VIDEOS

De la servitude moderne : une critique profonde du système totalitaire marchand


Un film documentaire de Jean-François Brient sur le système totalitaire marchand dans lequel nous vivons soumis. Il démonte les rouages des démocraties libérales qui forment le modèle dominant du monde occidental et comment celles-ci n'ont rien à envier aux systèmes totalitaires qu'elles semblent critiquer.
Plus d'informations : delaservitudemoderne.org.
Il est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.
Le Film a été réalisé en dehors de toute question relative à la propriété intellectuelle et aux droits d’auteur.

relayé par : Khelgar
(khelgar@live.fr)


khelgar@live.fr
Mercredi 11 Novembre 2009

De la servitude moderne : une critique profonde du système totalitaire marchand
"Toute vérité passe par trois stades :
En premier lieu on la ridiculise;
en deuxième lieu on s'y oppose violemment;
enfin on l'accepte comme si elle allait de soi."
Schopenhauer

    De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine. Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires.

    L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde.

    Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix. Il s’agit d’appeler effectivement les choses par leur nom et de faire découvrir l’essence cachée de ces réalités par la manière dont on les nomme. La démocratie libérale est un mythe en cela que l’organisation dominante du monde n’a rien de démocratique ni même rien de libérale. Il est donc urgent de substituer au mythe de la démocratie libérale sa réalité concrète de système totalitaire marchand et de répandre cette nouvelle expression comme une trainée de poudre prête à incendier les esprits en révélant la nature profonde de la domination présente.

    D’aucuns espéreront trouver ici des solutions ou des réponses toutes faites, genre petit manuel de « Comment faire la révolution ? ». Tel n’est pas le propos de ce film. Il s’agit ici de faire la critique exacte de la société qu’il nous faut combattre. Ce film est avant tout un outil militant qui a pour vocation de faire s’interroger le plus grand nombre et de répandre la critique partout où elle n’a pas accès. Les solutions, les éléments de programme, c’est ensemble qu’il faut les construire. Et c’est avant tout dans la pratique qu’elles éclatent au grand jour. Nous n’avons pas besoin d’un gourou qui vienne nous expliquer comment nous devons agir. La liberté d’action doit être notre caractéristique principale. Ceux qui veulent rester des esclaves attendent l’homme providentiel ou l’œuvre qu’il suffirait de suivre à la lettre pour être plus libre. On en a trop vu de ces œuvres ou de ces hommes dans toute l’histoire du XXº siècle qui se sont proposés de constituer l’avant-garde révolutionnaire et de conduire le prolétariat vers la libération de sa condition. Les résultats cauchemardesques parlent d’eux-mêmes.

    Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent sur à peu près tout. Mais nous condamnons également toute stigmatisation d’une religion en particulier. Les adeptes du complot sioniste ou du péril islamiste sont de pauvres têtes mystifiées qui confondent la critique radicale avec la haine et le dédain. Ils ne sont capables de produire que de la boue. Si certains d’entre eux se disent révolutionnaires, c’est davantage en référence aux « révolutions nationales » des années 1930-1940 qu’à la véritable révolution libératrice à laquelle nous aspirons. La recherche d’un bouc émissaire en fonction de son appartenance religieuse ou ethnique est vieille comme la civilisation et elle n’est que le produit des frustrations de ceux qui cherchent des réponses rapides et simples face au véritable mal qui nous accable. Il ne peut y avoir d’ambigüité sur la nature de notre combat. Nous sommes favorables à l’émancipation de l’humanité toute entière, sans aucune forme de discrimination. Tout pour tous est l’essence du programme révolutionnaire auquel nous adhérons.

    Les références qui ont inspiré ce travail et plus généralement ma vie sont explicites dans ce film : Diogène de Sinoppe, Étienne de La Boétie, Karl Marx et Guy Debord. Je ne m’en cache pas et ne prétend pas avoir inventé l’électricité. On me reconnaîtra simplement le mérite d’avoir su m’en servir pour m’éclairer. Quand à ceux qui trouveront à redire sur cette œuvre en tant qu’elle ne serait pas assez révolutionnaire ou bien trop radicale ou encore pessimiste n’ont qu’à proposer leur propre vision du monde dans lequel nous vivons. Plus nous serons nombreux à diffuser ces idées et plus la possibilité d’un changement radical pourra émerger.

    La crise économique, sociale et politique a révélé la faillite patente du système totalitaire marchand. Une brèche est ouverte. Il s’agit maintenant de s’y engouffrer sans peur mais de manière stratégique. Il faut cependant agir vite car le pouvoir, parfaitement informé sur l’état des lieux de la radicalisation de la contestation, prépare une attaque préventive sans commune mesure avec ce que nous avons connu jusqu’à maintenant. L’urgence des temps nous impose donc l’unité plutôt que la division car ce qui nous rassemble est bien plus profond que ce qui nous sépare. Il est toujours très commode de critiquer ce qui se fait du côté des organisations, des individus ou des différents groupes qui se réclament de la révolution sociale. Mais en réalité, ces critiques participent de la volonté d’immobilisme qui tente de nous convaincre que rien n’est possible. Il ne faut pas se tromper d’ennemis. Les vieilles querelles de chapelle du camp révolutionnaire doivent laisser la place à l’unité d’action de toutes nos forces. Il faut douter de tout, même du doute.

    Le texte et le film sont libres de droits, ils peuvent être copiés, diffusés, projetés sans la moindre forme de contrainte. Ils sont par ailleurs totalement gratuits et ne peuvent en aucun cas être vendus ou commercialisés sous quelque forme que ce soit. Il serait en effet pour le moins incohérent de proposer une marchandise qui aurait pour vocation de critiquer l’omniprésence de la marchandise. La lutte contre la propriété privée, intellectuelle ou autre, est notre force de frappe contre la domination présente.

    Ce film qui est diffusé en dehors de tout circuit légal ou commercial ne peut  exister que grâce à l’appui de personnes qui en organisent la diffusion ou la projection. Il ne nous appartient pas, il appartient à ceux qui voudront bien s’en saisir pour le jeter dans le feu des combats.
    
Jean-François Brient et Victor León Fuentes      
http://www.delaservitudemoderne.org/francais1.html

contact : tempsbouleverses@gmail.com






Samedi 14 Novembre 2009


Commentaires

1.Posté par 1 multiple le 11/11/2009 13:54 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Toute manipulation passe par trois stades:
En premier lieu on nous sensibilise;
en deuxième lieu on nous culpabilise violemment;
enfin on nous taxe comme si cela allait de soi.

Illustre Inconnu

- vous reprendrez bien un peu de structure hiérarchique pyramidale ?

- non merci, je préfère la néodémocratie directe organique

2.Posté par Pierre le 11/11/2009 21:13 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Twitter
Ce documentaire est criant de Vérité, il faut le diffuser de toutes nos forces

3.Posté par Pierre le 11/11/2009 21:15 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

A diffuser un maximum, c'est une réalité !

4.Posté par murielnajia le 13/11/2009 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"la pouvoir n'est pas à conquérir il est à détruire" "nous condamnons toutes les religions"... Voilà des phases qui assombrissent encore le tableau de notre misère, réduite à l'eclavage de l'homme par l'homme, celui qui se croyait plus malin que les autres, plus fort que Dieu ou que les forces invisibles et imprévisibles que nous ne maîtriserons jamais...
Le pouvoir est à reconstruire, il ne sera légitime que s'il est redéfinit par et pour le plus grand nombre: le pouvoir de vivre, le pouvoir d'aimer, le pouvoir de penser, le pouvoir d'agir sans altérer la liberté ni la vie d'autrui.
Ce droit de pouvoir qui nous a été donné par ce qui demeure invisible est pourtant bien réel, c'est à nous de le circonscrire dans les limites de nos valeurs humaines pour en faire notre cheval de bataille contre tout asservissement!

5.Posté par UNjourVIENDRA le 13/11/2009 01:55 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LE COMPLOT DES SATANISTES KHAZARTS ASHKENAZI TALMUDISTE MAUDIT ;IL EXISTE SANS AUCUN DOUTE!!!!!!!!!!!!!! ILS N YA PAS DE FUMé SANS FEU........ A LA FIN C EST LES GENTILS QUI GAGNENT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!AMINE

6.Posté par egypSion le 13/11/2009 02:24 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent sur à peu près tout."

La religion n'a rien avoir là dedans ! vous ne connaissez rien de la religion ! plus de 50 % de français ont voté sarkozy le tsar, si vous êtes athées c'est votre problème mais pas touche à ma religion ! prenez vous en plutôt au plus de 50 % de veaux qui ont voté sarko pro sioniste !!

7.Posté par Alif le 13/11/2009 18:23 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


On a l’impression de lire une réflexion écrite par K.Marx lui-même,avec sa plume
idéaliste et universaliste légendaire, et son " La religion est l’opium des peuples ".

Toute réflexion qui prône une égalité absolue est par nature idéalisme, donc ne peut
avoir pignon sur rue car il ignore la nature humaine et que la terre n’est pas le paradis. Toute réflexion qui se veut universelle est par définition du totalitarisme donc dictature car il ignore la déversité culturelle et référentielle de la communauté humaine.

La réflexion proposée par l’article prône l’égalité et l’union alors qu’en réalité elle est
le contraire . Il est déscrimiantioniste et divisionniste par le fait du rejet de l’autre qui se réfère à un ordre transcendant ou métaphysique(divin ) des choses .Cette réflexion trouve son origine dans l’inconscient occidental à se placer dans une position de supériorité sur les autres cultures,donc c’est à lui que revient l’invention de conceptes, de les proposer ou imposer aux autres par la suite,d’ailleurs cette réflexion s’inscrit dans la logique d’évolution de l’histoire du monde occidantalo-chrétien qui ,rappelons le,n’est pas le monde musulman,asiatique ou africain.

L’opium des peuples c’est le Vatican qui est une institution politique au service de la bourgeoisie tout comme la doctrine protestante qui favorise les riches par sa conception du " travail contre le salut " mais ça n’empêche pas de dire que rejeter la religion est dangereux comme l’avait dit Voltaire: " si dieu n’existe pas il faut l’inventer ", par crainte que les humains ne deviennent des êtres assassins.

Toute réflexion est contesté si ces concepteurs décident à eux seuls de ce qui est être,le droit et le devoir d’être.

Entre l’idée écrite sur le papier et sa mise en pratique sur le terrain sur lequel elle avance,il y a tout un monde et un savoir faire.


Cordialement.

8.Posté par hans scholl le 14/11/2009 15:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

ce doc commence par des musulmans qui prient, genre ils sont débiles et embrigadés, je n'ai pas aimé ce doc, il mélange tout, le problème n'est en aucun cas la réligion
Apres le bombes atomique et les idiots qui dirigent des stupides, on montre des musulmans qui prient.
l'explication marxiste a échoué justement à cause de son athéisme forcené

9.Posté par Khelgar le 15/11/2009 00:25 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@ hans scholl

Moi aussi j'ai bloqué sur la 1ere image, mais bon, ça ne reflète en rien l'objet du film et ça pousse à une réflexion qui dépasse toute idéologie ou religion. je suis un des 1ers à être convaincu qu'on peut être un fervent croyant que rien n'ébranle, tout en ne se soumettant pas à quelque volonté que ce soit.


On croît en Dieu sincèrement ou on n'y croit pas...si on se sent obligé de le faire, là on est véritablement soumis et prisonnier de concepts ou d'idéologies.

10.Posté par Un lecteur le 15/11/2009 00:45 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

"hans scholl "

Il te suffit de lire le lien donné :

"Par ailleurs, nous condamnons toutes les religions en cela qu’elles sont génératrices d’illusions nous permettant d’accepter notre sordide condition de dominés et qu’elles mentent ou déraisonnent sur à peu près tout. Mais nous condamnons également toute stigmatisation d’une religion en particulier. Les adeptes du complot sioniste ou du péril islamiste sont de pauvres têtes mystifiées qui confondent la critique radicale avec la haine et le dédain. Ils ne sont capables de produire que de la boue. Si certains d’entre eux se disent révolutionnaires, c’est davantage en référence aux « révolutions nationales » des années 1930-1940 qu’à la véritable révolution libératrice à laquelle nous aspirons."

Cela dit, en dehors de ce point, je trouve très intéressant ce qui est dit.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires