RELIGIONS ET CROYANCES

De l’humilité, de l’amour et de l’espoir


Dans la même rubrique:
< >

Ici à Bethléem (qui a été amputée de 15% de sa surface totale et dont la population a été doublée par des réfugiés et des gens déplacés), je connais beaucoup de visiteurs qui vont et viennent (à des conventions, à l’église, aux pèlerinages) et qui ne comprennent jamais vraiment comme vit la plus grande partie de la population (70% en dessous du seuil de pauvreté de 2$ par jour).


Mazin Qumsiyeh
Mercredi 5 Août 2009

De l’humilité, de l’amour et de l’espoir
Des familles continuent d’être expulsées de Jérusalem pour être non juives. Deux familles de réfugiés palestiniens (près de 50 personnes), qui vivaient dans ces maisons depuis qu’elles avaient été expulsées de leurs maisons à Jérusalem Ouest en 1948, sont à nouveau des réfugiés.

Les colons israéliens affirment que la terre appartenait à des Juifs avant 1948. Mais évidemment, les indigènes palestiniens ne peuvent pas revendiquer la terre qui leur appartenait avant 1948.

Des centaines de familles ont été expulsées de Jérusalem au cours des deux dernières années, pendant qu’Obama et autres hommes politiques parlent de paix et de gels de la colonisation. Et cette semaine, à la Knesset, une nouvelle loi a été votée qui autorise la vente des terres des réfugiés palestiniens, pour un usage exclusivement juif. Les lois racistes d’apartheid sont déjà nombreuses, mais il semble que pour les hommes politiques israéliens, il est urgent de mettre en place encore davantage de discrimination.

Les expulsions simili-nazies de gens pour la simple raison qu’ils appartiennent à la mauvaise religion sont pratiquées au vu et au su d’un monde silencieux et passif. Un monde passif qui n’est même pas interpelé par la terrorisation et le kidnapping par les forces israéliennes des citoyens de Bilin, à 3h du matin, ou par les colons qui viennent nous « rendre visite » deux fois par semaine à Beit Sahour.

Les gouvernements occidentaux essaient de cacher leur complicité par des mots qui indiquent qu’ils n’approuvent pas certaines tactiques israéliennes mais qui continuent à donner des milliards à Israël, et des millions aux Palestiniens dociles (pour des projets de normalisation). Ils ont bien sûr toute l’influence nécessaire pour mettre fin à ces crimes contre l’humanité, et le public doit leur demander de l’exercer. Nous devons couper toute aide à Israël et le traiter comme un Etat voyou (exactement comme pour l’Afrique du Sud).

Defense for Children International (DCI-Palestine) a remis au Comité pour les Droits de l’Homme des Nations Unies un Rapport Alternatif dont le but est de faire le point sur la conformité d’Israël avec la Convention Internationale sur les Droits Civils et Politiques (1966) en Octobre 2009. Le rapport met l’accent sur le droit à la vie (article 6), la torture et les mauvais traitements (article 7), la détention arbitraire (article 9) et les procès équitables (article 14) dans le système juridique militaire israélien qui a opéré dans les Territoires Palestiniens Occupés au cours des dernières 42 années.

Le rapport couvre la période allant du 1er janvier 2004 au 30 juin 2009, au cours de laquelle 851 enfants palestiniens ont été tués et 3.850 environ ont été arrêtés et poursuivis devant des tribunaux militaires, où les droits fondamentaux à des procès équitables sont niés à des mineurs de 12 ans.

Le rapport enquête aussi sur les mauvais traitements et la torture, la détention administrative, l’utilisation par l’armée israélienne d’enfants comme boucliers humains et l’augmentation de la violence des colons contre les communautés palestiniennes de Cisjordanie.

Le rapport de 45 pages fait 35 recommandations et est étayé de quelques 120 pages de témoignages sur l’honneur en annexe au rapport principal.

(…)

ACTION :

Je me souviens d’une situation où un étudiant brillant d’une faculté de la Ivy League (groupe des huit universités les plus prestigieuses du nord-est des Etats-Unis, NdT) ne s’était jamais aventuré à un bloc de chez lui pour voir les quartiers très défavorisés du centre ville, à côté de son école.

Ici à Bethléem (qui a été amputée de 15% de sa surface totale et dont la population a été doublée par des réfugiés et des gens déplacés), je connais beaucoup de visiteurs qui vont et viennent (à des conventions, à l’église, aux pèlerinages) et qui ne comprennent jamais vraiment comme vit la plus grande partie de la population (70% en dessous du seuil de pauvreté de 2$ par jour).

Alors, où que vous soyez, S’IL VOUS PLAIT prenez le temps d’aller simplement voir les êtres les plus pauvres et les plus vulnérables et écoutez-les vraiment pour saisir, observez pour comprendre, passez vos mains sur les blessures pour les guérir, et touchez une main calleuse.

De telles rencontres authentiques nous apprennent tellement plus que tout ce qu’on peut lire dans les livres, voir à la télévision, entendre de discours ou comprendre par des lectures ou par l’enseignement. Et surtout, elles nous enseignent l’humilité, le sens du véritable amour et de l’espoir.

Avec une telle connaissance vient la responsabilité d’agir, même de façon modeste, et ceci, en retour, donne un véritable sens à nos vies.

Le proverbe chinois : « Savoir et ne pas agir, c’est ne pas savoir ». Le cliché de penser global et agir local est toujours valide, mais seulement après une telle connaissance, qui ne peut être acquise par aucune autre manière.

Si vous voulez aider, ici, en Palestine, nous avons des tas de projets. Rejoignez-nous.

Source : A Bedouin in Cyberspace, a Villager at Home  
  Traduction : MR pour ISM



Mercredi 5 Août 2009


Commentaires

1.Posté par Habakuk le 13/08/2009 19:18 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je ne comprends pas… Il est pourtant bien écrit dans le Pirké-Avoth (chapitre V) que « personne ne se plaignit jamais d’être trop à l’étroit dans la ville sainte »… Dois-je en déduire que ce « personne » est exclusivement juif ? Trêve d’ironie, je crois plus prosaïquement que Jérusalem est entre les mains des juifs religieux fanatiques et qu’ils en feront ce que bon leur semble. Que voulez-vous, ils ont carte blanche et ils préparent leur « ère messianique »… ! Et le prix à payer est une Jérusalem exclusivement juive, à l’exception d’un espace-visiteurs, le parvis des goyim qui sera immanquablement prévu sur l’esplanade du temple… Le spectacle de ces familles palestiniennes expulsées de Jérusalem-Est est obsédant. Celui de ces familles juives les remplaçant immédiatement, baluchon à l'épaule, la place encore chaude, est révulsant. Quelles chances a le rapport alternatif de Defense for Children International d'aboutir et avant combien de temps ? Qui nous informera des suites et qui n'aura pas oublié, le temps passant, comme tout, hormis nous ? Que ne sera-t-il passé d'ici là ? Il y a des jours où je me dis qu'il est temps de sortir l'épée du fourreau.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires