Palestine occupée

Construire sur d’impudents mensonges


Dans la même rubrique:
< >

Les plans d’extension des colonies israéliennes qui ont été divulgués prouvent que les interminables pourparlers de paix ne sont qu’un prétexte pour détruire concrètement toute perspective pour les Palestiniens, écrit Khaled Amayreh.

Khalid Amayreh - Al Ahram Weekly
(JPG)


Mercredi 18 Mars 2009

Quartier de Silwan, Jérusalem-est : un drapeau israélien sur une maison palestinienne voléee et occupée par des colons juifs - Photo : The Electronic Intifada
Quartier de Silwan, Jérusalem-est : un drapeau israélien sur une maison palestinienne voléee et occupée par des colons juifs - Photo : The Electronic Intifada

Tandis qu’Israël ne cesse de clamer son sincère désir de paix avec les Palestiniens, le ministre israélien du logement, en coordination avec d’autres agences gouvernementales aussi bien qu’avec l’armée d’occupation, est en train de finaliser des plans pour construire des dizaines de milliers d’unités juives de peuplement dans toute la Cisjordanie, et en particulier dans Jérusalem-Est occupé.

On s’accorde généralement pour dire que ces plans mettraient fin aux rêves palestiniens d’établir un état viable et territorialement continu qu’ils pourraient posséder en propre. Selon un document détaillé du groupe israélien Peace Now, qui surveille la prolifération des colonies juives en Cisjordanie, le ministère du logement prévoit de construire plus de 73 000 nouveaux appartements et unités de peuplement sur le territoire palestinien sous occupation.

S’il était appliqué, ce plan signifierait que les implantations existantes feraient plus que doubler, tant par le nombre d’appartements qu’en termes de démographie coloniale. Cette population compte maintenant plus d’un-demi million de personnes en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. Néanmoins un obstacle majeur susceptible d’empêcher la mise en oeuvre du plan est la faiblesse croissante de l’immigration juive en provenance de l’étranger.

En 2008, moins de 18 000 immigrants sont arrivés en Israël. C’est un flux réduit, comparé aux centaines de milliers d’arrivants de la fin des années 1980 et du début des années 1990, après la chute de l’ex-URSS. Le gouvernement israélien espère cependant pouvoir s’attaquer au problème, au moins partiellement, en accordant de « généreuses gratifications » aux colons potentiels, afin de séduire des citoyens juifs israéliens pour qu’ils s’installent en Cisjordanie. Ces avantages comprennent de fortes réductions fiscales, un traitement préférentiel relatif à l’impôt sur le revenu et des prêts à long terme.

Comme on pouvait s’y attendre, les révélations de Peace Now ont provoqué des réactions furieuses de la part des dirigeants palestiniens qui ont qualifié le plan de « peace-killer » [tueur de paix]. « Si cela se confirme, alors il sera vain de seulement envisager la paix, sans parler de la pertinence à accorder à la solution des deux états » a affirmé le diplomate Saeb Erekat de l’Autorité Palestinienne (AP).

« Je crois que si la communauté internationale est sincère au sujet de la paix dans cette partie du monde, alors elle doit forcer Israël à cesser de voler des terres palestiniennes. Pour notre part, nous ne pouvons permettre la continuation de ce vol incessant de nos terres sous la rubrique d’un processus sournois qui a une forme mais pas de substance » ajoute-t-il.

Erekat dit que l’AP va suivre de très près comment l’administration Obama traite la question des colonies. Le haut fonctionnaire palestinien a admis tacitement que l’approche de l’administration Bush de la « question des colonies » était scandaleuse, ajoutant que le prochain gouvernement israélien mené par Benyamin Netanyahou aurait à accepter le principe de la terre en échange de la paix, sans quoi il ne resterait rien du processus de paix.

Embarrassé par la divulgation du plan, applaudi par des membres des partis religieux et de la droite, le gouvernement israélien a eu des réactions allant du silence au déni du bout des lèvres. Zeev Boim, ministre israélien du logement, ancien vice-ministre à la défense et connu comme faucon défendant l’expansion accélérée des implantations, a qualifié le document de « sans fondement et inexact ».

Malgré tout, Boim a admis que la construction d’au moins 1000 unités de peuplement avait été approuvée en 2009 et que des centaines d’autres soumissions pour la construction avaient été lancées dans le centre et le nord de la Cisjordanie. Il indiquait aussi que d’autres appels d’offres pouvaient avoir été émis par d’autres agences gouvernementales.

Les arguments de défense de Boim ont été catégoriquement rejetés par Peace Now et par les experts palestiniens pour les activités coloniales juives, comme étant une « manipulation sournoise et malhonnête des statistiques ».

Abdel-Hadi Hantash, cartographe chevronné et expert reconnu pour l’expansion coloniale juive, a décrit les déclarations de Boim comme « faux-fuyants et mensonges purs et simples ». « Ces gens sont des menteurs pathologiques. Ils prétendent vouloir la paix, mais tout ce qu’ils font sur le terrain montre sans aucun doute possible que la paix véritable est le cadet de leurs soucis » a-t-il déclaré à Al-Ahram Weekly.

Hantash dit qu’Israël suivait un plan d’ensemble dont la mise en œuvre rendrait impossible la création d’un état palestinien.

« Nous devons faire une différence entre les déclarations israéliennes officielles d’un côté et les activités sur le terrain d’autre part. En termes d’activités sur le terrain, il est tout à fait évident qu’Israël construit de nouvelles colonies et étend celles qui existent, et dans les deux cas, ce sont toujours plus de terres palestiniennes qui sont confisquées, ou, plus exactement, volées » dit-il.

Hantash décrit les allégations israéliennes comme quoi la plupart des nouvelles constructions se font au sein même de colonies existantes et visent à pourvoir aux besoins de logement immédiats des colons, comme « un sac de mensonges ». « D’abord, les colonies elles-mêmes sont illégales selon le droit international, parce que la Cisjordanie n’est pas un territoire disputé comme le prétend Israël, mais un territoire occupé. Deuxièmement, je possède des informations précises basées sur des sources israéliennes, selon lesquelles le taux de non-occupation dans des colonies de Cisjordanie est de 18 à 25%. Dès lors, la formule de « croissance naturelle » n’est que pur prétexte et en l’occurrence un alibi mensonger ».

Les plans israéliens, anciens et nouveaux, pour engloutir Jérusalem-Est, et leur accélération ont suscité des réactions de colère de l’Union Européenne. Selon un rapport UE confidentiel publié le 15 décembre, Israël se sert de l’expansion des colonies, des démolitions de maisons et de politiques discriminatoires comme le Mur de l’Apartheid en Cisjordanie pour engloutir Jérusalem-Est occupé. Le rapport met en évidence qu’Israël mine la crédibilité de l’AP et affaiblit le soutien aux pourparlers de paix parmi les Palestiniens.

« Les activités d’Israël dans Jérusalem et alentour constituent l’un des défis les plus graves pour la paix israélo-palestinienne » dit le rapport.

Le rapport européen parle également d’une politique israélienne systématique visant à rétrécir les horizons des Palestiniens de Jérusalem-Est afin de prévenir leur croissance démographique ou de les forcer à quitter leur ville.

« Les ‘faits israéliens’ sur le terrain, notamment les nouvelles implantations, la construction de barrières, les politiques de logement discriminatoires les démolitions de maisons, les régimes de permis restrictifs et la fermeture d’institutions palestiniennes, accroissent la présence israélienne juive dans Jérusalem-Est, affaiblissent la communauté palestinienne dans la ville, empêchent le développement urbain palestinien et séparent Jérusalem-Est du reste de la Cisjordanie » précise le rapport.

Les officiels palestiniens ont salué le rapport, le qualifiant de « reconnaissance tardive mais bienvenue des mesures anti-paix qu’Israël a prises » dans la capitale palestinienne. « Nous apprécions certainement ce rapport. Mais il est très important que les Européens agissent dans sa foulée, car sans cela Israël ne fera que continuer de faire la même chose » dit Hatem Abdel-Qader, fonctionnaire de l’AP en charge du portefeuille de Jérusalem. « Bien sûr, les Européens ne prendront pas une posture active si les Arabes eux-mêmes restent silencieux ».

(JPG)


12 mars 2009 - Al Ahram Weekly - Vous pouvez consulter cet article ici :
http://weekly.ahram.org.eg/2009/938...
traduction de l’anglais : Marie Meert

http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article



Mercredi 18 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par Gérard le 19/03/2009 20:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Certes le mouvement sioniste "La paix maintenant" (Peace now) dénonce depuis longtemps les "colonisations" , mais il a une très étrange conception de la paix
a
N'a-t-il pas approuvé la dernièr attaque sioniste du Liban ?





Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires