Propagande médiatique, politique, idéologique

Climate Gate: nous ment-ont a propos du climat ?



host@foo.fr
Vendredi 4 Décembre 2009

Climate Gate: nous ment-ont a propos du climat ?
Au cas ou vous vous étiez cachés dans une grotte par peur des brûlures d'un soleil annoncé comme étant de plus en plus chaud, et que donc, vous ne suivez pas l'actualité sur l'Internet anglophone, j'ai décidé de prendre un peu de mon temps pour vous synthétiser l'un des plus grand scandales du siècle, n'ayant pas réussi a convaincre les journalistes de Mediapart dont je n'ai le talent de le faire a ma place.
 
 Les faits
 
 Il y a quelques jours déjà (aux environs du 19 novembre), un ou plusieurs hackers ont publié sur internet le fruit de leur bidouilles. Ils ont pénétré les serveurs du Climate Research Unit (CRU) de l'université de l'East Anglica (Royaume-Uni), contenant les échanges privés d'un groupe de scientifiques leaders dans leur domaine. Un millier d’emails, qui n'étaient vraiment pas destinés au publique, circulent maintenant sur de nombreux sites web (parmi lesquels www.wikileaks.org [0]).
 
 Dans ces emails, les scientifiques en question laissent transparaître de nombreuses contradictions  concernant les données récentes qui ne infirment la théorie du réchauffement planétaire causé par l'activité humaine. Au lieu de cela, la terre semble se refroidir, cela personne ne l'explique, pas même ces scientifiques qui ont reçu des millions pour étudier cet apocalypse pourtant annoncée.
 
 Quelques jours plus tard, on apprend que le CRU a jette à la poubelle les données climatiques qui aurait pu servir à confirmer (ou infirmer) ces recherches, ce qui fait qu'il n'existe plus aucun moyen d'évaluer leurs conclusions. Tout cela à l'aube de la conférence historique de Copenhague, sensée se baser sur ces résultats, et ayant pour but de mettre en place un nouvel ordre mondial qui devra redistribuer les fruits de l'économie et punir les responsables des émissions de CO2.
 
 Ces emails ont été reconnus par leurs auteurs comme étant véritablement originaux, et non falsifiés. Certains de ces auteurs ont porté plainte pour atteinte a la vie prive (notamment Phil Jones lui-même, qui écrit que ces messages « do not read well » [ne se lisent pas bien]).
 
 Mais que contenaient ces emails qui ont provoqué le scandale cette dernière semaine ? Qu'est-ce qu'un climatologue pourrait bien nous cacher ? Qui sont les personnes en question, et pourquoi personne n'en a parlé dans les médias majeurs ? Puisque personne ne semble s'émouvoir du Climate Gate, il m’est apparu nécessaire de vous faire part de mes découvertes.
 
 Avant propos
 
 Je tiens à clamer haut et fort le fait que je suis un écologiste convaincu.
C'est important, car j’imagine déjà les réponses à cet article. Défendre l’écologie ne signifie pas être stupide ou aveugle, ou ne prêter attention qu’à certains arguments et ne pas s'interroger sur les études inspiratrices d’une taxe mondiale injuste.
 
 Avant d'aller dans le vif du sujet, je tiens a souligner que les scientifiques ici mis en cause sont des plus hauts placés. C'est eux qui rédigent les études qui feront ensuite référence à l'ONU dans les discussions sur le changement climatique, et sur les actions éventuelles que l'homme devra accomplir pour éviter les cataclysmes qui nous sont ainsi prédits. Par exemple, c'est eux qui rédigent les rapports AR4 pour le panel intergouvernemental sur le climat (Intergovernmental Panel on Climate Change:
IPCC). Ces rapports sont donc d'une importance capitale, en particulier a quelques jours de Copenhague.
 
 Le malheur ici, c'est qu'il semblerait au minimum, que ces scientifiques manquent de déontologie dans leur travail. C'est en tout cas ce que semble démontrer ces emails volés au CRU d'East Anglica.
 
 Il y a beaucoup d'emails, dont beaucoup ont participé au scandale actuel. Je ne parlerais que de certains de ceux-là, ceux qui m'ont semblé avoir la plus grande importance. Si vous désirez en savoir plus, il est très simple d'obtenir plus d'information (tapez « climate gate » sur google, youtube ou autre...).
 
 Pour simplifier, les citations sont traduites en Français, vous pouvez retrouver les originales en fin d'article.
 
 Les personnes impliquées dans le scandale
 
 Le Professeur Phil Jones [1]  est directeur du CRU, Professeur de la « School of Environmental Science » a l'université de l'East Anglica, est l'auteur de nombreuses recherches concernant le climat de ces 1000 dernières années. Notamment, son « hockey stick graph » (graphique en forme de crosse de hockey) [2] a fait controverse. Il a même été dit que quelque soient les valeurs introduites dans l'ordinateur, le programme affiche toujours un graphique avec la même forme.
 
 Phil Jones travaille au CRU avec Mick Kelly. Jones a été l'un des grands contributeurs du « Intergovernmental Panel on Climate Change Report », document officiel de l'ONU sur lequel on se base pour les décisions actuelles comme par exemple pour justifier la taxe carbone.
 
 Steven McIntyre [3], éditeur du site « Climate Audit », mathématicien travaillant dans le domaine de l'exploration de minerais, est l'une des personnes se plaignant de la non disponibilité des données de recherche, qui aurait permis une analyser contradictoire. Son blog:
http://www.climateaudit.org/
 
 Michael E. Mann [4], co-auteur avec Phil Jones du « hockey stick graph », Professeur de l'université de Pennsylvanie, spécialiste de paléo-climatologie (l'étude des climats anciens grâce notamment à l'observation des glaces et des arbres). Son graphique a été fortement critiqué car il omet la période chaude du moyen âge ainsi que le « le petit âge de glace » [little ice age] qui suivit aux alentours de 1600. Vous pouvez consulter un site expliquant cela à cette adresse:
http://www.john-daly.com/hockey/hockey.htm
 
 Citations en vrac
 
 Phil Jones écrit ceci dans l'un de ses emails disponible sur le site www.wikileaks.org :
 « Je viens de terminer la ruse de Mike dans Nature [note: il s'agit du journal anglophone « Nature » et de Mickael E. Mann] qui ajoute dans les températures réelles pour chacune des séries pour les 20 dernières années (depuis 1981 et suivantes), et la ruse de Keith pour cacher le déclin » [5].
 
 S'il parle de Michael E. Man (il est référencé dans ces échanges de mail), celui-la même qui « oublie » les périodes chaudes du moyen âge et le petit âge de glace, on commence a se poser de sérieuses questions. Si le mot « ruse » (trick en Anglais) est explicable, Phil Jones s'en est d'ailleurs expliqué, il est choquant de lire « pour cacher le déclin ».
Est-ce que Phil Jones tenterait de cacher le fait que les températures baissent globalement ?
 
 Dans un autre email, on peut lire: « PS: Je me fait embêter par quelques groupes pour diffuser les données de températures du CRU. Ne dites à personne qu'il y a le Freedom of Information Act au Royaume Uni » [6]. Clairement, Phil est ici coupable de ne pas vouloir distribuer ses données publiquement, alors même qu'il est conscient que la loi l'oblige à le faire.
 
 Ou encore: « Quand les demandes FOI ont commencé [note: Freedom of Information Act, qui oblige les scientifique à fournir leur données et résultats de recherche a tout entité qui le demande], le FOI a dit que nous devions nous plier aux requêtes. Cela a pris quelques sessions d’une demie heure – une a l'écran, pour les convaincre, montrant ce qu'est vraiment CA
[note: climate audit, le blog de Steven McIntyre]. » Encore, Phil Jones est coupable de refuser de diffuser ses données.
 
 Et encore: Si il [note: Steven McIntyre] paye 10 livres (ce qu'il n'a pas encore fait), je suis supposé aller dans tous mes emails et il présenter tout ce que j'ai écrit à son propos. Il y a peu près 2 mois, j'ai effacé un gros paquet d'e-mails, je n'ai donc plus grand chose – s’il me reste quoi que ce soit » [8]. La c'est carrément coupable aux yeux de la loi Anglaise.
 
 Et encore: « Si le FOI est utilisé un jour, il y a aussi les IPR [note:
Intellectual Property Rights, le droit de propriété] a considérer aussi. Les données sont protégées par différents accords que nous signons avec d'autres, donc je me cacherait derrière eux » [9].
 
 Ou bien: « La communauté scientifique me tomberait dessus dans des termes certains si je disais que le monde s'est refroidit depuis 1998. OK, c'est le cas, mais c'est uniquement 7 ans, et c'est insignifiant statistiquement » [10].
 
 De plus, il semble avoir peur que les échanges qu'il a eu à propos du AR4 (rapport pour l'ONU [2]) soit un jour découvert : « Mike [note: certainement Mickeal E. Mann], est-ce que tu peux effacer tous les e-mails que tu as échangé avec Keith a propos du AR4 ? Keith va faire pareil. Il n'est pas la pour le moment – crise familiale mineure. Est-ce que tu peux envoyer un email à Gene et lui dire de faire pareil ? Je n'ai pas sa nouvelle adresse email. Je vais dire à Caspar de faire pareil » [11].
 
 Donc globalement, nous avons ici un chercheur, paye par l'état anglais, qui refuse de diffuser ses données de recherche, pourtant critiquées, et insiste pour que ses collègues détruises les e-mails concernant des rapports pour l’ONU.
 
 Certains e-mails que son collègue Mick Kelly a écrit tendent aussi a faire penser que ces deux là ont de fortes relations avec la société Shell qui veut se lancer dans le marché de la taxe carbone. Mick Kelly détruit les données qui le lui plaisent pas : « De toutes façons, je vais peut-être supprimer les derniers points de la courbe de filtrage avant de donner une conférence car cela montre une tendance a la baisse à cause de l'effet de ces dernières années un peu froides » [12]. Oui, Mick Kelly utilise les données qui l'arrangent pour faire ses présentation, et n'hésiterait pas a enlever les derniers points de la courbe (eg: des 7 ou 8 dernières années plus froides) pour prouver ses théories.
 
 Michael E. Man écrit quand a lui:
 « J'ai fait cela sachant que Phill et moi avons de grandes chances d'avoir a répondre a des critiques de merde de certains idiots, donc autant nettoyer le code et le donner à mes collègues les plus proches si ils veulent le tester, etc. Merci d'utiliser ce code pour votre usage propre, mais ne le donner a personne susceptible de le faire passer entre les mains des mauvaises personnes » [13].
 
 Même idée ici: seuls les scientifiques écrivant les rapport de l'ONU sont habilités a recevoir les « codes ». Mais ce n'est pas tout, cette « bande » de pseudo-scientifique essaye d'avoir la main mise sur les publications des autres scientifique qui doivent publier des revues au regard des chiffres présentés, aux fin de validation (peer-review) des recherches :
 
 « Je pense qu'on devrait arrêter de considérer Climate Research comme un journal légitime pour les 'peer-review'. Peut-être devrait-on encourager nos collègues dans la communauté de la recherche climatique de ne plus donner, ou citer un papier, de ce journal » [14].
 
 Kevin E. Trenberth [15] lui aussi l'un des grands auteurs des rapport de l'ONU, quand à lui, cherche a cacher le fait qu'il n'y a pas de réchauffement ces dernières années : « Le fait est que l'on ne peut pas comptabiliser de réchauffement en ce moment, et c'est impensable qu'on ne le puisse » [16].
 
 Bref, je m'arrête la, car je pense que cela suffit amplement à démontrer que ce groupe de scientifique manque de déontologie au minimum, et essaye de nous cacher une partie de la vérité au pire. Soyez assurés qu'il y a d'autre matières a commenter, je vous invite a chercher de vous même sur Internet.
 
 Un triste bilan
 
 Lord Monckton qui est non seulement un septique depuis des années (il a participe à de nombreuses conférences depuis des années), mais par ailleurs était l'un des conseillés haut placés du gouvernement Tatcher, pense qu'il n'y a pas de réchauffement climatique, et crie haut et fort que la masse des glaces des 2 pôles et du Groenland augmente [17]. Dans ses conférences, il explique très clairement que les émissions de CO2 humaines ne sont que 3% maximum des émissions totales, et que donc l'homme n'est pas responsable.
 
 Lord Monckton pousse pour qu'il y ait une investigation criminelle, il a d'ailleurs déposer plainte pour violation du FOIA puisque la rétention et l'effacement d'informations est maintenant prouvée, et que les données appartiennent au peuple de Royaume Uni - puisque c'est le gouvernement qui payait pour ces recherches [18]. Il va même encore plus loin et parle de crime contre l'humanité vis-à-vis de ces scientifiques, considérant que les prix de la nourriture ont augmente à cause du bio-fioul, lui-même mis en place à cause de ces recherches.
 
 Maintenant, poussons un peu plus loin le raisonnement. Pourquoi ces demi vérités, pourquoi le CRU cherche-t-il a cacher ses chiffres, et à falsifier les « peer-review » ? Est-ce parce que les rapports qu'on leur demande se doivent de dire qu'il y a réchauffement global ? Ces climatologues seraient-ils au chômage si l'on découvrait que tout va bien ?
 
 Pour ma part, je crois que les emails découverts remettent en cause par eux-mêmes le réchauffement climatique, puisque même Phil Jones reconnaît qu'il n'y a pas eu de réchauffement ces 7 dernières années. Ces nombreux emails prouvent en tous cas que l'on nous cache une partie des données.
D'autre scientifiques crient haut et fort que l'augmentation des températures cause l'augmentation du CO2 (et non l'inverse), que plus de CO2 n'est pas un si mauvaise chose (et que 1 degré en plus non plus), et enfin que l'homme n'est en rien la cause des changements climatiques.
 
 En fait, ce n'est pas le débat après la mise en lumière de ces emails. Ce qui est certain, c'est que les climatologues en question sont sérieusement remis en cause. Empêcher que le « peer-review » se fasse correctement, refuser que certaines données soient diffusées (ce qui est illégal), tentative de manipulation des contenus journalistiques, évasion fiscale, manipulations des résultats, menaces phtisiques envers des confrères, etc.
Tout ceci n'est pas très réjouissant.
 
 On s'interroge donc sur les méthodes, et il devient de plus en plus évident qu'il ne faut pas confier ce dossier à un seul groupe de scientifique, qu'il faut croiser les opinions. Il est très difficile pour nous, qui ne sommes pas de la partie, de juger du sérieux des rapports. Cela va être encore plus compliqué maintenant qu'une bonne partie de cette communauté scientifique est discréditée. Il y aura bien un avant et un après Climate Gate, puisque maintenant, on ne peut plus nous présenter ces résultats de recherches comme faits établis. Présenter les septiques comme négationnistes de holocauste n'est plus acceptable non plus, et demander de nouvelles études climatologiques devient plus que jamais légitime.
 
 Toute ceci à quelques jours du sommet de Copenhague, la taxe carbone prend un grand coup dans l'aile, et je vois mal comment on pourrait nous imposer cette fameuse taxe alors que rien n'a encore été prouvé, et qu'une bonne partie des recherches à ce sujet est tout simplement discréditée. Le premier ministre canadien a déjà fait savoir qu'il ne participerait pas au sommet Copenhague le 7 décembre prochain.
 
 La taxe CO2 n'est peut-être pas aussi urgente que l'on veut nous le faire croire. N'oubliez pas que tout, absolument TOUT, nécessite du CO2. Cherchez un seul produit dans votre super-marché qui n'a pas nécessité de CO2 pour sa production (je ne parle même pas de l'acheminement), vous ne trouverez pas.
 
 Epilogue
 
 Apres cette histoire, Phil Jones n'est plus directeur du CRU (depuis le
1/12/2009) et attend un audit indépendant du comité d'information (qui fait appliquer le FOIA). Michael E. Mann attend lui aussi les résultats d'un audit.

 
 [0]
http://www.wikileaks.org/wiki/Climatic_Research_Unit_emails%2C_data%2C_models%2C_1996-2009

 [1] http://en.wikipedia.org/wiki/Phil_Jones_(climatologist)
 [2] http://www.grida.no/climate/ipcc_tar/wg1/pdf/WG1_TAR-FRONT.PDF
 et  http://en.wikipedia.org/wiki/Hockey_stick_controversy
 [3]  http://en.wikipedia.org/wiki/Stephen_McIntyre
 [4] http://en.wikipedia.org/wiki/Michael_E._Mann
 [5] “I’ve just completed Mike’s Nature trick of adding in the real temps to each series for the last 20 years (i.e. from 1981 onwards) and from 1961 for Keith’s to hide the decline.”
 [6] « PS: I'm getting hassled by a couple of people to release the CRU station temperature data. Don't any of you three tell anybody that the UK has a Freedom of Information Act »  [7] « When the FOI [note: Freedom of Information Act] requests began here, the FOI said we had to abide by the request. It took a couple of half hour sessions – one at a screen, to convince them otherwise showing them what CA was about »  [8] « If he pays 10 pounds (which he hasn't yet), I am supposed to go through my emails and he can get anything I've written about him. About 2 months ago I deleted loads of emails, so have very little – if anything at all. »  [9] « If FOAI [Freedom of Information Act] does ever get used by anyone, there is also IPR [Intellectual Property Rights] to consider as well. Data is covered by all the agreements we sign with people, so I will be hiding behind them. ».
 [10] « The scientific community would come down on me in no uncertain terms if I said the world had cooled from 1998. OK it has but it is only seven years of data and it isn’t statistically significant. »  [11] « Mike, can you delete any email you may have had with Keith re AR4?
Keith will do likewise. He's not in at the moment – minor family crisis. Can you also email Gene and get him do the same? I don't have his new email address. We will be getting Caspar to do likewise ».
 [12] « Anyway, I'll maybe cut the last few points off the filtering curve before I give a talk again as that's trending down as the end effects and the recent cold-ish years. »  [13] « I did this knowing that Phil and I are likely to have to respond to more crap criticisms from the idiots in the near future, so best to clean up the code and provide to some of my close coleagues in case they want to test it, etc. Please feel free to use this code for your own internal purpose, but don't pass it along where in may get into the hands of the wrong people ».
 [14] « I think we have to stop considering Climate Research as a legitimate peer-review journal. Perhaps we should encourage our colleagues in the climate research community to no longer submit to, or cite papers in, this journal. »  [15] http://en.wikipedia.org/wiki/Kevin_E._Trenberth
 [16] « The fact is that we can't account for the lack of warming at the moment and it's a travesty that we can't. »  [17] http://www.youtube.com/watch?v=JBQYlIikLBM
 http://www.youtube.com/watch?v=XEoqODLze8o
 http://www.youtube.com/watch?v=3yrBIP0Jmj8
 [18] http://www.youtube.com/watch?v=z1Qhm6YRdJE
 http://www.youtube.com/watch?v=gS4HrQ4CYZU
 http://www.youtube.com/watch?v=DoYhI5DosQs
 http://www.youtube.com/watch?v=gCnE6Heb_tE
 http://www.youtube.com/watch?v=lUK90jwqWnQ



Vendredi 4 Décembre 2009


Commentaires

1.Posté par Alain55 le 05/12/2009 11:28 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Personne ne remet en doute le fait que cette fin de siècle est accompagné d'un réchauffement naturel, comme ce fut le cas aux environs de l'an mille où l'on construisit les cathédrales. Il est démontré clairement que le lobby IPCC ou GIEC n'est ni plus ni moins qu'une institution au service de l'empire oligarchique financier, qui cherche à s'imposer par la force, en terrorisant la population. De nombreux scientifiques nord-américains et européens ont fait leurs propres recherches et démontré que les courbes et les résultats, que le GIEC nous vend comme oracle contemporain, ne sont ni plus ni moins que de vagues estimations sans aucun fondement. Il ressort cependant d'études menées par des scientifique,s comme le professeur Vincent Courtillot, que l'augmentation de température est responsable de la dissipation de CO2, pas le contraire.Ces études démontrent également, que le facteur majeur du réchauffement planétaire est probablement du à l'activité solaire et que les travaux du GIEC sont totalement biaisés. On peut même affirmer aujourd'hui, que si on doublait la quantité de CO2 présente sur la terre, la température augmenterait à peine de 0,1degré celsius (1/10), enfin il se trouve n'en déplaise aux sceptiques, que la température terrestre baisse depuis de nombreuses années et que le niveau des océans est parfaitement stable. Conclusion au lieu de créer des impôts, inutiles et iniques on pourrait faire de grosses économies en arrêtant de financer un lobby de m... comme le GIEC.

2.Posté par H@ST21 le 05/12/2009 13:35 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

SI EXPLOITATION DU CATASTROPHISME A DES FINS POLITIQUES ET COMMERCIALES, ON NE PEUT NIER LA DEGRADATION DE LA PLANETE DUE AUX ACTIVITES HUMAINES, LE PILLAGE DE SES RESSOURCES, LA DEFORESTATION, LA SURPRODUCTION DE DECHETS TOXIQUES ET DE CO2 GENERENT IMMANQUABLEMENT DES DEGATS IRREVERSIBLES A LA NATURE..LORSQUE DE PRETENDUS SPECIALISTES DU CLIMAT S'EN REFERENT A DES PERIODES DE GLACIATION OU DE RECHAUFFEMENT PLANETAIRE AU COURS DE L'HISTOIRE, IL DEVRAIENT PRECISER QUE CES TRANSFORMATIONS SE SONT TOUJOURS OPEREES SUR DES MILLENAIRES...OR ACTUELLEMENT ON OBSERVE DES VARIATIONS IMPORTANTES EN QUELQUES DECENNIES SEULEMENT..IL Y A SELON MOI UNE REALITE INQUIETANTE ET CE QUI L'EST ENCORE PLUS C'EST L'EXPLOITATION DU PHENOMENE AFIN DE CREER UNE NOUVELLE "BULLE ENVIRONNEMENT" POUR LE PLUS GRAND BONHEUR DES SPECULATEURS ET AUTRES CHAROGNARDS DE LA FINANCE MONDIALE

3.Posté par David C. le 05/12/2009 19:08 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Copenhague : Annulons le sommet de la dépopulation !

Par Helga Zepp LaRouche (www.solidariteetprogres.org)

Le sommet de l’ONU sur le climat, qui se tiendra à Copenhague du 6 au 18 décembre, avec la participation de 193 nations, 65 chefs d’Etats et de gouvernement et 20 000 délégués, repose sur une fraude gigantesque et doit être immédiatement annulé. Il ne s’agit pas uniquement d’économiser les frais d’un évènement dont le seul but est de promouvoir le malthusianisme, mais d’empêcher l’instauration de facto d’un gouvernement mondial.

Alors que plus de mille scientifiques ont pris leurs distances avec la thèse du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) sur un réchauffement global causé par l’activité humaine, les manipulations incroyables, récemment révélées par des pirates informatiques qui ont intercepté les courriels de certains chercheurs de l’Unité de recherche sur le climat (CRU) de l’université d’East Anglia, en Angleterre, fournissent la preuve ultime du caractère frauduleux de cette affaire.

En réalité, les données statistiques brutes, non corrigées, provenant des stations météorologiques, indiquent peu ou pas de changement au cours des 150 dernières années. La moitié des observatoires décèlent même un léger refroidissement et constatent au contraire que depuis environ dix ans, nous assistons à un refroidissement global ! A quoi bon donc, une campagne aussi onéreuse pour prouver le contraire ?

La réponse est claire : à part toute une armée de spéculateurs, qui voient dans le commerce des émissions de CO2 une nouvelle opportunité pour faire les poches de la population, il s’agit essentiellement d’une politique de l’Empire britannique, ou, plus précisément, du prince Philip d’Edimbourg. Ce dernier a exprimé à plusieurs reprises son souhait explicite de se réincarner en virus mortel, afin de contribuer plus efficacement à réduire la population. Le 12 novembre, le patron américain du Fonds mondial de la nature (WWF), organisme cofondé par le prince Philip, déclara à la presse : « Nous estimons fondamental pour le Président Obama de se rendre à Copenhague, afin de regarder les autres dirigeants dans les yeux, de leur communiquer notre engagement en tant que pays et d’obtenir le leur. » Et Obama d’annoncer promptement, revenant ainsi sur ses déclarations antérieures, qu’il ira à Copenhague le 9 décembre.

De plus, il est monstrueux qu’une organisation officielle de l’ONU, en l’occurrence le Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), et le gouvernement danois veuillent mettre officiellement la question de la réduction de la population à l’ordre du jour du sommet sur le climat. Selon le journal danois Berlinske Tidende, la ministre danoise du Développement, Ulla Toerness, a admis le caractère controversé de cette proposition qui, dans plusieurs pays, demeure tabou. Mais puisqu’il y a un lien entre croissance démographique et changement climatique, cette proposition remporte aussi le soutien complet du Premier ministre danois.

L’organisation britannique Optimum Population Trust (OPT), qui mène une croisade ouverte en faveur d’une réduction démographique globale, affirme dans une étude que l’une des meilleures façons de combattre le prétendu « réchauffement global » consiste à empêcher les naissances, parce qu’éviter la naissance de nouveaux « pollueurs » est un moyen bien moins coûteux d’endiguer la « catastrophe climatique » que d’acquérir des sources d’énergie renouvelable. Selon l’étude, on pourrait empêcher un demi-milliard de naissances, et donc 24 milliards de tonnes de CO2 sur les 40 prochaines années, ainsi qu’une dépense de 200 000 milliards de livres sterling.

Tout aussi révélateur est le fait que, selon le magazine Forbes, les « 14 personnes les plus riches du monde », qui ne sont pas les moins étrangères à l’économie de casino que nous subissons aujourd’hui, se sont déjà réunies le 5 mai de cette année chez le président de l’université privée Rockefeller. Pour Bill Gates, Warren Buffett, Michael Bloomberg, George Soros, Peter Petersen, David Rockefeller Jr. et d’autres participants à ce cénacle, la croissance démographique représente assurément la pire menace environnementale, sociale et industrielle de notre époque.

Par ailleurs, le 5 juin, se déroulait à la London School of Economics la conférence préparatoire au sommet de Copenhague, organisée par le Policy Network, le think-tank de Tony Blair. Celui-ci, dont la paternité de la guerre en Irak fait aujourd’hui même l’objet d’une enquête en Grande-Bretagne, y a prononcé le discours d’ouverture, soulignant la nécessité d’un « changement révolutionnaire d’attitude ». Pour cela, les Etats-Unis devraient, à eux seuls, réduire leurs émissions à un dixième de leur niveau actuel ! Blair a clairement estimé que le plus gros problème est que la Chine veuille réaliser « la plus grande industrialisation que le monde ait jamais vue ».

Lors d’une conférence de trois jours sur le thème de « la grande transformation », organisée à Essen, en Allemagne, par la Fondation Mercator en collaboration avec l’Institut du climat de Potsdam et de Wuppertal, on pouvait lire dans le prospectus présentant le panel du quatrième groupe de travail : « Les sociétés démocratiques peuvent-elles faire face aux effets de profonds changements du climat global, ou des régimes autoritaires seraient-ils plus à même de mettre en oeuvre les mesures nécessaires ? » L’un des participants, Hans-Joachim Schellenhuber, qui dirige l’Institut du climat de Potsdam, y avait récemment invité le prince Charles à une « discussion d’experts sur les thèmes de l’environnement et du climat ». (Schellenhuber est par ailleurs dignitaire de l’ordre britannique le plus prestigieux, l’Ordre de la Jarretière.)

On ne peut qu’être d’accord avec Lord Christopher Monckton dans son analyse de l’imposture climatique et de la conférence de Copenhague : il s’agit bien, en effet, d’une tentative d’établir un gouvernement mondial non élu, jouissant de pouvoirs considérables et sans précédent. Pris en flagrant délit de mensonge, un petit groupe de « scientifiques » est désormais reconnu coupable d’un acte frauduleux et criminel. L’ex-ministre des Finances britannique, Lord Nigel Lawson, rejoint par tout un groupe d’autres Lords, auteurs et journalistes, vient de lancer un nouveau site internet, ainsi qu’une Fondation de politique du réchauffement climatique (GWPF), voués à combattre cette imposture.

Hélas, il ne fait aucun doute qu’un consensus existe dans le camp pro-britannique de l’Establishment international pour répondre à la crise systémique financière mondiale par un nouveau fascisme, sous lequel les pauvres, faibles et malades seront sacrifiés aux intérêts spéculatifs.

Une telle politique tombe sous le coup des Lois de Nuremberg de 1946. Quiconque entend participer à la conférence de Copenhague devrait y réfléchir. Après tout ce que le grand public vient de découvrir, il n’y a qu’une solution raisonnable : annuler au plus vite ce sommet.

Appel envoyé par David C. – david.cabas.over-blog.fr

4.Posté par rachi le 05/12/2009 20:16 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

Quelle escroquerie que ce réchauffement climatique !
Et tous nos braves écolos bobos se sont engouffrés dans la brèche et sont même devenus des intégristes traitant de révisionniste quiconque remettrait en cause cette théorie du réchauffement climatique. Cela ne vous rappelle rien?
En attendant ils veulent arrêter la démographie galopante mais pas celle de la population qui consomme le plus et crée le plus de nuisance, non pensez vous, mais plutôt celle qui doit déjà faire face tous les jours à 35 000 morts du fait de la misère!

5.Posté par H@ST21 le 05/12/2009 20:48 | Alerter
Utilisez le formulaire ci-dessous pour envoyer une alerte au responsable du site concernant ce commentaire :
Annuler

rachi @ JE VEUX BIEN CROIRE QUE LE PRETEXTE DU CLIMAT EST UNE FORMIDABLE OPPORTUNITE POUR LA MISE EN OEUVRE DU NOUVEL ORDRE MONDIAL PAR LES ELITES AUTOPROCLAMEES, MAIS IL EXISTE BIEN UN PROBLEME CONCERNANT LA FONTE DE LA BANQUISE, DES GRANDS GLACIERS, DES NEIGES DU KILIMANDJARO, DE LA MONTEE DES OCEANS, DES INNONDATIONS, DE LA MUTIPLICATION DES TYPHONS ET AUTRES TEMPETES EN QUELQUES ANNEES..TOUT CA ME PARAIT DIFFICILE A NIER..

Nouveau commentaire :

VIDEOS | Politique Nationale/Internationale | Propagande médiatique, politique, idéologique | Société | Histoire et repères | Conflits et guerres actuelles | Néolibéralisme et conséquences

Publicité

Brèves



Commentaires