Conspiration

Comment le Mossad opère sur le sol américain?


Quelle relation existe-il entre les entreprises de haute technologie israélienne, le Mossad et certaines agences gouvernementales américaines?
Réponse: dans le nouveau livre du journaliste et écrivain James Bamford, intitulé "The Shadow Factory: L'ultrasecrète NSA du 11 Septembre à l’Espionnage de l'Amérique" et qui est sorti cette semaine aux Etats-Unis.


Dimanche 19 Octobre 2008

Comment le Mossad opère sur le sol américain?
Ghada Houbalah

Un livre qui certainement va faire couler beacoup d’encre en raison des accusations que portent Bamford contre l’entité sioniste.
En effet, le journaliste dénonce les agissements de quelques unes des plus prestigieuses compagnies israéliennes établies sur le sol américain et qui ont eu accés à des informations ultraconfidentielles puis les ont transmises aux services de renseignements israéliens.
Ancien producteur de la chaine de télévision ABC, il a passé les 30 dernières années à écrire sur la NSA - l'une des plus importantes et moins connues des agences de renseignement aux Etats-Unis, mais le plus souvent dans l'ombre de la Central Intelligence Agency (CIA).
La NSA est responsable des écoutes sur les téléphones, les télécopieurs et les ordinateurs; de l’interception des communications et des signaux électromagnétiques des radars, des avions, des missiles, des navires et des sous-marins; du décodage des transmissions et du décryptage des codes. Elle a énormément contribué aux services de renseignements américains et à la sécurité nationale.
En 2006, Check Point Software Technologies, une entreprise qui est spécialisé dans la protection des systèmes informatiques contre les hackers et le vol de données, a voulu acquérir une société américaine appelée Sourcefire, qui travaille dans le même domaine. Le grand avantage de Sourcefire, c’est que parmi ses clients, on compte le Département américain de la Défense et de l'Agence de Sécurité Nationale (NSA).
Or, d’aprés un avis du Bureau Fédéral d’Enquête et des agents de sécurité du NSA, il apparaît que Check Point, qui a été fondée par Gil Shwed et d’autres diplômés de l'Unité 8200, l’unité des renseignements de pointe des Forces de Défense Israéliennes n’est en réalité qu’une branche du Mossad.
Même suspicion concernant d'autres entreprises israéliennes de haute technologie comme Verint, Comverse, NICE Systems et PerSay Voice Biometrics, dont certaines travaillent dans l'extraction de données et participent au développement de logiciels pour les écoutes sur les téléphones, les télécopieurs, le courrier électronique et les communications informatiques.
Il faut dire que les entreprises israéliennes ont été largement établies par des diplômés de 8200, et, par conséquent, il dit qu'elles sont reliées par leur cordon ombilical aux renseignements israéliens, et que leurs PDG et conseils d'administration sont composés de hauts responsables du Shin Bet comme Arik Nir ou de l'ancien chef du Mossad Ephraim Halevy .
Mais Bamford va plus loin. Après les attentats du 11 Septembre contre le World Trade Center et le Pentagone, il accuse l’agence d’être passée à l'autre extrême. Pis encore, depuis le 11 Septembre, la NSA n'a pas eu de scrupules à violer la Constitution et a mis sur écoutes des citoyens américains.
L'un des exemples remarquables dans le livre, c’est le fait que la NSA a écouté des conversations de journalistes, de militaires et des fonctionnaires affectés en Irak.
Bamford affirme que 80% de l’ensemble des transmissions téléphoniques américaines sont effectuées au moyen de la technologie, du savoir-faire et de l’accessibilité des entreprises israéliennes. Ainsi, estime Bamford, les services de renseignements américains sont eux-mêmes exposés au risque que les entreprises israéliennes aient accès à la plupart de ses secrets et de ses informations numériques sensibles.

Dans ses articles, il publie des affirmations d’officiers de la Marine américaine qui croient qu’Israël a attaqué avec préméditation le navire espion américain Liberty au cours de guerre des Six Jours de 1967.
Dans ce contexte, et apparemment en raison de sa profonde hostilité, Bamford affirme que, compte tenu du passé problématique d'Israël, qui n'a pas hésité à espionner les Etats-Unis sur le sol américain, les entreprises israéliennes ne doivent pas recevoir les clés des secrets du royaume de l'Amérique.


Dimanche 19 Octobre 2008


Commentaires

1.Posté par Plasmodium le 19/10/2008 15:41 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Comme ça, le maître prend peur de l'élève? C'est pathétique. A force de foutre la merde partout, on finit par devoir se méfier de tout le monde. Pauvres US.

2.Posté par RobbyNez le 20/10/2008 13:00 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

On aimerait bien savoir comment le mossad opère en France (à travers quelle infrastructure il vole des données).

3.Posté par Aigle le 20/10/2008 21:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

IL n'a pas besoin d'infrastructure particuliere en france ....il es t dans le pouvoir au sens large du terme

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires