Politique Nationale/Internationale

Condoleezza Rice : La marchande de mensonges


Par Khaled Amayreh

On ne peut pas faire confiance à une administration qui a envahi et détruit un pays souverain basé sur des mensonges et de pures inventions et tué ou causé la mort de près d'un million de civils Irakiens.
C'est pourquoi, il est impératif que les Palestiniens réalisent maintenant, et pas demain, que la prochaine conférence de "paix" aboutira au même échec et au même fiasco que les nombreuses réunions et conférences de "paix" précédentes.


Khaled Amayreh
Samedi 22 Septembre 2007

 Condoleezza Rice : La marchande de mensonges
Condoleezza Rice, la peu prestigieuse secrétaire d'Etat américain, est arrivée en Palestine Occupée mercredi pour promouvoir la présumée conférence de Paix proposée par les Américains qui doit avoir lieu en novembre.

Rice rencontrera les responsables politiques et militaires sionistes afin de les convaincre de montrer de la flexibilité au sujet des soi-disant questions centrales qui définissent la question palestinienne.

Celles-ci incluent, entre autres, la fin de l'occupation israélienne qui a commencé en 1967 ainsi que la recherche d'une solution à la situation difficile des près de cinq millions de réfugiés palestiniens déracinés sauvagement de leurs maisons par le terrorisme sioniste quand Israel a été créé il y a six décennies.

Rice demandera également aux responsables israéliens, pour la énième fois, de faire "quelques gestes" envers les Palestiniens qui vivent un supplice absolu, comme le retrait de certains des à peu près 700 barrages routiers de l'armée nazie, utilisés par l'armée d'occupation israélienne principalement pour humilier et persécuter les civils palestiniens.

La black lady risque d'obtenir une réponse négative de la part des responsables israéliens par nature malhonêtes, même s'ils répondent "oui".

Les gouvernements israéliens successifs ont promis des centaines de fois d'assouplir leurs sanctions punitives draconiennes contre les Palestiniens sans défense. Cependant, sur le terrain, rien n'a changé, comme pourrait le dire tout voyageur ou tout automobiliste palestiniens.

Il est très difficile de s'attendre à ce que la direction israélienne prenne Rice au sérieux. Après tout, la femme qui est à la barre de la diplomatie américaine est venue ici à de nombreuses reprises et on pourrait dire que l'ensemble de ses accomplissements ne se chiffre jusqu'ici qu'à un zéro monumental.

Les Israéliens savent ce qu'ils font. Leurs réunions avec Rice ont constamment prouvé qu'elle était une bien pauvre diplomate qui s'agite et tremble quand on lui rappelle, d'une façon ou d'une autre, le "pouvoir juif" et la domination sioniste sur l'administration Bush, le Congrès et les médias.

Faible et ne sachant que dire à chaque foi qu'elle est insultée par les cercles israéliens et juifs, Rice devrait normalement recourir au babillage des mêmes vieilles platitudes au sujet des deux états proverbiaux vivant côte à côte en paix, etc., et etc., et etc.

Pour dissimuler son échec et son impuissance face aux Israéliens, l'ancienne kremlinologiste parlera plutôt avec insolence au dirigeant palestinien désespérément faible, Mahmoud Abbas, de la nécessité de satisfaire les demandes israéliennes, y compris le combat contre le "terrorisme".

D'ailleurs, Rice n'hésitera pas à insulter clairement un Abbas crédule en lui disant que la vraie controverse n'est pas vraiment entre Israel, l'occupant criminel, et les Palestiniens, ses victimes de longue durée, mais plutôt entre Israel et les forces de paix palestiniennes d'une part, et Hamas et les forces extrémistes de l'autre.

Mais en réalité, le principal problème, ce n'est la faiblesse et la flexibilité de Rice lorsqu'elle est confrontée aux Sionistes. Après tout, quel est le responsable américain qui n'a pas été faible et asservi aux lobbies juifs.

Le réel problème, c'est carrément ces naifs et crédules dirigeants arabes et complètement impuissants qui, en dépit des milliers de claques reçus sur leurs vilains visages, continuent à donner le bénéfice du doute à ces modèles de mensonge et de tromperie.

Même un petit enfant cessera de croire son propre père s'il lui fait plusieurs fois des promesses mais qu'il ne les tient jamais. Mais les administrations américaines successives, aussi malhonnêtes et infâmes soient-elles, ont toujours adopté le mensonge et la tromperie comme mode de fonctionnement en traitant les causes arabes et musulmanes.

Bien, qu'est-ce qui peut faire penser à Mahmoud Abbas, qui affirme représenter "une légitimité palestinienne", que Rice et son épouvantable patron, George Bush, le Fuhrer de notre époque, commenceront soudainement à faire des miracles alors qu'il s'approche de la fin de son second mandat au pouvoir ?

Qu'est-ce qui peut faire penser à Abbas que l'administration américaine, qui au cours des sept dernières années n'a jamais réussi à faire enlever à Israel un seul barrage routier en Cisjordanie, pourrait maintenant être en mesure ou vouloir forcer le régime judeo-fasciste en Palestine Occupée d'abandonner Jérusalem et de permettre à des millions de réfugiés tourmentés de rentrer chez eux ?

Est-ce que Bush, qui, il y a quelques années, assurait au terroriste légendaire d'Israel et criminel de guerre certifié, Ariel Sharon, que l'état sioniste pourrait conserver ses colonies, changerait maintenant d'avis et déciderait de devenir un bon Chrétien ou un adepte de "la force du droit contre le droit de la force" ?

La vérité, c'est qu'il n'y a pas besoin d'être un grand expert politique pour comprendre, que ni Bush, ni Rice, ni leurs cohortes, ne changeront de peau, et encore moins leurs coeurs maléfiques.

En effet, on ne peut pas faire confiance à une administration qui a envahi et détruit un pays souverain basé sur des mensonges et des pures inventions et tué ou causé la mort de près d'un million de civils Irakiens quand ils disent vouloir apporter la justice aux Palestiniens.

C'est pourquoi, il est impératif que les Palestiniens réalisent maintenant, et pas demain, que la prochaine conférence de "paix" aboutira au même échec et au même fiasco que les nombreuses réunions et conférences de "paix" précédentes.

Le prophète Muhammed a dit "un croyant ne devrait pas être mordu deux fois par le même serpent."

Mais nous, Palestiniens et Arabes, avons été mordus à de nombreuses reprises par le serpent américain et chaque fois que son venin pénètre dans nos veines, nous cherchons à nous convaincre que peut-être le perfide serpent se transformera en une douce colombe la prochaine fois.

En bref, le problème réel, c'est notre naïveté, notre stupidité et notre crédulité, et non la méchanceté, la tromperie et la criminalité d'Israel et de l'Amérique.

Comme le disait le légndaire poète arabe Zuheir Ibn Abi Sulma il y a plus de 1450 ans,"Celui qui ne se respecte pas, ne pourra pas être respecté par d'autres."

L'adage d'or n'a jamais été aussi approprié que maintenant.

Source : Palestine Info
Traduction : MG pour ISM


Samedi 22 Septembre 2007

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires