FRANCE

Critiqué par Marianne, l'humoriste Yassine Belattar voit ses sketchs annulés dans plusieurs villes


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 24 Avril 2018 - 14:30 L'avenir de la France


Accusé par Marianne de «déni de l'islamisme» et de penchants racialistes, l'humoriste et animateur de Radio Nova doit faire face à plusieurs annulations de spectacles. Il dénonce un article «mensonger» lui conférerant une image sulfureuse trompeuse.


rt.com
Samedi 23 Décembre 2017

Pris dans une tempête médiatique, Yassine Belattar, humoriste et animateur à Radio Nova, a fait savoir sur Facebook le 21 décembre que plusieurs de ses spectacles, Ingérable, avaient été annulées. L'artiste affirme devoir renoncer à se produire, notamment à Marseille, Bordeaux et Nancy.

"Clown triste meme trop triste...
Mesdames et messieurs c est avec beaucoup de tristesse que je vous annonce les dommages collatéraux de mes prises de positions récentes.
Certains tourneurs ont décidé de céder à une image sulfureuse dont je suis victime ces dernières semaines à la suite d un article mensonger.
Un spectacle est un véhicule culturel et moral, certains propos ont accidenté ce véhicule...
Les villes de Marseille, Nancy, Sausheim ou encore Bordeaux ne recevront donc pas mon spectacle « Ingérable » pour le moment ...
Une bagarre à lieu en ce moment pour démontrer la nécessité de maintenir cette tournée qui était une récompense des années parisiennes...
Je ne savais pas que se dire français offrait autant d inconvénients... Certaines dates sont maintenues et j ose croire qu’elles seront remplies.
Je n ai pas l’habitude de me laisser faire mais c est très certainement l’un des pires moments de ma carrière...
Je remercie ceux qui font tout pour faire de ce moment un passage et non une finalité.
Je voulais dire à celles et à ceux qui font de mon arrivée un problème de ne pas rentrer dans la calomnie car forcément cela empêche tout débat d avoir lieu...
Et que serions nous sans débat si ce n’est une assimilation.
Ci joint les autres dates de tournée et je vous prie de prendre vos places rapidement afin de faire de ce spectacle une fête et non un problème.
Merci pour votre amour."

«Certains tourneurs ont décidé de céder à une image sulfureuse dont je suis victime ces dernières semaines à la suite d'un article mensonger», déplore-t-il, faisant référence en particulier à un article à charge de Mariannepublié le 15 décembre 2017 et titré : «Yassine Belattar, faux clown et vrai danger».

L’hebdomadaire lui reprochait notamment d'entretenir le «déni» de l'islamisme et de tenir un discours de distinction entre les «Blancs» et des «autres». L'auteur de l'article, Martine Gozlan, rédactrice en chef de Marianne, citait d'emblée un fan de Yassine Belattar, comparant celui-ci à l'humoriste controversé Dieudonné : «Il y va fort, tant mieux ! Moi, j'étais un dieudonniste acharné !». Un peu plus loin, la journaliste se demande si Yassine Belattar n'est pas «shooté» au «néoracisme».
Islam, islamisme, musulmans, l'imbroglio raciste de l'antiracisme ?

Habitué des controverses sur les réseaux sociaux, l'humoriste, né en 1982 dans les Yvelines, avait tout particulièrement attiré l’attention médiatique sur lui lors d'un échange musclé avec à Pascal Bruckner le 30 novembre 2017 sur le plateau de l'Emission politique sur France 2. Au cœur de cet échange, une polémique mêlant tout à la fois Manuel Valls, Edwy Plenel, Mediapart et Charlie Hebdo. «Qu'on le veuille ou non, les islamistes se réclament de l'islam, on ne peut pas dissocier les deux», avait martelé l'essayiste Pascal Bruckner, défendant en même temps Manuel Valls et les Unes polémiques de Charlie Hebdo contre Edwy Plenel.



Une assertion que Yassine Belattar s'est efforcé alors de contrecarrer malgré les interruptions de l'ancien ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, également présent sur le plateau de télévision. «Le jargon utilisé par Manuel Valls est celui d'une guerre», finit-il par lancer.

Le 15 novembre 2017, dans le cadre de l'émission Bourdin direct sur BFMTV, l'ancien Premier ministre Manuel Valls avait violemment fustigé le patron de Mediapart, Edwy Plenel, qui avait accusé la une du dernier numéro de Charlie Hebdo sur Tariq Ramadan de «mener une campagne générale contre les musulmans». «Je veux qu'il recule, je veux qu'il rende gorge, je veux qu'il soit écarté du débat public», avait-il fulminé, prenant soin d'ajouter : «Non pas par l'interdiction.». «Cette guerre, cette bataille d'idées, c'est celle-là que nous menons», avait-il encore martelé.

Deux jours plus tard, le 17 novembre, encore sur BFM TV, Yassine Belattar s'indignait : «Si à chaque fois qu'il y a un débat, ça finit entre Riss [directeur de la rédaction de Charlie Hebdo] et Plenel, ça devient grave dans ce pays».
Un humoriste accusé de proximité avec l'idéologie islamiste

Surfant sur le buzz médiatique provoqué par son clash contre Pascal Bruckner, des internautes ont exhumé ces dernières semaines des archives, comme celle où Yassine Belattar anime un dîner du Collectif contre l'islamophobie en France, régulièrement accusé de proximité avec l'idéologie islamiste. D'autres lui ont reproché une photo, prise la même soirée, sur laquelle il est tout sourire avec, en arrière-plan, le théologien musulman Tariq Ramadan, accusé par ses détracteurs d'être partisan d'un islam politique.

Yassine Belattar, qui se dit musulman mais aussi patriote français, s'était défendu de faire la promotion médiatique de l'islamisme ou encore des Frères musulmans : «Pour ce qui est des Frères musulmans, j’en suis aussi proche que de Batman.»







Samedi 23 Décembre 2017


Commentaires

1.Posté par ayah le 23/12/2017 18:33 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Que DIEU te viennes en aide , mon fils !!!!

2.Posté par sami le 23/12/2017 22:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

il est si dur de rester intègre dans ce milieu , tu dois ramper par terre comme une larve pour te faire accepter .

3.Posté par Zaheer le 24/12/2017 00:10 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

@Sami : "tu dois ramper par terre comme une larve pour te faire accepter."

Pire, pour ces hasbaristes et leurs shabbat goyim, tu dois insulter l'islam et le prophète Mohammed (Saaws),en répétant "je suis Charlie". Chose que que Yassine Belattar à refuser de dire.
Yassine Belattar comme beaucoup d'entre nous musulmans doivent garder à l'esprit que ces personnes ne seront jamais satisfaits des musulmans tant qu'ils n'abandonneront pas l'islam.

4.Posté par Saber le 24/12/2017 11:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le seul gage attendu d'un musulman pour qu'il soit accepté par la république maçonnique talmudo-sioniste c'est de renier l'Islam.

5.Posté par maladroit le 28/12/2017 17:06 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

J'étais sur qu'il aurait des problèmes avec cette émission, non pas à cause du clash Bruckner et Kouchner sur l'islam, mais à cause de sa réponse à ferjou d'atlantico.
De plus, il est à l'aise, ce Yassine, sur les plateaux.
Il est fou, Yassine, il est fou!!!!

6.Posté par dawud le 28/12/2017 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

pas grave, l'integrite et notre dine vos plus que cette planete

7.Posté par Saber le 29/12/2017 09:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

La république maçonnique veille au grain.

8.Posté par Alami le 29/12/2017 15:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De Houria Bouteldja (et son parti politique PIR), à Rokhaya Diallo , Abdel Zahiri (et son mouvement RED), Farid Louali (et son mouvement Rezus), l’humouriste Yassine Bellatar, l’avocat Karim Achoui, la sociologue Nacira Guenif , Clémentine Autain (deputée du parti la France insoumise) , Edwy Plenel (fondateur de Mediapart) , l’anthropologue Dounia Bouzar, Daniele Obono…et autant d’autres ayant la parole sur la place publique sont tous communément d’accord qu’il y a un racisme d’état ou un racisme institutionnel où le gouvernement cautionne la relégation des personnes d’origine extra-européennes de la vie politique et de l’espace publique en France (et par suivisme en Belgique). La communauté « blanchie socialement » non concernée par cette politique est de ce fait privilégiée et elle préfère en faire un sujet tabou dont tout le monde sait mais personne n’en parle. Et pour se dédouaner de leur système de caste (ce n’est pas juste en Inde !) elle se déresponsabilise des conséquences de leurs actes sur le bouc émissaire « l’islam » devenant la cause de la problématique pour en faire un racisme acceptable et attiser la nouvelle haine populiste (comme il n’est plus toléré d’être antisémite). Pendant ce temps l’idéologie capitaliste malgré son taux de nuisance se fraye un large chemin en s’accaparant des droits les plus élémentaires du prolétariat (Loi du travail de Macron). La France le pays de la liberté, de l’égalité et de la fraternité devra revoir sa devise !

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES


Publicité

Brèves



Commentaires