Diplomatie et relation internationale

Comment Trump pousse la Corée du Sud à la guerre


Dans la même rubrique:
< >

D'après Séoul, la Corée du Nord prépare le lancement d'un missile intercontinental. Pendant ce temps la marine sud-coréenne a travaillé pendant les exercices une attaque contre la Corée du Nord. Alors qu'à New York les diplomates préparent une nouvelle résolution du Conseil de sécurité des Nations unies.


fr.sputniknews.com
Jeudi 7 Septembre 2017

Comment Trump pousse la Corée du Sud à la guerre
Mais la Corée du Sud en réalité est opposée à l'usage de la force. «Nous ne tolérerons pas une nouvelle guerre catastrophique sur cette terre», a déclaré le porte-parole du président sud-coréen. Après quoi le président américain Donald Trump a qualifié les Sud-Coréens de pacificateurs et a menacé de rompre l'accord de libre-échange entre les deux pays. Selon le quotidien Nezavissimaïa gazeta.

Tandis que la crise sur la péninsule coréenne prend des formes de plus en plus aiguës, une scission se dessine entre les deux adversaires de la Corée du Nord — les USA et la Corée du Sud, dont l'alliance a passé l'épreuve pendant la guerre de Corée en 1950-1953.

Selon le New York Times, Washington et Séoul étaient les alliés les plus proches pendant 70 ans. Les soldats des deux pays servaient ensemble non seulement sur la péninsule coréenne, mais également au Vietnam, en Afghanistan et en Irak. L'économie sud-coréenne prospérait activement sous le parapluie américaine.

Une brèche est apparue après les commentaires récents de Donald Trump qui ont poussé les Sud-Coréens à douter qu'ils peuvent compter sur les USA comme avant. Le président américain a écrit sur Twitter: «Les négociations ne sont pas une réponse». C'est ainsi que le locataire de la Maison blanche a décrit l'inutilité des efforts du président sud-coréen Moon Jae-in visant à organiser les négociations avec le Nord.

Samedi dernier, Trump a menacé de rompre l'accord de libre-échange conclu entre les USA et la Corée du Sud il y a 5 ans. Selon lui, Séoul recourt à une politique protectionniste injuste. Et après l'explosion en Corée du Nord de la bombe nucléaire la plus puissante jamais construite dans le pays, Trump a qualifié les Sud-Coréens de pacificateurs. «La pacification avec la Corée du Nord ne fonctionnera pas», a-t-il affirmé.

Les responsables sud-coréens ont été consternés par le ton des déclarations de Trump et a montré l'incompatibilité entre les deux présidents. Moon a été élu en mai. Il promettait alors de chercher le dialogue avec le Nord. Et il n'a pas laissé l'attaque de Trump sans réponse. «Nous ne tolérerons pas une nouvelle guerre catastrophique sur cette terre», stipule le communiqué du bureau du président sud-coréen.

D'un autre côté, les deux dirigeants ont accepté de supprimer la limite des missiles conventionnels sud-coréens. Conformément à l'ancien accord avec les USA visant à mettre un terme à la course aux armements dans la région, l'ogive pour ces missiles ne devait pas peser plus de 500 kg. Désormais cette restriction est levée.

En outre, Trump a donné son accord à l'acquisition par Séoul des armements et des équipements américains pour des «milliards de dollars». Il est question de systèmes antimissiles Aegis, de sous-marins, de chasseurs F-35, d'avions P-8 et d'hélicoptères MH-60R.

Moon et Trump sont également convenus d'exercer un maximum de pression sur le Nord. Mais le dirigeant sud-coréen affirmait que les sanctions et la pression n'avaient pas empêché la maîtrise des technologies nucléaires et balistiques par le Nord. Il estime que la solution doit être pacifique. Car ce sont les Sud-Coréens, et non les Américains, qui subiront les plus lourdes conséquences d'une guerre. Rappelons que Séoul se trouve à seulement 25 km de la frontière nord-coréenne.

La menace de Trump concernant les échanges pourrait entraîner une forte chute de l'économie sud-coréenne. Cette dernière subit déjà la pression après l'autorisation à contrecœur par Moon Jae-in du déploiement en Corée du Sud du système antimissile américain THAAD. Cela a mis en colère la Chine qui a réduit l'achat de produits de consommation en Corée du Sud et a forcé le constructeur automobile Hyundai à suspendre provisoirement les chaînes d'assemblage dans les usines chinoises.

En parallèle, le président sud-coréen subit la pression du camp de droite. Les conservateurs sud-coréens affirment qu'il faut se doter de sa propre arme nucléaire tactique. Alors que Moon Jae-in sape l'alliance avec Washington en demandant un dialogue à la Corée du Nord, selon eux.

Pendant ce temps, selon la revue sud-coréenne Asia Business Daily se référant aux sources du renseignement, les militaires nord-coréens transportent vers la côte ouest un objet qui ressemble à un missile intercontinental. L'opération a été lancée le 4 septembre — le lendemain du sixième essai nucléaire de Pyongyang. Le déplacement s'est poursuivi le nuit pour éviter d'être détecté. La Corée du Nord dispose de systèmes de lancement sur le littoral ouest. La revue écrit que le renseignement sud-coréen a établi la date éventuelle des essais — 9 septembre, c'est-à-dire le prochain anniversaire de la formation de la Corée du Nord.



Jeudi 7 Septembre 2017


Commentaires

1.Posté par Bina le 08/09/2017 14:39 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Le Mexique a décidé d’expulser l’ambassadeur nord-coréen pour protester contre les essais nucléaires et balistiques à répétition de son pays. Son gouvernement a en effet déclaré Kim Hyong-gil « persona non grata » et lui a donné 72 heures pour quitter le territoire mexicain.

Dans un communiqué publié par son ministère des Affaires étrangères, le pays d’Amérique du Nord a exprimé à Pyongyang « le rejet absolu de ses récentes activités nucléaires, qui constituent une violation du droit international et représentent une grave menace pour l’Asie comme pour le monde ».

Le communiqué indique aussi que le pays communiste a clairement violé le droit international et les résolutions du Conseil de sécurité des Nations unies en menant ces derniers mois des essais atomiques et balistiques. Cela nuit gravement à la paix et à la sécurité internationale et représente en même temps une menace pour les Etats de la région, y compris les alliés clés du Mexique comme la Corée du Sud et le Japon.

Le gouvernement de Mexico a par ailleurs publié dans son journal officiel le décret présidentiel, en vertu duquel Enrique Pena Nieto a ordonné à tous les établissements fédéraux du pays d’appliquer pleinement les sanctions onusiennes contre Pyongyang.

C’est la première fois depuis 2000 que le Mexique décide d’expulser un ambassadeur étranger. Il est le premier pays membre de l’Onu à prendre une telle mesure depuis le dernier test atomique nord-coréen, dimanche. Il ne semble cependant pas envisager de rompre des relations diplomatiques avec le régime de Kim Jong-un.

Une réunion sur la défense Corée du Sud-Vietnam aura lieu ce vendredi à Séoul avec comme objectif d'améliorer la coopération bilatérale sur la Corée du Nord et d’autres sujets dans le domaine de la sécurité.

Le vice-ministre Suh Choo-suk rencontrera plus tard dans la journée son homologue vietnamien Nguyen Chi Vinh pour le Dialogue stratégique de défense, réunion annuelle lancée en 2012.

L’officiel vietnamien est actuellement à Séoul pour prendre part au 6e Seoul Defense Dialogue (SDD).

Les deux parties discuteront du partenariat entre les deux pays face aux provocations nord-coréennes dont le dernier essai nucléaire et évalueront ensemble la situation sécuritaire en Asie du Sud-Est, la cybersécurité et les opérations internationales de maintien de la paix, selon le ministère. La coopération dans l’industrie de la défense sera également au menu de leurs discussions.

Au cours de sa visite en Corée, le vice-ministre vietnamien sera reçu par le ministre de la Défense Song Young-moo et se rendra au siège de la 2e flotte de la marine à Pyeongtaek, au sud de Séoul.


Le gouvernement et le parti présidentiel montent au créneau pour protéger les petits et moyens sous-traitants contre les mauvaises pratiques de leurs entrepreneurs principaux, tout particulièrement lorsque les seconds dérobent les technologies des premiers.

La KFTA, l’autorité de supervision de la concurrence et le Minjoo ont en effet décidé aujourd’hui d’encadrer le montant de dédommagement que les entreprises doivent verser à leurs sous-entreprises dans ces cas-là. Il devra dorénavant être trois fois supérieur au coût de la technologie volée. La règle actuelle fait état d’une somme en dessous de trois fois sa valeur.

Une entité sera également mise en place afin de surveiller et contrôler plus activement ce type de violations ou les dysfonctionnements qui peuvent se produire.

Le secrétaire à la défense des Etats-Unis Jim Mattis a assuré jeudi que la Corée du Sud ne fera pas face toute seule à la menace nucléaire nord-coréenne.

Mattis a répondu à la question de l'agence de presse Yonhap sur les rapports selon lesquels le Nord pourrait tirer un autre missile de longue portée au jour de l'anniversaire de la fondation ce samedi.

«Nous, dans ce département, observons toujours la possibilité d'une provocation de la Corée du Nord», a-t-il dit à Yonhap. «Je vais vous dire, nous sommes fortement liés ensemble.»

Mentionnant son entretien téléphonique avec le ministre de la Défense Song Young-moo et sa conversation téléphonique avec les dirigeants des deux pays plus tôt cette semaine, il a ajouté, «nous sommes côte à côte. Vous ne ferez pas face tout seul à ceci.»

Les alliés ont renforcé leurs mesures de défense en réponse aux provocations de Pyongyang, notamment en déployant le système de défense antimissile à haute altitude THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) à Seongju en Corée du Sud, plus tôt ce jeudi.

Mais Mattis a refusé de dire si les Etats-Unis entreprendraient ou non une action militaire contre la Corée du Nord.

Les tensions sont élevées depuis que la Corée du Nord a tiré deux missiles balistiques intercontinentaux en juillet. Elle a également effectué dimanche son sixième et plus puissant essai nucléaire, revendiquant avoir utilisé une bombe à hydrogène pouvant équiper un missile balistique intercontinental.


Est-ce que l'armée turque s'alliera à cette guerre comme en 50-53 ?

Nouveau commentaire :

Géopolitique et stratégie | Diplomatie et relation internationale

Publicité

Brèves



Commentaires