Politique Nationale/Internationale

Danemark: le gouvernement décide de limiter le port du voile intégral



Vendredi 29 Janvier 2010

Danemark: le gouvernement décide de limiter le port du voile intégral
Le gouvernement libéral-conservateur danois a décidé jeudi de limiter le port de la burqa et du niqab dans l'espace public, mais sans interdire ce voile intégral, laissant le soin aux écoles, à l'administration et aux entreprises de fixer des règles à ce sujet.
 
 "La burqa et le niqab n'ont pas leur place dans la société danoise et le gouvernement est déterminé à combattre cette conception de la femme qu'ils symbolisent", souligne un communiqué des services du Premier ministre, appelant à restreindre "le plus possible" cette pratique.
  
Se fondant sur les conclusions d'un rapport d'une commission gouvernementale mise sur pied en août dernier, le gouvernement s'est déclaré contre une interdiction généralisée qui porterait atteinte à la Constitution, en optant pour une limitation de la burqa et du niqab.
  
"Les écoles, lycées, universités et autres institutions éducatives peuvent de plein droit exiger que les enseignants et élèves aient le visage découvert afin que la communication tant dans l'enseignement que pendant les examens soit ouverte et égalitaire", précise le texte.
  
Les employeurs publics ont également le droit d'"exiger" de leurs employées --enseignantes, aides à domicile, pédagogues et autres conseillères sociales-- d'avoir "le visage découvert" dans leurs contacts avec les citoyens.
  
Les employés publics peuvent aussi exiger qu'une femme, dans le cadre de l'examen de son dossier par les autorités, "enlève son voile afin de pouvoir lire sa réaction sur son visage et évaluer sa crédibilité".
  
Le gouvernement estime en outre que les pouvoirs publics et entreprises privées ont le pouvoir d'exiger que les femmes ôtent leur voile à "des fins d'identification" par la police des frontières et par les contrôleurs dans les transports en commun.
  
Une enquête de l'université de Copenhague, publiée le 18 janvier 2010, et commanditée par un groupe de travail gouvernemental, a "montré clairement que le port de la burqa et du niqab avait de lourdes conséquences pour les femmes (...), limitant leur accès à l'éducation et à l'emploi, ainsi que leur liberté et les confinant dans l'isolement et la dépendance économique" des hommes, selon le gouvernement.
  
 
S'il refuse de légiférer sur l'interdiction du voile, le gouvernement va cependant présenter "prochainement" un projet de loi punissant jusqu'à quatre ans de prison les personnes jugées coupables d'imposer le port de la burqa et du niqab.
  
Il s'agit d'un amendement de l'article 260 du code pénal sur les contraintes illégales actuellement passibles de deux ans de détention.
  
Le gouvernement va également déposer une deuxième proposition d'amendement imposant aux témoins dans les tribunaux de ne pas se présenter le visage dissimulé à la barre, "à moins qu'exceptionnellement la Cour ne l'autorise".
  
Ces deux projets de loi devraient être adoptés au cours de cette session parlementaire, souligne ce communiqué.

http://www.almanar.com.lb http://www.almanar.com.lb



Vendredi 29 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par lecteur le 31/01/2010 16:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

LA PANDÉMIE SE PROPAGE

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires