Néolibéralisme et conséquences

Déclarons la guerre du lait à l’Empire britannique !


Dans la même rubrique:
< >

Vendredi 9 Décembre 2016 - 08:29 SECURITE DES MOYENS DE PAIEMENT 



Vendredi 22 Mai 2009

Déclarons la guerre du lait à l’Empire britannique !
À moins d’une forte mobilisation pour défendre la production, la profession de producteur de lait risque de disparaître rapidement en France.

Si, il y a un an, le prix du lait en rayon augmentait dramatiquement pour le consommateur, pour les producteurs, le processus fut inversé. Le gouvernement français se faisait alors le défenseur de la sécurité alimentaire dans le monde et ne ratait pas une occasion pour souligner l’importance de l’agriculture. Cependant, sous pression de la Commission européenne, il imposait la dérégulation des marchés agricoles.

Le prix du lait n’a jamais autant fluctué. Pourtant, depuis 1936, suivant en cela l’exemple d’Henry Wallace, le ministre de l’agriculture de Franklin Roosevelt, une interprofessionnelle rassemblait industriels, coopératives et producteurs de lait, qui, ensemble, fixaient le prix.

C’est en avril 2008, sous pression de Bruxelles, que la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a décrété illégales cette interprofessionnelle accusé d’ententes illicites et de violation du sacro-saint principe de libre concurrence.

Cette dérégulation a permis, notamment aux entreprises fromagères, de fixer les tarifs à leur guise. Personne, cependant, ne s’attendait à une telle chute des prix : De 305 euros en avril 2008, la tonne de lait passe à moins de 210 euros en avril 2009, soit une baisse de 30% !

« A valeur constante, le prix payé en avril est le même que celui de 1969, c’est-à-dire 1,38 francs le litre », constate Arnold Puech d’Alissac, président de l’Union syndicale agricole de Seine maritime. Mais qui pourrait vivre aujourd’hui avec le SMIC de 1969 ? Les producteurs voient leur marge de profit s’évaporer et se retrouveront rapidement acculés à la faillite.

Rajoutons à cela que la grande distribution ne se prive pas d’importer des denrées produites hors UE. Résultat : le consommateur ingurgite des produits laitiers indignes de la consommation et pendant que nos producteurs essayent de se faire entendre en déversant leur lait devant les préfectures, près de la moitié du lait de consommation courante provient de pays de l’Empire britannique, en particulier de Nouvelle Zélande et d’Australie.

Il est donc urgent de rétablir des mécanismes de marché, aussi bien à l’échelle européenne qu’au niveau mondial. En Europe ça commence par un retour à la « préférence communautaire », un des piliers de la Politique agricole commune. C’est bien cela que nous appelons un « Nouveau Bretton Woods ».

http://www.solidariteetprogres.org http://www.solidariteetprogres.org



Vendredi 22 Mai 2009


Commentaires

1.Posté par dino le 22/05/2009 15:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

non à la mondialisation ! nous ne sommes pas "mondialisable" car nous ne sommes pas des babouins!!!!
par contre eux....

2.Posté par fadi le 22/05/2009 15:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

l'empire brut-anique est le vrais enemi du peuple français s'il le savait.

3.Posté par Adjissa le 22/05/2009 21:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Après le poulet aux hormones de Jean Ferrat, la macdonaldisation gastronomique voir intellectuelle, le maïs OGM et dernièrement le boeuf aux antibiotiques étasunien voilà que les anglo-saxon nous font le coup du "laid-pas- beau".
Personnellement, je n'ai pas envie de consommé le laid lait frelaté que nous concoctent en catimini les laboratoires. je laisse ce plus que douteux breuvage aux con sommés de s'y soumettre. Au rythme où vont les choses(si ce n'est déjà le cas) bientôt ils nous dirons comment faire pur fabriquer des bébés. Aux larmes citoyens !!!!!!!!

4.Posté par Z m.d.s le 23/05/2009 01:27 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est clair, les britanniques et leurs affidés sont les Ennemis du peuple français, il faudra bien qu'il s'en rende compte et l'heure du bilan sonnera.

5.Posté par Xuan le 23/05/2009 07:07 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

C'est un peu facile de mettre sur le dos des "britanniques" ce qui ressort en réalité de la soif de profit de la grande distribution franco française !
Le gouvernement français n'est pas la victime de Bruxelles, c'en est un des piliers.


6.Posté par Adjissa le 23/05/2009 20:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme vous le soulignez si bien Xuan, il s'agit bel et bien de la grande distribution franco-françaiseet non point des agriculteurs français. En core faudrait il que vous alliez au bout de votre logique en soulignant sans ambiguité aucune ce que dissimule le terme plus qu'ambigü de "Grande distribution". Par ailleurs, vous insistez sur le fait que La France serait l'un des pilier fondateur de "Bruxelle".S'il est vrai que l'on puisse voir la France comme déterminant fondateur du parlement européen, il est encore plus vrai que ce même parlement ,censé protéger les intérets européens et donc par extension français, est comme aux ordres précisemment du lobbying anglo-saxon notamment étasunien.Il en va d'une identique logique de la grande distribution dite "franco-française" plus aux ordres du pouvoir de la finance qu'aux services des agriculteurs et consommateurs français.Alors toujours franco français ? Aux larmes citoyens !!!!!!

7.Posté par Xuan le 23/05/2009 21:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Adjissa, merci pour votre commentaire qui m'invite à préciser.
J'aurais dû ajouter que le lobby franco-français ne se limite pas à la grande distribution mais comprend également l'industrie alimentaire, et pour ce qui concerne le lait :
• Lactalis :
o N°1 européen du lait et N°2 mondial du lait derrière Nestlé
o N°2 mondial du fromage
• Danone :
o N°4 mondial du lait -4 ème groupe alimentaire mondial
o N°1 mondial en produits laitiers frais
• Bongrain :
o N°11 mondial du lait
o N°1 mondial en spécialités fromagères
• Entremont Alliance :
o N°1 mondial de l’Emmental
o N°1 mondial en lactosérum déminéralisé
• Bel :
o N°2 mondial en fromages fondus
• Sodiaal :
o N°2 des produits laitiers frais avec Yoplait grâce à ses franchises dans 50 pays.

Les grands groupes ou entreprises dépassant 200 M€ de chiffre d’affaires sont au nombre de 22. Les 6 premières entités (Lactalis, Bongrain, Sodiaal, Bel, Danone, Entremont Alliance) représentent plus de 60% des facturations laitières françaises et plus de 50 % de la collecte française.
Selon le mInistère sde l'Agriculture, "L’évolution du secteur en termes de restructuration est le fait des grands groupes précités avec un leadership marquant du groupe Lactalis.
En 2006, le groupe Lactalis a repris la Laiterie Celia (marque Chaussée aux Moines) et diverses petites fromageries. A titre d’exemple, ce groupe a depuis 40 ans racheté la quasi-totalité des « camembéristes » normands (hors Réaux, Gillot, Isigny et Graindorge). Il détient Société des Caves (n°1 du Roquefort), Philipona (Comté), Pochat ( Reblochon), etc... "

Je laisse à des spécialistes le soin d'éplucher la part qui revient au capital financier.

Les capitalistes français industriels, commerciaux et financiers se partagent les profits sur le dos des paysans et volent les consommateurs.
Quels intérêts sert la dérégulation sinon ceux de la grande distribution, de l'industrie laitière et des banques qui leur sont liées ?
Et qui pratique le lobbying à Bruxelles ?

La "pression de la Commission européenne" sur "notre gouvernement" n'est qu'un prétexte pour les dédouaner, eux et le gouvernement qui les représente.

8.Posté par Adjissa le 24/05/2009 12:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Si j'ai bien compris Xuan, une poignée d'instrustriels serait en train d'empoisonner mais aussi profiter de la crédulité de millions de consommateurs. Le pouvoir de la finance serait il à ce point dépravé pour s'adonner à des pratiques aussi ignobles ? Il semblerait bien que oui. Ce qui m'a le plus surpris, qui plus est fortement dégoûté, c'est d'apprendre que nos fromage français,pourtant réputés du terroire, soient entre les mains des empoisonneurs de la planète.Je peux vous assurer qu' à partir de ce jour je me ferai un devoir de très bien choisir les produits alimentaires qui m'empoisonnent et empoisonnent nos enfants. Aux Larmes citoyens !!!!!!

9.Posté par Louis Crandell le 25/05/2009 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce que dit Xuan est très juste. Il faut aussi ajouter tout ce qui concerne le lobbying de l'industrie du lait à travers des organismes et des sociétés comme : le CIDIL (Centre interprofessionnel de documentation et d'information laitières) ou Tetra Pak.
Vous trouverez des infos intéressantes dans le livre : "Santé, mensonges et propagande" par Thierry Souccar et Isabelle Robard. Les auteurs dénoncent les pratiques des multinationales de l’agroalimentaire, relayées par les instances gouvernementales.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires