Actualité nationale

Controverse des caricatures : Kofi Annan alarmé par les menaces et les violences


“La colère ne justifie pas la violence”, surtout contre des personnes qui n'ont ni responsabilité ni contrôle sur des publications qui peuvent être jugées offensantes, a déclaré aujourd'hui le Secrétaire général à propos de la controverse sur les caricatures du prophète Mahomet parues dans la presse danoise, après que les ambassades du Danemark ont été incendiées ce week-end par des manifestants à Damas et à Beyrouth.


Lundi 6 Février 2006




Le Secrétaire général s'est déclaré aujourd'hui « alarmé » par « les menaces et la violence, notamment les attaques contre les ambassades intervenues en Syrie, au Liban et dans d'autres pays ces derniers jours », indique un message transmis aujourd'hui par son porte-parole.

« Bien qu'il comprenne la détresse ressentie par de nombreux Musulmans à la publication de caricatures dont ils estiment qu'elles insultent leur religion, il souhaite souligner qu'une telle colère ne justifie pas la violence, encore moins lorsqu'elle est dirigée contre des personnes qui n'ont ni responsabilité ni contrôle sur les publications en question », affirme le message.

« Une fois de plus, il exhorte les Musulmans à accepter les excuses présentées par le journal danois, à agir dans le véritable esprit d'une religion connue pour ses valeurs de pardon et de compassion, et de mettre cet épisode derrière eux ».

« Il appelle aussi toutes les parties, en particulier les gouvernements et les autorités, qu'elles soient religieuses ou séculaires, à tout faire pour réduire la tension et éviter les actions ou les déclarations qui pourraient l'accroître », ajoute le message.

Le Secrétaire général se déclare convaincu que « maintenant plus que jamais, il est temps pour les hommes et les femmes de bonne volonté, de toutes religions et de toutes communautés, de se rassembler dans un esprit de dialogue et de respect mutuel ».

« Je partage la détresse de mes amis Musulmans qui estiment que ces caricatures offensent leur religion. Je défends aussi la liberté de la presse. Mais cette dernière n'est jamais absolue, elle comprend une responsabilité. Ce qui est important c'est que le journal qui avait publié ces caricatures a présenté des excuses », avait déclaré vendredi dernier le Secrétaire général, lors d'une rencontre avec la presse à New York (voir notre dépêche du 3 février 2006).

Kofi Annan avait affirmé la veille que « la liberté de la presse devrait toujours être exercée dans le plein respect des croyances et des piliers de toutes les religions » (voir notre dépêche du 2 février 2006).

Selon les informations parues dans la presse, de nombreuses protestations, allant de boycotts économiques à des menaces d'attaques de la part de plusieurs groupes palestiniens, ont été émises ces dernières semaines dans le monde arabo-musulman, après la publication dans un journal danois de caricatures représentant le prophète Mahomet portant un turban ressemblant à une mèche à retardement enflammée, le 30 septembre dernier.

Saisi de demandes de plusieurs pays arabes visant à sanctionner le journal responsable de la publication, le gouvernement danois a objecté le principe de la liberté de la presse.

Après que le journal danois a présenté des excuses, le 31 janvier dernier, les caricatures ont été republiées dans plusieurs journaux européens, au nom de la liberté de la presse.

Vendredi dernier, les ambassades du Danemark et de la Norvège ont été incendiées à Damas, en Syrie. Samedi, c'est l'ambassade du Danemark à Beyrouth, au Liban, qui a été incendiée par une foule de manifestants.


Recherche des dépêches
Critère : mot-clé, thème ou nom

OU Recherche INTEGRALE

En savoir plus
Le Conseil de sécurité demande au Secrétaire général de préparer une force de l'ONU au Darfour - 3 février

Le Conseil de sécurité débat de l'envoi d'une force des Nations Unies au Darfour - 2 février

"Changements radicaux au Moyen-Orient", affirme la responsable des affaires politiques au Conseil de sécurité - 31 janvier

La communauté internationale pourra travailler avec le Hamas s'il respecte "les règles du jeu", estime Kofi Annan - 31 janvier

Le financement de l'Autorité palestinienne subordonné à l'abandon de la violence, affirme le Quatuor - 30 janvier




Lundi 6 Février 2006

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires