Proche et Moyen-Orient

Comprendre le Moyen-Orient : Les enjeux internationaux


Le Moyen-Orient est au centre des enjeux. Première réserve de pétrole et de gaz cet amalgame de royaumes, républiques, états religieux ou sous tutelle est au cœur de l’attention de l’occident. Cet occident en manque d’énergie, soucieux de contrôler le robinet des ressources, a peur de ces pays « instables » à majorité arabe et musulmane.


legrandvillage@gmail.com
Mardi 26 Janvier 2010

Comprendre le Moyen-Orient : Les enjeux internationaux
Le Moyen-Orient est au centre des enjeux. Première réserve de pétrole et de gaz cet amalgame de royaumes, républiques, états religieux ou sous tutelle est au cœur de l’attention de l’occident. Cet occident en manque d’énergie, soucieux de contrôler le robinet des ressources, a peur de ces pays « instables » à majorité arabe et musulmane.

Je ne pouvais commencer une série sur le Moyen-Orient sans décrire les intérêts internationaux. Effectivement si l’Europe et les États-Unis ne faisait pas preuve d’ingérence dans la zone, la situation géopolitique serait sans aucun doute toute autre. En effet, chaque événement est orchestré en toile de fond par l’occident, et l’instabilité ou la stabilité, selon les points de vue est entretenue. De même que l’existence ou l’implantation d’une colonie occidentale au milieu des enjeux. Bien sûr il ne faut pas faire d’amalgame entre les enjeux d’hier et ceux d’aujourd’hui, ni entre les acteurs occidentaux d’hier et d’aujourd’hui.

Depuis la chute de l’Union Soviétique, les États-Unis sont les seuls maitres au Moyen Orient. L’Europe ne joue qu’un second rôle avec quelques acteurs qui s’accrochent au terrain, comme la France. L’intérêt des USA est simple, avoir le contrôle des ressources. Comme l’objectif est simple les moyens d’y parvenir sont donc simples, voir simplistes. Ce pays impérialiste (comme d’autres) ne s’embarrasse pas de la prise en compte de détails tels que la volonté des peuples ou leur liberté. Je ne dis pas qu’ils sont seuls fautifs, au contraires, leurs manières sont suivies par les plupart des acteurs. La finesse de la diplomatie et de la stratégie arabe est ignorée, cette erreur est souvent la cause de bêtises évitables. Lorsque l’on admet que les objectifs occidentaux au Moyen-Orient ne sont jamais la démocratie ou une quelconque protection de liberté, mais toujours les ressources, il est plus facile d’appréhender sans tromperie la géopolitique de la région.

Ainsi, depuis les années 70 et la preuve par l’OPEP de la capacité des pays arabes à se liguer pour obtenir ce qu’ils veulent, les États-Unis cherchent à diviser. Ainsi, les grandes puissances régionales sont achetées ou diabolisées si elles n’acceptent pas le prix proposé. Tel l’Arabie Saoudite et les émirats riches qui paient le prix de leur soutien aux américains, ou l’Iran qui ne veut pas. L’Égypte quand à elle, anciennement soutenue par les russes tente de garder son indépendance tout en s’accrochant à sa liberté. La situation de la Turquie, pourtant à la frontière de l’Europe, est tout aussi complexe. Les petits états ont été négligés et servent à la division, les américains ont provoqué l’anti-américanisme et les petits états servent de théâtre d’opération.

Aujourd’hui la politique américaine du chaos au Moyen-Orient est coûteuse, surtout avec l’émergence ou la résurgence de certains « points chauds ». En effet la pression militaire américaine se renforce en Amérique Centrale autour des républiques enfin démocratiques de Chavez et des autres qui osent hausser le ton face à l’impérialisme destructeur du grand voisin. L’enlisement en Afghanistan et les pressions accrues au Pakistan (elles aussi en grande partie à cause de la politique de soutien total au gouvernement par les USA) obligent les troupes à rester en place. Enfin l’Arctique représente le nouveau défi avec ses réserves pétrolières. Par une démonstration de force digne de la guerre froide les États-Unis menace la Russie qui lorgne goulument sur les eaux territoriales de l’Alaska ou du Groenland (Danemark, donc Europe). Tout cela pour dire qu’en temps de difficulté financière les États-Unis paient le prix de leur politique de soutien à l’industrie militaire. Le déficit américain oblige une administration « va t’en guerre » à chercher des alternatives. Cependant, la division des pays arabes reste l’objectif, la paix n’est même pas envisagé car les USA ont trop peur d’une fermeture du robinet de l’OPEP. Donc puisque ils n’ont plus l’argent pour financer leurs guerres, les États-Unis se tournent vers leurs vieille alliée, l’Europe. Qui en dédommagement d’une protection efficace depuis le 6 juin 1944 contre les nazis ou les communistes se doit de faire les guerres des USA avec des armes américaines bien sûr.

Le retour forcé sur le terrain d’une Europe constitutionnellement divisée ne simplifie pas la situation. La France s’atlantise et la Grande Bretagne se fait plus méfiante depuis la seconde guerre d’Irak. Ceux qui en souffrent sont toujours les même, les populations locales. Malgré un changement de politique affiché entre l’ancien président Bush et Obama, les moyens d’intervenir des américains restent les même : les services « secrets » avec la CIA et l’armée ; en utilisant au maximum les ressources et les énergies des autres. Ainsi le sale boulot est souvent laissé au Mossad d’Israël, les tâches difficiles aux européens et la protection des ressources aux américains…

source : LGV



Mardi 26 Janvier 2010


Commentaires

1.Posté par rachi le 26/01/2010 17:47 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Tu dis : " l'Egypte tente de garder son indépendance" !!! Tu es à coté de la plaque , l'Egypte ne survit que grace aux dollars de l'aide américaine , ses fonctionnaires sont payés par les amerloques. Au niveau des aides distribuées par ces derniers l'Egypte est juste derrière Israel et devance la Jordanie.
Comment peut-on décemment parler d'indépendance ????

Nouveau commentaire :

Actualité nationale | EUROPE | FRANCE | Proche et Moyen-Orient | Palestine occupée | RELIGIONS ET CROYANCES

Publicité

Brèves



Commentaires