Politique Nationale/Internationale

DE L'INDECENCE EN POLITIQUE


par Union Juive Française pour la Paix


Le Président de la République Française a invité le Premier Ministre israélien Ariel Sharon. Aussitôt des voix se sont élevées pour célébrer les retrouvailles franco-israéliennes et pour annoncer une politique plus équilibrée de la France entre Israël et les Palestiniens. Mais de quel équilibre s’agit-il ? Entre l’occupant israélien et les occupés palestiniens, l’équilibre commence par la fin de l’occupation, il ne saurait y en avoir d’autre, sauf à reconnaître le droit d’Israël à l’hégémonie en Palestine.


Mercredi 31 Août 2005

Jacques Chirac a cru devoir féliciter Ariel Sharon de sa décision "courageuse" de se retirer de Gaza, ouvrant la porte à la mise en place de la "feuille de route" et à la paix. Mais de quel retrait s’agit-il ? et de quelle paix ? En même temps qu’il prépare le retrait israélien de Gaza, le gouvernement israélien renforce la colonisation en Cisjordanie (extension de la colonie de Maalé-Adoumim pour la relier à Jérusalem, construction d’une université israélienne dans la colonie d’Ariel) et continue la construction d’un mur dit de "sécurité" qui s’enfonce en territoire palestinien, constituant ainsi une annexion de fait.

Dans un article publié dans Libération du 28 juillet, Matt Spetalnick annonce le projet de l’armée israélienne d’une triple clôture le long de la frontière de la bande de Gaza qui n’est qu’une façon de l’emprisonner, l’armée israélienne gardant en outre le contrôle aérien et maritime. Gaza ne sera qu’une prison à la merci des Israéliens. Quant à l’occupation, elle est toujours là. Pendant la "trêve" issue de Charm-El-Cheikh, les check-points, les arrestations (il faut bien compenser les quelques libérations qui ont eu lieu), les meurtres et les destructions de maisons ont continué.

Comme si la trêve ne concernait que ceux que l’on appelle les "terroristes" palestiniens, comme si la paix annoncée ne pouvaient être que l’acceptation par les Palestiniens de l’hégémonie israélienne sur leur terre. Sans parler d’une autre forme de colonisation, annoncée par Sharon lui-même, le peuplement juif des régions d’Israël jugée "pas assez juives" par les gouvernements israéliens, tels la Galilée et le Naqab-Negev.

C’est ainsi que l’on peut continuer à détruire en toute impunité ces villages du Naqab-Negev "qui n’existent pas" puisqu’ils ne sont pas habités par des Juifs. On annonce même une grande politique de développement du Naqab-Negev, mais cette politique exige de remplacer la population actuelle par une autre plus conforme. Cela s’appelle de la purification ethnique ! Et le responsable actuel de cette politique contre les Palestiniens ose venir en France donner des leçons de lutte contre l’antisémitisme. Après avoir dénoncé le gouvernement français qui laissait, selon lui, se développer un antisémitisme mettant les Juifs de France en danger, Ariel Sharon se permet aujourd’hui de décerner à ce même Jacques Chirac qu’il vilipendait l’an dernier un brevet de bonne conduite pour sa lutte contre l’antisémitisme.

Mais en même temps que le Premier Ministre israélien se permet d’intervenir sur la politique française à l’égard d’un groupe de citoyens qui jouissent des mêmes droits que tous les Français, le gouvernement israélien interdit de venir témoigner de sa politique à l’encontre des Palestiniens, Il empêchait ainsi, ces derniers jours, l’entrée sur le territoire palestinien occupé par Israël, de la Caravane du Droit pour la Palestine venue de Strasbourg après avoir traversé l’Europe pour porter sa solidarité au peuple occupé de Palestine, et des membres de la caravane se sont vus infligés une interdiction d’entrer en Israël pour une durée de cinq ans. Deux poids, deux mesures.

Ariel Sharon se donne le droit de dénoncer une politique antisémite qui n’existe pas, mais refuse que l’on vienne voir sur place les méfaits et les crimes perpétrés par les occupants israéliens de la Palestine. En même temps Ariel Sharon continue de prêcher auprès des Juifs de France pour qu’ils viennent renforcer la population juive d’Israël, puisqu’il faut bien occuper les territoires que l’on vide de leur population palestinienne, y compris lorsque cette population possède la nationalité israélienne.

Ensuite Monsieur Sharon et ses acolytes peuvent dénoncer l’antisémitisme, ils font ce qu’il faut pour instrumentaliser les Juifs au profit de leur politique et de leur idéologie. Comme s’ils avaient besoin de l’antisémitisme pour mieux, d’une part rassembler les Juifs autour d’eux, et d’autre part dénoncer comme antisémite toute critique de leur politique.

Jacques Chirac devrait comprendre que tout soutien à la politique israélienne et toute recherche d’un équilibre qui ne peut profiter qu’à l’hégémonie israélienne, sont criminelles à la fois à l’encontre des Palestiniens qui subissent l’occupation et des Juifs que le gouvernement israélien voudrait instrumentaliser à son profit.


de UJPF



Posté par Adriana Evangelizt




Vendredi 2 Septembre 2005


Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires