FRANCE

Convoqué par la police pour « provocation contre Israël »


Dans la même rubrique:
< >

Mardi 8 Août 2017 - 13:02 Ce que prépare le président Macron


Journaliste indépendant et fondateur du site d'investigation Panamza, j'ai été convoqué par la police. Mon "infraction" : mes révélations factuelles et irréfutables sur la connexion israélienne du Bataclan sont qualifiées de "provocation à la haine contre la nation judéo-israélienne".


Panamza.com
Vendredi 19 Mai 2017

« Les Palestiniens doivent faire la paix ou disparaître » : telle fut la déclaration tenue, fin 2015, lors d'un rassemblement pro-israélien (en présence de Bernard-Henri Lévy et Yann Moix) par Sammy Ghozlan.



Né en 1942, l'extrémiste franco-israélien Alain Sam (dit Sammy) Ghozlan -qui prétend représenter la communauté juive de Seine-Saint-Denis- réside aujourd'hui à Netanya, en Israël.

Sa particularité?

Avoir fondé en 2002 -et continuer de diriger à ce jour- le BNVCA ("Bureau national de vigilance contre l'antisémitisme"), groupuscule qualifié par The Times of Israel de "liaison entre la police française et la communauté juive".



Membre péremptoire d'un lobby juif international dénommé "B'naï Brith", cet ex-policier (à l'origine de la création politico-médiatique de l'imam pro-israélien Hassen Chalghoumi) qui fut proche du clan Sarkozy et lié au Crif est aujourd'hui un islamophobe décomplexé.


Convoqué par la police pour « provocation contre Israël »
En mars 2016, lors d'un rassemblement organisé par une association israélienne oeuvrant en faveur de l'accueil des Français juifs, il désigna (à 2'28) "la conversion à l'islam" comme "un danger pour les juifs de France".



Détail à souligner : Ghozlan a bénéficié d'un don de 7000 euros pour son association.

Le généreux donateur : Meyer Habib, autre extrémiste franco-israélien et député UDI.

En 2016, cet ami intime de Benyamin Netanyahou, déjà prodigue envers son propre fils, a partiellement utilisé sa réserve parlementaire (130 000 euros par an et par député, à destination "d'associations ou fondations menant des projets d’intérêt national") pour financer le BNVCA.

Un simple coup d'oeil rapide sur l'usage de ses fonds pour les années 2016, 2015 et 2014 permet de découvrir la part stupéfiante de l'argent public accordé -via Meyer Habib- à des mouvements juifs radicaux, basés ou non en Israël, tels les Loubavitch : 3500 euros en 2016, 4000 en 2015 et 4000 en 2014.

Bénéficiaire des fonds publics, Ghozlan –proche du procureur de la République François Molins– a visiblement le bras long.

Mercredi 17 mai, j'ai été auditionné par un policier de la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Le motif : une plainte a été déposée à mon encontre -en octobre 2016- par le BNVCA sous prétexte de ma publication d'une enquête factuelle et irréfutable sur l'attentat du Bataclan.

Titre de mon article publié le 15 novembre 2015 et massivement partagé sur Facebook : "Le Bataclan, vendu le 11 septembre par son détenteur parti en Israël".


Il s'agissait là de ma 4ème convocation policière en trois ans et demi : Caroline Fourest, Pierre Bergé et Gilles Clavreul (également à propos du Bataclan) furent les personnalités -toutes étroitement liées au lobby sioniste- qui avaient auparavant initié une procédure judiciaire à mon encontre.

Mon interrogatoire de février 2016, suscité par le bras droit du Premier ministre Manuel Valls, s'était d'ailleurs conclu par un placement abusif en garde à vue.

Face au policier qui m'interrogeait hier pour confirmer que j'étais bien l'auteur de l'article incriminé, j'ai découvert la teneur délirante de la plainte portée à mon encontre et validée par une commission rogatoire déclenchée -le 27 avril- par la juge Mylène Huguet, vice-présidente du Tribunal de grande instance de Paris.

Écrit noir sur blanc : je suis accusé de commettre régulièrement sur Panamza -et notamment dans cet article- l'infraction de "provocation à la discrimination, la haine ou la violence à l'égard de la nation judéo-israélienne".

En clair : pour avoir exposé les collusions, manoeuvres et instrumentalisations du terrorisme par l'État israélien, j'aurais incité mes lecteurs -si l'on en croit la prose guignolesque des avocates du BNVCA (Karine Rozenblum et Delphine Chlewicki Hazout)- à commettre des actions violentes ou tenir des propos haineux envers tout Israélien sous prétexte qu'il serait… Israélien ou juif.

Bref, vous l'aurez compris : il s'agit là d'une volonté explicite de criminaliser toute critique ou exposition des méfaits commis à travers le monde par le gouvernement israélien en général et ses services secrets en particulier.

Rappel : je suis l'auteur d'un ouvrage (jamais réfuté à ce jour) dans lequel je mets clairement en cause -preuves à l'appui- le régime de Tel Aviv dans la réalisation de l'opération mystificatrice du 11-Septembre et, plus largement, dans son expérience historique (mais méconnue par l'opinion publique française) du terrorisme sous faux drapeau.



Ami lecteur, sachez que vous êtes directement insulté et diabolisé à travers cette tentative d'intimidation judiciaire aujourd'hui orchestrée sans vergogne par le lobby sioniste.

Dès demain, je vais devoir recourir aux services d'un avocat opiniâtre, spécialisé en droit de la presse et hostile au retour du "délit d'opinion". Le policier qui a procédé à mon interrogatoire m'a fait savoir que je serai automatiquement mis en examen par un juge d'instruction. S'ensuivra alors un nouveau procès, long, fastidieux et coûteux.

VOUS pouvez contribuer à garantir ma défense, matérielle et sociale.

* En participant, quelque soit la somme, aux frais de justice

https://www.paypal.com/cgi-bin/webscr?cmd=_s-xclick&hosted_button_id=BHJ4NWRSL7NFJ

* En vous abonnant à Panamza pour consolider le lectorat et renforcer la force de frappe du site.

http://www.panamza.com/abonnez-vous

Je compte sur votre solidarité et votre mobilisation.

Il est grand temps que la peur change de camp.

Contrairement aux élites aujourd'hui au pouvoir, la nouvelle génération en gestation de citoyens engagés en politique devra se confronter -franchement, frontalement, radicalement- à l'emprise et la nocivité du lobby sioniste dans l'appareil d'État français.

NOUS sommes le nombre, ils sont la minorité.

HICHAM HAMZA

http://www.panamza.com/180517-police-provocation-israel/ http://www.panamza.com/180517-police-provocation-israel/



Vendredi 19 Mai 2017


Commentaires

1.Posté par bob le 19/05/2017 12:31 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

L'entité sioniste usurpatrice finira comme les paroles de ce personnage, que ceci soit écrit et accompli !

2.Posté par keg le 25/07/2017 13:30 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

De quoi pourra t-on parler dans les derniers salons où l(on cause..... ?
De l'influence des représentants du Peuple, décidés à montrer l'exemple de l'effort imposé au Peuple (il paraôit qu'ils en font partie, si peu, mais quand même.
Votre député serait à combien dans la nouvelle grille de lecture?
Et là vous ne risquez rien de la part de vos amis.... Alors, vous osez regarder la future réalité de votre représentant de commerce politique?


Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires