Conspiration

Comment l’empire britannique promeut la drogue



Mercredi 18 Mars 2009

Comment l’empire britannique promeut la drogue
L’empire britannique a déclaré la guerre à la « guerre à la drogue ». Si un doute subsistait, il suffisait d’assister à la 52ème session de la Commission des stupéfiants (CND) de l’ONU à Vienne, la semaine dernière.

Au sein de cette commission, pour qui la légalisation des stupéfiants n’est pas un thème populaire, George Soros n’est pas le bienvenu. La CND fait partie de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime, et lors de la conférence de cette année, les ministres ont passé en revue les progrès enregistrés dans la lutte contre la drogue depuis la Session extraordinaire de l’Assemblée générale de 1998, qui s’était engagée à parvenir à un « monde sans drogue ».

Une myriade d’ONG pro-légalisation, financées par le réseau de George Soros, firent pression sur les délégués, tant à l’extérieur qu’à l’intérieur de la convention. Cette année, cependant, et pour la première fois, la délégation britannique laissa son temps de parole au Réseau international des utilisateurs de drogues (INPUD), lors d’une table ronde fermée aux médias. Cette ONG, qui prétend « représenter » les consommateurs et exige que l’ONU en tienne compte en formulant sa politique sur les stupéfiants, a donc pu disposer du temps accordé à la Grande-Bretagne pour exposer sa position à cette table ronde.

Après la réunion, l’INPUD remercia le gouvernement britannique pour l’avoir incorporé dans la délégation. Plus tard, lorsque le correspondant de l’EIR interrogea le chef du Réseau des consommateurs sur ses affiliations avec George Soros et les tentatives d’obtenir la légalisation et de protéger le trafic de drogue, il répondit : « Non, nous sommes directement financés par le gouvernement britannique » ! Pourtant, à l’origine, l’INPUD est une initiative de l’International Harm Reduction Association (IHRA) qui, elle, bénéficie directement de l’aide de Soros. Quant à la légalisation, ce même représentant, avec un groupe d’autres fantassins de la drogue, a distribué gratuitement le numéro de The Economist appelant à la légalisation.

Dans l’assistance, parmi ceux qui luttent sérieusement contre l’abus de stupéfiants dans le monde, le rôle joué par George Soros en tant que bailleur de fonds est bien connu. Lors de sa conférence de presse, sans toutefois le nommer explicitement, le directeur général de l’UNODC, Antonio Maria Costa, s’en est pris aux tentatives de légalisation. « Les stupéfiants ne sont pas nocifs parce qu’ils sont contrôlés, mais ils sont contrôlés justement parce qu’ils sont nocifs ». Un changement de politique est nécessaire, reconnut-il, « mais pour combattre le crime, non en faveur de la drogue ». « La réduction des effets nocifs commence par la lettre A d’abstinence ». « Diriez-vous à un copain diabétique : "Tiens, prend ce paquet de bonbons, puis tu iras te faire une injection d’insuline…" ? Bien sûr que non ! »

Au final, les Britanniques et l’UE n’ont pas réussi à faire figurer la notion de « réduction de la nocivité » dans la déclaration politique, grâce notamment à la résistance des Etats-Unis, de la Russie, du Japon et de la majorité des Etats membres.



Mercredi 18 Mars 2009


Commentaires

1.Posté par Platon le 19/03/2009 01:20 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Ca serait bien si alter info jetait le lumiere sur une epoque pas si lointaine ou les rottschilds ( angleterre ) vendaient leur production d'opium a la chine, et comment ils on detruit le tissu social et economique de la chine avec cette merde

2.Posté par djanel le viking connu sur agora vox. le 19/03/2009 04:38 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Je n'ai rien compris à l'article qui est aussi inintelligible que sa première phrase : l’empire britannique a déclaré la guerre à la « guerre à la drogue »

La légalisation de l'usage de toutes les drogues permettra à l'état de contrôler sa consommation avec des points de vente agréés par lui.

Il pourra agir sur les prix pour moduler les achats.

Il pourra contrôler ensuite le dosage des substances actives dans les produits vendus sous label de l’état comme il le fait actuellement pour les alcools et le tabac.

Il pourra aussi empêcher la vente des contrefaçons qui peuvent être aussi dangereuses pour les drogués qui ne peuvent pas connaître la qualité des drogues qu’ils achètent à la sauvette au coin de la rue. Par exemple des opiacés coupés avec de l’amidon. Dans une intraveineuse, c’est dangereux. Les overdoses peuvent être aussi provoquées par des produits qui n’ont pas été dilués sans que l’acheteur le sache.

L’état pourra conditionner l’achat de drogue à ce que le consommateur se soumette à un suivi médical… etc.

Une fois que la vente des drogues sera légalisée les narcotrafiquants perdront leurs marchés clandestins et pour eux sera le début de la fin de leur prospérité car les prix chuteront et les consommateurs ne seront plus les captifs de leurs fournisseurs. L’inconvénient d’une telle mesure sera que tous les gangsters devront se recycler dans d’autres activités criminelles pour subvenir à leur besoin. Il y aura donc en conséquence un risque à ce que les enlèvements ou attaques contre les personnes pour leur soutirer de l’argent ou autres braquages du même genre augmentent de façon significative.

Il y aura aussi un autre avantage que procura cette légalisation, c’est que, sans craindre de renverser un tabou, nous pourrions enfin discuter avec les narco-dépendants des inconvénients que l’usage des drogues provoquent comme perte de liberté : l’accoutumance et la perte de la santé qui l’accompagne.

Donc Soros que je n’aime pas n’a pas tout à fait tord de poser la question.

C’est tout. Djanel le viking
u[

Nouveau commentaire :

ALTER INFO | MONDE | PRESSE ET MEDIAS | Flagrant délit media-mensonges | ANALYSES | Tribune libre | Conspiration | FRANCE | Lobbying et conséquences | AGENCE DE PRESSE | Conspiration-Attentats-Terrorismes | Billet d'humeur | Communiqué | LES GRANDS DOSSIERS

Publicité

Brèves



Commentaires