Histoire et repères

Comprendre le pouvoir juif et qui a aidé à créer une Amérique accro à la guerre


J'ai récemment été invité à prendre la parole lors d'une conférence en ligne intitulée Deep Truth: Encountering Deep State Lies . Mon panel a abordé Comprendre le sionisme: Déconstruire le paradigme du pouvoir et mon propre sujet était Comment le pouvoir juif soutient le récit d'Israël . En travaillant sur ma présentation, j'ai été contraint de confronter l'évolution de mes propres opinions sur la corruption du gouvernement aux États-Unis et la capacité des puissants lobbies nationaux à déformer délibérément la perception des intérêts nationaux au profit des pays étrangers même lorsque cette activité terribles dégâts aux États-Unis


Philip Giraldi
Mardi 19 Juin 2018

© The Jerusalem Post / Télégraphe / Jewish Business News Haïm Saban • Alan Dershowitz • Sheldon Adelson
© The Jerusalem Post / Télégraphe / Jewish Business News Haïm Saban • Alan Dershowitz • Sheldon Adelson
Mon voyage personnel a commencé il y a un demi-siècle. Je suis devenu membre de l'Etat de sécurité nationale américain après avoir été rédigé pour la guerre du Vietnam quand j'ai obtenu mon diplôme universitaire en 1968. J'étais à l'époque, vaguement pro-guerre, ayant accepté l'argument médiatique selon lequel le communisme international constituait une menace majeure. Asie du sud est. J'ai également trouvé le mouvement étudiant anti-guerre désagréable parce que je connaissais beaucoup de ses porte-parole et je savais qu'ils étaient principalement motivés par le désir d'éviter le projet, non par la perception que la guerre elle-même était fausse ou erronée. Je connaissais beaucoup les guerres puniques mais peu de choses sur l'ancienne Indochine française et je soupçonne que ceux qui chantaient "Ho-Ho-Ho Chi Minh" auraient pu en savoir encore moins que moi.

Parce que je parlais un peu russe, je me suis retrouvé dans une unité de collecte de renseignements de l'armée à Berlin-Ouest pendant trois ans où moi et ma cinquantaine de camarades ne faisions que boire et faire la fête. C'était mon introduction à la façon dont le gouvernement fonctionne vraiment quand il ne fonctionnait pas du tout et cela m'a fourni l'argent de GI Bill pour aller à l'école supérieure. Après mon doctorat est venu une transition relativement facile à la CIA étant donné que mon diplôme était si obscur que personne, mais le gouvernement m'engagerait.

Le voyage d'une unité de l'armée qui était endormie au volant à la CIA, qui était en pleine mode de réduction de la crise post-Vietnam, était éducatif. Alors que l'armée était trop gonflée et complaisante pour la simuler elle-même, l'Agence était pleinement capable de créer des crises et de se comporter alors comme le défenseur des intérêts américains dans ses efforts pour résoudre les diverses situations qu'elle avait inventées. La guerre contre l'eurocommunisme, dans laquelle j'étais engagé, était hype et a été présentée comme la prochaine grande menace contre le mode de vie américain après la bourde du Vietnam, engloutissant inutilement des ressources car ni la France, ni l'Espagne, ni l'Italie orbite.

En grimpant l'échelle de la CIA, j'ai aussi remarqué autre chose. Il y avait l'équivalent d'une conspiration mondiale pour promouvoir les menaces afin de garder un grand gouvernement basé sur la sécurité nationale bien financé et en place. Quand j'étais en Turquie, j'ai commencé à noter des rapports de liaison de renseignement considérables venant des Israéliens et d'autres qui faisaient la promotion de leurs propres programmes. Le matériel était souvent de nature fictive, mais le danger était qu'il soit mélangé avec des reportages plus crédibles qui lui ont donné de la traction. Les consommateurs américains du reportage absorberaient inévitablement le point de vue douteux promu que les Arabes et les Iraniens étaient fondamentalement indignes de confiance et étaient au lit avec les Soviétiques.

Il y avait des rapports négatifs considérables sur le fait que Saddam Hussein venait également d'Israël et motivé par son soutien aux Palestiniens. Certains d'entre eux ont finalement fait surface dans les évaluations Paul Wolfowitz-Doug Feith du Pentagone sur des «renseignements qui avaient été manqués», qui sont devenus des prétextes pour la guerre catastrophique en Irak. Plus tard, j'ai appris que Feith et Wolfowitz avaient une porte presque tournante de fonctionnaires des services secrets israéliens et de diplomates qui passaient par leurs bureaux du Pentagone à la veille de cette guerre.

Il n'a pas fallu grand chose pour relier les points et se rendre compte qu'Israël, loin d'être un ami et un allié, a été le principal catalyseur des nombreux faux pas que les États-Unis ont commis au Moyen-Orient. La politique américaine dans la région était délibérément façonnée autour des préoccupations israéliennes des Juifs américains installés au Pentagone et à la Maison-Blanche, qui savaient exactement ce qu'ils faisaient. Personne ne devrait reprocher aux Israéliens d'agir dans leur propre intérêt, mais tout Américain loyal devrait blâmer les Libby, Feith et Wolfowitz pour leur volonté de placer les intérêts israéliens avant ceux de leur propre pays.

Après mon départ du gouvernement en partie à cause de mon désaccord avec la guerre en Irak, cette volonté de mettre les États-Unis en péril pour servir les intérêts d'un pays étranger a commencé à me déranger, et aucun pays ne manipule mieux le gouvernement américain. avec persistance que Israël. Peu à peu, je me suis impliqué avec ceux qui s'opposaient au lobby israélien, bien que Stephen Walt et John Mearsheimer ne l'aient pas mentionné en termes généraux avant la publication de leur ouvrage phare The Israel Lobby et US Foreign Policy en 2006.

Il n'est pas génial de comprendre que les États-Unis sont profondément impliqués dans une série de guerres interminables opposant les pays à majorité musulmane, même si Washington n'a aucun intérêt vital en jeu dans des pays comme la Syrie, la Libye et l'Irak. Qui dirige le processus et en bénéficie? Israël est clairement le bénéficiaire d' un effort coordonné de plus de 600 organisations juives aux États - Unis qui ont au moins dans le cadre de leurs programmes la promotion et la protection d'Israël. Ironiquement, les organisations qui promeuvent les intérêts d'un gouvernement étranger sont censées être enregistrées en vertu de la Loi sur l'enregistrement des agents étrangers de 1938 (FARA), mais aucune organisation pro-israélienne ne l'a jamais fait ni même sérieusement contestée, un hommage à leur pouvoir dans le traitement du gouvernement fédéral.

Ceux qui sont dans le siège des conducteurs du processus de promotion d'Israël sont ce que certains appellent le lobby israélien mais que je préférerais appeler un sous-ensemble du lobby juif, qui est en soi soutenu par quelque chose que je désignerais le pouvoir juif, un agrégat d'argent juif, contrôle sur les aspects clés des industries des médias et du divertissement, ainsi que d'un accès facile aux politiciens corrompus, désireux de recevoir des contributions positives de la presse et de la campagne. Cette pénétration et ce contrôle du discours public ont conduit à la création de ce que j'appellerais le «récit d'Israël» officiel, dans lequel Israël, qui revendique la victimisation perpétuelle, est référé de façon réflexe comme «la seule démocratie au Moyen-Orient» et «l'allié et l'ami le plus proche de Washington», des affirmations complètement fausses mais qui ont été promues agressivement et avec succès pour façonner la manière dont les Américains perçoivent le conflit israélo-arabe. Les Palestiniens résistant à l'occupation israélienne sont invariablement décrits comme des «terroristes» aux États-Unis et en Israël.

Le pouvoir juif est une chose amusante. Si vous lisez les médias juifs ou la presse israélienne, pour inclure Forward , l'Agence télégraphique juive , Haaretz ou le Jerusalem Post , vous y trouverez des références fréquentes, presque toujours considérées comme complètement louables. Le Professeur Alan Dershowitz de Harvard s'est récemment vanté que «les Juifs ne devraient pas s'excuser d'être si riches, de contrôler les médias ou d'influencer le débat public ... ils l'ont mérité ... ne vous excusez jamais d'utiliser votre force ...»

Pour de nombreux juifs comme Dershowitz, le pouvoir juif est une chose dont on peut être fier, mais ils croient aussi qu'il ne devrait jamais être remarqué ou examiné par des non-juifs. La critique païenne du comportement collectif juif est quelque chose qui doit continuer à être interdit, tout comme l'expression «lobby israélien» était largement tabou devant Walt et Mearsheimer. Les partisans israéliens se livrent régulièrement à la diffamation d'individus, y compris moi-même, qui ne respectent pas les tabous comme antisémites ou négationnistes de l'holocauste, étiquettes délibérément utilisées comme armes pour mettre fin aux discussions et faire taire les critiques chaque fois que nécessaire.

Alors pourquoi je pense que nous devons commencer à parler de la puissance juive par opposition à l'euphémisme lobby israélien? C'est parce que les guerres au Moyen-Orient, qui ont tant fait pour nuire aux États-Unis et ont été au moins en partie arrangées pour bénéficier à Israël, ont été largement menées par des Juifs riches et puissants. Si l'Amérique va à la guerre avec l'Iran, comme c'est de plus en plus probable, il s'agira tout d'Israël et il sera arrangé par les services politiques et financiers de l'axe Washington-Wall Street, ne vous y trompez pas.

À mon avis, Israël est le principal problème de politique étrangère des États-Unis en ce sens qu'il est capable et désireux de déclencher des guerres potentiellement catastrophiques avec des pays qu'il a diabolisés mais qui ne menacent pas les États-Unis et ceux qui manipulent sont des oligarques juifs bipartites. soutenir la multitude d'organisations pro-israéliennes, de groupes de réflexion et de médias qui ont tant fait pour corrompre le processus politique américain. Le producteur hollywoodien Haim Saban, un des principaux partisans du Parti démocrate, a déclaré qu'il s'agissait d'un problème d'un type et que ce problème était Israël. Sheldon Adelson , le principal magnat du casino des bailleurs de fonds du GOP , qui a servi dans l'armée américaine pendant la Seconde Guerre mondiale, a dit qu'il regrettait ce service et qu'il aurait préféré être dans les Forces de défense israéliennes. Ils et d'autres, y compris Paul Singer, gestionnaire de fonds, et Bernard Marcus, Home Depot, sont juifs et travaillent pour le compte de l'État juif autoproclamé, tandis que les néoconservateurs, farouchement protecteurs d'Israël, sont presque tous juifs. Affirmer que le fait qu'ils soient juifs agissant pour un Etat juif ne devrait pas être pertinent car ils font aussi ce qui est bon pour l'Amérique, comme le font couramment leurs apologistes, est logiquement incohérent et frise l'absurdité. Quant à la ceinture biblique fréquemment citée, les chrétiens-sionistes qui soutiennent Israël, ils sont, certes, nombreux, mais ils n'ont pas accès au pouvoir réel aux Etats-Unis que les juifs ont.

Le pouvoir juif est aussi ce qui a en partie poussé les États-Unis dans un cloaque moral. Les tireurs d'élite israéliens abattent des dizaines de manifestants non armés à Gaza et presque personne à Washington n'a rien à dire à ce sujet. L'ambassadeur américain en Israël, un avocat juif orthodoxe nommé David Friedman, qui a de multiples liens avec les colonies illégales d'Israël, utilise sa position pour défendre Israël, ignorant les intérêts américains. La semaine dernière, il a tenu une conférence de presse au cours de laquelle il a dit aux journalistes de «fermer la bouche» dans leur critique du massacre des Gazaouis par Israël.

Quand une jeune infirmière palestinienne est délibérément prise pour cible et tuée en soignant un blessé, elle apparaît à peine dans les médias américains. Des adolescents arabes sont abattus dans le dos alors qu'ils fuient des tireurs israéliens alors qu'une jeune femme est condamnée à la prison pour avoir giflé un soldat israélien qui vient de tirer sur sa cousine et envahit sa maison. Des colons israéliens lourdement armés se déchaînent en Cisjordanie, battant et tuant des Arabes et détruisant leurs moyens de subsistance. C'est ce qu'Israël et son Premier ministre Benjamin Netanyahu ont à dire et c'est précisément le genre de nation que l'Amérique ne devrait pas vouloir devenir, mais malheureusement le rôle de Washington comme caniche obéissant d'Israël fait que notre grand pays va dans la mauvaise direction . Tout cela a été provoqué par le pouvoir juif et il est temps de se réveiller à ce fait et de l'aborder carrément.



Mardi 19 Juin 2018


Commentaires

1.Posté par mourad le 19/06/2018 20:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Il y a une évidence qui saute bel et bien aux yeux, les Etats Unis sont les ennemis des palestiniens et des pays arabes et des musulmans.
Il y a des pays du Golf qui sont de vrais imbéciles, des esclaves des américains, et de sionistes. Ils sont en train de nouer la corde qui va tous les pendre et les liquider un à un.
Le jour où ils se rendront compte du piège il sera top tard.
Les Etats Unis avec les sionistes ont piégé les chiites et sunnites pour provoquer une coupure. Et c’est ce que nous sommes en train de voir. Cela a commencé entre citoyens chiites et sunnites en Irak (grâce à Negroponte) pour finir en conflit entre deux pays. Et les niais dans cette a affaire sont les saoudiens. – S’ils étaient restés en bons termes avec les iraniens, c’est tout le monde arabe qui serait maintenant du côté des saoudiens pour les soutenir.
Pour le moment ils sont à la merci des tireurs de ficelles, qui vont exiger d’eux à changer les hadiths et ensuite les versets du Coran. Ce que le niais prince Ben Selmane a déjà promis de faire avec certains hadiths, et avec les pressions qu’il va subir il sera obligé de se prononcer sur le Coran.
Et c’est le vœu des sionistes faire réécrire le Coran et supprimer 1/3 de ses versets.
Ils ont trouvé des pigeons saoudiens en la famille des Ben Selmane

2.Posté par Bledmiki-99 le 20/06/2018 17:44 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Mourad,
Nul ne peut toucher au Qur’an car, c’est la Parole d’Allah tout Puissant et, c’est Lui qui le protège.

3.Posté par Tom France le 20/06/2018 23:12 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Les sionistes sont massivement présents en tant que lobby mais aussi groupe plus restreint idéologue (les néo conservateurs), leur but depuis le début est l'application du plan oded yinon, étape nécessaire à la constitution du grand israel du nil à l'euphrate! En ce moment, la Syrie et l'Irak résistent violemment à l'application de ce plan diabolique grâce aux soutiens Russes et Iraniens, d'ou la volonté des sionistes et autres globalistes d'abattre ces 2 pays.

4.Posté par oussama le 21/06/2018 21:10 (depuis mobile) | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Vous dépendez de personnes, on dépend de الله و سيدنا محمد صلى الله عليه وسلم .vous ne pourez jamais comprendre ça sauf si vous êtes musulmans ,tout à une fin.

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences


Publicité

Brèves



Commentaires