Histoire et repères

Découvrez le meilleur film sur l’assassinat de Kennedy, l’homme qui a « trahi » Israël



Panamza.com
Vendredi 24 Novembre 2017

Assassiné le 22 novembre 1963, JFK était le seul président américain à s'être radicalement opposé au programme nucléaire israélien. Seize ans plus tard, son élimination inspira un film français méconnu: I…comme Icare.

Devinette à usage pratique : comment distinguer rapidement un cinéphile d'un imbécile?

Réponse : sollicité au sujet d'une réalisation cinématographique intitulée I…comme Icare, le premier dira qu'il s'agit d'un thriller politique tandis que le second parlera d'un film conspirationniste.



Prouesse du film : dépasser l'interrogation suscitée par les circonstances exactes de l'assassinat de John Fitzgerald Kennedy pour aboutir à une réflexion, applicable à n'importe quel pays, sur la soumission à l'autorité et le rôle trouble des services secrets.

À cet égard, I…comme Icare est l'antithèse du retentissant film JFK d'Oliver Stone, brillant sur la forme mais confus dans le fond.



Les lecteurs de Panamza se souviendront que ce blockbuster américain a été produit (avec le studio Canal+) par un agent d'Israël -proche de Shimon Peres- qui est également à l'origine du récent film crypto-kabbalistique dénommé Noé : Arnon Milchan.

Réalisé en 1992 par Oliver Stone, cette oeuvre cinématographique appuie la thèse d'une conspiration impliquant la CIA, le vice-président Lyndon Johnson, la mafia et les anticastristes dans l'assassinat de Kennedy. Chose amusante : le film, d'une durée de 3 heures, passe en revue tous les pays/groupes/individus ayant nourri de l'hostilité envers le président américain. Tous sauf un: l'ex-Premier ministre d'Israël, David Ben Gourion, qui s'opposa violemment au refus de Kennedy de consolider l'armement nucléaire du jeune Etat hébreu. Trente ans après son assassinat, un film coproduit par un agent secret israélien a donc fait en sorte de détourner l'attention du grand public sur l'animosité viscérale et méconnue des faucons d'Israël à l'encontre de JFK. Une simple coïncidence, probablement.


L'hostilité croissante des dirigeants israéliens envers Kennedy est confirmée par les propres archives gouvernementales de Tel Aviv, partiellement publiées en 1998 par l'historien Avner Cohen, auteur du livre Israël et la bombe.


Découvrez le meilleur film sur l’assassinat de Kennedy, l’homme qui a « trahi » Israël
Le 14 novembre 2013, un éditeur anglais a sorti un autre livre détonant : ancien colonel en exercice pour le compte de l'OTAN et consultant auprès de l'Union européeenne et de l'ONU, le Britannique John-Hugues Wilson a rédigé un essai synthétique entièrement consacré à l'assassinat de JFK. Il y désigne deux principaux suspects : l'État d'Israël et/ou son ex-vice président Lyndon Johnson (l'homme qui a étouffé l'affaire israélo-américaine de l'USS Liberty).

Découvrez le meilleur film sur l’assassinat de Kennedy, l’homme qui a « trahi » Israël
L'ancien militaire chargé des questions de renseignement évoque, à l'instar de plus en plus d'enquêteurs indépendants, ce fait singulier : aux yeux des faucons israéliens regroupés autour de David Ben Gourion, Kennedy était perçu, dès l'été 1963, comme l'équivalent catholique d'un "din rodef", c'est-à-dire un "traître envers la communauté juive" en raison de sa pression exercée contre l'édification du site nucléaire de Dimona.

En une phrase : selon la grille de lecture ultra-sioniste, Kennedy était devenu une menace existentielle pour Israël.

Sans plus attendre, Panamza vous propose de (re)découvrir, en connaissance de cause, le magistral film I…comme Icare.



HICHAM HAMZA

Post-scriptum : un détail troublant du film mérite d'être souligné. Auteur du "scénario original" censé se dérouler dans une république imaginaire, Henri Verneuil fait pourtant subtilement allusion à une éventuelle manipulation israélienne lors du seul passage évoquant des entités réelles de la géopolitique (46ème minute) : le "Mouvement de libération de la Palestine" (MLP) revendique par un appel téléphonique anonyme le meurtre de Nicolas Rozenko, témoin-clé de l'assassinat du président sous prétexte que ce journaliste d'investigation (lancé dans l'enquête sur l'évènement auquel il assista) serait "à la solde d'Israël". Sollicité ultérieurement, le MLP démentira avoir perpétré l'éxécution.

Depuis l'affaire Lavon (1953), les services secrets israéliens sont réputés pour commettre et camoufler des actions criminelles imputées tantôt aux Palestiniens, tantôt aux islamistes. Innovation au tournant des années 80 : le 6 avril 1979, à La-Seyne-sur-Mer, la signature du Mossad était évidente dans la revendication du sabotage de deux cuves destinées à une centrale nucléaire irakienne par un prétendu "groupe des écologistes français". Coïncidence savoureuse : réalisée sur le territoire français sans susciter le moindre scandale politico-médiatique, cette opération israélienne sous faux drapeau était survenue durant le début du tournage d'I…comme Icare (entamé le 15 mai 1979, quelques jours seulement après le difficile bouclage du scénario).





Bonus : pour en savoir plus sur l'affaire Kennedy, consultez les dernières révélations de Panamza.

Kennedy assassiné : un témoin-clé est devenu juif, israélien et agent du Mossad (26.10.17)
https://twitter.com/Panamza/status/923661820208058370

Affaire Kennedy : l'assassin d'Oswald se présenta en "traducteur pour la presse israélienne" (27.10.17)
https://twitter.com/Panamza/status/923913188265156609

Les frères Kennedy voulaient contraindre le lobby sioniste à s'enregistrer comme "agent de l'étranger" (28.10.17)
https://twitter.com/Panamza/status/924272335204601856



Vendredi 24 Novembre 2017


Commentaires

1.Posté par bob le 24/11/2017 09:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

I comme cette entité usurpatrice !

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires