Diplomatie et relation internationale

Déclarations de l'ambassadeur d'Iran à Paris sur l'affaire Clautilde Reiss


Dans la même rubrique:
< >

Lundi 28 Novembre 2016 - 00:17 Analyse: L’impuissance de la Ligue Arabe



Farsnews
Mercredi 26 Août 2009

Déclarations de l'ambassadeur d'Iran à Paris sur l'affaire Clautilde Reiss
Libérée sous caution le 16 août, mais tenue de demeurer à l'ambassade de France à Téhéran, Clotilde Reiss, 24 ans, est toujours dans l'attente d'une libération définitive. La justice iranienne soupçonne la ressortissante française d'avoir participé à une manifestation contestant l'élection présidentielle iranienne du 12 juin et l'accuse d'espionnage.

«Je crois que le procureur et le juge iraniens vont nous faire attendre en reportant la date du verdict », déclarait la semaine dernière Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères. Pour la première fois, Medhi Miraboutalebi, ambassadeur de la République islamique d'Iran en France, a accordé une interview au quotidien français Le Parisien pour expliquer ce dossier et sur les relations entre la France et la République islamique d'Iran. Nous reproduisons ici le texte intégrale de cette interview.

 - Qu'est-ce que l'Iran reproche à Clotilde Reiss ?


- Medhi Miraboutalebi : Mme Reiss a fait des études de géopolitique, elle s'intéresse à l'Iran, elle parle persan, mais elle n'est pas professeur de français. A partir de là, trois questions se posent. Pourquoi envoie-t-on une étudiante en géopolitique enseigner le français à la place d'un professeur de langue ? Pourquoi va-t-elle à Ispahan, la région où sont précisément installés nos centres d'enrichissement d'uranium ? Et enfin, pourquoi choisit-elle une université technologique où l'on n'étudie pas les sciences sociales, qui sont pourtant sa spécialité?


- Vous ne croyez donc pas qu'il s'agisse d'une simple étudiante?

- Cette jeune femme a effectué entre juin et septembre 2007 un stage sur les technologies nucléaires à la direction des applications militaires du CEA (Commissariat à l'énergie atomique). Elle a rédigé un mémoire intitulé : « Comprendre la politique iranienne dans la crise nucléaire ». Ce document justifie nos doutes à son égard.

- Faites-vous une relation avec le fait que son père travaille au CEA ?

- Nous étions au courant, mais nous ne prenons pas en compte cet élément.

- Pour autant, vous ne disposez que de soupçons, vous n'avez rien de concret contre Clotilde Reiss...

- Son dossier compte huit chefs d'accusation. Elle les a tous reconnus lors de son procès. Cette dame est partie en Iran avec un visa de trente jours pour enseigner le français. Sur place, elle a fait une demande de prolongation. Lorsque son visa a expiré une deuxième fois, elle aurait dû quitter le pays, mais elle a continué à séjourner illégalement. En apparence, elle est partie pour donner des cours de français à Ispahan. Alors pourquoi s'est-elle retrouvée pendant quinze jours dans les manifestations de Téhéran ?

- Etait-elle surveillée en Iran ?

- Oui, nous la surveillions dès lors qu'elle était sur le territoire iranien. Sinon, comment aurions-nous pu l'arrêter ?

- Selon vous, c'est donc une espionne ?

- C'est l'un des chefs d'accusation, mais personne ne peut se prononcer à la place du magistrat.

- Vous affirmez qu'elle a tout avoué. En France, on pense qu'elle y a été forcée...

- Ces pratiques n'existent pas en Iran pour une raison simple : nos croyances religieuses nous interdisent de mentir et de faire avouer sous la contrainte. L'ambassadeur de France a rendu visite à Mme Reiss et a pu constater que ses conditions de détention étaient tout à fait confortables.

- Sait-on quand le jugement sera rendu ?

- L'accusée a été interrogée et a pu être libérée sous caution en attendant le verdict, comme l'autorisent les lois iraniennes. A présent, c'est au juge de décider entre la prison, la liberté ou l'amende. Pour la date, je vous invite à lui poser vous-même la question. Ce qui est certain, c'est que ce sera moins long qu'en France.

- Les relations entre la France et l'Iran sont extrêmement tendues...

- Le ministre français des Affaires étrangères dit que la France n'a pas de relations avec les autorités iraniennes. Cela veut dire quoi ? N'est-ce pas justement de sa responsabilité ? Que fait la France pour améliorer les liens ? Depuis deux mois, je fais tout mon possible pour que le climat s'apaise et éviter que les choses ne dégénèrent. La France a choisi de s'ingérer dans les affaires iraniennes immédiatement après l'élection et diffuser ses messages de propagande à l'opinion publique.

http://french.irib.ir http://french.irib.ir



Mercredi 26 Août 2009


Commentaires

1.Posté par extralucide le 26/08/2009 12:52 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ce qui est certain, c'est que ce sera moins long qu'en France
Même qu'en France, on met en taule sans preuves et même sans raisons(Julien Coupat)

2.Posté par Albert le 26/08/2009 13:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Clotilde REISS travaille pour Organisation sioniste » du B'nai B'rith .
Dans la catégorie « Organisation sioniste » du B'nai B'rith, vous trouverez seulement dans cette catégorie que 48 nébuleuses.

Par ordre alphabétique
A

* Agence juive
* Amants de Sion
* American Israel Public Affairs Committee
* Anarcho-sionisme
* Asefat ha-nivharim
* Association France-Israël

B

* B'nai B'rith
* Bataillon du Travail
* Betar
* Bilou
* Bneï-Akiva
* Bneï-Moshé
* Brit Ha'birionim

C

* Cananéens (politique)
* Congrès sioniste
* Conseil de Yesha


C (suite)

* Conseil du travailleur sioniste

E

* Elitzour

F

* Fonds national juif
* Fonds pour l'implantation juive
* Fédération nationale des travailleurs d'Erets Israel

G

* Gordonia
* Guidonim

H

* Hachomer Hatzaïr
* Hahoresh
* Hahsharat Hayishouv
* Hamakabi Hatzaïr
* Hanoar Haoved Véhalomed
* Hapoel Hamizrahi
* Hapoel Hatzaïr
* Histadrout

J

* J Street
* Jewish Colonization Association
* JENSA

K

* Kadima (association)
* Keren Hayesod
* Kibboutz Artzi

L

* Le lobby pro-israélien et la politique étrangère américaine

M

* Mizrahi
* Mouvement sioniste travailliste mondial

O

* Organisation sioniste mondiale

P

* Poaley Tzion et Akhdut Ha'avoda
* Programme de Jérusalem

S

* Sionisme général
* Sionisme révisionniste
* Sionisme territorialiste

T

* Travail sioniste
* Tzéïré-Tzion

W

* Women's International Zionist Organization

Pour plus d'information vous pouvez trouver d'autres choses sur le net dans
Organisation sioniste du b'nai b'rith

PS: vous faites un couper, coller car je vais pas vous là donner tous les jours et avec le nom vous allez directement sur internet et le grand voyage va commencer.

3.Posté par Habakuk le 26/08/2009 20:04 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut pas nier que les trois questions soulevées par Medhi Miraboutalebi méritent toute notre attention. Elles sont rationnelles et, de fait, pertinentes.

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires