Conflits et guerres actuelles

Comment Boris Berezovski finançait les réseaux Ben Laden en Tchétchénie

raconté par un journaliste américain



Mardi 30 Mars 2010

Comment Boris Berezovski finançait les réseaux Ben Laden en Tchétchénie
L’oligarque Boris Berezovski, proche de l’ancien président Boris Eltsine et de sa « famille », « a joué un rôle important dans le développement du Djihad international en finançant les réseaux de ben Laden en Tchétchénie jusqu’en 1999 », accuse un journaliste américain du journal Forbes, Paul Klebnikov.
Archive :
Ce journaliste américain d’origine russe a présenté mardi 16 octobre à Paris à l’association des journalistes France-Russie-CEI, son livre sur l’ancien secrétaire du Conseil de sécurité russe. Il a expliqué que le financement des réseaux islamistes en Tchétchénie devait notamment servir à promouvoir l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine. Ce dernier étant censé garantir l’impunité de l’entourage du président Eltsine impliqué dans le « pillage » de la Russie.
Selon M. Klebnikov, l’oligarque russe qui vit aujourd’hui en France, finançait ces réseaux islamistes « pour des raisons de politique intérieure russe et pas du tout idéologiques ».
Dans cet esprit, la relance du conflit en Tchétchénie devait servir de marchepied pour l’accession à la présidence russe de l’ancien colonel du KGB Vladimir Poutine, jugé suffisamment fiable pour ne pas trop remuer les affaires louches des oligarques et de l’entourage du président Eltsine.
Ainsi, Boris Berezovski, l’un des hommes clés du « pillage de la Russie du temps de l’administration du président Eltsine », a été un des principaux artisans de l’arrivée du président Poutine au pouvoir avec la complicité de réseaux islamistes.
Paradoxalement, M. Poutine, une fois au pouvoir, a mis fin au rôle « démesuré de Berezovski, le parrain du Kremlin, qui alliait affaires, criminalité et politique », selon M. Klebnikov qui juge par ailleurs « positive » la présidence de M. Poutine en matière de lutte contre la corruption, de rétablissement de l’intégrité de l’Etat et de « normalisation » du capitalisme russe en général.
L’oligarque jouait le rôle de « banquier informel des groupes wahabbites en Tchétchénie dont les membres du réseau d’Oussama ben Laden », ajoute M. Klebnikov.
Le financement des réseaux islamistes tchétchènes par Berezovski passait notamment par l’ancien vice-premier ministre indépendantiste tchétchène Movladi Odougov et surtout son frère. Ces derniers s’appuient militairement sur l’organisation islamiste intégriste de Khattab, un arabe jordanien formé avec Ben Laden en Afghanistan et arrivé en Tchétchénie lors de la première guerre en 94-96, selon Klebnikov.
Ces représentants de l’aile la plus radicale des islamistes tchétchénes avaient avec les brigades de l’ex premier ministre tchétchéne Chamil Bassaev attaqué la république voisine du Daguestan en août 1999 ce qui avait, avec les attentats contre des immeubles en Russie, été le déclencheur de la seconde guerre de Tchétchénie.
A la suite de cette attaque qu’il avait désapprouvée, le président indépendantiste tchétchéne, Aslan Maskhadov, avait limogé Movladi Ogouvdov.
« Des enregistrements d’entretiens sur ces financements entre Berezovski et Ogoudov existent, ont été publiés à Moscou en 99 par le Moskovskij Komsomolets. Ils n’ont jamais été démentis par Berezovski qui, au contraire, justifie sa conduite en invoquant un rôle diplomatique très compliqué », assure Klebnikov qui détient des copies de ces enregistrements et dont le journal est en procès depuis cinq ans avec M. Berezovski.
Il explique que Berezovski jouait d’autant plus facilement ce rôle de banquier financier trouble avec les islamistes tchétchénes qu’il a commencé sa carrière de milliardaire en pillant les usines automobiles Avtovaz (Lada) avec la protection de gangs tchétchénes au début des années 90.
Le livre explique en détail ces processus et il est de ce fait une pièce importante pour tous ceux qui veulent comprendre la transition de la Russie au capitalisme.
Dimitri de Kochko
Parrain du Kremlin - Boris Berezovski et le pillage de la Russie - par Paul Klebnikov - Editions Robert Laffont

Paul Klebnikov, rédacteur en chef de l’édition russe du magazine Forbes est tué par balles le 9 juillet 2004 à Moscou

Notes

[1] Meurtre du journaliste américain Klebnikov : la Russie relance l’enquête (AFP) – 17 déc. 2007
MOSCOU (AFP) — L’affaire de l’assassinat du journaliste américain Paul Klebnikov à Moscou en 2004 a été renvoyée devant le parquet général russe qui devra assurer la comparution devant le tribunal de Moscou d’un des suspects, a annoncé lundi une porte-parole de ce tribunal.
Le procès de trois hommes accusés d’avoir assassiné le 9 juillet 2004 Paul Klebnikov, rédacteur en chef de la version russe du magazine Forbes, avait été suspendu le 14 mars, un des suspects ne s’étant pas présenté à l’audience.
« L’affaire a été renvoyée au Parquet général pour assurer la comparution devant le tribunal d’un des accusés, Kazbek Doukouzov », a indiqué à l’AFP la porte-parole du tribunal de Moscou, Anna Oussatcheva.
« Le tribunal a estimé qu’il n’y avait pas de preuves suffisantes que Kazbek Doukouzov avait été bien recherché », a souligné de son côté Rouslan Koblev, l’avocat d’un des accusés, cité par l’agence Interfax.
M. Doukouzov avait été acquitté avec deux autres suspects, Moussa Vakhaïev et Faïl Sadretdinov au cours d’un premier procès, mais la Cour suprême a cassé le verdict d’acquittement. Ces trois accusés, dont le nouveau procès a commencé le 10 janvier, avaient catégoriquement nié être coupables.
« Les autorités (russes) n’ont retenu, pour ce deuxième procès, que la piste tchétchène, alors que la liste des coupables potentiels est longue », a regretté l’organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières, dans un communiqué publié lundi.
« Plus de trois ans se sont écoulés depuis la mort du rédacteur en chef et il est plus que temps que la lumière soit faite sur ce crime », a ajouté l’organisation.
Paul Klebnikov a été tué par balles en juillet 2004 au moment où il sortait de la rédaction de la version russe du magazine Forbes.
Selon le parquet russe, ce meurtre avait été commandité par un responsable du gouvernement indépendantiste tchétchène, Khoj-Akhmed Noukhaïev, qui a été au coeur d’un des livres de M. Klebnikov.

http://www.geopolintel.fr/article237.html http://www.geopolintel.fr/article237.html



Mardi 30 Mars 2010


Commentaires

1.Posté par AS le 30/03/2010 14:17 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

vous arretez de dire n'importe quoi, la racaille berezovsky travaillait main dans la main avec tel aviv et washington pour prendre le controle de la caspienne... des reseaux de la mafia locale se sont allies a lui, mais jamais la resistance tchetchene n'a dependu des fonds juifs pour la guerre, seule une minorite soutenait l'idee de se ssrvir de l'argent la ou il venait, comme l'ensemble savait que la mafia juive livrait armes et munitions des deux cotes... les responsables tchetchenes preferaient largent veant des musulmans... la aussi la mafia juive al saud financait pour le compte des sionistes americains... quand une vague de commandants tchetchenes a soutenu l'idee de couper ponts et liens avec les pays qui aidaient les americains et occidentaux dans leurs plans de pillage de la region, la mafia a organise l'assassinat progressive de tous les leaders tchetchenes... meme chose pour une bonne partie des 'afghans' massacres par derriere par les services des regimes corrompus arabes a la solde de la mafia sioniste us-americaine... le reste de ce que vouss dites, c'est de la bouillie pour chat des services francais, qui eux aussi ont utilise le terrorisme pour piller le maghreb et l'afrique...

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires