sigle et portera désormais en logo « l'objet/preuve » de la haute technicité de la dangereuse ULTRAGAUCHEANARCHOAUTONOME, soit, un crochet en fer à béton soudé.


presse@echelleinconnue.net
Mercredi 19 Novembre 2008

Délit de lire
Délit de lire
(pour autre chose que se distraire)

Désormais nous n'utilisons plus de fers à béton. Trop risqué.




Nous sortions à peine des funérailles d'une date, 1968. Funérailles aux allures de veillée funèbre anglo-saxonne, blagues de potaches autour du cadavre pourri, pour ceux qui y avaient participé ou, funérailles en forme d'ultime balle dans la nuque pour se débarrasser définitivement de son souvenir pour les autres. On peut alors s'étonner de l'étrange duo auquel s'adonnent ceux, aujourd'hui au gouvernement, qui voulaient en finir avec 68 et ceux travaillant pour certains médias nés de cette date. Duo chanté, messe de résurrection du « groupuscule d'extrême gauche ».
Fabrication de coupables ? Non, d'ennemi. Ennemi politique nécessaire pour ceux qui pensent que la politique consiste à le désigner. Ennemi pratique. Important, mais juste une centaine. Anarchistes, mais de bonne famille. En réseaux internationaux, mais non organisés.
Que dire ? Des faits, rien. On se demande même s'il en fut. Un seul pourtant, l'arrestation de dix personnes dont nous partageons les idées, la colère, un certain goût pour le des-ordre et (c'est peut-être le plus risqué aujourd'hui) les lectures.


Ceux qui croyaient que le traitement médiatique de cette affaire allait leur en apprendre un peu plus sur cet espace particulier de l'alternative culturelle et politique, en sont pour leurs frais. C'est en revanche sur les (dys)fonctionnements et comportements politiques, médiatiques et policiers qu'ils en apprendront ; sur la dramaturgie mille fois répétée. Ici, le média n'est plus le conteur, l'historien, le metteur en scène. Il est, semble-t-il, la voix off d'une pièce écrite ailleurs à laquelle, de bon gré, il collabore. Le policier, lui, est à la fois acteur et souffleur. Viennent ensuite les personnages tiers, le spécialiste de la résolution des problèmes, l'analyste, hier spécialiste de l'extrême droite, aujourd'hui de L'UTRAGAUCHE. Rien de réel en somme, sourires télévisés de ministres et de dirigeants de la SNCF quand on engeôle, puis, des mots de journalistes, tous confondus, en forme de scoop péjoratif, groupuscule, etc.. Puis silence confus, sans revenir sur leur mot, un peu de doutes pourtant. Grâce aux médias on apprendra aussi que ne pas avoir de téléphone portable ou de connection Internet signifie entrer en clandestinité. Bref, que se soustraire à des possibilités de contrôles illégaux c'est ENTRER EN CLANDESTINITE. Voilà les conséquences directes du passage de main des RG à la DST. Et les syndicats qui s'enorgueillissent aujourd'hui de ne pas être responsables des « sabotages » le comprendront bientôt à leurs dépens.

Nous ne sommes pas ici pour disculper les interpellés du 11 novembre, ils s'en chargeront, leurs avocats aussi, mais pour instruire à charge. Non pas un corps : journaliste, flic, politique,mais instruire à charge ce qui les dépasse et les nourrit, « il sistema » disent les Napolitains en parlant de la mafia. « Il sistema » donc; une fable à laquelle adhérer pour qu'elle vous nourrisse. Une histoire qui veut diriger nos vies.


Le hululement médiatique avait précédé de quelques jours la pleine lune. Le disque parfait finalement arrivé, le cri semble s'apaiser. Cependant, la meute en mal d'infos vendables était passée par les différents stades du dégonflement. À défaut de preuve, ne lui restait plus qu'à instruire à charge les malsaines lectures et écritures des interpellés. Ainsi, la lecture de certains livres semble être devenue un délit.

Et c'est comme un mauvais rêve de mauvais cinémas.
Les personnages se réveillent. Ouvrent le journal, dans lequel ils voient peu à peu s'esquisser un portrait robot.
Ce portrait, c'est eux, c'est nous.
Nouvel ennemi.
Sa simple désignation, création ou interprétation sous le crayon policier suffit alors à légitimer la sphère politique traditionnelle dans son ensemble, son exercice de surveillance, de conditionnement, sa petite et mesquine guerre sociale organisée.

C'est un mauvais rêve.

Et voilà que nous nous réveillons avec un joli nom tout neuf (quoique) ULTRAGAUCHEANARCHOAUTONOME. Pour notre part, nous n'aimions déjà pas ARTIVISTES.
Mais attention, pour participer à la fiction il y a des critères, des épreuves éliminatoires. La télé réalité politique fait son casting.
De 25 ans à 35 ans.
Possédant un, deux, ou pire, tous les livres de Guy Debord, Blanqui, Gramsci, Gatti peut-être...
Ayant participé à un ou plusieurs G8 sans pour autant faire partie de la L.C.R. ou d'A.T.T.A.C.
Étant ou tentant de devenir anarchiste.
Croyant que la politique s'élabore et se pense mieux dans l'action que dans les réunions.
N'appartenant à aucune organisation politique ou syndicale.
Ne se regroupant pour travailler, réfléchir, agir ou même parfois manger que par affinités.
Tentant de mettre en accord sa vie et ses idées. Pire, de faire en sorte que chacune se nourrisse de l'autre.
Refusant la sectorisation sociologique et psychologique pour eux/nous-même, pour les autres.
Et le voilà, le bel et nouvel ennemi.
Eux/Nous.

Et si ça ne suffit pas, pour vous en convaincre, quelques images de manifestants à capuche lançant des cailloux. (1)
Et si ça ne suffit toujours pas, alors on rejoue.
On fait de la reconstitution pour le photographe, le cameraman,
11 novembre
Pendant que là, un poilu, dodu et bien lavé, est en train de se faire panser le bobo par une infirmière avec, en voix off, l'absolution présidentielle des mutins fusillés en 14/18.
Ici, c'est l'arrestation d'Action Directe que l'on rejoue.
Il y a du flic à cagoule, de la voiture banalisée aussi.
Il y a même le gentil voisin qui doit dire qu'il ne s'en doutait pas (mais là, le personnage de théâtre fera de la résistance et ne jouera finalement pas le rôle imposé)
Ça ne suffit pas encore ?
Il faut l'image de la ferme ! Celle de Rouillan ou celle de la Creuse d'ailleurs ?
Plan large, au lointain.
On ne peut pas s'approcher, la maison mord sans doute.
On apprendra jusqu'à son prix d'achat 200 000 €, en même temps que l'extraction sociale d'un des membres, pardon, du chef : « bonne famille et pourtant anarchiste ». la trahison de classe ça ne se pardonne pas !
Ah d'ici qu'elle est belle, imprenable, la planque des dangereux !
Et des planques, il en faut, des maquis, des replis où penser, où agir.
Pour nous ce fut l'art contemporain où, c'est bien connu, on vous laisse faire le sauvage. Seul espace, où, nous le confessons, à couvert, nous avons pu traiter et agir sur la ville AVEC ceux qui en étaient exclus. Mettre en place une parole, une pratique qui nous auraient valu une excommunication de la Maison de l'Architecture ou du Ministère de la Ville. Ici, à Tarnac c'est une maison, une épicerie et, sans y être jamais allés, nous supposons une bonne bibliothèque.


Devons-nous parler ici des génies du lieu, de la verticalité historique de certains points géographiques qui semblent pourtant dans une étrange poétique territoriale en dire assez long sur notre réel :
Reims, Vichy, Tarnac.
Pour ces deux dernières villes, une époque d'horreur. Pour l'une l'horreur d'un gouvernement fasciste, pour l'autre l'horreur de la prison ou du camp qu'attendent le maquisard réfugié ici, le général Guingouin ou Gatti (rangés tous deux au rang d'anecdotes viriles par un journaliste de Libération). Et là, aujourd'hui, encore « guerre du rail ? », sabotage, terrorisme ? Bien que notre culture judiciaire soit quelque peu défaillante, nous le confessons, nous ne pouvons nous empêcher de nous étonner de la juxtaposition et, dans la bouche du pouvoir, de la synonymie de ces deux mots : sabotage / terrorisme. Quand, dans l'histoire de ce pays, ces deux mots furent-ils pour la dernière fois juxtaposés ? Quand, pour la dernière fois, ont ils conduit derrière les barreaux ?
Sabotage / Terrorisme. Sabotage = Terrorisme
Mauvais souvenirs, ceux d'une époque qu'évoque immanquablement pour nous le nom de ces deux villes Tarnac/Vichy...
Les temps brunissent.

On aurait tort de ne voir dans cette affaire qu'un problème de politique intérieure, un problème franco-français. Tort aussi de jouer le même jeu que celui des pouvoirs, la diabolisation. Diabolisation d'un parti, de son leader devenu président. Le problème est tout autre, plus grave, généralisé. Ce problème est un problème politique essentiel, européen pour le moins, occidental certainement. L'après-guerre a vu le marxisme devenir la colonne vertébrale de la pensée politique. On était pour. On était contre. On voulait réformer ce modèle. mais toujours on tournait autour. Et voilà que la guerre, qui, bien que froide, en était tout de même une, est perdue par le camp marxiste. Depuis, et cela ne date ni des dernières élections présidentielles ni de celles qui ont vu le Front national au deuxième tour, la colonne vertébrale de la politique est devenue, nous le craignons, le fascisme. On est pour. On est contre. On veut le réformer, l'intégrer, le dissoudre dans des programmes en agitant l'épouvantail, la menace ultime.
Non, ni des dernières élections ni de celles d'avant, ni...
Souvenez-vous d'une étrange Europe : Aznar en Espagne, Berlusconi en Italie, Chirac en France, un fasciste en Autriche et l'extrême droite montante en Allemagne, en Belgique...
Problème européen ? C'est certain. Occidental ? Sans doute.
Cette affaire n'est en effet pas sans rappeler une autre, ailleurs, aux États Unis. Mêmes jeux de lois d'exceptions, promulguées pour faire face à la menace terroriste, mêmes aberrations, même manque de preuves, même refus des autorités politiques et judiciaires de faire marche arrière : l'affaire Steve Kurtz. (2)

Steve Kurtz est membre fondateur du groupe « Critical Art Ensemble ». Une nuit, sa femme décède d'une crise cardiaque. Il appelle les services sanitaires concernés et, comme le Patriot Act à l'instar de notre LSQ, prône la fusion des services, ce sont aussi les pompiers et les forces de police que Kurtz voit débarquer dans son logement. Le décès de sa compagne est constaté : crise cardiaque. Cependant, les policiers zélés (ou désoeuvrés) jettent un oeil curieux à la bibliothèque du couple et y découvrent d'étranges ouvrages, philosophie, politique, anarchie, science, certains parlent d'ADN. Une autre pièce ? Ils continuent, visitent : l'atelier. Dans cet atelier le matériel que Steve utilise pour son futur projet. Ustensiles rudimentaires permettant d'extraire l'ADN des produits de consommation courante. Ce sont alors des silhouettes de séries télévisées qui débarquent à son domicile. La rue est bloquée, des hommes en combinaisons blanches encagoulés eux aussi (notez la simplicité du code couleurs : capuches blanches pour les gentils, capuches noires pour les méchants) arrivent chez lui. Son matériel est saisi, ses livres sont saisis, son chat est saisi, le corps de sa femme est saisi. Patriot Act oblige. Il est en possession de matériels interdits, livres, éprouvettes, etc. Aussitôt incarcéré, il est accusé de conspiration terroriste. Ses avocats travaillent, il semble disculpé. mais, miracle des lois d'exception, on remonte à ce qu'il a pu écrire, à ses projets antérieurs. On l'accusera finalement de fraude postale puisqu'il envoyait des échantillons à son collaborateur vivant dans une autre ville des États-Unis.

N'en déplaise à nos compatriotes, participants à la course de côte vers le pouvoir, qui auront tôt fait de tirer leurs marrons du feu, d'utiliser les interpellations du 11 novembre à des fins électorales, « ce [problème] n'est pas limité au territoire malheureux de notre pays. Ce [problème] est un [problème] mondial... »

On nous accuse d'entretenir des réseaux, des contacts avec d'autres groupes dans d'autres pays, politiques, activistes, artistes etc. quand un réseau bien plus important, mieux organisé, structuré, plus puissant réuni 20 de ses membres dans une ville américaine sous son plus joli logo : G. 20.

C'est un espace compliqué que le nôtre, qui par nature tente de surpasser tout commentaire. C'est un travail sérieux que de tenter d'expliquer des parcours individuels qui tentent d'INCARNER des polyphonies d'alternatives culturelles et politiques. Des individus qui tentent dans un univers qui ne s'y prête pas, quand il ne l'empêche pas, d'accorder leur vie et leur pensée. Va pour ULTRAGAUCHEANARCHOAUTONOME si c'est pour expliquer que c'est le seul espace respirable, celui de la complexité politique, de l'expérimentation et de la créativité. Expériences multiples, types d'actions multiples, tentatives de tentatives, joyeuses souvent, pour voir changer le monde. Ici, une revue ; là, des participations alternatives aux manifestations ; ailleurs encore un travail de dénonciation ; plus loin, un autre d'intervention urbaine ; un groupe de rock ; une épicerie...
Saboteurs ?
Saboteurs nous le sommes, saboteurs symboliques d'abord.
Saboteurs des pensées de reconduction du même culturel ou politique.

Expliquer ça ? Impossible, nous, le savions pour les pouvoirs (et nous ne parlons pas uniquement ici du parti au gouvernement mais de l'ensemble d'une classe politique cachant son indigence derrière le masque du réalisme statistique) ; impossible pour les grilles fermées des médias aussi, de leur nombre de signes, de leur comité de rédaction, de leur temps d'antenne et de leur pages de publicité à vendre. Impossible ! Il leur faut des repères... le plus simple ? Le chef. Il faut un chef, quitte à le fabriquer. A-t-on déjà vu des personnes vivant ou travaillant ensemble sans chef ? (Notons ici que le chef désigné est celui qui écrit, théorise. Pour une fois, contre toute attente, il semble que l'on reconnaisse à la culture et à l'intelligence un certain pouvoir. Imaginez un peu si celui qui nous gouvernait était toujours le plus intelligent ou cultivé...) Expliquer ça ? Impossible surtout quand le travail journalistique devient celui de perroquet policier. « l'ultragauche déraille » titre Libé. « Le titre est bon et apparemment justifié puisque l'accusation publique a été portée par la police, par le Ministère de l'Intérieur avec des éléments, notamment le matériel saisi à Tarnac » indique le rédacteur en chef (3) avant de montrer du bout du doigt les précautions qui avaient été prises, puis la silhouette dans l'oeil rond de sa fenêtre présidentielle semble elle même pirouetter : « c'est peut-être l'ultra gauche mais si c'est un autre groupe, l'histoire qu'on raconte ne tient plus debout ». Voilà ! « L'histoire qu'on raconte » le grand récit, le même toujours . Avant d'ouvrir sur « l'opération politique », « sans doute » qui viserai muettement à créer l'amalgame entre Besancenot et la violence politique. Même là ! Il faut des repères, assurer dès maintenant le service après vente de l'affaire au cas où par malchance elle s'effondrerait. On notera aussi ici la perduration de l'historique lâcheté de groupes politiques comme la L. C. R ou le P. C. F. Leur condamnation aveugle et mal renseignée de toute action sortant de la tradition du tract, de la manifestation, ou de l'urne. On sera aussi assourdi par le traditionnel silence des milieux culturels et artistiques pourtant si prompts à nous demander de venir faire les gentils sauvages dans leurs églises.

Saboteurs ! Saboteurs ! Sapeurs peut-être. Voilà pourquoi jusqu'à nouvel ordre et pour que l'amalgame soit clair nous porterons en logo « l'objet/preuve » de la haute technicité de la dangereuse ULTRAGAUCHEANARCHOAUTONOME, soit, un crochet en fer à béton soudé.



Incarcérez ! Incarcérez ! Et vos prisons deviendront bientôt nos plus belles universités !


Pour les interpellés du 11 novembre, nous ne souhaitons rien d'autre que ce que nous souhaitons à tous : liberté et leur adressons un salut fraternel avec une pensée particulière pour l'un d'entre eux.






Stany Cambot,
Pierre Commenge,
Stéphanie Fernandez Recatala,
Christophe Hubert,
pour Echelle Inconnue





(1) France 2, par exemple, a réalisé de magnifiques pots-pourris d'images d'archives (anti-G8, anti-CPE, manifs diverses, et... des rues à New-York? là ils manquaient de stock, c'était pour illustrer leurs participations à des « actions anarchistes violentes » rapportées par le FBI...)

(2) http://www.echelleinconnue.net/nouvelle_donne/soutien_fr.php

(3) http://www.liberation.fr/medias/0601350-5-jours-a-la-une-ultragauchos-philo-et-sego

Matériel saisi? du fil de soudure, des « documents consignant les heures de passage des trains, commune par commune, avec horaire de départ et d'arrivée dans les gares » (des horaires de train???) (4), un « bréviaire anarchiste » (ISBN : 2-913372-62-7) (5) paru aux éditions la fabrique (6), des fers à béton (7), des pinces coupe-boulons (8). Maigrelet, au vu du nombre de domiciles concernés. En fait d'autres éléments ont apparu, disparu au fil des dépèches, et selon les besoins en preuves massives pour étayer les déclarations...(oh! des gilets pare-balles, oh! des manuels de sabotage)

(4) http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2008/11/12/01016-20081112ARTFIG00481-sabotages-sncf-les-elements-qui-intriguent-les-enqueteurs-.php

(5) http://www.liberation.fr/societe/0101265842-sabotages-sncf-le-breviaire-anarchiste-qui-interesse-les-enqueteurs . Disponible chez les « agitateurs d'idées » : http://livre.fnac.com/a1915451/Comite-Invisible-L-insurrection-qui-vient?Mn=-1Μ=-13&Ra=-1&To=0Ν=1&Fr=0 comme en grande surface : http://librairie.auchandirect.fr/librairie/ficheproduit.asp?isbn=9782913372627

(6) http://www.lafabrique.fr/article_livres.php3?id_article=215

(7) http://www.leroymerlin.fr/mpng2-front/pre?zone=zonecatalogue&idLSPub=1163755950&renderall=on

(8) à partir de 39.90e : http://www.castorama.fr/store/coupe-boulon-PLcategorie_4525.htm




accéder au site d'Echelle Inconnue


Mercredi 19 Novembre 2008


Commentaires

1.Posté par zimir le 19/11/2008 09:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les Anards merdiques, ça tombe à pic en parallèle de la création de la DCRI.

2.Posté par loup bave vite le 19/11/2008 16:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Attends Zimir, il ne faut pas voir du complot partout ! Je ne sais pas qui sont ces gens, mais pour une fois la critique même si elle n'est pas encore suffisamment développée est intelligente, ça change des : " C'était écrit dans le Coran, les Evangiles !!!".
Cette histoire de Tarnac est plus importante qu'on ne le croit ou voit, dans leur programme il est écrit : " Pas d'autonomie alimentaires pour les gentils ! " Des gens qui essaient de vivre de façon parallèle, de revenir en vérité à une économie réelle par les arrestations de Tarnac les voilà prévenus de ce qu'ils encourent !
Tarnac ou le tournant fasciste !

3.Posté par zimir le 19/11/2008 17:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


On ne peut nier que l'histoire de la gauche sans être parano à surtout été une longue histoire de trahison et de manipulation des masses.
Le tournant FAF on y est déjà depuis un moment tellement que c'est en est une ligne droite désormais.
Mais c'est vrai que ce long texte pertinent mérite réflexion.
De toutes manières c'est bien plus consistant que la démission de quelques Lambertistes du PS et d'en appeler juste avant des élections européenne a une refondation d'une nouvelle gauche.
C'est clair que ce qui caractérise l'opposition politique dite de gauche c'est soit la trahison soit la gamelle !

4.Posté par mirzaï le 19/11/2008 21:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Très bon texte.

Pour ceux qui pensent que des services secrets ou des groupes d'individus viscéralement anticommunistes liés de près ou de loin aux services secrets et oeuvrant contre les communistes, les gauchistes... est encore une bête idée de conspiration, je les invite à lire "les armées secrètes de L'OTAN" de Daniel Ganser.

5.Posté par loup bave vite le 19/11/2008 22:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je te l'accorde amplement Zimir et sur la vermine de gauche, je suis bien placée pour en parler, mais nous ne sommes pas très nombreux à être vraiment conscients de ce qui se passe, pour côtoyer le milieu " arti" je m'en méfie comme de la peste. Il y a quelques jours en voyant ce qui est in sur le net. Ah Medvedev ! Ah le pouvoir reviens à l'est ! etc... je me suis dit on va voir débarquer les Russkoffs dans les médias, l'art etc.. Je descends dans le métro aujourd'hui : Grandes affiches : " L'art Russe contemporain ! " Il 'y a rien d'innocent dans ce qu'ils font, tout est stratégiquement calculé et cinéma, et livres et peinture etc... seront sollicités selon tel ou tel critère en fonction des besoins de la cause. Pas de messages subliminaires comme se plaisent à le croire les amateurs de mauvais romans de SF mais surliminaires, c'est le matraquage qui fonctionne, le matraquage d'un message, d'une image mille fois répétées qui induit un comportement considéré comme normal puisqu'ils seront des dizaines, centaines de millions de par le monde à avoir le même et qu'il consiste à hurler "prolétaires de tous les pays unissez vous" ou " I can't get no", ils auront dans un cas comme dans l'autre accepté de céder à une fascination de masse, à une fascination fasciste. Après des années d'une telle accoutumance pas très difficile, à coups de télévision, de radio, internet et pub leur faire accepter le fascisme politique, pensée unique, slogan qui tient lieu de programme, mise en scène show-bizz, culte de la personnalité quand bien même serait-elle celle d'un vermisseau du nom de Sarkozy. Ou tu hésites entre éclater de rire :" tout ça pour ça ?! " ou te jeter par la fenêtre sidérer par la connerie humaine et pour les moins dupes ou leur machiavélisme ou leur lâcheté.

Mais là pour une fois, je me trompe peut-être, comme je te disais je ne les connais pas, il y a un e excellente analyse de la situation, nous sommes effectivement rentré dans un fascisme mondial, le coup de Tarnac n'étant qu'un élément de plus je te l'accorde mais quand tu connais le P.S.S., cela veut dire qu'ils traqueront tous ceux qui veulent vivre autrement, en marge, sans avoir l'ombre d'une intention belliqueuse d'où tous les rapprochements, les amalgames de la vermine médiatique qui est là pour ça, imposer la propagande du régime qui, elle, des intentions belliqueuses à l'encontre de la population n'a que ça.


6.Posté par Manu le 19/11/2008 23:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tarnac: nouveau coup de volant vers le fascisme.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires