Politique Nationale/Internationale

Déclarations ambiguës de Brown au sujet du journaliste libéré de la BBC, Alan Johnston



IRIB
Vendredi 6 Juillet 2007

Déclarations ambiguës de Brown au sujet du journaliste libéré de la BBC, Alan Johnston


Alan Johnston, journaliste de la chaîne BBC a été libéré après 114 jours de captivité grâce aux efforts des responsables du Hamas. Johnston avait été enlevé le 12 mars dernier par un groupe dit Jaïsh-ol-islam. Après sa libération, le journaliste en question lors d’un point de presse conjoint avec Esmaïl Hanieh, Premier ministre du gouvernement d’union nationale palestinien a affirmé qu’il devait sa libération de la main des ravisseurs aux efforts du Hamas.

Il a ajouté que le Hamas était un mouvement très puissant et populaire qui pouvait rétablir la paix et la sécurité dans la bande de Gaza. Pour les responsables du Hamas, la libération de Johnston était un acte humain et humanitaire. Selon les informations, en échange de la libération de Johnston par le groupe Jaïsh-ol-islam, le Hamas a autorisé ce groupe à conserver ses armes, uniquement pour combattre le régime sioniste. Le porte-parole du Hamas, interviewé par la chaîne Al-Alam a affirmé que Mahmoud Abbas avait des informations très précises sur les lieux de détention de Johnston, mais qu’il refusait de donner ses renseignements pour des raisons indéterminées.


Abou Zouhri a ajouté que Mohamed Dahlan, conseiller sécuritaire de l’Autorité autonome exerçait des pressions pour empêcher la libération d’Alan Johnston. Ce dernier a été libéré dans la conjoncture où après le contrôle de la bande de Gaza par le Hamas, la sécurité de cette région s’est complètement améliorée. Le journaliste de la BBC avait été kidnappé au temps de la maîtrise du Fatah sur Gaza, où les conditions sécuritaires étaient critiques. Les démarches et les efforts du Hamas pour libérer ce journaliste portent deux messages importants : primo, le Hamas majoritaire au parlement palestinien depuis janvier 2006, s’était engagé à respecter les lois internationales. Deuxièmement, le gouvernement palestinien d’union nationale qui contrôle actuellement la Bande de Gaza a réussi à restaurer une paix relative dans cette zone.

Alors que le journaliste libéré parle des efforts déployés par le Hamas, Gordon Brown, Premier ministre britannique a pris à ce sujet une position ambiguë. D’une part, il qualifie de vital le rôle du Hamas dans la libération de Johnston, mais de l’autre, il rend hommage aux efforts de Mahmoud Abbas. Ce geste montre bien que Brown reconnaît le gouvernement désigné par Abbas et non pas celui du Hamas. Ce alors que d’après les sources palestiniennes, Abbas n’a non seulement joué aucun rôle dans cette libération, mais au contraire, il avait cherché à empêcher une telle libération.

Il semble que les déclarations de Gordon Brown soient le prolongement de la politique de Tony Blair. Ainsi, le nouveau premier ministre britannique comme son prédécesseur refuse de reconnaître le gouvernement élu et légal du Hamas. Ce refus fait bien sûr écho à la politique moyenne -orientale de Washington, mais, il ne faut pas oublier que la principale raison de la chute du gouvernement Blair résidait dans son alignement aveugle sur la politique de Bush notamment au sujet de l’Irak.


Vendredi 6 Juillet 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires