Géopolitique et stratégie

Corée Du Nord : Stratégie De Guerre Nucléaire De Kim Jong-il


"La première règle en matière de stratégie militaire c'est celle du talion, oeil pour oeil, dent pour dent, représailles pour représailles, ligne ultra dure pour ligne dure, guerre pour guerre, guerre totale pour guerre totale, guerre nucléaire pour guerre nucléaire." Kim Jong-il.


Lundi 15 Juin 2009

Corée Du Nord : Stratégie De Guerre Nucléaire De Kim Jong-il
Un fait peu relaté sur le second test nucléaire réalisé le 25 mai par l'Administration de Kim Jong il de la République Populaire Démocratique de Corée ( DPRK) c'est que c'était un test très réussi de déclenchement de la fission nucléaire pour des têtes nucléaires multi mégatonnes.

On peut faire exploser ces types de têtes dans l'espace, très au dessus des Etats Unis, avec pour effet d'annihiler leurs cibles principales. C'est une indication significative de la stratégie de guerre nucléaire du dirigeant suprême contre la superpuissance qui s'effondre et ses alliés le Japon et la Corée du Sud.

Le 29 Avril, le ministre des affaires étrangères de Corée du Nord a annoncé son plan pour tester un "missile balistique intercontinental" (ICBM) attendu depuis longtemps, le premier test public d'ICBM après que de nombreux tests de missiles, de courte, moyenne et longue portée eurent été effectués sans notification préalable.

Le 9 Mars, l'état major de l'armée coréenne du peuple disposant de l'arme nucléaire avait commencé ses préparatifs pour lancer des frappes simultanées de représailles contre les US, le Japon, et la Corée du Sud, en réponse à leurs actes de guerre.

Bien qu'il n'y ait pas de site approprié sur la péninsule coréenne pour tester une bombe thermo nucléaire, les scientifiques nord coréens et les ingénieurs sont confiants car des séries de simulations sur ordinateur ont prouvé que leurs bombes à hydrogène seront opérationnelles. Le message nord coréen est que tous les points faibles des lignes de défense des US, du Japon et de la Corée du Sud seront utilisés comme cibles pour tester leurs armes thermonucléaires.

L'Agence Centrale de Presse Coréenne a dit le 25 Mai que le test nucléaire souterrain a été mené à la demande des scientifiques et ingénieurs nucléaires et a rapporté :

"l'actuel test nucléaire a été mené en toute sécurité à un nouveau niveau plus élevé en terme de puissance explosive et de technologie de contrôle, et les résultats du test ont aidé à résoudre de façon satisfaisante les problèmes scientifiques et techniques nés de l'augmentation de la puissance des armes nucléaires et du développement constant de la technologie nucléaire".

John Pike, fondateur et directeur de globalsecurity.org avait dit au Weekly Standard le 15 Octobre 2005, que le test nucléaire mené cette année là par la Corée du Nord pouvait bien avoir été celui " d'un appareil de déclenchement" pour une bombe à hydrogène bien plus puissante. Dans un article écrit dans le New York Times du 7 Avril 2009, il a révélé que "le test nucléaire de basse intensité de la Corée du Nord d'octobre 2006 avait "coïncider avec les tests de sub kilotonnes d'un déclencheur de fission pour une bombe à hydrogène". Il a ajouté : " c'est possible que les bombes à hydrogène de la Corée du Nord puissent être facilement ajustées sur des missiles".

L' Administration de Kim Jong- il a développé sa capacité de frappe nucléaire mondiale principalement comme pouvoir de dissuasion à une invasion des US pour exclure toute guerre de la péninsule coréenne. Deuxièmement, elle a besoin de missiles nucléaires opérationnels visant des cibles US et japonaises dans le cas d'une guerre DPRK-US.

Le journal nord coréen du gouvernement, Minjo Joson, a juré le 9 Juin que des armes nucléaires seraient utilisées dans une guerre comme " moyens d'une offensive sans merci dans le cadre de frappes de représailles" contre quiconque " ose juste un peu empiéter sur la dignité et la souveraineté de la DPRK."

Scénario d'une guerre nucléaire

Après être passé au plan B, le dirigeant suprême, Kim Jong-il, a mis en place une stratégie nucléaire comme premier plan militaire pour s'occuper de l'état nucléaire voyou l'Amérique et ses alliés la Corée du Sud et le Japon ( voir Kim Jong-il shifts to plan B http://www.atimes.com/atimes/Korea/KE21Dg02.html - Asia Times Onlien, 21 Mai).

La stratégie de guerre nucléaire est conçue pour empêcher militairement les US de ruiner les plans de prospérité économique de l'Administration Kim Jong-il pour 2012 - pour le centenaire de la naissance de père fondateur Kim II -sung - afin de compléter son adhésion aux trois clubs élitistes des puissances nucléaires, spaciales, et économiques.

Son deuxième objectif c'est de gagner les coeurs et les esprits des 70 millions de Coréens, du Nord, du Sud, et à l'étranger, et qu'il n'y ait aucun doute à leurs yeux que Kim Jong-il a ce qu'il faut pour neutraliser et chasser la présence américaine de la Corée. Cela accélérera la réunification des parties divisées de la terre ancestrale coréenne - transmise il y a 5000 ans par Dankun ,et 2000 ans par Juman - sous un parapluie confédéral comme état réunifié.

C'est conçu pour impressionner la population coréenne, présentant Kim Jong-il comme le David coréen affrontant le Goliath américain, et qu'il peut conduire l'effort épique pour régler les comptes moraux existant depuis longtemps avec les US, dans un match de plus de 100 ans qui remonte aussi loin que l'Accord de Taft-atsura de 1905 et l'invasion en 1866 de la Corée par le USS General Sherman.

Troisièmement, Kim Jong-il a décrit le passage au plan B comme un sérieux avertissement lancé à l'encontre des gouvernements des US et de leurs alliés junior qu'ils ne peuvent plus s'en tirer à bon compte pour leur comportement hostile, à moins qu'ils ne soient prêts à abandonner leurs économies fleurissantes aux flammes d'une conflagration immense d'attaques thermonucléaires de représailles.

La stratégie part du principe qu'il y a peu de chance que les US abandonnent leur attitude agressive tant qu'ils ne seront pas rayés de la planète. Il a fallu peu de temps pour l' Administration de Barak Obama pour révéler ses vraies couleurs, qui ne sont pas bien différentes de celles de l'Administration de G.W. Bush. Il y a eu 4 signes flagrants :

Premièrement, les exercices conjoints de guerre du 9 au 20 Mars, Key Resolve ( Esprit d'Equipe) entre les US et la Corée du Sud.

Deuxièmement, la condamnation par le Conseil de Sécurité de l'ONU mené par les US d'un lancement de satellite inoffensif le 5 Avril.

Troisièmement, la révision des accusations de contrefaçon d'argent portée à l'encontre de la Corée du Nord par les US qui n'ont pu en apporter les preuves. Comme l'a écrit Newsweek dans son magasine du 8 Juin : " le département du trésor n'a pu trouver un seul élément de preuve pointant vers une production nord coréenne d'argent contrefait".

Quatrièmement, la présence de restes de Bush dans l'Administration Obama, tel que Stuart Levy, l'architecte des sanctions de la période Bush visant à criminaliser la DPRK.

Quatre types de raid avec des bombes à hydrogène

La stratégie de guerre nucléaire précise qu'il y aura 4 types d'attaque thermonucléaires :

( 1) bombardement des centrales de production d'énergie nucléaire en fonctionnement

(2) détonation de bombes à hydrogène en mer au large des US, du Japon et de la Corée du Sud

(3) détonation de bombes H dans l'espace bien au dessus de leurs centres vitaux

(4) attaques thermonucléaires contre leurs centres urbains.

La première attaque vise à transformer des centrales de production d'énergie nucléaire opérationnelles situées sur la côte des trois pays en bombes H multi-mégatonnes.

Le 24 Janiver 2004, le New York Times avait cité Paul Leventhal, président du Nuclear Control Institute, mettant en garde sur le fait que la Corée du Nord pourrait facilement lancer des attaques de facto de bombes à hydrogène sur la Corée du Sud.

"Des représailles nord coréenne à un bombardement pourraient avoir de plus importantes conséquences au Sud qu'au Nord... les bombardements de représailles nord coréens pourrait déclencher un Tchernobyl multiplié..."

On estime que le bombardement d'une centrale de production d'énergie nucléaire type opérationnelle peut provoquer des retombées mortelles équivalentes à celles de bombe H de 150-180. Bombarder une centrale nucléaire rendrait inhabitable l'archipel japonaise et la Corée du Sud. Faire la même chose aux US pourrait nécessiter de bombarder une centrale sur la côte Ouest et une autre sur la côte Est.

Rien de plus facile de bombarder une centrale nucléaire sur la côte. Pas besoin d'utiliser un missile balistique, des moyens primitifs feront le boulot.

Les US ont 103 centrales de production d'énergie nucléaire avec stockage sur site d'énormes quantités de barres de combustible utilisé et le Japon a 53 centrales nucléaires opérationnelles. Le Japon a un stock de plutonium pouvant servir à fabriquer des armes - suffisamment pour assembler plus de 1000 bombes atomiques en peu de temps. La Corée du Sud a 20 centrales nucléaires opérationnelles avec stockage sur site d'une énorme quantité de barres de combustible utilisé.

La détonation de bombes H portées par la mer ou plantées en profondeur sur les pentes continentales des trois pays provoqueraient des tsunamis nucléaires avec des conséquences dévastatrices.

Une étude de RAND de 2006 portant sur une explosion nucléaire de 10 Kilotonnes sur un bateau dans le port de Long Beach tirait des conclusions atroces :

"Dans les 72 premières heures, l'attaque dévasterait une grande partie de la zone métropolitaine de Los Angeles. Parce que les explosions au sol générent tout particulièrement de grandes quantités de débris hautement radioactifs, les retombées de l'explosion provoquerait énormément de destruction."

Parmi les conséquences possibles les plus dramatiques :

- 60 000 personnes pourraient mourir instantanément à cause de l'explosion elle -même ou rapidement juste après à cause de l'empoisonnement radioactif.

- 150 000 personnes de plus pourraient être exposées à des taux dangereux d'eau et sédiments radioactifs du port, nécessitant un traitement médical d'urgence.

- L'explosion et les feux consécutifs pourraient détruire complètement toute l'infrastructure et tous les bateaux dans le port de Long Beach et le port contigu de Los Angeles.

- 6 millions de personnes pourraient essayer de fuir la région de Los Angeles.

- 2 ou 3 millions de personnes pourraient avoir besoin d'être déplacées à cause de la contamination par les retombées sur une zone de 500 Km2.

- l'approvisionnement en essence pourrait atteindre un niveau bas critique dans toute la région à cause de la destruction des raffineries de Long Beach - qui fournissent 1/3 des ressources en essence à l'Ouest des Montagnes Rocheuses. Rand prévoit des coûts économiques de plus d'1 mille milliard de dollars.

La troisième attaque possible serait des explosions en haute altitude de bombes à hydrogène qui créerait une puissante impulsion électromagnétique (EMP) qui perturberait les communications et l'infrastructure électrique des US, du Japon et de la Corée du Sud.

La plupart des systèmes vitaux nécessaires pour survivre à une guerre seraient hors service, comme les ordinateurs sujets instantanément à des pannes ou inutilisables. Les systèmes militaires et de communication tels les radars, les antennes, les missiles, les bureaux gouvernementaux, deviendraient inutilisables, de même que les sources d'énergie telles que les centrales de production d'énergie nucléaire et les systèmes de transport et communication dont les aéroports, les avions, les trains, les voitures et les téléphones portables.

Ironiquement, l'omniprésence des gadgets informatiques high tech aux US, au Japon, en Corée du Sud, ont fait que ces pays sont les plus vulnérables à des attaques EMP.

La quatrième et dernière attaque se ferait par l'entrée en action d'une force mondiale de douzaines de MIRV et ICBM pour des frappes nucléaires - chacun d'eux portant une tête thermonucléaire pour une cible prédéterminée.

Le site nucléaire de Yongbyon a toujours été le piège pour attirer l'attention de l'Amérique et l'amener à négocier un traité de paix pour mettre fin formellement à la guerre de Corée. Depuis aussi loin que le milieu des années 80, la Corée du Nord a procédé à l'assemblage de 100 -300 têtes nucléaires dans le cadre d'un programme d'armes nucléaires ultra clandestin. C'est prévu qu'on puisse monter sur des missiles de moyenne portée des têtes nucléaires.

Un prototype ICBM a été assemblé dés la fin des années 80. Deux prototypes ICBM ont été testés le 20 Mai 1993, l'un plongeant au large d'Honolulu et l'autre au large de Guam. L'Administration Kim Jong-il avait notifié à l'avance le gouvernement US du test du missile longue portée. Mais les Améiricains ont réagi sceptiquement.

En Avril 2001, l'AP avait cité"la confrontation terrifiante en 1993" du représentant de la Marine US, Mark Kirk, "avec ce qui semblait être une attaque possible de la Corée du Nord". il rappelait :

"C'était sans avertissement, sans alerte, le lancement d'un missile venant de Corée du Nord, et pour la première et unique fois de ma carrière dans le NMJIC ( Centre de Renseignement Conjoint Militaire National), j'ai pu voir toute la panoplie d'éveil militaire des US en quelques secondes.

Nous ne savions pas de quel type de missile il s'agissait, de même rien sur la zone d'impact, au début c'était tout le territoire des US, et on pensait à ce qu'on pourrait faire dans les 12 prochaines minutes : allions nous avertir le président que nous avions perdu une ville américaine ? Nous allions connaître la réponse dans les 12 minutes.

D'abord cela incluait la côte pacifique puis celle d'Hawaï."


L'AP ajoutait : " A l'époque, il a été fait peu de cas du lancement de 1993 car ce n'est que plus tard que l'on a déterminé qu'il avait probablement survolé le Japon et atterri dans l'Océan Pacifique, a dit Kirk".

Ce n'est qu'en 1998 que les US ont prévenu le gouvernement japonais du survol de leur territoire par un missile nord coréen longue portée avant qu'il ne coule au large des côtes d'Hawaï.

L'Administration Nationale Aéronautique et Spaciale US a tranquillement qualifié le lancement de 1998 de succès.

Selon une dépêche AP du 12 Février 2003, le Renseignement américain avait conclu quelques années plus tôt, que la Corée du Nord avait un missile balistique capable de frapper l'Ouest des Etats Unis et que c'était possible qu'ils puissent cibler plus à l'intérieur du territoire.

Kim Myong Chol- Tokyo, 12/06/09 www.atimes.com

Kim Myong Chol Kim Myong Chol est l'auteur d'un certain nombre de livres et articles écrits en Coréen, Japonais et Anglais sur la Corée du Nord, dont "Kim Jong-il's Strategy for Reunification". Il est diplôme de l'Université des Sciences Sociales de la République Populaire Démocratique de Corée ( DPRK) et on le considère souvent comme le porte parole "non officiel" de Kim Jong-il et de la Corée du Nord.

(Copyright 2009 Kim Myong Chol)

Traduction Mireille Delamarre


Lundi 15 Juin 2009


Commentaires

1.Posté par redk le 15/06/2009 20:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je porte pas le dingo de Pyangyong dans mon cœur, mais il faut avouer qu'il mate les régimes impérialistes avec ses bombes, la pas question pour la "première puissance" de jouer le matador, de menacer ou planifier une attaque comme ils l'ont fait à de nombreux pays, sur qu'il risque de leur en cuire terriblement et un retour à l'age de la pierre!!

2.Posté par Lumi le 19/06/2009 13:36 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

cet article est une vaste manipulation.
Je suis contre Pyangyong mais là franchement, cet article est un non fondé (croyez moi je suis bien renseigné)

3.Posté par borisniper le 21/06/2009 18:40 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

je suis d'accord avec la réaction précédente
présente la corée du nord comme un état ayant deja des bombes nucléaires mais les gardant en secret n'as aucun intérêt

alors pourquoi ils auraient arrêté d'enrichir de l'uranium et démantelé la centrale leur permettant d'obtenir du plutonium ????

stupide dans ce cas ils auraient continué

et pourquoi aussi attendre 10 ans avant de tester leurs bombes ?

j'ajoute aussi que les systèmes militaires sont blindé a l'EMP (IEM en français)
vous croyez que la fibre optique sert a quoi ?

et je pourrais en sortir en d'autre

enfin pour finir (car je pourrais continuer de déblatérer les incohérence malheureuse de cette article pendant un bon bout de temps)

Les US comme le japon dispose de système anti missile (notamment le patriot PAC 3) assez efficace (meme si ils n'ont pas l'efficacité du S 400 russe)
et ces missiles sont soit embarqué dans des croiseurs
soit au sol.

donc j'aimerais bien voire les fameux ICBM nord coréens essayer de passer.

voila
merci de m'avoir lue.
Bonne journée a tous
Boris

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires