Palestine occupée

Conférence de l'OCDE à Jérusalem



Mercredi 13 Octobre 2010

Conférence de l'OCDE à Jérusalem
Alors qu'une conférence de l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économique), devrait avoir lieu du 20 au 22 octobre prochain à Jérusalem, une tentative de récupération politique par Israël n'a pas plus au président de l'organisation.

L'OCDE a organisé pour la fin du mois d'octobre une conférence sur le tourisme dans la ville de Jérusalem, alors qu'Israël n'a été accepté au sein de l'organisation économique que depuis le mois de mai dernier, après avoir posé sa candidature depuis maintenant 16 ans. Le 5 octobre dernier, Stas Misezhnikov, ministre du tourisme israélien, également membre du parti d'extrême droite Israël Beitenu dirigé par Lieberman, déclarait au journal Haaretz que le choix de Jérusalem pour organiser la rencontre se révélait être "une déclaration d'intention et un sceau d'approbation vis-à-vis du fait que nous avons un État dont la capitale reconnue est Jérusalem."

Angel Gurria, le secrétaire général de l'OCDE a réagi rapidement et fermement, envoyant dès le 7 octobre un courrier au premier ministre israélien Netanyahou, lui faisant part de ses préoccupations. Mettant en garde contre toute récupération politique de la conférence, il affirme que les propos tenus par le ministre du tourisme israélien sont "erronés et inacceptables" ajoutant que de telles déclarations "rendent également plus difficiles la tenue en Israël d'autres réunions."

Depuis 1950, Israël a déclaré unilatéralement que Jérusalem était la capitale du pays, mais cette décision n'a jamais été reconnue par la communauté internationale. Les ambassades des pays étrangers se trouvent d'ailleurs à Tel Aviv. Le statut de Jérusalem est toujours en suspend, et fait partie des points de discorde entre palestiniens et israéliens. Israël affirme que la ville sainte sainte est une et indivisible, et capitale éternelle d'Israël, tandis que les palestiniens revendiquent Jérusalem-est comme futur capitale de l'État palestinien, si il voit jour. Depuis la guerre de 1967, Jérusalem est complètement annexé par Israël.

La décision de tenir la conférence à Jérusalem a été condamnée par l'Autorité palestinienne. Déjà mécontent de l'entrée d'Israël dans l'OCDE, cette conférence vient jeter de l'huile sur le feu, au moment même où les négociations sont au point mort. Lundi lors d'une conférence de presse, le directeur des affaires étrangères du Fatah, Nabil Sha'ath, affirmait que cet évènement "était une conférence politique et non une conférence sur le tourisme." Il a annoncé que l'AP "allait demander aux pays de l'OCDE de ne pas participer à cette conférence." Notre position est claire, cette conférence est avant tout politique. Que le ministre du tourisme israélien l'organise à Jérusalem est ou ouest, cela ne signifie rien. Ce qu'ils veulent, c'est faire de Jérusalem la capitale unifiée de l'État d'Israël, et en organisant cette conférence, ils le prouveront aux yeux du monde entier."

Riad Al-Malki, ministre des affaires étrangères de l'AP a envoyé une lettre aux pays membres de l'OCDE, demandant de ne pas participer à une conférence à Jérusalem tant que les négociations n'ont pas abouti pour que "l'OCDE ne soit pas perçu comme le complice de violations du droit international à l'encontre du peuple palestinien." Suite à cette demande, la Turquie et l'Espagne ont décidé d'annuler leur participation, et l'Angleterre semble hésitante. L'Irlande avait depuis le mois de juin refusé d'y participer. En France, il est pour le moment prévu qu'un fonctionnaire du ministère du tourisme y participe.

http://french.pnn.ps/index.php?option=com_content&task=view&id=5124 http://french.pnn.ps/index.php?option=com_content&task=view&id=5124



Mercredi 13 Octobre 2010


Commentaires

1.Posté par damien le 13/10/2010 12:50 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On ne peut pas compter sur notre président sioniste pour boycotter cette réunion faite sur une terre occupée

2.Posté par Saber le 13/10/2010 23:42 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler


Il n'est même pas nécessaire de se poser la question du fait de participer ou pas pour la partie française tant que la sphère d'influence est sous occupation sioniste et franc-maçonnique.
Dommage pour le pays des droits de l'homme de ne pas être en accord avec lui-même.

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires