Conflits et guerres actuelles

Cyberespace: le 'cheval de Troie' d'une nouvelle guerre


Dans la même rubrique:
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 16:25 Lorsqu’Alep sera tombée...


Les discussions sur les missiles anti-missiles et l'Iran, où se profile une nouvelle guerre, ont fait oublier les informations sur l'apparition d'une nouvelle arène de guerre dans le cyberespace. Internet se transforme en vrai champ de bataille. L'Armée de l'air américaine s'est dotée d'un commandement spécial - provisoire pour le moment - chargé des "opérations dans le cyberconflit".


Andreï Kisliakov
Vendredi 28 Septembre 2007

Cyberespace: le 'cheval de Troie' d'une nouvelle guerre
par Andreï Kisliakov, RIA Novosti



Le Pentagone a l'intention de transformer à terme cette structure en Cybercommandement permanent de l'armée de l'air. Cela signifie qu'Internet sera inclus dans le système de défense de la plus grande puissance du monde. A vrai dire, les Américains ont tout à fait raison. La Toile, qui couvre tous les continents, constitue un élément clé du fonctionnement de la société moderne, qu'il s'agisse du versement des salaires ou du commandement des troupes. Aucun avion ne décollera ni n'atterrira, aucune usine ne sera mise en marche et aucune unité militaire ne pourra se déplacer sans la "Matrice".

Aujourd'hui, le contrôle d'Internet est donc un enjeu important.

On estime que le cyberespace est devenu un champ de bataille pendant la guerre du Golfe (1991), lorsque les troupes internationales ont chassé les envahisseurs irakiens du Koweït. Les Américains ont alors mis en place un réseau informatique militaire spécial baptisé Desert Shield Net (réseau Bouclier du Désert) pour assurer le guidage des missiles Patriot qui protégeaient Tel Aviv et Jérusalem.

A propos, le réseau militaire américain local a permis de créer des simulateurs d'entraînement efficaces. Seuls trois des 36 pilotes d'hélicoptères d'appui feu Apache, qui ont traversé la frontière irakienne le 17 janvier 1991, avaient déjà effectué des tirs réels de missiles air-sol Hellfire, alors que les autres avaient suivi une formation en simulateur.

D'ailleurs, chaque innovation, surtout technico-militaire, a ses inconvénients. Les avantages offerts par Internet sont évidents - la Toile est devenue incontournable. Mais il y aura toujours des "bricoleurs" qui utiliseront des outils virtuels pour dérober un ou deux millions de dollars bien réels, perturber le fonctionnement de la NASA ou paralyser une unité militaire comme c'était le cas en 1991.

Des pirates informatiques hollandais ont alors réussi à casser les codes de protection de plusieurs ordinateurs faisant partie du réseau logistique de l'armée américaine. Le fait que les jeunes hommes ont préféré les informations militaires aux tulipes n'est qu'un demi-mal. Selon les experts militaires, les soldats américains auraient pu découvrir des brosses à dent dans des boîtes de munitions à cause de "l'attaque hollandaise".

Les hackers russes n'ont pas d'égaux, bien qu'ils aient accédé à Internet une vingtaine d'années après leurs "collègues" occidentaux. Rappelons notamment le piratage sans précédent de la Citibank par Vladimir Levin, informaticien de Saint-Pétersbourg, qui a subtilisé 10 millions de dollars au milieu des années 1990. Vladimir Levin a ensuite été arrêté et traduit en justice grâce à une opération conjointe des services secrets russes et occidentaux. Pour le moment il est toutefois le seul Russe figurant au tableau des plus célèbres gloires du piratage informatique...

Toutefois, ce ne sont pas les Russes qui enverront un "cheval de Troie" (virus informatique destructeur d'apparence inoffensive) aux Américains, à leur avis.

Selon le ministère américain de la Défense, la stratégie de l'information militaire des Forces armées chinoises prévoit la création de cybergroupes spéciaux capables d'attaquer les systèmes informatiques ennemis. En 2000, le Pentagone a annoncé que la Chine pouvait pénétrer dans les réseaux militaires et civils américains mal protégés. A présent, l'informatique militaire est une discipline obligatoire pour les militaires chinois.

Les autorités chinoises affirment, quant à elles, que les serveurs officiels chinois sont la cible d'attaques informatiques d'envergure qui portent un grave préjudice à la sécurité du pays. Il ne faut donc pas s'attendre à une accalmie sur la nouvelle "ligne de front".

Les opinions exprimées dans cet article sont laissées à la stricte responsabilité de l'auteur.


Jeudi 27 Septembre 2007


Commentaires

1.Posté par thegroove le 28/09/2007 06:43 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Logiquement, les chinois ont une longueur d'avance avec leur language bien plus complexe que l'anglais. Raison de plus pour que l'oncle sam reste assis bien tranquille...

2.Posté par amandine le 23/08/2008 07:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Cela fait bien longtemps que les Américains contrôlent internet,ça n'est pas une nouveauté. Ils veulent entrer en guerre contre l'Iran , et le plus terrible c'est que les Anglais et les Français sont dans leur sillon . Mauvais,mauvais......

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires