Economie

Conseils de Gerald Celente pour résister à la crise.


Traduction d’un article de Gerald Celente:http://www.alterinfo.net/Nouvelles-previsions-catastrophiste-de-Gerald-Celente_a48442.html , que l’on ne présente plus ici, après des prévisions à court termes assez catastrophistes les mois derniers, il explique l’attitude positive à adopter face à la crise.


Nikopol pour AuLapinBlanc.Blogspot.com
Lundi 6 Septembre 2010

L’article original, parut le 01/09/2010 s’intitule : "Le risque auquel vous pouvez croire" : http://dailyreckoning.com/risk-you-can-believe-in/

Conseils de Gerald Celente pour résister à la crise.
L’article original, parut le 01/09/2010 s’intitule : "Le risque auquel
vous pouvez croire" : http://dailyreckoning.com/risk-you-can-believe-in/

Il est évident qu’il n’existe dans la vie rien qui soit sans risque.
Au-delà des risques personnels évidents (escalade, saut en parachute, prise de
drogue, mariage), toutes les activités humaines représentent un certain degré
de risque. Dans la période d’inflation qui a succédé à la Seconde Guerre
Mondiale, l’argent a toujours perdu du pouvoir d’achat. Par conséquent, en
ce qui concerne la monnaie, même ne rien faire implique un risque à un certain
niveau. Pour les entrepreneurs et les professions libérales, la façon la plus
sûre et le meilleur investissement sont l’investissement fait par soi-même
plutôt que de le confier aux mains de conseillers financiers. Cela implique que
l’augmentation de la production de biens ou de services, qu’elle soit
quantitative ou qualitative, doit s’autofinancer plutôt que de se faire par
la contraction de prêts, ce qui conduit à accumuler et trainer des dettes.
Quelque soit le commerce ou le métier, les stratégies à adopter sont
similaires. Chaque centime et chaque minute de temps économisés doivent être
réinvestis dans l’acquisition de savoir, dans l’approfondissement de la
vision, dans l’optimisation de la gestion. Car il n’est pas vrai que si vous
faites ce que vous aimez, les finances prendront soin d’elles même. Plus une
personne est avisée concernant un commerce, un art, un métier en particulier,
plus grande sera la chance que la vie lui offre de l’exercer à un plus haut
niveau. Avec des bouches à nourrir, des factures à payer et des créanciers à
garder le plus loin possible, certains compromis peuvent parfois être
nécessaires, s’ils ne sont pas permanents ou contre-productifs. Au milieu de
sa carrière, le pianiste Hank Jones, qui jouait avec Coleman Hawkins, Ella
Fitzgerald, Benny Goodman et d’autres légendes du jazz, était obligé de
jouer dans un groupe de musicien de la chaine CBS durant 15 ans, pendant une
période où le jazz n’était plus à la mode. « La plupart du temps je ne
jouais pas le type de musique que j’aurais préféré jouer », dit Mr Jones.
Après CBS, la carrière de Jones redémarra, le ramenant à nouveau dans une
créativité débridée, il gagna une large reconnaissance du public et
enregistra énormément jusqu’à sa mort, à l’âge de 91 ans. Cependant
aussi désagréable que put être l’expérience de CBS, Jones expliqua que
cela lui avait donné « une base économique pour essayer de construire quelque
chose », morale de l’histoire : même les compromis et les retours en
arrière peuvent être productifs, aussi longtemps que l’envie de réussir
n’a pas été perdue.

“Si je manque un jour de pratique, je le remarque. Si je manque deux jours,
les critiques le remarquent. Si je manque trois jours, le public le remarque »
dit un jour Ignacy Jan Paderewski, célèbre pianiste, compositeur et Premier
Ministre de la Pologne.

Traduction de Nikopol pour AuLaPinBlanc.blogspot.com


Lundi 6 Septembre 2010


Commentaires

1.Posté par waddle le 06/09/2010 21:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Gerard Celente, "que l'on ne présente plus ici"
Qui croit au sérieux de ce guignol qui avait prévu l'effondrement de l'URSS ? Le gars qui était à côté de moi à la pêche la dernière fois l'avait aussi prédit l'effondrement de l'URSS...
Non mais sérieux, qui écoute ce Gerard Celente ?
Moi aussi je vais me faire un grand devin : la crise n'est pas finie et l'économie occidentale va poursuivre son effondrement, ça vaut pas un ptit best seller ? Ah, zut, je fais pas partie de la bonne communauté, j'y ai pas le droit !

2.Posté par Nikopol le 12/09/2010 22:29 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Effectivement, "on ne présente plus ici Gerald Celente", qui avait bel et bien prévu l'effondrement de l'URSS, il est étonnant que l'on ne parle pas plus de lui dans les " médias de référence", où l'on invite des "experts", sortis de nul part, qui n'ont jamais rien vu venir et qui continuent à ne rien voir venir.
Cet article de Celente ne prévoit rien, c'est juste quelques bons conseils pour aborder la crise adressés aux entrepreneurs, free-lance, artistes. Même si les temps sont durs et s'annoncent plus durs encore dans les mois qui viennent, il ne faut pas perdre espoir et continuer à exercer son métier au mieux en évitant le recours au crédit et aux conseillers financiers.
Cela n'est pas une question de communauté, mais de foi, foi en l'avenir, foi en la vie tout simplement.

3.Posté par Anita1945 le 12/10/2010 02:03 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Dailymotion : Samedi, 8 Mai 2010 - La plus grande crise de l'Histoire Moderne -
Solidarité et Progrès : Jacques CHEMINADE et Lyndon LaRouche -

Nouveau commentaire :

Actualité en ligne | International | Analyse et décryptage | Opinion | Politique | Economie | Histoire et repères | Sciences et croyances

Publicité

Brèves



Commentaires