Philosophie politique

Défendre un terroriste ? Jamais !


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 26 Avril 2019 - 17:59 JUSTICE INDÉPENDANTE ?



Gilles Devers
Vendredi 29 Avril 2016

Bon, je suis avocat. Donc question intelligente : est-ce que tu acceptes de défendre un violeur ? est-ce que tu acceptes de défendre un terroriste ?

Je devrais simplement répondre « non », et « non, jamais », et hausser les épaules, mais je dois m'y arrêter cinq minutes.  RO30061397.jpg

Un avocat ne défend pas une personne, il défend ses droits. Toute personne, vivante ou morte, agresseur ou victime, a des droits, qui sont sans doute ses droits, dans une approche subjective, mais qui surtout sont nos droits, à tous, dans une réalité objective. Défendre ces droits-là, c’est un devoir, car c’est un bien commun. Notre devoir de défenseur est d'aller aussi loin qu'il est logique dans la tension du procès, pour faire entendre un point de vue minoritaire, créer l'espace du doute, assumer l'affrontement avec l'accusation, mais c'est le juge qui tranchera.

- C'est un peu facile. Le mec qui programme d'assassiner une centaine d'innocents et moi, ce n'est pas le même monde.

- Si tu acceptes qu’on zigouille les droits d’un criminel, tu retrouveras tôt ou tard, recyclée, la même règle jouant contre toi. Le goût de la liberté n'est pas un ennemi, c'est au contraire ce qui fonde notre société. Donc je dois défendre avec lucidité, ténacité et acharnement les droits d'une personne, quoi qu’elle ait fait, mais il est hors de question de défendre la personne. Ce serait une démarche post-ado, juste bonne pour un plateau télé de Canal+.

- Tu te facilites la vie...

- Pas du tout. Lorsque je vais aux assises comme avocat d'un violeur, je n'ai que du rejet et du mépris pour ce qu'il a fait, mais cela ne change rien au fait que je dois être un professionnel vaillant, pour défendre le respect de nos règles de droit. 

- Par exemple ?

- On t’accuse. Qui t'accuse ? Au nom de quoi ? Quels sont tes droits ? Comment est définie la qualification légale ? Quelles sont les preuves et comment sont-elles réunies ? Quelles sont les garanties d’indépendance du juge ? Quelles règles assurent que la peine sera proportionnée aux faits ? Ça, c’est la vie de tout le monde.

- Oui, mais quand tu entres en jeu, tu défends bien la personne ?

- Mais pas du tout,... ou alors je ne suis plus avocat. Ce qui compte, ce n’est pas ma grande gueule, ou mon art de la répartie, mais mon aptitude à maîtriser la pratique juridique, dans un esprit de défense. Je suis un professionnel du droit, diplômé de l’université, et comptable des enseignements que j’ai reçus. En tant qu’avocat, je ne suis en rien formé, ni mandaté pour défendre une personne.

- Donc tu affirmes que tu ne vas jamais défendre une personne ?

- Bien sûr que si. Je peux défendre une personne, et cela m’arrive souvent. Mais ce n’est pas en qualité d’avocat. Ça peut être le cas pour un membre de la famille, pour un ami, pour une cause qui me tient à cœur. Je vais défendre cette personne avec tout ce qu’il y a en moi, et compte sur moi pour me faire entendre. Je vais épouser sa cause. Je prendrai un peu de distance, car c’est indispensable, mais je serai totalement et uniquement dans la relation avec lui.

- Très bien...

- Mais ça, c'est à titre personnel, relevant de la vie privée et relationnelle, cela n’a rien à voir la fonction de l’avocat ! L’avocat défend les droits d’une personne, et ces droits sont notre patrimoine commun. Entre défendre une personne et défendre ses droits, il y a un monde.

- Alors tout est indifférent ?

- Arrête Charlie, tu me gaves ! Savoir si je vais exercer du côté du terroriste ou de celui de la victime, va me faire gamberger, c’est sûr,… mais c’est secondaire. La seule question qui se pose est de savoir si je vais être un assez bon professionnel pour défendre la meilleure application du droit.

- Car le droit, c’est notre civilisation…

- T’as tout compris. Viens, on va boire un coup.


http://lesactualitesdudroit.20minutes-blogs.fr/

Défendre un terroriste ? Jamais !


Vendredi 29 Avril 2016


Commentaires

1.Posté par Aldamir le 29/04/2016 12:21 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les dirigeants des pays occidentaux membres de l’OTAN sont impliqués et responsables pleinement de l’envoi de centaines de milliers de mercenaires terroristes avec armes bagages , encadrement etb logistique pour commettre les pires actes criminels et barbares dans des pays étrangers au nom de leur peuple et sans avoir pris leur avis. Ces dirigeants restent redevables au Pouvoir Financier US qui les a placé aux commandes dans leur pays respectifs. Le prolongement des actes barbares en Syrie , Irak et Libye s’effectue grâce à leur volonté et décision en faisant supporter tous les risques à leur peuples dans l’afflux énormes des réfugiés migrants et des éléments terroristes qui s’infiltrent. Or pour circonscrire la guerre déclenchée par l’intermédiaire des terroristes, il suffit d’arrêter tout approvisionnement et de fermer les frontières aux groupes terroristes, pour assister à leur étouffement dans un délai court par les forces des régimes légaux victimes, ce qui entraînera rapidement et avec moindre frais le retour de tous ces réfugiés dans leurs foyers et le chantage de la Turquie tomberait illico. Mais les dirigeants font tout pour détourner la solution et de focaliser grâce à leur support médiatique aux ordres l’attention de leurs populations sur des détails annexes afin d’éloigner toute interrogation et demande de compte.

Nouveau commentaire :

Economie et pouvoir financier | Histoire | Philosophie politique | Religions et croyances


Publicité

Brèves



Commentaires